Dignidad Ahora

De l’or? Les raisons de la Grande-Bretagne pour ne pas donner les fonds au Venezuela

La Cour Suprême du Royaume-Uni a commencé lundi à délibérer sur la scandaleuse affaire des 31 tonnes de réserves d’or du Venezuela à la Banque d’Angleterre, en litige depuis plusieurs années
Publicado en

Francés

0 0


oro

La Cour Suprême du Royaume-Uni a commencé lundi à délibérer sur la scandaleuse affaire des 31 tonnes de réserves d’or du Venezuela à la Banque d’Angleterre, en litige depuis plusieurs années.

Depuis 2018, Caracas tente en vain de reprendre le contrôle des réserves qui ont été «sauvegardées» à la Banque d’Angleterre, et qui s’élèvent aujourd’hui à environ 1,6 milliard d’euros. Cependant, la lutte pour ces fonds s’est intensifiée l’année dernière suite à un procès intenté par la Banque Centrale du Venezuela (BCV), explique un rapport de Nazareth Balbás pour RT.

Bien qu’il s’agisse de ressources souveraines, les raisons avancées par la Banque d’Angleterre pour refuser à la BCV l’accès à ses fonds en or sont entourées d’un enchevêtrement de contradictions, de jeux politiques et de pressions de l’opposition vénézuélienne, actuellement dirigée par l’ancien député Juan Guaidó.

L’audience de l’affaire devrait opposer les avocats de la BCV, qui réclament le contrôle des ressources pour servir les Vénézuéliens dans le contexte de la pandémie, à l’équipe juridique de Guaidó, qui a fait valoir que le rapatriement des fonds vers le pays sud-américain constituerait une «transaction illégitime». Que pourrait-il arriver ?

De l’or pour qui ? Les points d’achoppement

Au milieu de l’année dernière, la Haute Cour Britannique a refusé à l’État vénézuélien l’accès aux fonds de la Banque d’Angleterre, arguant que le gouvernement britannique avait reconnu «univoque» Guaidó comme «président intérimaire constitutionnel», suite à l’autoproclamation du parlementaire en janvier 2019.

Dans cette première décision, le juge Nigel Teare a estimé que c’était le conseil «ad hoc» nommé par l’ancien député de l’opposition qui devait exercer le contrôle sur les 31 millions de tonnes d’or. Cette décision ayant été rejetée par le gouvernement du président Nicolás Maduro, la BCV a fait appel de la décision.

L’objectif de Caracas était que ces ressources bloquées par la Banque d’Angleterre soient transférées au Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) pour l’achat de nourriture et de médicaments, une action que l’équipe de Guaidó considère comme «illégitime».

Fin septembre de la même année, une cour d’appel a annoncé qu’elle examinerait la revendication de l’État vénézuélien sur l’or et déterminerait si la décision de Teare, favorable à Guaidó, était appropriée. L’un des principaux arguments avancés par la BCV était que le Royaume-Uni n’avait pas rompu ses relations avec l’administration de Maduro – qui a même reçu les lettres de créance de la délégation diplomatique à Caracas – de sorte que cette reconnaissance «d’univoque» de l’ancien député de l’opposition était pour le moins discutable.

En octobre, la cour d’appel a annulé le jugement en faveur de Guaidó et renvoyé l’affaire devant le tribunal de commerce pour un complément d’enquête. Dans le jugement rendu en octobre, le juge britannique Stephen Males s’est prononcé sur la reconnaissance par le Royaume-Uni du chef de l’opposition vénézuélienne : «À mon avis, il est ambiguë ou, en tout cas, moins qu’univoque».

Nouvelles perspectives

L’audience convoquée pour ce lundi se déroulera en présence du Ministre Britannique des Affaires Etrangères, Dominic Raab, dans une journée qui a commencé par une déclaration du ministère britannique des Affaires Etrangères ratifiant la reconnaissance de Guaidó comme «président par intérim» du Venezuela.

«Le Royaume-Uni reconnaît désormais Juan Guaidó comme président constitutionnel intérimaire du Venezuela, jusqu’à ce que des élections présidentielles crédibles puissent être organisées», a déclaré aujourd’hui le ministre des Affaires Etrangères Jeremy Hunt, qui a qualifié le gouvernement du président Maduro «d’illégitime et kleptocratique».

La position de Londres diffère de celle adoptée par l’Union Européenne, qui, au début de l’année, a retiré à Guaidó sa reconnaissance en tant que «président par intérim» et l’a rétrogradé au rang de simple «acteur politique», puisque le chef de l’opposition a perdu la présidence du parlement et ne s’est pas présenté aux dernières élections visant à renouveler le corps législatif.

Le déclin du soutien à l’ancien député est même venu de ses propres rangs. Vanessa Neuman, la «représentante» que Guaidó avait nommée au Royaume-Uni, a «démissionné» de son poste l’année dernière et a qualifié de «tragique» la performance du leader de l’opposition, qui n’a pas réussi à renverser Maduro et à prendre le contrôle du pays.

Neuman a par ailleurs été impliquée dans un scandale après la révélation d’un enregistrement audio dans lequel elle suggère à l’opposition de renoncer à la revendication territoriale sur l’Esequibo contre le Royaume-Uni, afin de s’assurer que Londres ne retire pas son soutien à Guaidó.

De même, l’ancien député de l’opposition et son entourage ont été sous le feu des critiques pour des actions irrégulières et un manque de responsabilité pour l’argent qu’ils ont géré. Le scandale le plus récent concerne l’USAID, un rapport ayant révélé que 98 % des ressources envoyées au Venezuela avaient été détournées à d’autres fins par les dirigeants anti-Chávez.

Dans ce contexte, le gouvernement vénézuélien a accusé la Banque d’Angleterre de tenter de «voler» les ressources d’un pays, ce qui, selon Caracas, crée un dangereux précédent pour les nations qui ont leurs réserves dans les banques britanniques.

«Ce n’est pas la première fois que la Banque d’Angleterre agit comme un agent de pillage contre le peuple. Aujourd’hui, elle viole des contrats et escroque les nations en profitant de la pandémie. Une alerte au monde entier pour qu’il ne fasse plus jamais confiance à ces pirates du XXIe siècle !», a déclaré l’ambassadeur du Venezuela aux Nations Unies, Samuel Moncada, en mai de l’année dernière.

La question sous-jacente est que, si la justice britannique se prononce en faveur de l’opposition, elle ouvrira la porte à la possibilité pour Londres de bloquer les fonds souverains de n’importe quel pays s’il approuve des jongleries politiques telles que la reconnaissance d’un gouvernement parallèle, comme celui de Guaidó, qui s’est autoproclamé au Venezuela sans passer par des élections et sans aucune base constitutionnelle.


Comparte 👍

Comenta 💬