Isabel Cortez, élue du Congrès : «La Constitution que nous avons actuellement est la mère de la corruption qui existe au Pérou»

Isabel Cortez, élue du Congrès : «La Constitution que nous avons actuellement est la mère de la corruption qui existe au Pérou»
Publicado en

Francés

0 0


perú elecciones segunda vuelta

Isabel Cortez, élue du Congrès : «La Constitution que nous avons actuellement est la mère de la corruption qui existe au Pérou».

Dans une interview accordée à El Ciudadano, la dirigeante syndicale du Sitobur a réitéré son soutien au professeur Pedro Castillo et a invité la population à le soutenir

Le second tour des élections au Pérou est prévu pour le dimanche 6 juin. Pedro Castillo, de Perú Libre, et Keiko Fujimori, de Fuerza Popular, s’affronteront.

Dans une interview accordée à El Ciudadano, Isabel Cortez, membre élue du congrès de Juntos Por Perú et dirigeante du syndicat Sitobur (des agents de nettoyage du secteur public de la Municipalité Métropolitaine de Lima), a réitéré son soutien à Castillo et a appelé tous les citoyens à le soutenir. «Nous avons besoin d’un changement, nous avons besoin que le Pérou ait un président à visage humain, un gouvernement qui protège nos enfants, nos femmes, nos personnes âgées», a-t-il déclaré.

Il a également parlé de l’importance d’un changement constitutionnel et a souligné que «la Constitution que nous avons actuellement est la mère de la corruption qui existe au Pérou».

Par Denis Rogatyuk

DR : Les derniers sondages montrent un avantage pour le candidat de gauche Pedro Castillo, notamment dans les régions du sud et aussi dans les zones rurales. Comment expliquer ce soutien massif à un leader syndical, un gauchiste, alors que le sentiment anticommuniste, antisocialiste est si fort dans ce pays ?

IC : Je suis de gauche, c’est pourquoi je soutiens également le parti Peru Libre que dirige le professeur Castillo, et notre objectif est de lutter pour les droits des travailleurs, le droit humain au travail, à la santé, à l’éducation et à la protection de nos ressources naturelles. C’est pourquoi nous soutenons le professeur Castillo, et c’est pourquoi j’appelle tous les citoyens, tous les collègues de cette région d’Amérique du Sud, du monde entier, parce que dans chaque pays il y a des travailleurs, alors en tant que représentant des travailleurs, je vous appelle tous à nous soutenir, nous avons besoin d’un changement, nous avons besoin d’un président à visage humain au Pérou, un gouvernement qui protège nos enfants, nos femmes, nos personnes âgées, qui gouverne au bénéfice de tous, des plus pauvres, que son gouvernement soit au bénéfice du peuple.

Nous sommes fatigués des politiciens traditionnels, qui sont de droite, qui pendant des années nous ont gouvernés et à chaque fois ils nous ont précarisés, ils nous ont volé nos droits, par exemple, ils ont supprimé de nombreux avantages aux travailleurs, puis ils nous ont précarisés, ils ont vendu toutes nos ressources naturelles, ils les ont données au plus offrant sans chercher le bénéfice du peuple, ils ont fait des contrats sans contrôle, ce qui nuit vraiment aux travailleurs et au pays économiquement aussi.

Nous voulons un changement, nous voulons que notre pays aille de l’avant, qu’il se développe économiquement, qu’il n’y ait plus de pauvres, qu’il n’y ait plus de précarité, qu’il n’y ait plus de violence entre nous, nous exigeons quelque chose, nous protestons pour quelque chose et ce que le gouvernement fait, c’est nous affronter entre péruviens, en envoyant les forces de police pour nous écraser, nous violenter, beaucoup d’entre eux, nos jeunes, ont perdu la vie, leur vie a été fauchée pour avoir revendiqué leurs droits.

Donc on ne veut plus de ça, la droite nous a toujours accusés de tout, que le terrorisme, que la gauche est le terrorisme, que la gauche est mauvaise, c’est totalement faux. Je pourrais dire que le terrorisme n’existe plus, ce qui existe c’est le trafic de drogue de l’État, parce que c’est l’État qui ne lutte pas pour éliminer le trafic de drogue en particulier, alors comme nous avons aussi l’expérience que certains politiciens traditionnels de l’ultra-droite ont été liés au trafic de drogue, c’est ce qui aujourd’hui provoque de mauvaises visions, à cause d’eux ils nous accusent parfois, ils nous lient, mais tout cela est faux.

