Francisco Caamaño : Le réseau territorial d’assemblées donnera naissance à une nouvelle politique avec une participation obligatoire

Après avoir obtenu 26
Publicado en

Francés

0 0


Après avoir obtenu 26.797 voix et s’être positionné comme le plus voté de la liste populaire, la première étape de l’Assemblée Constituante Francisco Caamaño est de commencer à générer un Réseau Territorial d’Assemblées, l’appel est donc à la participation citoyenne, dans le respect de la souveraineté populaire.

«Nous voulons rendre ce processus aussi participatif et transparent que possible, en essayant d’atteindre ceux qui se sont sentis marginalisés par la participation citoyenne qui leur a été refusée», et changer le système politique actuel où le peuple ne se sent pas représenté ou entendu, à travers des initiatives populaires de lois et de participation contraignante.

Dans une interview pour El Ciudadano, réalisée par Francisco Marín, la constituante a assuré qu’avec le débat «nous allons relancer les réunions et assemblées municipales au niveau du district avec différents acteurs locaux du monde environnemental, culturel, féministe et social, pour faire une synthèse au niveau communal de toutes les demandes pour la convention constitutionnelle et aussi pour tous les différents organes locaux», en réponse à ceux qui ont fait confiance à ce projet politique et ont vu l’espoir d’être une convention constituante des mouvements sociaux.

Bien qu’il ait assuré être ouvert au dialogue, il a souligné qu’il ne transigerait pas sur les revendications et les principes. «Nous n’allons pas négocier avec les partis politiques tant qu’ils n’auront pas libéré les prisonniers de la révolte et encore moins avec les partis politiques qui ne sont pas capables de porter les demandes des citoyens à la convention constitutionnelle», a-t-il ajouté.

«Nous ne voulons pas de politique représentative, nous voulons des mandats populaires, des plébiscites des lois du peuple, nous allons vers un état égalitaire, participatif et environnemental», dans la construction d’une nouvelle société et d’un nouveau système économique, a-t-il dit.

Nouvelle politique

Caamaño affirme qu’une politique participative ne signifie pas qu’elle soit totalement contraignante et explique que jusqu’à présent, la seule participation du peuple est le vote, qui a lieu tous les quelques années «et n’est pas contraignant, il n’y a pas de plus grande possibilité de participation, les gens ne donnent pas suite aux autorités», ils font entièrement confiance aux politiciens qu’ils élisent, qui sont déconnectés des citoyens et s’occupent de leurs intérêts personnels, et non du bien commun, transformant la prise de décision en «confréries».

«Les partis politiques pactisent désespérément dans le dos du peuple pour protéger cette institutionnalité qui s’effondre, pour, je ne sais pas si soutenir le gouvernement de Sebastián Piñera, mais quelque chose qui, à mon avis, est une trahison envers le peuple, envers la souveraineté populaire, envers les différentes demandes», a-t-il déclaré.

En ce sens, il a déclaré que cette classe politique – qu’il a qualifiée de «honte» – ferme de plus en plus ses portes, car on ne représente personne, on n’a aucune représentativité, on se bat plutôt pour le pouvoir, au lieu d’être des autorités qui reflètent réellement des valeurs et des exemples pour une nouvelle société que nous aspirons à construire.

Selon lui, les chiliens sont très désabusés par la politique, donc «nous voulons faire une nouvelle politique, générer un dialogue avec respect et ceux qui nous représentent montrent le visage le plus laid de la politique actuelle au Chili qui s’effondre depuis des décennies», non seulement depuis l’éclatement social de 2019, mais depuis bien avant.

Travail territorial

En ce qui concerne sa carrière politique et la victoire décisive comique qu’il a obtenu, il a indiqué que, bien qu’il n’ait jamais eu d’ambitions politiques ou électorales et qu’il ait été la cible d’un blocus médiatique au cours duquel il s’est vu refuser des espaces dans la presse, la radio et la télévision «parce que certains étaient administrés par des agents politiques de certains partis traditionnels», il a effectué un travail de terrain pendant plusieurs années avec différentes organisations sociales, culturelles et environnementales dans le 14e district, le plus grand de la région métropolitaine et dont les caractéristiques sont plutôt rurales.

