Eduardo Bendezú, avocat et secrétaire de presse national de Perú Libre : «Ces élections signifient la rébellion du peuple contre un système qui l’a exclu»

Le second tour des élections au Pérou est prévu pour le dimanche 6 juin
Publicado en

Francés

0 0


perú eduardo bendezú

Le second tour des élections au Pérou est prévu pour le dimanche 6 juin. Pedro Castillo de Perú Libre et Keiko Fujimori de Fuerza Popular s’affronteront.

Dans une interview accordée à El Ciudadano, l’avocat et secrétaire de presse national de Peru Libre, Eduardo Bendezú, a souligné que ce processus électoral «signifie la rébellion du peuple contre un système qui l’a exclu non pas en 30 ans, mais en 200 ans».

Il a également souligné qu’avec Castillo, la revendication n’est plus une promesse, mais peut être un fait, et a averti que le Fujimorisme représente la plus forte brutalité de l’histoire récente du Pérou.

Par Denis Rogatyuk

EB : Merci pour cette visite et pour avoir couvert un processus qui signifie précisément la rébellion du peuple contre un système qui l’a exclu non pas en trente ans, mais en deux cents ans.

DR : Que pouvez-vous nous dire sur le type d’organisation qu’est Perú Libre ?

EB : Peru Libre est un parti de gauche, qui est très favorable à la question provinciale, la question des gens qui ne sont pas exactement dans la capitale, parce qu’il y a un énorme problème de centralisme, qui est né dans ce qui a été le processus de régionalisation comme niveau du gouvernement du pays à partir de 2002, et depuis 2008, quand il a été officiellement fondé, il a eu différents espaces de travail, principalement électoraux au niveau des gouvernements locaux, les bureaux des maires, et les gouvernements régionaux.

Nous avons été deux fois gouvernement régional à Junín, une région du centre du pays adjacente à Lima, la capitale. Dans la première période, de 2011 à 2014, nous avons développé des programmes médicaux et éducatifs, et maintenant, de 2019 à 2022, nous serons également un gouvernement régional.

Notre structure est conforme à la structure de l’État péruvien, c’est-à-dire que nous avons un comité exécutif national, nous avons des comités exécutifs régionaux et des comités exécutifs locaux, c’est un peu la structure que nous avons et, enfin, nous pourrions souligner que ce travail au niveau national que nous avons développé depuis 2012 en faisant le tour de toutes les régions et provinces du pays, nous avons eu un processus d’enregistrement du parti pendant de nombreuses années, de 2012 à 2016, nous avons également participé aux élections régionales et locales de 2018 avec différents candidats et les élections complémentaires de 2020.

Donc ces deux caractéristiques de gauche, un peu plus avec un regard provincial, régionaliste, en dehors de la capitale, je pense que cela a aussi signifié beaucoup d’identité des secteurs populaires en dehors de la capitale.

DR : Quel est le lien entre le parti et les syndicats d’enseignants et la lutte des syndicats d’eux ?

EB : En général, le parti a toujours essayé de contribuer aux espaces syndicaux, nous n’avons certainement pas un travail important dans les syndicats, peut-être dans le syndicat des enseignants de notre région, car de nombreux militants ont également été des activistes au sein du syndicat des enseignants, soit au sein du Sutep (Sindicato Unitario de Trabajadores en la Educación) ou ce qui est plus tard la Federación de Trabajadores de la Educación dirigée par Pedro Castillo. Notre lien avec le mouvement des enseignants est le résultat de ce processus de conversations dans lequel Pedro Castillo, en tant que leader, en tant que chef des enseignants, a décidé de rejoindre le Perú Libre et de participer à ces élections, et à partir de là nous pouvons dire que cette union, cette unité qui en ce moment nous donne les résultats que nous connaissons.

DR : Comment évaluez-vous la relation avec le mouvement ouvrier actuellement dans cette campagne ?

