La Celac réapparaît et l’OEA meurt… Voici comment se dessine le nouveau panorama de l’Amérique Latine

Le week-end dernier, la proposition du président mexicain Andrés Manuel López Obrador de former un nouveau projet d’intégration latino-américaine avec un organe destiné à remplacer l’Organisation des États Américains (OEA) a suscité des réactions sur tout le continent, qui s’accordent à dire que la proposition du dirigeant mexicain vise à renforcer politiquement la Communauté des […]
Publicado en

Francés

0 0


Celac

Le week-end dernier, la proposition du président mexicain Andrés Manuel López Obrador de former un nouveau projet d’intégration latino-américaine avec un organe destiné à remplacer l’Organisation des États Américains (OEA) a suscité des réactions sur tout le continent, qui s’accordent à dire que la proposition du dirigeant mexicain vise à renforcer politiquement la Communauté des États d’Amérique Latine et des Caraïbes (CELAC) déjà établie.

La proposition de López Obrador vise à contrecarrer l’influence hégémonique des Etats-Unis sur l’Amérique Latine, explique Manuel Hernández Borbolla dans un reportage pour RT.

«La proposition n’est ni plus ni moins que de construire quelque chose de similaire à l’Union Européenne, mais dans le respect de notre histoire, de notre réalité et de nos identités. Dans cet esprit, nous ne devons pas exclure de remplacer l’OEA par un organisme véritablement autonome, qui ne soit le laquais de personne, mais un médiateur à la demande et à l’acceptation des parties en conflit, en matière de droits de l’homme et de démocratie», a déclaré López Obrador dans un discours prononcé le samedi 24 juillet, lors d’une cérémonie commémorant la naissance du libérateur Simón Bolívar, avant une réunion de la Celac à Mexico.

Cette déclaration intervient après des mois de confrontation entre la diplomatie mexicaine et Luis Almagro, secrétaire général de l’OEA, accusé par les dirigeants latino-américains d’agir en faveur des intérêts américains dans la région.

Bien que Lopez Obrador n’ait pas mentionné explicitement la Celac, le discours a été prononcé à l’occasion de la réunion de l’organisme au Mexique, en présence de diplomates participant à la réunion.

En revanche, le dirigeant mexicain a estimé que le nouvel organisme d’intégration proposé devrait inclure les États-Unis et le Canada, mais sur la base de la reconnaissance de la souveraineté des nations, plutôt que sur les tentatives de coercition qui ont prévalu dans le passé. Quelque chose qui, selon Lopez Obrador, conviendrait à Washington face à la croissance économique de la Chine.

«Ce serait une grave erreur de donner des coups de pied au cul à Samson, mais en même temps nous avons de puissantes raisons d’affirmer notre souveraineté et de démontrer avec des arguments, sans grandiloquence, que nous ne sommes pas un protectorat, une colonie ou leur arrière-cour», a déclaré le dirigeant mexicain.

En outre, a-t-il déclaré, «la croissance disproportionnée de la Chine a renforcé l’opinion aux États-Unis selon laquelle nous devrions être considérés comme des alliés et non comme des voisins éloignés».

Réactions chez Celac

Le président bolivien Luis Arce a soutenu la proposition de son homologue mexicain. «Nous faisons écho aux paroles de notre frère, Lopez Obrador, dans l’idée de remplacer l’OEA par un autre organisme véritablement autonome, qui exprime les équilibres régionaux, respecte l’autodétermination des peuples et ne laisse pas de place à l’hégémonie d’un seul État», a écrit Arce.

Pour sa part, le président vénézuélien Nicolás Maduro a soutenu la proposition du président mexicain et a proposé de renforcer la CELAC comme substitut de l’OEA. En revanche, la Colombie a rejeté la proposition, considérant que l’intégration régionale doit rechercher des relations «plus étroites» avec les États-Unis et le Canada, selon la ministre colombienne des affaires étrangères, Marta Lucía Ramírez.

Selon certaines versions publiées dans la presse argentine, le Mexique a entamé des négociations politiques en vue de voir l’Argentine assumer la présidence de la Celac en 2022, afin qu’Alberto Fernández puisse prendre la tête du contrepoids de l’OEA.

Selon les analystes, ce processus de contrepoids pourrait même être renforcé par le récent triomphe électoral du gauchiste Pedro Castillo aux élections présidentielles péruviennes, ce qui contribuerait à la consolidation de la Celac.

Qu’est-ce que le Celac ?

La Celac est une organisation créée en 2011, principalement promue par le défunt dirigeant vénézuélien Hugo Chávez, et qui regroupe 33 pays d’Amérique latine et des Caraïbes, à l’exclusion des États-Unis et du Canada.

Pour comprendre sa formation, il faut remonter à 2005. Cette année-là, l’IVe Sommet des Amériques se tient à Mar del Plata, en Argentine, mais au même moment se tient le Sommet des peuples, auquel Chávez participe. Le dirigeant vénézuélien a souligné que l’objectif de la réunion était d’enterrer la zone de libre-échange des Amériques (ZLEA), promue par les États-Unis et le Canada.

