Colombie: les meurtres d’anciens guérilleros des FARC montrent le côté sombre de l’accord de paix

Adhérer et parier sur la paix en Colombie ne signifie pas l’immunité, et encore moins une garantie absolue d’éviter d’être victime de la violence bien ancrée dans le pays
Publicado en

Francés

0 0


Colombia

Adhérer et parier sur la paix en Colombie ne signifie pas l’immunité, et encore moins une garantie absolue d’éviter d’être victime de la violence bien ancrée dans le pays. La complexité du conflit armé interne, qui dure depuis plus d’un demi-siècle, fait des victimes presque quotidiennement dans tout le pays.

Les massacres et les assassinats systématiques de leaders sociaux, de paysans, d’indigènes et d’anciens guérilleros, ces derniers impliqués dans le traité de paix de 2016, font partie d’un quotidien déplorable, axé sur la persécution et la disparition de ceux qui pensent différemment, explique un reportage de RT.

La municipalité de Buenos Aires, l’une des 42 qui composent le département du Cauca, est devenue le foyer de ce type de criminalité sélective, perpétrée contre un groupe de personnes qui croyaient en la voie du travail productif comme meilleure alternative pour leur avenir et celui de leur pays.

Au cours des deux derniers mois, Buenos Aires, où la Coopérative Ecomún La Esperanza (Cecoespe), créée en octobre 2017 par 71 ex-combattants qui faisaient partie de l’Espace Territorial de Réincorporation de La Elvira et qui a connu un grand succès avec la production de la marque Café Sabor La Esperanza – participants à la Foire mondiale du café – a été le théâtre de plusieurs attaques d’assassins à gages contre ses membres.

Le plus récent de ces meurtres a été commis à l’encontre de Yorbis Valencia, un ancien guérillero connu dans les FARC sous le nom «d’Anderson Guerrero» ou de «Macancán» et qui a été officiellement intégré à la communauté en 2017, après la signature de l’accord de paix. Yorbis savait que déposer les armes n’était une garantie de rien, mais il a pris le risque de vivre pour soutenir la fin de la guerre interne.

«Cela fait longtemps que quiconque pense différemment n’est plus massacré. Alors on commence à penser : nous pensons différemment d’eux, s’ils ne nous donnent pas de garanties, qui sait ce qui se passera à partir de là. S’ils ne nous donnent pas de garantiesnous savons qu’ils vont nous tuer. Mais nous allons prendre ce risque», a déclaré Valencia en 2017, lors d’une interview avec la journaliste indépendante Mercy Insuasti, rapportée par le journal El Espectador.

Les assassinats ciblés en Colombie

Le premier des meurtres commis au cours des 60 derniers jours en Colombie contre des membres de la coopérative Cecoespe, qui a connu un grand succès, a été perpétré le 21 mai contre José Ignacio Loaiza, tué au cours d’une attaque qui visait également l’ancienne guérilla Camila Cienfuegos.

José Ignacio a été tué par un groupe d’hommes armés qui lui ont tiré dessus alors qu’il se trouvait à Popayán, où il est resté hospitalisé pendant plusieurs jours jusqu’à ce qu’il décède une semaine plus tard, le 28 mai, des suites de ses graves blessures.

La victime suivante, le mois suivant, était Norelia Trompeta Hachaue, une femme de 25 ans, également tuée à Buenos Aires. Son meurtre a été perpétré dans la nuit du 25 juin, lorsqu’elle a été abattue par des tueurs à gages.

Yorbis Valencia a été le prochain à tomber, le 25 juillet, lorsque plusieurs hommes l’ont abattu alors qu’il se rendait chez lui, dans le village de San Francisco, où il vivait depuis que les ex-combattants vivant dans la zone de réincorporation de La Elvira avaient commencé à se disperser à cause des menaces de mort.

Le meurtre de Valencia est le 279e exécuté contre les ex-guérilleros qui ont signé les Accords de Paix de 2016.

La Mission de l’OEA pour Soutenir le Processus de Paix en Colombie a demandé que son meurtre soit élucidé, a exhorté l’État à enquêter et à renforcer les mesures de protection des personnes en cours de réincorporation.

 L’histoire de la Coopérative Cecoespe

Selon El Espectador, la coopérative Cecoespe a commencé par l’investissement de 94 ex-combattants avec des fonds reçus pendant le processus de paix. Après sa fondation, le groupe de travailleurs agricoles s’est élargi à 134 ex-guérilleros associés et impliqués dans le projet du café, décrit comme l’un des produits les plus emblématiques de la réincorporation.

Mais derrière ce projet productif se cache une histoire amère de persécution, de menaces et de bannissement qui a forcé les dirigeants de la coopérative à quitter leur installation d’origine, les laissant vulnérables à la violence et à la recherche de terres pour poursuivre leur aspiration à une vie de paix.

Avant les derniers meurtres, plusieurs actes violents avaient déjà été perpétrés contre les dirigeants de la coopérative. L’un des événements les plus violents a eu lieu les 2 décembres 2019, lorsque plusieurs assassins à gages ont tué Manuel Santos Yatacué. Après l’avoir tué, ils ont pris le véhicule de la victime, l’ont garé devant la maison de Mario Rodríguez, président du Cecoespe, et y ont mis le feu.

La vague de menaces à l’encontre des membres de la coopérative s’est étendue à l’ensemble de ses membres et des déplacements forcés de la zone de conflit croissant ont commencé à se produire, avec une incidence maximale entre décembre 2019 et janvier 2020. Une situation qui se répète dans le reste du pays, comme le meurtre de Yeison Sarmiento à San José del Guaviare le 25 juillet, qui a porté à 280 le nombre d’ex-combattants tués depuis 2016, dont 31 cette année.

Ainsi, de nombreux exguerrilleros se sont retrouvés dans les régions de Santander de Quilichao et de Popayán. Un autre groupe se trouve à Timbío, où ils maintiennent le projet de café, dans la ferme Las Veraneras ; et il reste encore 24 autres ex-combattants dans les villages et la ville de Buenos Aires.

Selon les médias colombiens, les menaces ont commencé après l’entrée à Buenos Aires d’une structure dissidente des FARC contrôlée par Leider Johani Noscue, alias «Mayimbú».

Entre-temps, les ex-combattants ont demandé au gouvernement de les déplacer vers un nouvel espace territorial, mais l’Agence pour la Réincorporation et la Normalisation n’a pas été en mesure de le faire. Pour sa part, la Juridiction Spéciale pour la Paix fait avancer le processus d’octroi de mesures de protection préventive et a demandé à l’Exécutif de garantir la sécurité de cette population vulnérable.


Comparte 👍

Comenta 💬