EB : En raison du passage à ce deuxième tour, les deux centrales les plus importantes que compte notre pays, la CGTP (Central General de Trabajadores del Perú) et la CUP (Central Unitaria de Trabajadores del Perú) ont eu des conversations avec l’enseignant, avec la direction du parti, et à l’exception de cette question des réunions, elles ont parié dès le départ sur un enseignant, parce que Pedro signifie aussi précisément la lutte syndicale, il incarne en lui plusieurs prototypes, plusieurs visions du péruvien ordinaire, dans ce cas, les personeros du 6 juin, et espérons qu’il sera aussi un activisme constant, parce que les réformes, les changements que nous proposons de faire ont comme seule garantie le mouvement citoyen, le mouvement syndical comme cette force motrice du syndicaliste.

C’est pourquoi ces centres ont immédiatement pris contact et ont commencé à s’activer comme une sorte de militant, en diffusant les idées, en diffusant les propositions, en défendant les propositions et maintenant nous voyons qu’il y a aussi une défense du vote, parce que nous savons qu’en questionnant et en cherchant ces changements structurels dans notre pays, le pouvoir lui-même, l’ancien pouvoir et ses exécutants, vont chercher des moyens de frapper, Nous voyons qu’il va y avoir un certain nombre de conflits, mais nous comptons sur la majorité du peuple péruvien, le citoyen ordinaire, et ici la participation des syndicats est vitale, et peut-être qu’en ce moment ils devraient faire ce grand saut, passer d’espaces de revendications économiques ou de droits à une action politique plus claire, la conquête de droits, la conquête du gouvernement par les travailleurs, les ouvriers, les paysans, les intellectuels de notre pays.

DR : Y a-t-il des mouvements ruraux et indigènes qui font également partie de Perú Libre ou qui soutiennent la candidature de Pedro Castillo ?

EB : Dans les deux cas, la réponse est affirmative, le Perú Libre a surtout eu une plus grande force dans la partie sud du pays, dans les hauts plateaux du pays, où il y a différents mouvements sociaux ou politiques étroitement liés aux revendications paysannes et indigènes, et au cours des années d’existence du parti, ils se sont rejoints.

Maintenant, avec l’arrivée de Pedro, il y a certainement eu un plus grand nombre, même de certains espaces qui étaient peut-être plus dédiés aux demandes, mais qui voient qu’avec Pedro, maintenant les demandes ne sont plus une promesse, mais peuvent être un fait. Nous avons eu une réunion il y a quelques semaines avec des organisations civiles et les communautés indigènes étaient présentes, apportant des propositions et désignant des représentants pour coordonner certaines tâches, que ce soit pendant ou après les élections.

DR : Comment le mouvement Perú Libre se définit-il comme un mouvement révolutionnaire, marxiste, communiste?

EB : Nous disons que nous sommes un parti de gauche et socialiste, que nous nous inscrivons dans la tradition de José Carlos Mariátegui, des luttes latino-américaines et que nous sommes également portés par le mouvement progressiste de la fin du siècle dernier et du début de ce siècle, dans lequel le fameux Socialisme du XXIe siècle est également revendiqué, donc nous sommes immergés dans ce contexte mariáteguiste et de Socialisme du XXIe siècle.

DR : Que signifie Mariátegui pour vous ?

EB : Je pense que Mariátegui, outre son influence intellectuelle jusqu’à présent en Amérique Latine, pour le Pérou c’est une question d’identité, deuxièmement, la méthode qu’il applique pour comprendre et postuler les changements dans la société péruvienne je pense qu’elle est toujours valable, pas ses thèses en tant que telles parce que cela fait plus de cent ans ou cent ans qu’il a proposé les sept essais, mais sa méthodologie d’étude. Comprendre que le problème principal reste le problème économique, qui peut être mélangé à d’autres problèmes tels que les problèmes culturels, ethniques, raciaux, le centralisme, par exemple, Mariátegui remet en question le centralisme et malheureusement jusqu’à aujourd’hui le centralisme est toujours en vigueur, donc cette partie de l’idéologie de Mariátegui est également valable, et la question de ce classisme qui est mélangé au racisme et à la façon dont au Pérou nous avons une classe dominante, C’est-à-dire qu’ils ont le pouvoir mais ils ne savent pas quoi en faire, ils laissent les choses couler au gré des aléas internationaux. Pour nous, cela signifie aussi ce regard d’avoir, de construire un grand pouvoir à partir de secteurs populaires qui vont avoir une revendication culturelle, ethnique, sociale, de réaliser une patrie dans laquelle les gouvernements subnationaux sont consolidés, c’est un peu le regard que nous a nourri Mariátegui.

