Déforestation, déplacement et criminalité : l’impact de la pandémie dans la jungle sud-américaine

Les conditions générées pendant la crise sanitaire du covid-19 ont été exploitées par des groupes illégaux pour faire avancer la destruction des forêts en Amérique du Sud
Publicado en

Francés

0 0


Deforestación

Les conditions générées pendant la crise sanitaire du covid-19 ont été exploitées par des groupes illégaux pour faire avancer la destruction des forêts en Amérique du Sud. Depuis mars 2020, date à laquelle la pandémie mondiale a été déclarée, 724.557 alertes de déforestation ont été déclenchées dans les zones protégées de Colombie, d’Équateur, du Pérou et de Bolivie.

Dans un reportage de la journaliste Nazareth Balbás pour RT, il est détaillé que chacune de ces alertes, selon une enquête de Mongabay, est déclenchée lorsqu’une surface de 30 x 30 mètres est détruite dans une forêt tropicale, ou en d’autres termes, lorsqu’une surface de forêt équivalente à deux terrains de basket est perdue. Rien qu’au cours des six premiers mois de cette année, 34.709 alertes ont été détectées.

Les images satellites révèlent que les régions de l’Amazonie (Colombie, Pérou et Équateur) et de la Chiquitanie (Bolivie) sont les plus touchées par ce phénomène. Ces poumons verts sont affectés par une exploitation forestière aveugle à des fins diverses, notamment le trafic de bois, les plantations de monoculture et le trafic de drogue, une situation qui affecte particulièrement les communautés autochtones vivant sur ces terres.

La violence, les déplacements et la perte de leurs terres sont les conséquences les plus palpables dans ces territoires, où la présence de l’État est remplacée par l’action de groupes armés désireux d’ouvrir des voies pour l’extraction de ressources, comme le bois ou les minéraux, ou le trafic de marchandises illégales, comme les drogues.

Qui domine les territoires ?

Les trafiquants de drogue d’organisations telles que le ‘Clan del Golfo’, les dissidents des défuntes Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC), les grands propriétaires terriens et les personnes impliquées dans l’exploitation forestière sont les principaux responsables de l’escalade de la déforestation et de la violence.

Le rapport de Mongabay mentionne tout particulièrement la Colombie, où les trafiquants de drogue ont multiplié les itinéraires pour le trafic de substances illicites, un comportement qui coïncide avec l’augmentation record de la production de cocaïne dans ce pays au cours de l’année dernière, selon le rapport de Bureau de la Maison Blanche pour la Politique Nationale de Contrôle des Drogues publié le mois dernier.

Cette étude a constaté, en parallèle, qu’en 2020, il y avait une augmentation «de la violence dans les zones rurales» dans le contexte de la pandémie. Le tableau est similaire au Pérou, où, la même année, «la culture de la coca et la production de cocaïne ont atteint le niveau record de 88.200 hectares».

Selon les conclusions du bureau américain, l’expansion évidente des zones sous contrôle du trafic de drogue «démontre la nécessité d’accroître les approches holistiques qui combinent le développement économique, une présence gouvernementale accrue et la sécurité des citoyens, l’interdiction et l’éradication dans les zones rurales clés afin de réduire durablement la production de cocaïne et de construire la paix dans les zones touchées par les conflits».

Mais les recommandations des États-Unis – le principal consommateur de médicaments produits en Amérique latine – sont loin de la réalité. Les recherches conjointes de Mongabay soulignent que l’avancée des groupes irréguliers est due à l’absence – ou à l’acquiescement – de l’État et qu’elle a affecté non seulement la nature, en raison de la déforestation, mais aussi les communautés indigènes qui vivent dans ces territoires et subissent des violences et des déplacements forcés.

Anatomie de la violence et de la déforestation

Au Pérou, les peuples indigènes de la région d’Ucayali, et ceux de Santa Rosillo de Yanayaku et d’Anak Kurutuyaku dans la région de San Martin, ont cessé de se déplacer sur leurs propres terres de peur d’être tués par les trafiquants de drogue qui opèrent dans cette région.

Les habitants estiment que les narcotrafiquants les ont dépossédés d’au moins 10% de leurs terres, tout en affectant quelque 2.000 hectares à la culture de la coca et à l’installation de laboratoires de pâte de coca. L’action de ces groupes illégaux s’est exercée par le biais de l’intimidation et de l’imposition de «normes» qui privent les communautés indigènes de la liberté de mouvement sur leurs propres terres.

Les données recueillies depuis le début de la pandémie jusqu’à aujourd’hui montrent qu’au moins sept dirigeants indigènes ont été assassinés au Pérou, dont trois cette année. Le dernier meurtre signalé est celui de Mario Marco López Huanca, chef de la Réserve Communale d’El Sira, qui a été abattu par des trafiquants de drogue alors qu’il marchait près de la rivière Anacayali.

En Colombie, la situation est encore pire. Rien que cette année, au moins 28 dirigeants indigènes ont été assassinés, selon un décompte de l’Institut d’Etudes sur le Développement et la Paix (Indepaz), qui compte au total 86 militants sociaux et environnementaux tués.

L’Amazonie colombienne est également l’une des zones les plus conflictuelles en raison de l’apparition d’acteurs armés illégaux qui non seulement accroissent la déforestation, mais exercent également une coercition à l’encontre des communautés indigènes vivant autour des parcs nationaux de la Sierra de la Macarena (département du Meta), de la Serranía de Chiribiquete (départements du Guaviare et du Caquetá) et, surtout, de la réserve indigène Yaguará II (Llanos del Yarí).

En Bolivie et en Équateur, la situation est également préoccupante. L’extraction de bois le long des rivières Bobonaza, Curaray et Villano, en territoire équatorien, n’a pas seulement eu des conséquences en termes de déforestation, mais aussi en termes d’installation de colons, de déstructuration du tissu social et de prolifération d’activités illégales, selon le rapport de Mongabay.

En fait, l’ancien président équatorien Lenín Moreno s’est vanté de l’augmentation des exportations non pétrolières du pays pendant son gouvernement, mais une partie de ce phénomène a été possible grâce à l’augmentation excessive de l’exploitation du bois de balsa amazonien, un arbre sauvage à croissance rapide qui a la caractéristique d’être le plus léger connu, plus léger encore que le liège.

Pendant ce temps, le Chiquitania bolivien est toujours assiégé par des trafiquants de terre qui veulent installer de vastes plantations de soja et disputent le territoire à ses habitants légitimes, notamment dans la zone protégée de Bajo Paraguas San Ignacio de Velasco.


Comparte 👍

Comenta 💬