Je suis un gauchiste, je suis un travailleur, et je n’ai rien d’autre à défendre, par exemple, pour récupérer les droits de mes collègues que j’ai également expérimentés, j’ai été licencié deux fois, donc, tout comme moi, cela arrive à beaucoup de mes collègues. Actuellement, il y a des licenciements massifs de 200, 300 travailleurs, en cette période de pandémie, les hommes d’affaires, les multimillionnaires, les monopoles ont profité, malgré le fait qu’ils ont reçu Reactiva Perú, que l’État leur a donné de l’argent avec Reactiva Perú pour qu’ils puissent payer leurs travailleurs, pour qu’ils ne licencient pas leurs travailleurs, ils leur ont donné Reactiva Perú, mais ces mauvais entrepreneurs n’ont fait que mettre dans leurs poches le soutien que l’État leur a donné, et ils ont licencié des centaines de travailleurs, et surtout, en ce XXIe siècle, la majorité des travailleurs sont des femmes, ce sont des mères qui, d’une certaine manière, essaient d’aider nos enfants, notre pays, alors sans se soucier de tout cela, elles ont provoqué ces licenciements massifs en complicité avec les mauvais fonctionnaires de l’État parce qu’ils ont approuvé un décret qu’ils appellent un décret d’urgence, nous l’appelons la suspension parfaite,…, Ce décret a été approuvé en plein milieu de la pandémie, mais les mauvais hommes d’affaires l’ont utilisé à leur manière et ont provoqué de nombreux licenciements, beaucoup de gens se sont même suicidés, beaucoup de gens sont morts, non pas à cause de la pandémie, mais à cause de la corruption entre l’État et ces mauvais hommes d’affaires, multimillionnaires, monopoles, qui existent ici au Pérou.

DR : Je voudrais parler un peu plus du rôle des médias dans la diffamation de la gauche et dans la réalisation d’une campagne électorale pour la droite ?

IC : Malheureusement, dans notre pays, la presse s’est également rangée du côté du parti politique de droite, la seule chose qu’elle a faite est de diffamer, tromper, accuser ceux de gauche. Ils font toujours les gros titres en disant que la gauche est complice de cet événement, qu’il est lié au Sentier Lumineux, comme on dit, ils cherchent les cinq pattes du chat.

Il est vraiment scandaleux pour nous, travailleurs, pour les gens du commun, les gens du peuple, les gens humbles, les pauvres, que nos médias, au lieu d’enquêter, de nous donner une vraie communication logique, avec des réalités, ils nous trompent, c’est-à-dire qu’ils nous prennent pour des imbéciles, que parce que nous n’avons pas cette éducation, cette carrière qu’ils ont en tant que communicateurs, en tant que journalistes, ils pensent que nous ne comprenons pas ou ne voyons pas la réalité, ce qui se passe, mais à leur détriment, parce que tout comme ils pensent que nous sommes des idiots, mais nous ne le sommes pas, nous pouvons ressembler à des idiots mais nous ne sommes pas si idiots.

C’est ce que nous voyons maintenant, que le professeur Castillo est le seul espoir de l’avoir comme gouvernement ici au Pérou, donc ces médias défendent évidemment leurs intérêts, parce que les grands médias ici au Pérou sont les propriétaires de multimillionnaires, nous comprenons cela parce qu’ils défendent leurs intérêts, Ils veulent qu’un parti de droite accède à la présidence pour pouvoir gérer à leur guise, nous désinformer, nous faire nous battre entre nous, semer le chaos car c’est de cela qu’ils vivent, des drames de chaque pays, ils sont manipulés par les élites économiques des milliardaires.

C’est malheureux, cela se passe aussi ici dans notre pays, nous l’avons déjà clairement, mais grâce aux réseaux sociaux, à Facebook, à Instagram, à Twitter, et aux petits médias que nous avons aussi ici au Pérou et aussi à ceux qui viennent de l’étranger, de l’étranger, comme le vôtre, grâce à eux c’est que nous voyons la réalité des gens, du peuple, des travailleurs, nous sommes informés et c’est pour cela que ces messieurs deviennent incontrôlables.

DR : Qu’est-ce que Juntos por el Perú, el Nuevo Perú, attend de la présidence de Pedro Castillo ?

IC : Nous espérons qu’il va gagner, nous sommes sûrs qu’il va gagner, il va être notre président, et Juntos por el Perú nous serons là pour continuer à lutter pour défendre les droits des travailleurs, des citoyens, du peuple, pour continuer à lutter pour une santé gratuite et de qualité, une éducation gratuite et de qualité avec des enseignants bien payés, actuellement nos enseignants ne sont pas reconnus, Et notre santé, avec des médecins, avec des spécialistes, avec de l’oxygène surtout, cela va être notre combat, pour ne pas permettre que d’autres décès soient causés par la corruption, parce que dans cette pandémie, le peuple péruvien n’a pas été touché par la pandémie, il a été touché par la corruption de l’État, par ces mauvais fonctionnaires de l’État qui se sont laissés impliquer dans la corruption, qui ont profité de notre santé.