DR : Quelle est la vision internationale du parti Perú Libre, et quel type de politique étrangère attendez-vous de la présidence de Pedro Castillo ?

EB : Tout d’abord, nous devons exiger la reconnaissance du droit à la souveraineté nationale, il est impossible pour un peuple d’exister sans souveraineté, c’est-à-dire la capacité de s’autogouverner, à sa manière, avec ses propres institutions, et il en va de même pour le respect de ce même droit au niveau international. Nous pensons qu’essayer de s’immiscer dans les problèmes étrangers depuis l’État, en violant précisément ce principe, entraîne de nombreux problèmes, et cela a été fait par des pouvoirs.

Maintenant nous espérons aussi renforcer les liens historiques d’amitié avec d’autres peuples, il y a un épisode historique au Chili, après la guerre de 1880, dans lequel à Iquique, déjà territoire chilien à l’époque de l’exploitation du salpêtre, il y a eu une grande grève en 1907 dans laquelle des travailleurs chiliens, boliviens et péruviens ont été tués, c’est-à-dire que les peuples étaient encore unis, ceux qui étaient encore avec des frontières étaient les puissants, les pays, les propriétaires du pays, qui veulent avoir une tranche du pays.

Nous pensons que l’Amérique Latine peut suivre un chemin différent, si nous parvenons à réaliser ce que Bolivar a dit à un moment donné, cette confédération latino-américaine, je pense qu’il y a déjà eu de nombreuses contributions, notamment avec ce socialisme du XXIe siècle promu par Chavez, dans lequel il a parlé de renforcer les peuples latino-américains, de renforcer leur marché commun, de renforcer également leurs formes artistiques, esthétiques, culturelles, et c’est là que nous allons.

Premièrement, que notre droit à la souveraineté soit reconnu, qu’il n’y ait plus de bases militaires dans le pays, qu’il n’y ait plus d’ingérence dans notre pays par d’autres formes de gouvernement comme les ONG. D’autre part, notre position de respecter la souveraineté des autres pays en termes de formes de gouvernement, de formes de démocratie, et en même temps de promouvoir l’unité de l’Amérique Latine.

DR : Comment avez-vous résisté aux attaques des médias ? Quelle a été votre stratégie ?

EB : La bonne chose est qu’avec tant d’années de monopolisation des grands médias et la certitude que ces grands médias étaient suffisants pour gérer la population péruvienne, ils ont négligé les médias locaux, provinciaux, les petits médias régionaux, qui n’ont pas, par exemple, le soutien du gouvernement central en termes de publicité, Ils ne donnent pas des millions de soles pour passer la publicité de l’État, donc ces espaces ont été une sorte de canal pour l’agacement, la colère, le questionnement de la population, parce que ces médias vous permettent de faire plusieurs choses, de dénoncer, de faire vos plaintes, d’avoir un dialogue avec l’animateur du programme et bien souvent ces problèmes immédiats sont résolus.

D’autre part, il y a les réseaux, pas nécessairement cette apparence d’en avoir un, dans le cas spécifique de la campagne nous avons été questionnés parce que nous n’avions pas d’espaces officiels, nous en avions, au moins sur Facebook il y avait des espaces officiels, mais étant une campagne si diverse, avec un regard particulier des secteurs sociaux, syndicaux, géographiques aussi divers, il y avait différentes publications de Pedro, mais il y avait ce dialogue, entre les candidats au Congrès, qui postulaient certaines idées puis les gens demandaient, il y avait un dialogue plus direct, et la même chose avec les médias alternatifs, indépendants ou locaux.

