Des centaines de patients vénézuéliens atteints de cancer pourraient mourir à cause des sanctions américaines

Un groupe de rapporteurs et d’experts indépendants des Nations Unies (ONU) en matière de droits de l’homme a averti mercredi que «l’application excessivement stricte» des sanctions américaines contre le Venezuela et sa compagnie pétrolière publique Petróleos de Venezuela (PDVSA) pourrait entraîner la mort de «centaines de patients vénézuéliens atteints de cancer»
Publicado en

Francés

0 0


Venezuela

Un groupe de rapporteurs et d’experts indépendants des Nations Unies (ONU) en matière de droits de l’homme a averti mercredi que «l’application excessivement stricte» des sanctions américaines contre le Venezuela et sa compagnie pétrolière publique Petróleos de Venezuela (PDVSA) pourrait entraîner la mort de «centaines de patients vénézuéliens atteints de cancer».

«La vie des patients vénézuéliens qui ont subi des transplantations et qui sont bloqués dans des pays étrangers est menacée», ont déclaré les experts dans une déclaration publiée sur le site de l’ONU, ajoutant qu’il en va de même pour les personnes qui attendent de se rendre hors du Venezuela pour «subir des opérations sans lesquelles elles ne survivraient pas».

Le texte, rapporté par RT et également publié par le ministre vénézuélien des affaires étrangères, Jorge Arreaza, sur Twitter, est signé par Alena Douhan, rapporteur spécial des Nations unies sur l’impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur la jouissance des droits de l’homme, et Nils Melzer, rapporteur spécial sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Ont également signé le communiqué Obiora Okafor, expert indépendant sur les droits de l’homme et la solidarité internationale ; Livingstone Sewanyana, expert indépendant sur la promotion d’un ordre international démocratique et équitable ; Saad Alfargi, rapporteur spécial sur le droit au développement ; et Tlaleng Mofokeng, rapporteur spécial sur le droit de toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale possible.

Les spécialistes ont confirmé que les sanctions ont mis en danger la vie d’au moins 190 patients atteints de cancer qui sont sur une liste d’attente pour un traitement à l’étranger et ont dénoncé que 14 enfants, dont trois bébés, sont morts entre 2017 et 2020, «en attendant un traitement» qui n’est pas arrivé parce que les États-Unis ont refusé au gouvernement vénézuélien le contrôle de sa compagnie Citgo, et ont cédé la compagnie pétrolière à l’ancien député Juan Guaidó, lorsqu’il a été reconnu par l’administration de Donald Trump comme «président en charge».

Des conséquences dévastatrices au Venezuela

Le groupe n’a reconnu que la Fondation Simon Bolivar, sous l’administration du gouvernement vénézuélien de Nicolas Maduro, «a aidé des patients atteints de cancer, dont de nombreux enfants, à se rendre à l’étranger pour recevoir des greffes et d’autres traitements vitaux».

Puis, ajoutent les experts, «des centaines de ces patients qui étaient liés à un programme national de transplantation avec le Gouvernement du Venezuela ont vu leur traitement interrompu lorsque les États-Unis ont refusé le contrôle de Citgo».

Cela s’est produit après que la nouvelle administration, imposée par Guaidó, ait notifié aux patients que leurs traitements ne seraient pas poursuivis et qu’ils devraient en assumer seuls les coûts. En effet, l’État vénézuélien a dénoncé que les ressources destinées à ces patients ont été volées et utilisées par l’ancien député de l’opposition pour mener des attaques.

«Cibler PDVSA a été un moyen de contrôler l’agenda politique du Venezuela, ce qui a eu des conséquences dévastatrices pour des centaines de personnes sous traitement pour rejet de greffe, tant au Venezuela qu’à l’étranger», ont-ils ajouté.

Le groupe a également appelé «tous les États, les banques et les entreprises privées» qui ont appliqué des sanctions contre le Venezuela à assumer «l’entière responsabilité des effets de leurs actions sur les individus», notamment parce qu’elles portent atteinte à la jouissance des «droits fondamentaux à la vie et à la santé».

De même, les experts ont appelé les parties concernées à retirer «les sanctions et les politiques de surrespect qui affectent les droits de l’homme fondamentaux».

Ils réaffirment que «les États ont l’obligation de respecter, protéger et réaliser les droits de l’homme de toutes les personnes concernées par l’action internationale».

«Les conséquences involontaires des sanctions».

Les spécialistes ont indiqué que la situation subie par ces centaines de patients est déjà connue du Gouvernement Américain et des autres pays et entités qui appliquent les sanctions.

En effet, ils préviennent que les mesures coercitives à l’encontre du pays sud-américain se sont radicalisées parce que «les pays tiers, les banques et les entreprises privées se sont montrés excessivement prudents dans leurs relations avec le Venezuela, car ils craignent de violer involontairement les sanctions américaines».

L’une des conséquences les plus graves est la réalisation de transactions bancaires en dehors du Venezuela, ce qui a eu pour conséquence que plusieurs patients se sont retrouvé bloqués et même «démunis» dans les pays où ils se rendaient pour se faire soigner.

C’est pourquoi les rapporteurs des Nations Unies ont appelé les parties concernées à «atténuer les conséquences involontaires des sanctions et à rétablir le traitement des personnes dont la vie est désormais en danger».


Comparte 👍

Comenta 💬