À combien s’élève le déficit de logements au Venezuela ? Voici comment se déroule le plan du gouvernement pour résoudre la situation

Des pluies torrentielles dans une grande partie du nord du pays et une inondation majeure ont été à l’origine d’un programme gouvernemental au Venezuela qui, en l’espace d’une décennie, a permis la construction de plus de 3,5 millions de logements
Publicado en

Francés

0 0


Viviendas

Des pluies torrentielles dans une grande partie du nord du pays et une inondation majeure ont été à l’origine d’un programme gouvernemental au Venezuela qui, en l’espace d’une décennie, a permis la construction de plus de 3,5 millions de logements.

Les fortes pluies qui ont touché 10 États du pays entre fin 2010 et début 2011 ont eu les effets les plus graves dans les États de Falcón, Miranda, Vargas et le district de la capitale. À l’époque, le président Hugo Chávez a publié un décret d’urgence et s’est rendu dans certaines des zones à risque, où les pluies diluviennes ont fait s’effondrer des maisons et laissé des dizaines de milliers de personnes sans abri.

Chavez a ordonné une réponse immédiate et les actions ont consisté à protéger les familles dans des abris temporaires, avec la promesse de leur fournir un nouveau foyer dès que possible. En raison de cette conjoncture, le 30 avril 2011, la «Misión Vivienda Venezuela» a été officiellement créée, rapporte RT.

Le programme a commencé par un registre visant à obtenir le nombre réel de familles touchées et à identifier celles qui résident dans des zones à risque. Le premier week-end, 100.000 familles ont été incluses et en quelques mois, le nombre a dépassé le demi-million.

La forte demande de logements qui a été établie lors de ce recensement a redimensionné l’objectif du programme. Chávez a promis qu’il ne s’occuperait pas seulement des familles en danger, mais aussi du reste de la population qui n’a pas de toit : certains en raison du coût élevé des propriétés et d’autres parce qu’ils ont été victimes d’escroqueries immobilières.

Ainsi, Chávez s’est fixé pour objectif de construire 2 millions de logements entre 2011 et 2017, qui devront être financés et payés à des «prix justes» et «sans spéculation». Pour y parvenir, le gouvernement vénézuélien s’est directement impliqué, a lié les secteurs privés de la construction et a signé des accords internationaux.

Les premières étapes du logement

Il a fallu quatre ans pour que le programme atteigne le premier million de maisons livrées. Ce jalon a été enregistré le 31 décembre 2015. Trois ans plus tard, la maison du deuxième millionième a été livrée, attribuée le 20 mars 2018, un chiffre avec lequel le gouvernement de Nicolás Maduro a rempli (bien qu’un an plus tard) la promesse esquissée par Chávez en 2011.

Maduro a alors mentionné que l’objectif avait été atteint malgré le sabotage continu dirigé contre son pays et la soi-disant «guerre économique», comme l’exécutif a appelé les pressions exercées par les États-Unis et l’UE, qui ont ensuite dérivé en mesures coercitives unilatérales.

«Nous pouvons dire au Comandante Chávez : Mission accomplie ! Maintenant, nous nous dirigeons vers 5 millions de logements», a promis Maduro en 2018, comme nouvel objectif pour 2025.

Un an et demi plus tard, le gouvernement de Maduro a atteint les 3 millions de logements. Elle l’a fait le 26 décembre 2019.

À la mi-mars 2021, elle a dépassé les 3,5 millions de foyers. Après avoir atteint ce plafond, Maduro a souligné que le programme avait permis de livrer 40 % des logements à de jeunes familles, un secteur qu’il considère comme une victime du «marché capitaliste».

Objectifs en attente

Selon les données du secteur privé, rendues publiques par les porte-parole de la chambre de la construction vénézuélienne, le déficit de logements dans le pays serait d’environ 2,5 millions de logements.

Précisément, la projection du gouvernement est de construire 2,5 millions de logements au cours des quatre prochaines années. «Oui il est possible de construire, oui il est possible de résister, oui nous pouvons aller de l’avant», a déclaré Maduro en référence à l’objectif atteint, «malgré le fait que les sanctions ont fait de grands dégâts».

Pour accélérer la construction, le président vénézuélien a autorisé la création du «Système Petro Inmobiliario», qui fait partie de la «Loi Antiblocage» et, selon le gouvernement, «permettra de progresser dans la réalisation des objectifs en matière de logement».

L’utilisation du «Petro Inmobiliario», a expliqué Maduro, sera donnée comme «une monnaie de réserve de valeur et de viabilité financière», qui permettra d’établir «des alliances commerciales avec des entreprises de construction privées et des industries d’intrants», pour mettre en œuvre des projets qui ont comme source de paiement «les prêts hypothécaires des bénéficiaires et les accords de ventes mixtes de logements».

Compártelo

Comentarios