Un fait curieux, sur les 100% de l’argent que l’Onpe (Office National des Processus Electoraux) a donné à notre parti pour la publicité publique, 90% sont allés à ces médias locaux, et c’était le seul parti qui a alloué un montant aussi élevé pour ces médias, donc eux, les médias, ont senti que pour la première fois ils étaient pris en compte, pris en considération, Ils ont senti que pour la première fois ils étaient pris en compte, en considération, et il y a également eu une certaine sympathie, nous ne pouvons pas le nier, il y a une forte sympathie envers Pedro, parce qu’il a beaucoup parlé de la question de la démocratisation de ces fonds que l’État a pour la publicité pour les médias.

Ils ne l’ont donc pas vu venir, il y avait une conjonction de circonstances pour qu’un second tour ait lieu, mais sur la question spécifique des médias, nous avons parié sur les médias locaux et cela nous a donné de bons résultats, parce que nous savions que notre force allait venir principalement des provinces, des enseignants et des secteurs paysans, et le temps nous a donné raison.

DR : Une chose intéressante, qui en a surpris plus d’un, c’est que Pedro, au premier tour, était l’un des rares candidats à n’avoir pratiquement aucune présence sur les réseaux sociaux ?

EB : Bien sûr, quand nous avons les résultats du premier tour, il y a une image de CNN ou d’un autre média international, où ils disent que Pedro Castillo est en première place et ils mettent la silhouette d’un homme, mais pas plus, il n’y a pas de visage, il n’y a pas d’image de Pedro, et de l’autre côté il y a l’autre candidat.

D’autres analystes ont également déclaré que cela a été le triomphe du Pérou réel contre le Pérou officiel, ou de la fiction, et comprenons que même les secteurs les plus progressistes du pays pensaient que les réseaux sociaux étaient suffisants, ou avoir le soutien de certains intellectuels pour générer un courant d’opinion, ce qu’ils ont oublié, c’est que cela a été appliqué pendant longtemps dans notre pays, et les gens ont toujours voté pour le moindre mal, ou pour quelqu’un qui générait une certaine sympathie, mais dans ce cas, c’était différent, parce que Pedro est littéralement un homme de tous les jours, c’est une personne commune, de la grande majorité du peuple, et ce fait de marcher n’était pas si aléatoire, Je ne sais pas si c’est parce qu’il n’était pas intéressé par les réseaux, nous avions un compte Facebook, le compte Twitter a été ouvert par Pedro au deuxième tour, mais il y avait cette utilisation, cette approche, les entretiens virtuels, mais il a compris deux choses, qu’il était plus facile d’avoir un contact direct avec cette population qui n’a pas accès à internet, qui est la majorité, la pandémie, La pandémie nous a montré que seulement 40 % de la population a accès à l’internet et que 60 % n’y a pas accès. Nous parlons donc d’un espace énorme dans lequel les gens doivent encore communiquer soit par la radio, soit par la télévision locale, soit par le bouche à oreille.

Donc, d’une part, c’était un des éléments pour que Pedro marche, et d’autre part parce que lui et le parti avaient des bases dans tout le pays, principalement dans les hauts plateaux et dans le sud, donc il a profité de ce travail qu’il faisait depuis longtemps pour atteindre et en quelque sorte se mythifier, parce que d’un moment à l’autre un inconnu qui arrive dans une ville, qui n’a pas beaucoup de sympathie, beaucoup d’acceptation, atteint les autres et a de plus en plus d’adeptes, En d’autres termes, le seul candidat qui a littéralement rempli des cases au premier et au second tour est le nôtre, et cela a fait passer le mot, qui il est, et c’est un enseignant au quotidien, un homme politique est un peu difficile à voir, vous le voyez à la télévision, vous l’écoutez à la radio, vous le voyez en photo dans les journaux, mais vous voyez un enseignant presque tous les jours, l’enseignant à l’école, celui que vous saluez, celui qui vous éduque.

Cela a donc été très important dans cette campagne et il a été démontré que les réseaux ne sont pas tout, que s’il est vrai qu’ils sont un instrument qui nous aide à communiquer, il ne suffit pas de leur donner cet aspect humain, spirituel, dont toute grande œuvre a besoin, et il s’agit d’une œuvre dans le temps et dans une situation transcendantale pour notre pays.

