Colombie Pourquoi la protestation sociale pèse-t-elle sur la lutte paysanne pour la terre?

Les revendications historiques de la population colombienne, négligées pendant des années par la «menace de guérilla», émergent dans un pays qui a signé l’accord de paix
Publicado en

Francés

0 0


Colombia

Les revendications historiques de la population colombienne, négligées pendant des années par la «menace de guérilla», émergent dans un pays qui a signé l’accord de paix. L’inégalité et la pauvreté, aggravées par la pandémie, deviennent désormais «l’ennemi commun».

Même la pandémie, qui a accumulé plus de 76.000 décès et près de 3 millions de contagions, n’a pas pu arrêter le mécontentement populaire. Les journées de protestation contre le gouvernement d’Ivan Duque ont commencé en 2019, se sont poursuivies en 2020 (brièvement interrompues par les confinements et les quarantaines) et se sont intensifiées aujourd’hui, explique la journaliste Nazareth Balbas dans un reportage de RT. Au cours de cette période, dit-elle, les indicateurs en Colombie – considérée comme une nation «modèle» par l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) – n’ont fait que se détériorer.

La semaine dernière, des chiffres officiels ont révélé que la pauvreté en Colombie touche 21 millions de personnes, soit 42 % du pays. Le nombre de personnes déplacées, qui était de 7,2 millions en 2016, est passé à près de 8 millions ; l’assassinat systématique de leaders sociaux et d’anciens guérilleros persiste et, à ce jour, rien qu’en 2021, 79 personnes ont été tuées. Dans ce contexte, la proposition de réforme fiscale qui toucherait particulièrement les plus pauvres était l’étincelle qui manquait.

«Les gens se sont fatigués et sont descendus dans la rue. La réforme fiscale proposée par le gouvernement n’a été que le déclencheur de besoins et de demandes qui ont des racines historiques bien plus profondes», résume le chercheur Richard Tamayo, docteur en droit de l’Universidad del Rosario et titulaire d’un master en Philosophie de l’Universidad Javeriana. Mais pourquoi deviennent-ils plus visibles maintenant ?

Pour la politologue et analyste Andrea Salazar, qui a accompagné les premiers pourparlers entre le gouvernement et la guérilla des FARC, aujourd’hui disparue, il y a un point essentiel : «La réalité est que le fait d’avoir signé un accord de paix, avec toutes les difficultés de mise en œuvre, fait que nous n’avons précisément aucune excuse pour affronter les conflits que nous avons eus historiquement. De plus, ces conflits ne sont plus traités dans la jungle, dans les montagnes, mais sont transférés dans des milieux beaucoup plus urbains. Le problème est que, tant dans le discours que dans l’action, la réponse de l’exécutif continue d’être ancrée dans une logique belliciste qui a déjà un bilan mortel qui le prouve : 37 morts, presque tous vraisemblablement aux mains des forces de sécurité».

Que se passe-t-il en Colombie ?

La Colombie traîne un conflit structurel qui est lié au régime foncier. Les luttes pour le territoire, qui ont conduit à la dépossession violente d’un grand nombre de personnes pour la richesse d’une minorité, ont été à l’origine d’une guerre qui a éclaté il y a près de soixante ans et à laquelle ont pris part divers acteurs armés. Cette guerre a ensuite été aggravée par la dynamique du «trafic de drogue, de l’exploitation minière et énergétique, des modèles agro-industriels et des alliances criminelles entre les paramilitaires, les politiciens, les fonctionnaires, les élites économiques et commerciales locales et les trafiquants de drogue», comme le montre le Centre National de la Mémoire Historique.

En 2016, avec l’accord entre le gouvernement et les FARC, la paix a été déclarée. Cependant, ce pacte impliquait une mise en œuvre difficile qui, pour l’instant, est toujours en suspens. Les meurtres d’anciens combattants, la naissance de nouvelles structures criminelles qui cherchent à prendre le contrôle des zones laissées par les guérilleros démobilisés, la permanence des groupes paramilitaires et la consolidation du trafic de drogue – qui étend sa présence sur le territoire colombien – s’ajoutent à la violence silencieuse des inégalités sociales et économiques.

