En Colombie, tout ce qu’il reste à faire pour mettre fin à la violence enracinée

La violence armée en Colombie ne s’arrête pas
Publicado en

Francés

0 0


Colombia

La violence armée en Colombie ne s’arrête pas. On pensait qu’après la signature de l’Accord de Paix entre les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP) et le Gouvernement Colombien, alors aux mains de l’ancien président Juan Manuel Santos, le pays allait progresser vers la paix. Cependant, c’est le contraire qui s’est produit et après l’inauguration du pro-Uribe Iván Duque, les événements violents se sont multipliés.

La première chose que Duque a faite a été de rompre les accords établis dans le traité de paix, ce qui a encouragé le retour de la lutte armée d’une faction des FARC-EP et la résurgence de la violence, ancrée dans le pays depuis plus de 70 ans. Le pays d’Amérique du Sud en a été affecté, en particulier la population la plus vulnérable, notamment les exguerrilleros et les combattants sociaux, parmi lesquels la population afro et indigène.

Cinq ans après la signature de l’Accord de Paix entre la guérilla, aujourd’hui disparue, et l’État, la mission de vérification des Nations Unies présente l’un de ses rapports trimestriels, comme convenu avec le gouvernement colombien. Cette analyse des conditions des ex-combattants couvre la période du 29 décembre 2020 au 26 mars 2021, explique un rapport de RT, rédigé par Nathali Gomez.

Parmi ses conclusions, qui seront présentées mercredi par le chef de la mission de l’ONU en Colombie, Carlos Ruiz Massieu, figure la résistance des Colombiens, «qui attendent toujours que la promesse de paix devienne une réalité». Selon Massieu, «il est impossible d’exagérer l’urgence de mettre fin à la violence contre les ex-combattants, les communautés touchées par le conflit, les leaders sociaux et les défenseurs des droits de l’homme».

Bien que le chef de la Mission se dise conscient des mesures prises par les forces de sécurité pour garantir l’intégrité physique des anciens combattants et des leaders sociaux, il est «gravement préoccupé par le fait que ces crimes atroces continuent d’être commis contre des Colombiens».

L’organisme réitère sa demande à «toutes les entités étatiques de se mobiliser de manière décisive pour améliorer la prévention, la protection et la réponse à ces menaces». «Pour réaliser la promesse d’une paix durable, il est nécessaire de consolider une présence étatique intégrée dans tout le pays», déclare Massieu.

Quelles sont les questions en suspens en Colombie ?

En 2020, la Mission de vérification des Nations unies en Colombie a proposé cinq priorités pour la mise en œuvre complète de l’accord de paix, établi par le gouvernement colombien et les FARC-EP, en 2016. Les points dont les progrès seront examinés dans ce rapport sont les suivants :

1.    Assurer la protection et la sécurité des ex-combattants, des leaders sociaux et des communautés affectées par le conflit.

2.    Assurer la durabilité du processus de réincorporation.

3.    Consolider la présence intégrée de l’État dans les zones touchées par le conflit.

4.    Renforcer le dialogue constructif entre les parties.

5.    Renforcer les conditions de la réconciliation.

Sur le premier point, l’organisation internationale rapporte qu’au cours de ces trois mois, 14 ex-combattants ont été tués, ce qui porte à 262 le nombre total de meurtres depuis la signature de l’accord de paix. En outre, 59 tentatives de meurtre et 21 disparitions ont été enregistrées.

Le texte précise que les anciens guérilleros «continuent de devoir se déplacer pour des raisons de sécurité» en raison de la présence de groupes armés luttant pour le contrôle du territoire, de cultures illicites et d’activités liées au trafic de drogue.

Concernant la situation qui a engendré la violence, l’ONU rappelle qu’en février dernier, la Juridiction Spéciale pour la Paix a exprimé sa préoccupation quant à l’insuffisance des mesures prises par le gouvernement national et local pour protéger les anciens combattants.

À cet égard, le système judiciaire colombien a présenté ses chiffres sur la résolution des affaires. Le Bureau du Procureur Général a fait état de 35 condamnations, 25 affaires en phase de procès, 42 en phase d’enquête et 47 pour lesquelles des mandats d’arrêt ont été émis.

En outre, 275 mandats d’arrêt ont été émis à l’encontre de personnes prétendument liées à ces attaques, dont 56 pour les cerveaux présumés, parmi lesquels 17 ont été arrêtés.