DR : L’une des propositions de la campagne du professeur Pedro Castillo est un processus pour une nouvelle Constitution. Quelle est votre vision de la manière de développer ce processus ? Y a-t-il d’autres processus sur le continent qui vous inspirent, comme ceux du Chili, de la Bolivie, de l’Équateur ?

EB : Chacun a sa particularité en termes de mécanisme en tant que tel, en termes de structure de cette assemblée, mais ils ont tous le dénominateur commun d’être une demande massive, une demande majoritaire des citoyens.

Dans ce cas, rappelons qu’après la chute de la dictature de Fujimori en 2000, je crois que tous les groupes politiques parlaient de deux choses, une nouvelle Constitution ou un retour à la Constitution de 1979, y compris Ollanta Humala, qui est devenu assez célèbre avec cette demande en 2006, donc nous revendiquons cela, comme beaucoup d’autres petites organisations, et l’année dernière, en septembre, un sondage a été publié dans lequel 70% du peuple péruvien était en faveur d’une nouvelle Constitution.

Maintenant, comment cela va-t-il être mis en pratique ? Nous avons indiqué qu’il y aura deux mécanismes, le premier est une réforme constitutionnelle dans l’article 206 qui parle des mécanismes pour modifier la Constitution, bien qu’il ne parle pas d’une nouvelle Constitution, il parle de réformes partielles ou totales mais pas d’une nouvelle Constitution, donc nous allons chercher un moyen d’inclure cet article, cette partie, et le second est de convoquer un référendum pour renforcer et légitimer ce processus, et il sera là quand un processus électoral est appelé pour la formation d’une assemblée constituante.

Espérons que ce soit le cas, car si nous regardons d’autres processus, par exemple, les processus bolivien et chilien, qui sont les plus proches, ils ont été très sanglants, même l’équatorien, ils ont eu de nombreuses vies dans cette lutte. Celle du Chili a coûté non seulement des vies, mais aussi de nombreux blessés, et avec ce sang, il a fallu promouvoir la Constitution, mais en même temps, elle a aussi permis à d’autres acteurs politiques d’atteindre un niveau supérieur, comme dans le cas du maire de Santiago du Chili.

DR : A votre avis, quelle est la principale raison pour laquelle il y a tant de colère, de haine, envers Keiko et toute cette idéologie du Fujimorisme ?

EB : Le fujimorisme représente la brutalité la plus forte de notre histoire récente, nous entrions dans un processus interne de violence armée, qui n’était pas le premier car le Pérou a toujours été convulsé, il y a toujours eu des forces en conflit, même en 2020, en décembre, il y a eu une grande grève des travailleurs de l’agro-exportation qui a fait trois morts, et le problème de fond n’a pas été résolu, et dans les années 90, quand le Fujimorisme est arrivé, il est arrivé avec quelques slogans, parmi eux, la privatisation de tous les services, de la santé et de l’éducation, des chocs économiques qui impliquaient de mettre des milliers, voire des millions de personnes dans le pays dans la pauvreté, mais cela impliquait aussi de mettre fin à la subversion, à ces groupes insurgés qu’étaient le Sentier Lumineux et le MRTA, mais au prix de la peur, de la crainte, du chantage, et en cela nous devons être très clairs, parce que le fujimorisme n’a pas mis fin au Sendero avec l’utilisation de l’intelligence, je pense que cela devrait être réglé dans notre pays, l’intelligence était presque aussi clandestine, celle de la police pour capturer Abimael Guzmán et lui donner un coup dont il ne pouvait pas se remettre, mais ce que le Fujimorisme a fait avant et après cela a été de persécuter les leaders syndicaux, les leaders étudiants et sociaux, de les faire disparaître, Ils ne se souciaient pas de savoir si ces personnes avaient un certain degré de responsabilité ou non, ce qui leur importait était de générer la peur, c’est-à-dire de revenir à cette vieille forme de droit dans laquelle on considère que c’est par la peur que l’on contrôle la population, c’est par la peur en tant qu’enjeu éducatif que les gens cessent d’accomplir un acte interdit.

