En quoi consiste la diplomatie de sécurité de Joe Biden en Amérique Centrale?

Depuis son entrée en fonction, l’un des défis du président Joe Biden a été de mettre un frein à l’immigration clandestine, notamment en provenance d’Amérique centrale et du sud du Mexique
Publicado en

Francés

0 0


Biden

Depuis son entrée en fonction, l’un des défis du président Joe Biden a été de mettre un frein à l’immigration clandestine, notamment en provenance d’Amérique centrale et du sud du Mexique. Il a chargé la vice-présidente Kamala Harris de gérer la question, en mettant l’accent sur le traitement des «causes profondes».

En un peu plus de cinq mois de mandat, les hauts fonctionnaires de l’administration Biden ont reçu pour instruction de se rapprocher de leurs homologues du Mexique et d’Amérique centrale pour s’attaquer au problème, explique Ariel Noyola Rodríguez dans un reportage de RT.

Le 1er juin, dans le cadre du sommet du Système d’Intégration de l’Amérique Centrale (SICA) au Costa Rica, le secrétaire d’État Antony Blinken a rencontré ses homologues d’Amérique Centrale et du Mexique.

Il convient de souligner le rôle joué par Harris, qui a effectué une ‘visite éclair’ les 7 et 8 juin au Guatemala et au Mexique pour rencontrer les présidents de ces deux pays. Il convient de noter que Harris n’a pas inclus le Salvador ou le Honduras dans sa visite de travail.

Samantha Power, directrice de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), s’est rendue une semaine plus tard dans les trois pays qui composent le Triangle du Nord (Guatemala, Honduras et Salvador).

À peu près au même moment, les 14 et 15 juin, Alejandro Mayorkas, secrétaire du Ministère Américain de la Sécurité Intérieure (DHS), s’est rendu au Guatemala, au Honduras et au Salvador. (DHS) s’est rendu au Mexique, où il a rencontré les Ministres des Affaires Etrangères et de la Sécurité du Gouvernement López Obrador pour discuter de la nécessité d’établir une «approche à plusieurs volets» pour freiner la migration.

Les 23 et 24 juin, la Conférence sur la Sécurité en Amérique Centrale (CENTSEC, pour son acronyme en anglais), un événement parrainé par le Commandement Sud des États-Unis (‘US Southern Command’), s’est tenue au Panama. Craig S. Faller, a discuté de la stratégie de lutte contre la migration irrégulière avec des délégations d’institutions de sécurité publique de pays d’Amérique Latine, dont le Mexique et ceux qui font partie du Triangle Nord.

Enfin, cette semaine, Victoria Nuland, secrétaire adjointe du département d’État pour les affaires politiques, s’est rendue au Paraguay, au Panama et au Salvador. Dans ce dernier pays, elle a rencontré le président Nayib Bukele et son équipe pour discuter des migrations et de la démocratie, deux des «signaux d’alarme» des États-Unis à l’égard de ce pays d’Amérique Centrale.

Ainsi, il y a eu un manque d’initiative américaine pour aborder la question de la migration avec les gouvernements mexicain et d’Amérique Centrale. La stratégie poursuivie ne représente cependant pas une «approche alternative» comme le prétend Biden.

Les objectifs visant à faire de l’Amérique centrale une région «sûre, juste et prospère» sont poursuivis par une vieille formule : développer les économies locales en soutenant les grandes entreprises, et combattre la criminalité et le crime organisé par le déploiement de Forces Armées et la mise en place d’accords militaires et de sécurité.

Les grandes entreprises avec Biden

La stratégie de Joe Biden pour promouvoir le développement économique en Amérique centrale comporte deux axes. D’une part, ‘l’assistance humanitaire’, par le biais de transferts via USAID. De l’autre, les investissements des grandes entreprises pour favoriser la création d’emplois.

Bien que présentée comme une stratégie migratoire ‘alternative’, la stratégie de Biden suit les mêmes principes que «l’Alliance pour le Progrès» (lancée dans les années 1960) et la «diplomatie du dollar» (lancée dans les années 1910).

Les flux d’investissements directs étrangers (IED) ne se sont pas traduits par le développement de capacités productives ou une amélioration substantielle des conditions de vie de la population.

Il consiste à transférer des ressources des États-Unis vers des organisations non gouvernementales opérant au niveau local, et à supprimer toutes les barrières aux investissements et au commerce.

La mise en œuvre de cette politique n’a toutefois pas donné de résultats. Les flux d’investissements directs étrangers (IED) ne se sont pas traduits par le développement de capacités productives ou une amélioration substantielle des conditions de vie de la population.

L’informalité sur le marché du travail persiste. Selon des données actualisées à l’horizon 2020, en moyenne 77 % des habitants du Guatemala, du Honduras et du Salvador ont un emploi informel. Employés comme paysans, vendeurs de rue, travailleurs domestiques ou dans le secteur des services, la plupart perçoivent de faibles salaires et ne bénéficient pas de prestations de sécurité sociale.