Il a ensuite prononcé son célèbre «Alca, Alca, putain !» et a également déclaré : «Le peuple ici n’accepte plus les présidents qui se rendent, ni les présidents qui s’agenouillent devant l’impérialisme. Les gens demandent de vrais leaders».

Par la suite, avec la majorité des gouvernements progressistes de la région, l’Union des Nations Sud-Américaines (Unasur) a été créée, dont le traité constitutif a été signé en 2008 ; mais il restait à unir l’Amérique du Sud à l’Amérique Centrale et aux Caraïbes.

En décembre 2008, le sommet de l’Amérique Latine et des Caraïbes sur l’Intégration et le Développement (CALC) s’est tenu à Salvador de Bahía, au Brésil, à l’initiative du président brésilien de l’époque, Luiz Inácio Lula Da Silva. C’était la première fois en 200 ans que des représentants des pays de la région se rencontraient sans les États-Unis et le Canada. Ils y ont promu l’intégration régionale et d’autres réunions.

En février 2010, le sommet de l’unité s’est tenu sur la Riviera Maya, à Cancún, au Mexique ; et enfin, en décembre 2011, le sommet fondateur de la Celac s’est tenu à Caracas, au Venezuela.

Géopolitique actuelle

En 2020, l’administration du président brésilien Jair Bolsonaro a décidé de se retirer temporairement de la Celac. Cependant, l’attente d’une éventuelle victoire du gauchiste Luiz Inácio Lula da Silva – qui est en tête des principaux sondages de préférence électorale pour les élections présidentielles brésiliennes de 2022 – pourrait donner un nouvel élan à cet organe régional.

D’autre part, l’investiture prochaine du gauchiste Pedro Castillo au Pérou, ainsi que la présence d’Arce en Bolivie, de Maduro au Venezuela, de Fernández en Argentine et de López Obrador au Mexique, créent un scénario propice à la promotion de cette initiative d’intégration régionale qui, si elle est reprise, devra relever le défi de négocier avec les gouvernements les plus conservateurs, réticents à ces initiatives.

Les acteurs décisifs restent à définir dans le paysage. Au Chili, par exemple, les élections présidentielles se tiendront en novembre 2021 (au milieu d’un processus historique de création d’une nouvelle constitution), tandis que la Colombie fera de même en mai 2022.

Ainsi, ce qui se passe dans la politique intérieure de pays comme le Brésil, la Colombie et le Chili entre 2021 et 2022 pourrait être crucial pour la viabilité politique de la proposition de Lopez Obrador de créer une organisation multilatérale plus équitable face aux intérêts américains sur le continent.

De même, l’Argentine a officiellement présenté sa candidature pour présider la CELAC à partir de 2022, une fois que le Mexique aura terminé son mandat à la tête de l’organisation.

La Chine comme principal partenaire

Les experts consultés s’accordent à dire que la menace que représente pour les États-Unis la croissance économique de la Chine, ainsi que le leadership du Mexique, sont des facteurs clés pour promouvoir une nouvelle intégration continentale.

«On remarque aujourd’hui comment, à partir de ce gouvernement au Mexique, s’amorce une relation un peu plus marquée avec l’Amérique latine, ce que les derniers gouvernements néolibéraux mexicains ont laissé de côté pour s’intégrer de manière subordonnée aux États-Unis et à l’Amérique du Nord», déclare Aníbal García, chercheur au Centre Latino-Américain Stratégique de Géopolitique (CELAG).

Le spécialiste estime qu’une deuxième «vague de gouvernements progressistes» en Amérique Latine permet désormais «un autre type d’intégration en dehors des États-Unis, de manière un peu plus autonome». Une situation qui s’explique, dans un large mesure, par la crise du modèle néolibéral en Amérique Latine.

«Ils ont tellement accumulé au détriment des grandes majorités qu’ils n’ont plus le consensus qu’ils avaient auparavant, et cela se voit dans le nombre de manifestations qui ont eu lieu dans différents pays d’Amérique Latine», ajoute-t-il.

Jesús López Almejo, chercheur en relations internationales à l’université de Guadalajara, estime que l’OEA n’a jamais été un projet d’intégration américaine, mais plutôt un instrument pour contenir le communisme dans le contexte de la guerre froide.

C’est pourquoi l’expert juge positif que le président mexicain ait proposé la création d’une nouvelle organisation qui «oriente les intérêts des différents participants vers une véritable intégration régionale».

Il prévient toutefois qu’il est «difficile» de créer un bloc sans les États-Unis et d’attendre de Washington qu’il coopère sur un pied d’égalité car, selon lui, une partie du succès de la politique américaine a consisté à «affaiblir les différents pays afin de les dominer et de les mettre à son service».


Comparte 👍

Comenta 💬