Mais dans ce cas, c’était tellement atroce, rappelons-nous qu’il y a eu des enfants assassinés, qu’il y a eu des femmes qui n’avaient rien à voir avec ce processus, qui ne comptaient tout simplement pas comme des êtres humains et qui ont été stérilisées, c’est-à-dire que lorsque vous considérez quelqu’un comme un être humain, vous générez certains respects, parmi eux, comme le fait de lui demander s’il est pour ou contre le fait de faire quelque chose à son corps, mais ici ils ne l’ont pas considéré de cette façon, nous sommes revenus à l’époque coloniale quand quelqu’un est venu et bien, vous n’êtes pas humain et je ferai n’importe quoi avec vous.

Ce qui est cruel, c’est que vingt ans, vingt-cinq ans après, il n’y a aucun signe de remords, ni même d’évaluation, parce que pour Fujimorisme, pour cette dame qui est déjà en prison depuis plusieurs mois, depuis plus d’un an je crois, quand on parle de ce crime, parce qu’il n’y a pas d’autre adjectif pour le qualifier, cela a été une politique de planification, il s’agissait d’une politique de planification, alors imaginons le degré de cynisme pour mentir au peuple et, surtout, quel est le niveau d’éthique des médias dans notre pays pour ne pas remettre en question cela, pour ne pas lui dire que ce n’était pas une politique de santé, c’était un crime, comme quelqu’un qui va chez vous et vous vole, c’est à ce niveau ou même plus, parce qu’ils touchent la seule chose qui vous appartient vraiment, c’est-à-dire votre corps, votre intégrité, et qu’il y a encore des gens qui ne peuvent pas croire, eh bien, il y a un héritage colonial, un énorme héritage raciste dans notre pays qui pense que si vous êtes pauvre, c’est parce que vous le voulez, parce que vous ne voulez pas travailler, et c’est un mensonge, il n’y a pas assez d’emplois, Les emplois ne sont pas générés, comment les emplois peuvent-ils être générés dans notre pays s’il n’y a pas d’industrie nationale, du moins une industrie nationale forte, si les hommes d’affaires nationaux ne sont pas promus ou protégés afin qu’ils puissent commencer à avoir des domaines particuliers d’activité commerciale, comme les textiles, comme les minéraux qui sortent ici à l’état brut.

Le mouvement anti-Fujimori affirme qu’il ne veut pas revivre ce génocide, cette atrocité qui s’est produite dans les années 90 et qu’il ne veut pas être soumis à nouveau à cette majorité Fujimori d’il y a cinq ans, qui a simplement gouverné ou fait ce qu’elle voulait pour nuire au pays, pour faire ses caprices, et que si elle a battu certains corrompus, ce n’était pas dans l’intention d’en finir avec les corrompus mais simplement pour nuire à l’adversaire du moment, mais à aucun moment il n’y a eu de préoccupation pour le pays. Ce qu’ils ont comme projet pour le pays, ce qu’ils ont vraiment comme projet pour le pays, de notre point de vue, c’est qu’ils pensent que ce pays doit continuer à être soumis aux majorités, à ces cholos qui n’ont aucun droit, et que seuls les puissants, ceux qui ont toujours eu de l’argent, doivent profiter de tous les avantages au prix des vies, de l’environnement, de la privatisation, de tout ce que vous voulez.

C’est donc un élément clé que la population péruvienne devrait comprendre. Nous, Perú Libre, qui sommes accusés de telle ou telle chose, pouvons dire avec fierté que lorsque nous avons été un gouvernement régional, nous avons revendiqué la santé et l’éducation comme des droits et non comme des services, et que nous pouvons être critiqués, et peut-être que certaines actions peuvent être remises en question, mais nous n’avons jamais agi contre la population et nous n’avons jamais eu un appareil criminel, mafieux, pour mener des activités illicites, comme l’ont fait le fujimorisme et d’autres partis dans notre pays.

Comme nous l’avons vu, nous sommes un jeune parti en pleine croissance, différent, qui représente l’incroyable variété culturelle de notre pays.

Compártelo

Comentarios