«Le scénario électoral était assez complexe, sachant que mon district était en concurrence avec beaucoup de célèbres et un ancien député, à son tour aussi dans mon district est l’un des Coloma, l’un des grands propriétaires terriens non seulement dans le district, mais au niveau national. C’était une campagne assez propre, en tant que militant écologiste je n’ai pas mis de pigeons, j’ai juste distribué des tracts (…) J’ai été soutenu par des années de travail territorial en tant que militant territorial», a-t-il déclaré.

«Ce centralisme des médias a également affecté le pluralisme, les personnes qui veulent participer et ne se sentent pas représentées par les partis politiques, c’est pourquoi cette campagne a été menée auprès de personnes qui se sont réellement informées pour voter», a-t-il déclaré.

Il a également ratifié le fait qu’il est une personne ordinaire, du peuple et qu’il connaît la réalité, il a donc exalté le fait que «sans ressources, sans le soutien des médias, nous nous sommes battus, les gens nous ont fait confiance». «En ce moment, la droite a peur car elle ne s’attendait pas à ce que la gauche progressiste soit plus représentée, même si elle a dépensé d’énormes ressources, elle n’a pas été efficace avec sa campagne millionnaire», a-t-il ajouté.

Décentralisation

L’un des points mis en évidence par l’électeur, est la recherche de la décentralisation, car, comme pour son district, qui a quelques lacunes telles que le manque de transports publics, certains services de base nécessaires et ne se sentent pas identifiés avec la capitale de Santiago, «en plus d’être marginalisés par le gouvernement, nous sommes marginalisés par la région métropolitaine».

«Une grande partie de ce problème était cette Constitution, qui génère et est responsable d’une grande partie de l‘inégalité qui a été générée au Chili, qui a perpétué ce modèle économique néolibéral, qui a permis aux mêmes vieilles personnes d’être en politique et que la richesse soit concentrée dans les 1% pratiquement et qu’ils vivent dans les secteurs les plus riches du Chili», explique-t-il.

Dans cette ligne, il assure que «les gens vivent dans une bulle et ne connaissent pas la réalité des quartiers», un facteur qui doit être changé dans le cadre de cette nouvelle société demandée par la majorité.

Approche écologique

Pour Francisco Caamaño, en tant que militant écologiste, cette question devrait être l’un des principaux sujets d’attention de toutes les autorités chiliennes, car elle est étroitement liée au système économique, qui est extractif, basé sur la destruction de la nature sans apporter de valeur ajoutée, comme par exemple l’exploitation minière, l’agro-exportation, l’industrie de la viande, la métallurgie, entre autres.

Selon lui, il est nécessaire de créer une commission pour repenser le modèle économique car il ne suffit plus, la nature est de plus en plus dévastée par la propriété privée, et prévient que le système détruit d’importants écosystèmes dans tout le pays, et, à son tour, la population et les générations futures sont privées de la jouissance socio-environnementale et culturelle.

«La Constitution privilégie la propriété privée et génère certains déséquilibres de l’écosystème. L’eau n’est pas seulement utilisée par les hommes d’affaires, ils la polluent et en privent la population (…) Cette Constitution, si on lui donne une approche écologique, harmonise le comportement entre la nature et les êtres humains», a-t-il souligné en rappelant que l’actuelle Magna Carta ne parle pas des animaux comme des êtres sensibles.

Il est donc important que la législation chilienne comprenne des lois sur la maltraitance des animaux, «nous coexistons également avec d’autres êtres naturels, tous jouent un rôle fondamental dans cet univers, nous devons savoir comment vivre harmonieusement avec les autres êtres naturels de notre planète».

Compártelo

Comentarios