C’est une région dont les économies dépendent des envois de fonds, et non des investissements en provenance de l’étranger. En 2019, selon les données de la Conférence des Nations Unies sur le Commerce et le Développement (UNCTAD, pour son acronyme en anglais), les investissements directs étrangers au Guatemala, au Honduras et au Salvador ont atteint 2,2 milliards de dollars. La même année, les envois de fonds ont atteint 22 milliards de dollars, soit 10 fois les flux d’IED.

La stratégie de Biden consiste à continuer à encourager les investissements. Fin mai, la vice-présidente Kamala Harris a dévoilé un «appel à l’action», qui comprend un engagement à «promouvoir un développement économique inclusif» en Amérique Centrale par 12 entreprises et organisations, dont Bancolombia, Chobani, Davivienda, Duolingo, Mastercard, Microsoft, Nespresso et le Forum Economique Mondial.

Dans le même ordre d’idées, la responsable de l’USAID, Samantha Power, a annoncé, lors de sa visite au Guatemala à la mi-juin, des programmes de financement (pour 7,5 millions de dollars) et d’effet de levier (pour 31 millions de dollars) pour soutenir des entreprises américaines et centraméricaines, dont Target Foundation, PriceMart, Argidius, Root Capital, DTI International et Fundea.

La plupart des entreprises participant aux programmes dévoilés par Harris et Power exigent toutefois un niveau élevé de qualification pour le travail. Et compte tenu du retard pris en matière d’éducation et d’acquisition de compétences dans les pays du Triangle Nord, il est douteux que cette population soit embauchée.

Un plan de soutien direct est promu par le président mexicain Andrés Manuel López Obrador (AMLO), qui propose d’étendre les programmes sociaux «Sembrando Vida» et «Jóvenes construyendo el Futuro» au Triangle Nord ; le premier pour soutenir les agriculteurs, le second pour les jeunes qui n’étudient pas ou ne trouvent pas de travail.

Lors de sa visite au Mexique, Harris a signé un «protocole d’accord» entre l’USAID et l’AMEXCID (Agence Mexicaine de Coopération Internationale pour le Développement), dans lequel des domaines de coopération sont établis, mais aucune ressource n’a encore été affectée aux programmes sociaux proposés par AMLO.

Militarisation des frontières, consensus bipartisan

Au-delà du va-et-vient entre démocrates et républicains, les deux camps sont d’accord pour militariser la frontière sud des États-Unis et au-delà. Dès sa prise de fonction, le président Biden a fait pression sur ses homologues mexicains et centraméricains pour qu’ils déploient des milliers de leurs Forces Armées et de sécurité.

Le déploiement massif de Forces Militaires et de sécurité n’a pas permis de réduire les flux de personnes, qui continuent de quitter leur pays en raison du manque d’opportunités, des menaces de la criminalité et du crime organisé, ou des catastrophes naturelles.

Pour les États-Unis, l’Amérique Latine et les Caraïbes sont une région considérée comme une «priorité absolue» et un «intérêt vital», selon leur Stratégie de Sécurité Internationale. C’est ce qu’a rappelé l’amiral Craig S. Faller, actuel chef du Commandement Sud des États-Unis. S. Faller, actuel chef du Commandement Sud des États-Unis, lors de sa participation à la Conférence sur la Sécurité en Amérique Centrale (CENTSEC) la semaine dernière.

Outre les 310 millions de dollars ‘d’aide humanitaire’ que les États-Unis se sont engagés à fournir à l’Amérique Centrale à la suite des ouragans Eta et Iota, de hauts responsables militaires à Washington ont organisé divers programmes de formation pour les Forces Armées et de sécurité du Guatemala, du Honduras et du Salvador.

Diriger l’articulation d’une stratégie de sécurité régionale en s’engageant à «dissuader les adversaires, préserver la stabilité, soutenir les alliés et les partenaires, et coopérer avec les autres pour relever les défis», tels sont les objectifs de Washington dans la région, selon les directives du Commandement Sud des États-Unis.

Cependant, le déploiement massif de Forces Militaires et de sécurité, ainsi que la mise en œuvre d’actions conjointes, n’ont pas permis de réduire le flux de personnes vers les États-Unis, qui continuent de quitter leur pays d’origine par manque d’opportunités, en raison des menaces de la criminalité et du crime organisé, ou des catastrophes naturelles.

En mai, la Patrouille Frontalière américaine a appréhendé 180.000 migrants à la frontière sud-ouest, soit 23.000 migrants de plus par rapport au même mois de l’année dernière, selon les données officielles.

Selon une analyse publiée par le Bureau de Washington sur l’Amérique Latine (WOLA, par son acronyme an anglais), la militarisation des frontières, loin de dissuader les migrations, ne fait qu’accroître les risques de violations des droits de l’homme en obligeant les gens à emprunter des voies plus dangereuses.


Comparte 👍

Comenta 💬