Canada et les atrocités commises dans les pensionnats catholiques où des milliers d’enfants indigènes ont été abusés

Les restes d’au moins 215 enfants indigènes qui étaient étudiants dans le plus grand pensionnat du Canada ont été retrouvés il y a quelques jours, un fait qui a provoqué l’indignation mondiale et surtout celle des communautés indigènes du pays nord-américain, qui exige que l’on recherche davantage les tombes non marquées et qui a mis […]
Publicado en

Francés

0 0


Canadá

Les restes d’au moins 215 enfants indigènes qui étaient étudiants dans le plus grand pensionnat du Canada ont été retrouvés il y a quelques jours, un fait qui a provoqué l’indignation mondiale et surtout celle des communautés indigènes du pays nord-américain, qui exige que l’on recherche davantage les tombes non marquées et qui a mis en lumière les atrocités commises contre des milliers d’enfants indigènes dans ces centres.

Cette annonce n’est qu’un petit échantillon d’une enquête en cours menée par la tribu Tk’emlúps te Secwépemc sur la mort d’élèves dans des pensionnats catholiques, des écoles gérées par le gouvernement qui s’inscrivaient dans le cadre d’une politique d’assimilation des enfants autochtones et de destruction des cultures et des langues indigènes.

À cet égard, le Premier Ministre du Canada, Justin Trudeau, a commenté vendredi dernier la découverte des restes des 215 élèves du pensionnat autochtone de Kamloops (Colombie-Britannique) et a déclaré dans son discours qu’il voyait encore «une résistance de l’Église» à reconnaître les injustices. Le président s’est adressé aux catholiques du pays, leur demandant d’exiger des mesures de la part du Vatican, qui était responsable de la gestion de l’école de 1890 à sa fermeture définitive en 1977.

«En tant que catholique, je suis profondément déçu de la décision que l’Église catholique a prise maintenant et au cours des dernières années», a déclaré Trudeau, cité par le radiodiffuseur public CBC. «Je pense que ce sera un moment très important pour nous tous, en particulier pour les catholiques de tout le pays, pour tendre la main à nos paroisses locales, aux évêques et aux cardinaux et pour leur faire comprendre que nous attendons de l’Église qu’elle prenne ses responsabilités dans ce domaine», a-t-il ajouté.

Le Saint-Siège n’a pas fait de déclaration avant dimanche, lorsque le pape François s’est exprimé sur l’affaire. Samedi, le souverain pontife avait rencontré les deux cardinaux canadiens, Michael Czerny et Marc Ouellet. Le même jour, la nomination d’Ivan Jurkovic comme nonce apostolique au Canada a été annoncée.

Le pape ne présente toujours pas d’excuses au Canada

Le pape François a exprimé dimanche sa «tristesse» après la découverte des restes de 215 élèves autochtones dans un ancien pensionnat du Canada géré par l’Église Catholique et a exhorté les autorités religieuses et politiques à s’engager à faire la lumière sur ce qui s’est passé. Cependant, il n’a pas présenté les excuses officielles que beaucoup ont exigées.

Les restes des enfants ont été découverts à l’école indienne de Kamloops, dans la province de la Colombie-Britannique. Considéré comme le plus grand établissement de ce type dans le pays, il a été exploité par l’Église catholique entre 1890 et 1969, avant d’être définitivement fermé en 1977.

«Je me joins aux évêques canadiens et à toute l’Église catholique au Canada pour exprimer ma proximité avec le peuple canadien traumatisé par cette nouvelle choquante. Que les autorités politiques et religieuses du Canada continuent à travailler avec détermination pour faire la lumière sur ce triste événement et s’engagent avec humilité sur un chemin de réconciliation et de guérison», a déclaré le souverain pontife lors de sa bénédiction hebdomadaire sur la place Saint-Pierre, où il a prié pour les victimes.

François a également lancé un appel fort pour «s’éloigner du modèle colonial et de la colonisation idéologique culturelle», mais n’a pas présenté les excuses que beaucoup de Canadiens espéraient.

Les pensionnats catholiques en proie à la violence

Le pensionnat indien de Kamloops n’était pas le seul, mais c’était la plus grande «école» de ce type établi dans le pays à la fin du XIXe siècle, rapporte RT.

Ce système visait à assimiler les Indiens et à leur faire perdre leur culture d’origine. Selon l’historien canadien John S. Milloy, les objectifs du programme étaient similaires à ceux de l’Américain Richard Henry Platt, organisateur de la Carlisle Indian Industrial School en Pennsylvanie : «Tuer l’Indien pour sauver l’homme». En conséquence, les responsables de «l’école» ont forcé les élèves à oublier leur culture, leur langue et même leur famille, selon le rapport final de la Commission Canadienne de Vérité et de Réconciliation :

«Une fois dans les écoles, les frères et les sœurs étaient séparés, et le gouvernement et les églises organisaient même des mariages pour les étudiants après qu’ils aient terminé leur éducation. Les responsables gouvernementaux ont également insisté pour que les enfants soient découragés, et souvent interdits, de parler leur propre langue».

Le programme était soutenu par plusieurs congrégations chrétiennes, notamment les églises catholiques, anglicane, unie du Canada et presbytérienne, qui, en 1930-1931, géraient respectivement 44, 21, 13 et 2 pensionnats. «L’accord des églises a donné un fort soutien moral à cette position déterminée», déclare Milloy.

Au total, quelque 150.000 enfants issus de minorités ethniques étaient inscrits dans ces internats à l’échelle nationale. En 1931, environ 37 % des enfants amérindiens fréquentaient des pensionnats.