Dans cette poudrière, Duque a non seulement mis sur la table des projets tels que la réforme fiscale qui a échoué, mais il a également promu un décret qui ouvre les portes à la fumigation des cultures de coca avec du glyphosate, encouragé les concessions minières et énergétiques dans les territoires en conflit, promu un changement remis en question du système de retraite et, en bref, dicté une série de mesures impopulaires qui poussent la population dans la rue.

Pour Tamayo, au lieu de répondre aux demandes historiques et à la pauvreté émergente causée par la pandémie, l’Administration de Duque «se contente de soulager les poches des banques etd’armer encore plus le pays», puisque le gouvernement colombien a annoncé l’achat éventuel d’avions et d’armes pour 4 milliards de dollars, soit près de 60 % de ce qu’il comptait récolter avec la réforme fiscale (6,4 milliards de dollars).

Les analystes consultés par RT soulignent la «déconnexion» du gouvernement avec la réalité actuelle du pays, une question qui, pour eux, est évidente dans les priorités fixées par Duque : la sécurité nationale et les macros finances. «Ils croient que les banques – dit Tamayo – peuvent sauver, mais ils n’ont pas réalisé que ce sont les gens qui meurent de faim, que ce peuple demande une attention urgente et opportune».

«Vandales et terroristes»

Au niveau institutionnel, le message du gouvernement insiste sur le lien entre la protestation sociale et le discours de la guerre. Ainsi, le ministre colombien de la Défense, Diego Molano, a qualifié les manifestants de «terroristes» et a assuré qu’ils avaient des liens avec l’ELN et les dissidents des FARC. Et ce n’est pas pour rien.

«La Colombie est un pays qui a historiquement stigmatisé la mobilisation sociale et la protestation», déclare Salazar. En 2019, les marches massives observées dans les rues pour exiger la mise en œuvre effective de l’accord de paix, la prise en compte des besoins des zones rurales et la réforme de la justice ont été accueillies d’une main de fer. Après la mort de plusieurs manifestants, le gouvernement avait promis une table de dialogue pour mars 2020, qui, avec l’arrivée de la pandémie, a été mise en attente. En septembre de l’année dernière, le meurtre de Javier Ordóñez par un policier a attisé la colère et les rues se sont à nouveau enflammées. Le résultat de ces protestations a été de 13 morts.

À cette occasion, la réponse de l’État a consisté à utiliser une stratégie éculée consistant à accuser le Venezuela et les «brises bolivariennes» d’avoir encouragé les manifestations, comme s’il n’y avait pas de raisons légitimes et réelles en Colombie pour justifier la mobilisation. Cette stigmatisation s’est maintenant répétée. En plus de lier les marches à la guérilla, le gouvernement tente également de rendre Caracas responsable.

Tamayo met en garde contre le danger de voir les institutions de l’État qualifier les manifestants de «terroristes» et de «vandales», dans un pays où les médias répètent le discours officiel «générant tout un environnement d’opinion qui peut justifier la mort de citoyens». Cette semaine, sur les réseaux sociaux, le chercheur et professeur d’université a fait allusion à un tweet de l’ancien président Álvaro Uribe, dans lequel il évoquait une «révolution moléculaire dissipée».

Ce concept, qui semble découler d’une théorie du complot, a été attribué au néonazi chilien Alexis López. Selon cette thèse, explique Tamayo, «les manifestations ne sont rien d’autre que des actes de vandalisme visant à déstabiliser l’État, et doivent donc être traitées militairement».

«Notre préoccupation est que non seulement le Gouvernement Colombien prend conseil auprès de ce type de leaders néonazis, mais que cela se reflète déjà dans la manière de traiter les protestations, qui ne sont pas considérées comme un problème de droits, mais de sécurité nationale. Dans les villes, on a vu que les manifestations sont confrontées à des armes létales, c’est-à-dire que les forces publiques ne cherchent pas à «neutraliser» les prétendus vandales, mais à les éliminer».

Cette semaine, la vidéo de López donnant une conférence à l’Université Militaire de Nouvelle-Grenade a été largement commentée sur les médias sociaux. «Le Ministère de la Défense a été chargé de former les militaires dans le cadre des directives de cette doctrine et ce que ces personnes font, en propageant un discours de haine, devrait être pénalisé», déclare Tamayo.

