sábado, febrero 22, 2020

Après l’Australie quoi? Tous les chiffres de la tragédie dévastatrice

Des scientifiques avertissent que la situation est exceptionnelle et que l’alarme est mondiale, avec des médias et des réseaux, car la fumée commence à atteindre des pays à des milliers de kilomètres, comme l’Argentine ou le Chili

Les conséquences dévastatrices des incendies en Australie, qui ont commencé en septembre 2019, sont incalculables. Toutefois, des chiffres terrifiants ont été découverts, comme la mort d’un milliard d’animaux, de 10 millions d’hectares de forêts calcinées et d’au moins 26 personnes tuées dans une tragédie qui bouleverse la planète.

Les images qui circulent dans les médias sont effrayantes, car la plus grande nation d’Océanie connaît son propre enfer, l’une de ses pires saisons d’incendies de forêt qui dévore les écosystèmes et balaie la biodiversité à des vitesses alarmantes.

Selon les experts, le pire est encore à venir. Le Premier ministre Scott Morrison a même averti que les incendies dévastateurs pourraient continuer à brûler pendant des mois.

Des incendies se produisent dans des zones de la côte est et sud, où vit la majorité de la population australienne et qui comprennent des zones autour de Sydney et d’Adélaïde.

Bien que l’Australie ait toujours connu des feux de forêt —connus sous le nom de saison des incendies— ceux qui ont été enregistrés depuis la fin de 2019 sont bien pires que les précédents en raison de leur férocité et de leur ampleur.

Les scientifiques avertissent que la situation est exceptionnelle et que l’alarme s’est répandue sur toute la planète, avec des médias et des réseaux. La fumée du feu commence même à atteindre des pays situés à des milliers de kilomètres, comme l’Argentine ou le Chili.

Quelles sont les causes des incendies?

Pour analyser l’origine de cette tragédie, il faut signaler l’existence de causes locales et mondiales. Au niveau local, le Premier Ministre est considéré comme un négationniste du changement climatique. Ainsi, le problème n’étant pas reconnu, la mise en œuvre de politiques efficaces de prévention et d’atténuation est négligée.

“Il n’y a pas de diagnostics médités pour les conflits qui, au contraire, se résolvent sur la marche de manière peu coordonnée”, a souligné Guillermo Folguera, philosophe, docteur en biologie et chercheur de l’Université de Buenos Aires (UBA).

À cela s’ajoutent les conditions de sécheresse très sévères enregistrées ces derniers mois dans le pays, à la suite d’un phénomène connu sous le nom de «dipôle de l’océan Indien», ou encore comme «l’Enfant Indien» qui a favorisé une période de chaleur et de sécheresse.

C’est la raison pour laquelle l’Australie a connu un hiver chaud et peu pluvieux, ce qui a permis une expansion plus rapide du feu.

En 2019, un nouveau record de température a été établi deux fois dans la nation océanique. Un pic moyen de 40,9 ºC a été atteint le 17 décembre et 41,9 ºC le lendemain. Alors que les pluies de l’année dernière ont été les plus basses jamais enregistrées dans l’histoire du pays.

En outre, les vents forts et les conditions de sécheresse ont constitué le terreau idéal pour que le feu se répande à des niveaux incontrôlables.

« L’Australie a connu une combinaison record de sécheresse et de températures élevées, faisant exploser les feux de forêt. Un degré et demi au-dessus de la moyenne de la période 1961-1990 et deux degrés par rapport à l’époque préindustrielle. Selon les registres, c’était l’année la plus sèche, récemment comparable à ce qui s’est passé en 1912. En outre, Inés Camilloni, docteur de l’Université de Buenos Aires dans le domaine des sciences de l’atmosphère, a posé à Página12 une très forte probabilité d’augmentation du risque pour les 20 à 30 prochains jours ».

Le changement climatique est-il lié aux incendies ? Le consensus scientifique est que les niveaux croissants de CO2 chauffent la planète et que, en fait, l’Australie est devenue plus chaude et plus sèche au cours des dernières décennies, ce qui contribue à rendre les incendies plus fréquents et plus intenses.

À ce facteur s’ajoute le fait que la recherche effrénée de la productivité dans un contexte de capitalisme agressif est contraire à la protection des écosystèmes et des valeurs de la nature.

