La pandémie laisse des traces inquiétantes d’abandon scolaire à Puebla

Un autre des graves effets de la pandémie de covid-19 au Mexique s’attaque de manière inquiétante à la population étudiante de Puebla, où l’on a constaté un sérieux abandon scolaire, selon les données officielles du Ministère de l’Éducation de l’État (SEP)
Publicado en

Francés

0 0


Pandemia

Un autre des graves effets de la pandémie de covid-19 au Mexique s’attaque de manière inquiétante à la population étudiante de Puebla, où l’on a constaté un sérieux abandon scolaire, selon les données officielles du Ministère de l’Éducation de l’État (SEP).

Selon une publication du média mexicain Lado B, le nombre d’élèves ayant abandonné l’école à Puebla s’élève à 5.017, dont des enfants et des adolescents, qui n’ont pas reçu leur droit fondamental à l’éducation depuis le début de la pandémie, ni ne le reçoivent par le biais de méthodes d’apprentissage à distance.

Dans l’article, écrit par Ray Ricardez, il est mentionné que cette désertion ne correspond qu’à l’année scolaire 2020-2021, comme l’a décrit cette semaine la directrice du SEP, Melitón Lozano, qui malgré le chiffre élevé dit que «c’est un problème qui n’est pas grave».

Actuellement, à Puebla, a déclaré Lozano, il y a 1.762.000 étudiants inscrits dans 12.000 écoles. Cependant, même si le nombre peut sembler faible, cette population d’étudiants qui n’étudient plus risque de voir ses droits humains et sa qualité de vie violés.

«Il est dangereux de simplifier la situation des abandons scolaires en un seul chiffre», prévient Rodolfo Cruz, chercheur universitaire à l’Universidad Popular Autónoma del Estado de Puebla (Upaep), spécialisé dans les politiques éducatives. L’expert assure que cette situation est grave et pertinente, et qu’il existe un risque que l’État la minimise.

De son côté, l’avocate et militante des droits de l’homme Maria Fernanda Santos de la Rosa affirme que «nous devons penser qu’à travers les chiffres, il y a des personnes qui ont des projets de vie et qui vivent actuellement dans un contexte d’inégalité ; c’est là que réside la pertinence et l’importance que nous ne pouvons pas permettre des discours qui font paraître cette situation minime».

L’abandon de la pandémie ne touche pas que les écoles

Les données sur les taux d’abandon scolaire ne sont pas accessibles au public, indique Ricardez dans son rapport. Ni le SEP, ni d’autres organismes tels que l’Institut National de la Statistique et de la Géographie (Inegi) n’ont publié cette information pour Puebla pour cette année scolaire sur leurs sites web.

Bien que le ministère de l’éducation de l’entité fasse des examens dans les écoles pour connaître le nombre d’étudiants qui ont abandonné dans la pandémie et que la campagne «No one out, no one behind» a cherché à atténuer les dommages dans le processus d’apprentissage des étudiants en raison de la pandémie, il est une réalité que la situation va au-delà des chiffres.

Sur les 5.017 élèves qui ont abandonné l’école, 1.241 sont en maternelle, 1.459 en primaire, 856 en collège et 1.461 en lycée, selon les données fournies par Lozano lors de la conférence. Selon Cruz, ces chiffres pourraient indiquer que l’État ne satisfait pas aux exigences minimales en matière de justice sociale et éducative.

«Simplifier le taux d’abandon en termes numériques», explique l’universitaire, «peut créer une perspective basée sur le bien-être de la majorité, donnant une impression de résultats, mais omettant la minorité restante».

Droits de l’homme omis

Ce groupe d’étudiants est limité dans son droit à l’éducation, avertit Cruz. En outre, selon Santos, la méconnaissance ou l’omission de ce droit peut avoir pour conséquence que l’État ne s’acquitte pas de son obligation de garantir la fourniture d’une éducation.

Le droit à l’éducation, explique le militant des droits de l’homme, a un caractère de prestation, c’est-à-dire que l’État est tenu de le garantir par des mécanismes, des budgets et une logistique à tous les enfants et adolescents. Selon elle, il est important pour tout gouvernement de prendre en compte les personnes auxquelles l’accès à l’éducation est rendu effectif, mais l’accent doit être mis sur celles qui ne le sont pas.

«Il s’agit de droits qui nécessitent des actions concrètes, plutôt que des abstentions», déclare Santos. Ce droit, dit l’avocat, a pour but que les personnes développent un mode de vie digne, c’est-à-dire qu’elles puissent avoir accès aux mêmes opportunités. Et de son point de vue, penser qu’un nombre de personnes (aussi petit soit-il) n’a pas accès à l’éducation témoigne d’un retard dans les conditions de dignité.

En ce sens, si plus de 5.000 enfants et adolescents n’ont pas accès à l’éducation, il est probable que d’autres de leurs droits seront affectés, comme, par exemple, le droit au travail, à l’égalité, entre autres. Les 5 000 étudiants qui abandonnent leurs études, avertit Cruz, peuvent être le signe que le minimum en matière de justice sociale n’a pas été garanti pour leurs familles, les laissant dans la précarité qui a été exacerbée par la crise sanitaire.

En outre, les données nationales du Mexique indiquent que 5,4 millions d’élèves – âgés de trois à 29 ans – ne se sont pas inscrits pour l’année scolaire 2020-2021, pour des causes liées à la pandémie ou par manque de ressources. «C’est faire preuve d’une grande violence que de les réduire (les étudiants) à une statistique, parce que ce que vous faites alors, c’est les objectiver, et les gens ne sont pas des choses ; nous les déshumanisons», déclare Cruz.

Compártelo

Comentarios