Pour lui, former l’armée à des doctrines qui justifient l’extermination ne peut que conduire à un «massacre d’État». L’inquiétude est encore plus grande si – comme l’ont demandé certains facteurs alliés au gouvernement – un état de trouble interne est décrété, ce qui donne au président le pouvoir de suspendre les garanties dans tout le pays.

«La doctrine de la ‘révolution moléculaire dissipée’, explique Tamayo, fait de l’état de siège le plus souhaitable pour mettre en œuvre les politiques nécessaires afin d’éviter ce qu’ils appellent ‘la prostration de l’État face à la gauche radicale’. Si elle est finalement approuvée, la seule chose à laquelle on peut s’attendre est une aggravation des conditions et une crise humanitaire sans précédent dans notre pays».

Bien que cela puisse paraître improbable, des exterminations ont déjà été commises en Colombie qui ont été enterrées pendant des années sous une justification officielle. Parmi elles, l’assassinat de plus de 4.000 membres de l’Union Patriotique (UP), un parti de gauche, ou la politique des ‘faux positifs’, qui permettait à l’armée de présenter des civils comme des «victimes de combat», en les déguisant en guérilleros.

Le conflit n’est plus très loin

La semaine dernière, outre les scènes où les forces de sécurité tirent sur des manifestants, les arrêtent et les battent, des actes de vandalisme ont été commis par des participants aux manifestations, brûlant des postes de police et bloquant des voies publiques, ce que le gouvernement n’a pas hésité à qualifier de «terrorisme».

Mais l’indignation avec laquelle l’exécutif condamne la destruction de biens publics et l’attaque de policiers n’a pas été la même lorsqu’il s’est agi de parler des victimes, qui sont presque toutes des civils. De plus, Duque a appelé cette semaine à un nouveau dialogue et au lieu de convoquer d’abord les représentants de la Grève Nationale, il a décidé de commencer par les institutions gouvernementales, ce qui n’a pas été bien vu par les protagonistes de la protestation.

D’autre part, Salazar souligne le fait que les manifestations se déroulent au cours de la dernière année du Gouvernement de Duque, ce qui en fait «un grand terrain propice à de nombreux intérêts, de tous les horizons, pour profiter de la mobilisation sociale et même déformer ce qui se passe». Pour le chercheur, la réponse répressive de l’uribisme et la réaction de la gauche laissent «peu de marge d’action» à la société pour échapper à la polarisation.

Au milieu de cette indignation, les réseaux font irruption comme amplificateurs. Si Salazar reconnaît que ces plateformes ont permis de rendre visibles des revendications historiquement réduites au silence, il estime également que le récit fragmenté rend les réactions volatiles et les analyses rares. «Je pense que nous ne sommes pas pleinement conscients de la façon dont nous lisons les informations que nous voyons, comment nous les digérons, il est donc très facile de tomber dans l’extrémisme et le fanatisme sans faire des lectures plus judicieuses».

Le conflit colombien, cependant, n’est pas seulement une question de réseaux sociaux. Pour le professeur Tamayo, pour la première fois depuis des décennies, il y a un «réveil démocratique de solidarité» qui a réuni les communautés les plus vulnérables du pays dans une même revendication : les jeunes, les indigènes, les communautés noires, les paysans. Et avec une voix qui s’élève de plus en plus près des villes.

L’approche du conflit dans des contextes urbains qui se sont toujours sentis éloignés des problèmes de la Colombie profonde a ébranlé les secteurs privilégiés. Les personnes des couches supérieures, affirme Salazar, commencent à se sentir mal à l’aise parce qu’elles entendent déjà les casseroles, elles sont déjà affectées par les lieux où elles voyagent. Ces groupes, qui ont vécu dans la logique de la stigmatisation des marches, voudraient que les protestations soient stériles, organisées, qu’elles n’affectent pas, qu’elles ne dérangent pas, mais la manifestation sociale, par définition, doit déranger. Je ne dis pas qu’elle doit recourir à la violence, mais elle doit mettre les gens mal à l’aise afin de générer le réveil nécessaire : un système que personne ne remet en question n’a pas besoin de se réinventer, de s’améliorer ou de se transformer. Les élites déconnectées de la réalité peuvent maintenant voir les conflits historiques commencer à apparaître dans leurs propres rues.


¿Disfrutaste este artículo? Déjanos una propina y ayúdanos a financiar este medio

Compártelo

Comentarios