Donc plus rien, avec le professeur Castillo et Juntos por el Perú nous allons nous battre avec le parti du Perú Libre et Juntos por el Perú nous serons là pour superviser, en même temps que pour soutenir cette lutte au profit des péruviens, du peuple, surtout du peuple humble, de nos quartiers, de nos établissements humains, où le peuple, les citoyens de ces zones sont ceux qui ont le plus besoin de ce changement. C’est donc là que nous allons nous battre.

DR : Qu’est-ce que le mouvement syndical espère ou veut réaliser sous la présidence de Castillo ?

IC : Nous, les syndicats, en particulier ceux du secteur privé, cherchons à éliminer, par exemple, l’externalisation, l’élimination des méthodes de passation de contrats qui ont été utilisées par ces politiciens traditionnels de la corruption, qui ont été au pouvoir à droite, par exemple les contrats CAS, les contrats de service, ce sont les trois types de contrats, il y en a d’autres mais ces trois principaux sont les plus nuisibles pour nous, les travailleurs du secteur privé qui utilisent ces types de contrats.

Donc, notre objectif est d’éliminer ces contrats qui sont nuisibles aux travailleurs avec le soutien ou avec le professeur Castillo comme président, parce qu’en tant que syndicaliste, il est un enseignant, un travailleur de classe, tout comme nous sommes des travailleurs de nettoyage municipal, il est un travailleur de classe, donc nous avons l’espoir qu’il va nous soutenir, soutenir notre demande, nous soutenir dans la récupération de nos droits fondamentaux qui pendant des décennies ont été volés de nous par ces politiciens que nous avons eu, je dis ces criminels que nous avons eu comme gouvernement.

Nous avons aussi cet espoir que le professeur Castillo, en tant que syndicaliste, va nous soutenir dans cet objectif, dans cette lutte. Les syndicats ont été détruits depuis l’arrivée du fujimorisme en 1990, pendant les années 1990-95, avec la Constitution que (Alberto) Fujimori a créée, de nombreux syndicats ont été détruits, des centaines et des centaines de personnes ont été licenciées et toutes les entreprises qui appartenaient à l’État ont été cédées au plus offrant, C’est ainsi qu’il y a eu beaucoup de travailleurs licenciés, de syndicats licenciés, et c’est au cours de ces trente années que nous nous remettons petit à petit, nous sommes sur la bonne voie pour nous remettre, en formant plus de syndicats, plus d’associations, plus de fédérations, nous avons une centrale qui est la CGTP (Confédération Générale des Travailleurs Péruviens).

On est affaiblie mais nous la renforçons, comme nous renforçons d’autres syndicats et notre objectif est qu’elle soit forte, pour que nous puissions aussi affronter un futur Gouvernement, nous ne savons pas quel gouvernement ce sera, à partir de 2026, et nous sommes dans cette lutte, dans cette avancée, nous n’abandonnons pas, mais nous sommes là pour avancer pour le bien-être de nous, les travailleurs, parce que le fait d’être syndiqué, de lutter de manière organisée, dans un syndicat, est très important parce que c’est la seule façon d’atteindre des objectifs, d’obtenir des avantages pour les travailleurs, et pas seulement pour les travailleurs mais aussi pour la société, pour nos peuples.

Donc, lutter de manière organisée et syndiquée est notre priorité pour aller de l’avant.

DR : Qu’espérez-vous obtenir en tant que syndicats, en tant que parti de gauche, avec un changement constitutionnel ? Quels sont les articles clés qui devraient figurer dans la nouvelle Constitution ?

IC : Nous ne cherchons pas le radicalisme, notre Constitution, ce qu’ils ont approuvé au Chili n’est pas radical, ni ce qu’ils ont fait en Equateur, mais c’est une Constitution de changement, d’amélioration pourrait-on dire, une Constitution d’amélioration qui va bénéficier au peuple.

Au Pérou ou dans le gouvernement du professeur Pedro Castillo, nous sommes d’accord, Juntos por Perú est d’accord, nous sommes d’accord depuis le début, parce que ce que nos jeunes, le peuple, les citoyens, les peuples, demandent c’est une nouvelle Constitution, parce que celle que nous avons a été faite à une époque de dictature, le peuple n’a pas été consulté, personne n’a été demandé, ils ont simplement voté pour les membres du Congrès qui étaient là à l’époque et quatre amis se sont réunis et l’ont fait à leur façon, à leur goût, et sans se soucier du peuple, ou de ce que vont devenir les travailleurs.