En ce qui concerne les garanties pour les anciens combattants, l’ONU explique que, bien qu’il existe des unités de l’armée et de la police dans les zones où se trouvent les anciens espaces territoriaux de formation et de réincorporation des signataires de l’accord de paix, en périphérie, «la sécurité reste un défi».

C’est pourquoi la mission de l’organisation multilatérale est en pourparlers avec le Ministère de la Défense et la police pour déterminer les risques éventuels pour l’intégrité des ex-combattants vivant en dehors des anciennes zones territoriales de formation et de réincorporation.

Parmi les meurtres d’ex-guérilleros, plusieurs ont eu lieu à proximité ou à l’intérieur même des espaces qui leur étaient réservés pour vivre et exercer leurs activités productives. L’incident violent le plus récent s’est produit au début de l’année lorsque Gyovany Claro, connu sous le nom de Gerson Piñeros, a été tué lors d’une fusillade dans la municipalité de Tibú, dans le département de Norte de Santander.

Les leaders sociaux colombiens : une autre affaire inachevée

L’assassinat de leaders sociaux est devenu une constante en Colombie. Les groupes de défense des droits de l’homme et les communautés concernées signalent régulièrement le meurtre d’un militant communautaire par des membres inconnus d’un groupe armé illégal concurrent.

Les chiffres traités par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits de l’Homme (ACNUDH) font état de 24 assassinats au cours du dernier trimestre, dont sept dirigeants autochtones.

Les départements où le nombre de cas est le plus élevé sont Cesar, Nariño et Valle del Cauca. En outre, dix meurtres à grande échelle ont été documentés et douze sont en cours de vérification.

L’absence de l’État colombien dans les zones les plus conflictuelles a également été soulignée par les défenseurs des droits de l’homme, les politiciens et les victimes des actions violentes des organisations armées en conflit.

Pour l’ONU, «la concentration de la violence dans certaines régions est le résultat d’une présence limitée de l’État», de «niveaux élevés de pauvreté» et de «la prolifération de groupes armés illégaux et d’organisations criminelles».

Depuis la signature de l’accord final, la violence à l’encontre des anciens combattants et des dirigeants sociaux s’est concentrée principalement dans 25 municipalités des départements d’Antioquia, Cauca, Caquetá, Guaviare, Meta, Nariño, Norte de Santander, Putumayo et Valle del Cauca.

Une autre information recueillie par l’ONU est que la plupart des meurtres d’ex-combattants ont eu lieu dans les zones rurales. Il existe des endroits difficilement accessibles aux forces de sécurité (ou qui font l’objet d’une collusion avec des groupes criminels) où se trouvent des cultures illicites de coca et de pavot et des laboratoires pour leur transformation.

Selon la mission de l’agence internationale en Colombie, les trois quarts des homicides d’ex-combattants enregistrés depuis la signature de l’Accord ont eu lieu dans les zones rurales, et un peu plus de la moitié dans les 25 municipalités mentionnées, qui abritent 10 des 24 anciens espaces territoriaux de formation et de réincorporation, ainsi que de nouvelles zones de réincorporation.

Processus de réintégration

Le rapport explique que dans le cadre des engagements entre le gouvernement d’Iván Duque et les ex-combattants, suite à la Marche pour la vie et la paix de novembre 2020, la première des sept sessions régionales du Conseil National s’est tenue le 10 mars dernier, où un plan de travail pour les départements d’Arauca, Guaviare et Meta a été approuvé.

Les ex-combattants et les autorités locales ont souligné l’importance de la participation continue des acteurs à tous les niveaux et des garanties de sécurité pour eux.

Pour la mission de vérification, «assurer la durabilité du processus de réincorporation reste une priorité» et il est «essentiel de garantir l’accès des ex-combattants aux moyens de subsistance».

Le document souligne que «l’accès à la terre est fondamental» pour la durabilité des projets productifs des ex-combattants. Or, c’est précisément dans ces zones que les groupes armés s’affrontent pour le contrôle des commerces illicites.

En ce qui concerne la nécessité d’un rapprochement entre les parties pour consolider l’accord de paix, l’organisation affirme que cinq ans après sa mise en œuvre, «le dialogue au niveau politique et technique est essentiel pour surmonter conjointement les défis».

De même, en décembre dernier, les parties ont convenu de prolonger jusqu’en janvier 2022 le mandat de la Commission de suivi, de promotion et de vérification de la mise en œuvre de l’Accord Final composée par les parties.

Compártelo

Comentarios