COVID-19: Qu’en est-il des rechutes de patients guéris?

La Commission Nationale de la Santé en Chine a annoncé que les premiers examens chez certains patients réinfectés ont montré qu'ils n'étaient pas infectieux
Publicado en

Francés

0 0


COVID

Au cours des derniers jours, diverses informations ont été publiées concernant les patients qui ont contracté le coronavirus COVID-19, ont été guéris puis ont rechuté avec la même maladie.  

Ces cas ont été confirmés par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), ce qui suggère que les personnes guéries continuent d’être mises en quarantaine pour vérifier qu’elles ne souffrent ni ne propagent le virus.  

Cette situation inquiète les médecins, en raison de la virulence du COVID-19, classé pandémie car il touche déjà 160 150 pays, avec plus de 240 000 infectés, seulement 85 000 guéris et près de 10 000 décès. 

Selon le journal El País, un père et sa fille, tous deux originaires de la province chinoise du Jiangsu, sont les derniers cas connus de patients guéris du coronavirus qui sont redevenus infectés en quelques jours. Ce sont des rechutes qui inquiètent et alertent sur la difficulté d’éradiquer le virus.  

Selon le rapport, l’homme avait été libéré il y a deux semaines, mais un nouveau test a été effectué qui s’est révélé positif. Cela s’est également produit avec la petite fille, alors les deux sont retournés à l’hôpital.

Le recontagio s’est également produit au Japon, où quelques jours avant l’histoire d’une femme qui avait été infectée en janvier et qui avait été libérée en février s’était répandue. Cependant, le 26 février, il a de nouveau présenté des symptômes compatibles avec COVID-19.

À Wuhan, l’épicentre de l’épidémie, ils imposent un isolement de 14 jours à ceux qui prétendent être guéris, étant donné qu’il y a des guérisons qui se révèlent à nouveau positives. 

La Chine entière présente des cas de réinfectés. Même une étude réalisée auprès de patients déjà guéris et libérés dans la province de Guangzhou montre qu’environ 14% sont à nouveau testés positifs, selon le magazine Caixin.  

COVID

 Pourquoi y a-t-il des rechutes?

L’une des raisons avancées pour expliquer les rechutes est qu’une petite quantité de virus est restée dans le corps du patient, lui permettant de se reproduire et de tester à nouveau le corps si les anticorps nécessaires n’ont pas encore été développés.  

La Commission Nationale de la Santé en Chine a annoncé que les premiers examens des patients réinfectés ont montré qu’ils n’étaient pas infectieux

De plus, il est possible que les tests de décharge aient été effectués incorrectement ou aient montré de faux négatifs. Même Li Wenliang, le médecin qui a alerté sur une crise et est décédé du COVID-19 le 6 février, a été testé négatif plusieurs fois avant de l’être.

Lors d’une conférence de presse, le directeur adjoint du Centre cantonal de contrôle et de prévention des maladies, Song Tie, a déclaré qu’aucun des deuxièmes patients infectés ne semblait avoir infecté les personnes qui l’entouraient.   

«D’après ce que nous comprenons, après qu’une personne a été infectée par ce type de virus, elle produira des anticorps, et après que ces anticorps auront été produits, elle ne sera pas contagieuse.»

«C’est une tendance qui s’est produite lors d’épidémies d’autres maladies», a déclaré Christl Donnelly, épidémiologiste à l’Imperial College de Londres et à l’Université d’Oxford, citée par les agences de presse.  

L’expert a rappelé Ébola ouest-africain comme exemple dans lequel des remarques ont été présentées

«Il est également possible qu’il survienne comme dans le cas du zona, conséquence d’une infection antérieure par le virus de la varicelle, dans laquelle le virus est dormant dans une partie du corps«, a-t-il ajouté. 

Selon Donnelly, on ne sait pas encore si ces personnes affectées peuvent infecter d’autres personnes.

L’OMS apelle à l’isolement préventif

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a souligné que les personnes infectées par COVID-19 peuvent toujours infecter d’autres personnes après leur rétablissement, de sorte que leur isolement devrait se poursuivre au moins 15 jours après avoir cessé d’avoir des symptômes.  

«Ils peuvent encore infecter d’autres personnes après avoir cessé de se sentir mal, donc les mesures (d’isolement) devraient durer au moins deux semaines après la disparition des symptômes», a déclaré le médecin éthiopien lors d’une conférence de presse à Genève, commentant en particulier la situation de ceux qui se remettent de la maladie à domicile.

Tedros a ajouté que dans ces cas, les soignants doivent être des personnes en bonne santé et n’appartenant pas à des groupes à risque, ils doivent se laver les mains après contact avec le patient et aucune autre visite ne devrait être autorisée.  

«Prendre soin des personnes infectées à domicile peut mettre les personnes de la même famille en danger, il est donc essentiel que les soignants suivent les directives de l’OMS pour fournir les soins les plus sûrs possibles», a-t-il déclaré.  

Comentarios