Cette Constitution ne profite qu’aux milliardaires, qui dans ces années étaient millionnaires, maintenant ils sont milliardaires, à l’époque ils étaient seulement des entreprises, maintenant ils sont des monopoles, pour leur profiter, pour donner nos ressources naturelles aux milliardaires transnationaux, parce que jusqu’à aujourd’hui il y a beaucoup d’entreprises minières qui ne paient pas d’impôts grâce à la Constitution que nous avons.

Il y a beaucoup d’entreprises transnationales multimillionnaires, comme Telefónica et bien d’autres, nous avons un ruban, auquel elles pardonnent des impôts, elles ne paient pas, elles cherchent des moyens de contourner certaines lois qui ont été adoptées là-bas mais elles ne paient pas, elles doivent des millions et des millions grâce à la Constitution que nous avons actuellement.

Nous disons donc que la Constitution que nous avons maintenant est la mère de la corruption qui existe aujourd’hui, c’est pourquoi notre demande, à nous les travailleurs, moi en tant que représentant de tous les travailleurs du pays, nous demandons une nouvelle Constitution, nos jeunes, les étudiants des universités, les jeunes professionnels demandent également une nouvelle Constitution, c’est pourquoi nous allons faire notre proposition, Ou la proposition du professeur Castillo est d’organiser un référendum, de demander au peuple, même celle de demander au peuple de faire une nouvelle Constitution ne peut pas être faite parce que la Constitution que nous avons a été cadenassée pour ne pas en faire une nouvelle, pour ne pas pouvoir la réaliser, elle est cadenassée, elle ne peut pas être faite, elle dit que le Congrès doit être consulté, elle dit que qui sait qui doit être consulté, mais surtout le peuple.

Pour nous, l’important est ce que dit le peuple, donc si le peuple dit oui par référendum, nous devons le faire, c’est la demande du peuple, la voix du peuple, si le peuple dit oui à une nouvelle Constitution, une nouvelle Constitution est faite.

De même, ce n’est pas parce que le peuple a dit qu’il voulait une nouvelle Constitution, que je vais prendre quatre amis et que nous allons le faire, non, cette nouvelle Constitution, cette approbation du peuple doit se faire en demandant une Assemblée Constituante, qui appellera ceux qui vont élaborer la nouvelle Constitution, qui vont participer à l’élaboration, qui vont écrire le livre de la nouvelle Constitution, donc, dans cette participation, il doit y avoir un agent de nettoyage, un pompier, un policier, un militaire, un médecin, une infirmière, un enseignant, un représentant des agriculteurs, un représentant des mineurs, ils doivent être là, ce sont eux qui doivent élaborer cette nouvelle Constitution, parce que ce sont eux qui connaissent la vraie réalité.

Qui mieux qu’un agriculteur qui connaît les besoins d’un agriculteur ? Qui mieux qu’un pompier qui sait ce dont un pompier a besoin pour sauver des vies ? Qui mieux qu’une infirmière, un médecin ? Qui mieux qu’un enseignant qui connaît les besoins de nos enfants ? Ce dont nos enfants ont besoin, notre éducation en ce moment, c’est de l’internet gratuit pour tous nos enfants, en cette période de pandémie, des centaines et des centaines d’enfants sont privés d’éducation à cause de la corruption, je ne blâme pas la pandémie, c’est à cause de ces mauvais fonctionnaires qui sont dans l’État, c’est la faute de la droite mafieuse.

C’est là que notre Constitution ressemblera, par exemple, à la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, dans cette ligne qu’elle doit être, où la priorité est donnée à l’éducation, à la santé, à nos enfants, à nos mères, à nos femmes, qui protège nos personnes âgées, par exemple, une retraite digne pour nos anciens qui ont travaillé pendant tant d’années pour l’État pour leur dire «non, vous n’avez pas d’argent, l’argent est intangible, vous ne pouvez pas le toucher», non, il faut une Constitution qui protège tout, nos anciens, qu’ils aient une retraite digne, que l’État participe à ces entreprises.

Cette Constitution doit être comme ça, faite par eux.  Par exemple, en Bolivie et en Équateur, l’État est actionnaire de leurs ressources naturelles, sans dire à l’homme d’affaires de partir, mais il est actionnaire, donc c’est bien et nous devons le faire.

Compártelo

Comentarios