À cet égard, un rapport publié en 2019 a révélé que l’Australie occupe le troisième rang mondial en termes d’émissions potentielles de CO2, après la Russie et l’Arabie Saoudite.

Le rapport de l’Institut Australien indique que le potentiel de CO2 provenant des exportations australiennes de combustibles fossiles, principalement de charbon, représente 7 % du total mondial et 20 % des membres de l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE).

Le rapport était fondé sur les données de l’Agence Internationale de l’Energie relatives à la production de pétrole, de gaz et de charbon et sur les estimations des émissions de gaz polluants du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC)et a fait valoir que les exportations de combustibles fossiles de l’Australie équivalaient, en termes de CO2, à près de 75 % de celles de l’Union Européenne et quadruplent celles du Venezuela ou de la Colombie.

L’Australie est également un producteur forestier très important d’eucalyptus, une espèce botanique connue sous le nom d’«arbre à essence», qui contient des huiles dans ses feuilles qui peuvent les rendre plus inflammables, et il dispose de longues bandes de croûte qui génèrent un carburant supplémentaire pour que le sol brûle.

« Ce sont des arbres qui brûlent beaucoup et sont plantés pour la rentabilité qu’ils laissent à partir de schémas de monoculture et d’utilisation intensive des terres », a déclaré Guillermo Folguera.

Les chiffres de la tragédie

L’Australie compte plus de 130 foyers d’incendie actifs et les autorités estiment que plus de 10 millions d’hectares de végétation, soit l’équivalent de la superficie de l’Autriche, ont été perdus. Rien qu’en Nouvelle-Galles du Sud, 3,6 millions d’hectares ont brûlé.

Les autorités rapportent que 26 personnes ont été tuées durant cette saison d’incendie. La plupart des victimes (18) viennent de Nouvelle-Galles du Sud, l’État le plus touché.

En outre, des dizaines de personnes ont disparu et au moins 15000 maisons ont été incendiées.

C’est la raison pour laquelle l’état de «catastrophe» a été déclaré dans les principales zones touchées par les incendies, ce qui suppose que l’on donne aux forces locales davantage de pouvoir pour prendre possession de biens privés et ordonner des évacuations.

Relacionado:  Affaire Rosneft: États-Unis hors de contrôle attaque la Russie pour étouffer le Venezuela

«Il est difficile de prédire la complexité des prochains jours, mais avec tant d’incendies sur le terrain, avec un front de feu aussi étendu, une chaleur et des vents forts, il y a de nombreuses raisons de penser que nous aurons plus de feu aujourd’hui, demain et potentiellement le week-end», a déclaré à la presse le chef du gouvernement de Victoria, Daniel Andrews.

À ce jour, plus de 150000 personnes ont été évacuées et les appels à l’évacuation se sont intensifiés dans la zone alpine et dans la municipalité d’East Gippsland, au sud-est du Victoria.

Pendant ce temps, à Kangaroo Island, la troisième plus grande île d’Australie, les autorités ont recommandé aux habitants de Vivonne Bay de se réfugier dans des camps destinés à se protéger du feu.

Des navires et des avions militaires ont été déployés, ainsi que du personnel d’urgence, pour acheminer l’aide humanitaire et évaluer les dégâts dans les zones les plus isolées.

Relacionado:  Scandale! La CIA reconnaît l'espionnage dans plus de 100 pays avec des machines de cryptage

Quelque 2700 pompiers sont chargés de la lutte contre les incendies, ainsi que 3000 soldats de réserve de l’armée et d’autres spécialistes de la lutte contre les incendies qui ne cessent de ravager les forêts et les infrastructures.

Un milliard d’animaux sont morts

Le professeur Chris Dickman, de la Faculté des Sciences de l’Université de Sydney, a estimé à 1 milliard le nombre d’animaux tués par des incendies meurtriers, parmi lesquels des mammifères, des oiseaux et des reptiles.

« Je pense qu’il n’y a rien à comparer avec la dévastation qui se produit dans un si grande région si rapidement. C’est un événement monstrueux en termes de géographie et de nombre d’animaux individuels affectés », a déclaré Dickman, cité par l’agence EFE.

«Nous savons que la biodiversité australienne a diminué au cours des dernières décennies, et nous savons probablement que ce pays a le taux d’extinction de mammifères le plus élevé au monde. Ce sont des événements comme celui-ci qui peuvent accélérer le processus d’extinction pour une variété d’autres espèces », a averti l’universitaire.