On estime qu’au moins 3.200 enfants sont morts dans ces institutions à la suite de violences ou de négligence, bien que le nombre exact de victimes reste inconnu. Il est également connu que les enfants ont été soumis à des abus physiques et sexuels par les soi-disant pédagogues.

La plupart des internats ont été fermés dans les années 1960. Certains ont été déplacés dans des villages autochtones qui voulaient avoir leurs propres écoles.

Le Canada et les injustices

Pendant des décennies, les militants autochtones ont attiré l’attention sur le traumatisme historique des peuples autochtones causé par le programme des pensionnats.

La première organisation impliquée à reconnaître ses erreurs a été l’Église unie du Canada, qui s’est excusée pour son rôle dans la colonisation en 1986 et plus particulièrement dans la gestion des écoles en 1998. Elle a été suivie par l’Église anglicane en 1993 et par l’Église presbytérienne un an plus tard.

En 1998, le Gouvernement canadien a publié une déclaration de réconciliation et en 2008, le Premier ministre de l’époque, Stephen Harper, a présenté des excuses officielles. La même année, la Commission de Vérité et de Réconciliation du Canada a été créée, qui a travaillé jusqu’en 2015.

Quant au Vatican, en 2009, le pape Benoît XVI a publié une déclaration dans laquelle il «exprime son regret pour la détresse causée par la conduite déplorable de certains membres de l’Église», mais n’a pas présenté d’excuses explicites au nom du Saint-Siège.

La question a été relancée en 2017, lorsque Trudeau a exigé des excuses. L’année suivante, cependant, le pape François a informé les parlementaires canadiens, par l’intermédiaire de la Conférence des Evêques Catholiques du Canada, qu’il ne présenterait pas d’excuses.

Que sait-on des disparus au Canada ?

Le rapport de la Commission Vérité et Réconciliation (CVR), publié en 2015, a qualifié la politique menée par le gouvernement de génocide culturel. Dans ses 4.000 pages, il détaille les échecs radicaux en matière de soins et de sécurité de ces enfants, avec la complicité de l’Église et du gouvernement, indique BBC Mundo.

«Les responsables, l’Église et les écoles étaient conscients de ces défaillances et de leur impact sur la santé des élèves», indique le rapport. Les étudiants étaient souvent logés dans des bâtiments mal construits, mal chauffés et insalubres, indique le rapport. Beaucoup n’avaient pas accès à un personnel médical qualifié et étaient soumis à des punitions sévères et souvent abusives.

L’enquête de la CVR a révélé que des milliers d’enfants indigènes envoyés dans des pensionnats ne sont jamais rentrés chez eux. Les abus physiques et sexuels ont conduit certains à fuir. D’autres sont morts de maladies ou d’accidents en plein milieu de la négligence.

En 1945 encore, le taux de mortalité des enfants des pensionnats était près de cinq fois supérieures à celui des autres écoliers canadiens. «Les survivants ont parlé d’enfants qui ont soudainement disparu. Certains ont parlé d’enfants disparaissant dans des cimetières de masse», a déclaré Murray Sinclair, président de la TRC, dans un communiqué mercredi.

D’autres survivants ont parlé de bébés conçus par des prêtres, arrachés à leur mère à la naissance et jetés dans des fours, a-t-il dit. En 2015, on estime que 6.000 enfants sont morts pendant leur internement. Jusqu’à présent, plus de 4.100 mineurs ont été identifiés. «Nous savons qu’il existe de nombreux endroits similaires à Kamloops qui seront mis en lumière à l’avenir», a déclaré Sinclair cette semaine. «Nous devons commencer à nous préparer à cela».

Qu’est-ce qui a été fait ?

En 2015, la CVR a émis 94 recommandations, dont six sur les enfants disparus et les cimetières. Le Premier Ministre Justin Trudeau a promis de les mettre toutes «pleinement en œuvre».

·         Selon un décompte effectué par le radiodiffuseur public CBC, 10 sont terminés, 64 sont en cours et 20 n’ont pas encore commencé.

·         La CVR, suspendue en 2009, s’est battue pour que la question des cimetières clandestins soit incluse dans son mandat.

·         En 2019, le gouvernement a alloué quelque 28 millions de dollars US sur trois ans pour développer et tenir à jour un registre des décès d’étudiants et établir un registre en ligne des cimetières des internats.

·         À ce jour, le Centre National pour la Vérité et la Réconciliation affirme n’avoir reçu qu’une fraction de cet argent.

Cette semaine, Trudeau s’est dit «consterné» par l’héritage des pensionnats indiens au Canada et a promis des «mesures concrètes», mais n’a pas donné beaucoup de détails. «Trudeau s’est montré disposé à bouger sur ce sujet, il a beaucoup parlé, mais nous avons vraiment besoin de voir des actions», a déclaré Scott.

Lui, Bellegarde et d’autres dirigeants autochtones ont fait pression sur le gouvernement pour qu’une enquête approfondie soit menée dans les 130 anciens pensionnats afin de trouver des tombes non marquées.

Ces enfants ont été «jetés», a déclaré le chef Bellegarde. «Ce n’est pas acceptable» La nouvelle de la découverte a également provoqué une réaction mondiale, suscitant des prises de position des Nations unies et de Human Rights Watch.

Les conclusions préliminaires ont également relancé les demandes d’excuses de l’Église catholique, l’une des recommandations du rapport de la CVR. En 2017, Trudeau a demandé au pape François de s’excuser pour le rôle de l’Église dans l’administration des pensionnats canadiens, mais le Vatican a refusé de le faire. D’autres Églises ont présenté des excuses officielles dans les années 1980 et 1990.

Compártelo

Comentarios