Les incendies ont également compromis la survie de certains animaux sur d’autres, qui, selon leurs caractéristiques, peuvent faire face au terrain hostile et se nourrir de ceux qui sont touchés par les flammes, comme c’est le cas pour ceux qui ne peuvent pas voler.

De son côté, la ministre de l’Environnement, Sussan Ley, a assuré qu’au moins 28000 koalas sont morts à cause de cette situation, ce qui représente 30 % de l’espèce.

« Avec le type d’incendie rapide que nous avons connu, les koalas n’ont pas vraiment la capacité de se déplacer assez vite pour s’échapper », a indiqué le professeur Dickman.

En outre, certains écologistes estiment que le chiffre d’un milliard d’animaux morts reste faible, n’incluant pas des milliers d’amphibiens, d’insectes ou de chauves-souris.

Pertes en nombre

Le Premier Ministre Scott Morrison a exposé les coûts de remise en état des infrastructures et l’argent nécessaire pour aider les familles, les agriculteurs et les entreprises qui ont été touchés par les incendies.

Morrison, qui a récemment nié le lien entre le changement climatique et l’intensité des incendies, a assuré qu’il créerait une nouvelle agence dédiée à la réhabilitation des zones brûlées, qui aura un budget d’environ 1,4 milliard de dollars.

Il a expliqué que les fonds recueillis serviront à construire des routes et des infrastructures de télécommunications, à reconstituer le bétail des producteurs, apporter un soutien aux familles touchées et aider au rétablissement et à la restauration de l’environnement et des animaux blessés lors des incendies.

À ce jour, d’après le Gouvernement, 69 millions de dollars ont été consacrés à certaines communautés.

Toutefois, pour un certain nombre d’experts de l’environnement, ce fonds mis en place par Morrison n’est pas suffisant pour faire face à l’ampleur de la tragédie.

Richie Merzian, directeur du programme sur le climat et l’énergie au sein du groupe d’experts de l’Institut Australien, a affirmé qu’il fallait accompagner les initiatives de politiques climatiques plus poussées.

« Le fonds est une autre mesure ad hoc sans stratégie claire à long terme pour faire face aux changements climatiques. Il n’est pas non plus suffisant », a-t-il déclaré.

La fumée des incendies se répand

La fumée générée par les incendies en Australie est telle qu’elle traverse l’océan Pacifique depuis des semaines. Les glaciers des alpes néo-zélandaises sont recouverts de particules.

Pour couronner le tout, des experts ont confirmé que la fumée s’était propagée dans certaines parties de l’Argentine, de l’Uruguay et du Chili, en particulier dans la partie centrale de ces pays.

Les images satellitaires de la NASA montrent que la colonne géante de fumée produite par les incendies en Australie a parcouru près de 12000 kilomètres pour atteindre l’Amérique du Sud grâce au flux d’air.

La fumée était particulièrement visible dans la Région Métropolitaine de Santiago, au Chili, mais elle a aussi laissé des images curieuses comme le soleil et le ciel rougeâtre, qui reflétaient plusieurs utilisateurs de Twitter d’Argentine et d’Uruguay.

Selon la Direction météorologique du Chili (DMC), la grande altitude à laquelle se trouve la fumée est essentielle pour qu’il ait pu faire un si long voyage en Amérique du Sud.

«La colonne de fumée monte dans la haute atmosphère, c’est comme une éruption volcanique (…). Et en hauteur, c’est là que le vent commence à souffler, c’est plus libre. Il a donc fallu environ huit jours pour parcourir les 12000 km et arriver au Chili», a expliqué Patricio Urra, chef de service de la DMC dans des déclarations à Radio Bío-Bío.

Ce n’est pas tout, car selon l’Organisation Météorologique Mondiale, la fumée pourrait tourner. «Les satellites de l’administration océanique et atmosphérique des États-Unis montrent que la fumée, déjà visible au Chili et en Argentine, est en bonne voie pour contourner la planète », a déclaré Clare Nullis, porte-parole de l’Organisation.

Les incendies en Australie et ceux qui ont eu lieu l’année dernière dans l’Amazonie sud-américaine envoient un message très clair : quelque chose ne va pas bien dans la relation entre l’homme et l’environnement.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >
4,310,007FansMe gusta
320,815SeguidoresSeguir
369,556SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

Los Más Leídos