Dignidad Ahora

Les 22 hommes les plus riches du monde ont plus d’argent que toutes les femmes en Afrique

Les principaux dirigeants mondiaux n'agissent pas, au contraire, ils gardent le silence et continuent de promouvoir des politiques qui creusent cet écart, au point d'encourager les citoyens à descendre dans la rue pour protester
Publicado en

Francés

0 0


Le 1% le plus riche de la population mondiale a plus du double de la richesse de 6,9 ​​milliards de personnes. Les 2 153 milliardaires principaux ont plus de richesse que les 4,6 milliards de personnes qui constituent 60% de la population. Les 22 hommes les plus riches ont plus de richesse que toutes les femmes en Afrique, qui, selon la Banque mondiale, représentent environ 670 millions. Autrement dit : « l’inégalité économique est hors de contrôle ». 

La plus récente étude d’Oxfam, intitulée « Le temps des soins : le travail de soin et la crise mondiale des inégalités », a conclu que » »les inégalités mondiales sont étonnamment enracinées et vastes, et le nombre de milliardaires a doublé au cours de la dernière décennie ».

Oxfam se définit comme une confédération internationale qui rassemble 20 organisations non gouvernementales (ONG) et travaille avec des partenaires dans plus de 90 pays, dans le but d’aider à mettre fin aux injustices qui provoquent la pauvreté dans le monde.

Dans leur rapport, publié juste avant le Forum économique mondial (FEM) à Davos, en Suisse, ils attribuent cet énorme fossé à «un système économique sexiste défaillant qui valorise plus la richesse d’une élite privilégiée, principalement des hommes , que des milliers de des millions d’heures de soins essentiels non rémunérés ou mal payés effectués principalement par des femmes et des filles dans le monde entier. » 

L’organisation rappelle que « prendre soin des autres, cuisiner, nettoyer et collecter l’eau et le bois de chauffage sont des tâches quotidiennes essentielles pour le bien – être de la société, des communautés et de l’économie. La lourde et inégale responsabilité des soins qui incombent aux femmes perpétue à la fois les inégalités économiques et les inégalités entre les sexes. » 

À cet égard, le CEO d’Oxfam-Inde, Amitabh Behar, qui est à Davos pour représenter la confédération, soutient que « l’écart entre riches et pauvres ne peut être résolu sans politiques délibérées qui brisent les inégalités, et très peu de gouvernements sont engagé dans ce sens ».

Exploitation féminine

Le rapport révèle comment ces économies sexistes alimentent la crise des inégalités. Par exemple, ils citent que «les femmes et les filles effectuent chaque jour 12 500 millions d’heures de soins non rémunérés, une contribution à l’économie mondiale d’au moins 10,8 milliards de dollars par an, soit plus du triple de la taille de l’industrie technologique ».

«Faire en sorte que les 1% les plus riches ne paient que 0,5% d’impôts supplémentaires sur leur patrimoine au cours des 10 prochaines années équivaudrait à l’investissement nécessaire pour créer 117 millions d’emplois dans des secteurs tels que les personnes âgées et les soins aux enfants, l’éducation et la santé”, souligne le texte.  

«Nos économies brisées remplissent les poches des milliardaires et des grandes entreprises au détriment des hommes et des femmes ordinaires. Pas étonnant que les gens commencent à se demander si les milliardaires devraient exister », explique Behar.

Le CEO d’Oxfam-Inde veille à ce que les femmes et les filles soient parmi les personnes qui bénéficient le moins du système économique actuel.

«Ils passent des milliards d’heures à cuisiner, à nettoyer et à prendre soin des enfants et des personnes âgées. Le travail de soins non rémunéré est le «moteur caché» qui fait bouger les roues de nos économies de nos entreprises et de nos sociétés. Il est motivé par des femmes qui ont souvent peu de temps pour étudier, gagner une vie décente ou commenter la façon dont nos sociétés sont gérées et, par conséquent, sont prises au piège dans le bas de l’économie », a déclaré Behar. 

Durée de vie

L’étude indique que les femmes effectuent plus des trois quarts du travail de soins non rémunéré et, même, doivent souvent travailler des heures réduites ou quitter le marché du travail en raison de leur charge de travail.  

« Dans le monde, 42% des femmes en âge de travailler ne peuvent pas obtenir de travail (formel) parce qu’elles sont responsables des soins, contre seulement 6% des hommes ».  

De même, les femmes représentent les deux tiers de la «main-d’œuvre» rémunérée, mais ces emplois dans la garde d’enfants, les travaux ménagers et les aides familiales sont généralement mal payés, ont peu d’avantages et peuvent avoir un coût physique et émotionnel. 

Le rapport conclut également que la pression sur les soignants, qu’ils soient rémunérés ou non, augmentera au cours de la prochaine décennie à mesure que la population mondiale augmentera et vieillira. « On estime que 2 330 millions de personnes auront besoin d’une attention (spéciale) d’ici 2030, soit une augmentation de 200 millions depuis 2015 ».

De plus, l’organisation estime que le changement climatique peut aggraver la crise mondiale d’attention à venir, au point que «d’ici 2025, jusqu’à 2,4 milliards de personnes vivront dans des zones sans assez d’eau et que les femmes et les filles devront parcourir des distances encore plus longtemps pour le chercher. » 

Les gouvernements sont silencieux

Face à ce problème, les principaux dirigeants mondiaux n’agissent pas, au contraire, ils restent silencieux et continuent de promouvoir des politiques qui creusent cet écart. Parfois, ils encouragent même les citoyens à descendre dans la rue pour protester, conscients des conséquences dévastatrices de cette situation.

« L’autoritarisme de dirigeants tels que les présidents des États-Unis, Donald Trump, et du Brésil, Jair Bolsonaro, nous permet d’illustrer cette tendance : ils soulèvent des politiques telles que des baisses d’impôts aux milliardaires, entravent les mesures de lutte contre l’urgence climatique, alimentent le racisme, le sexisme et la haine des minorités », explique Oxfam. 

Compte tenu de cela, différents peuples ont fait entendre leur voix pour dire «Assez». « Du Chili à l’Allemagne, nous avons assisté à des manifestations de masse contre les inégalités et l’urgence climatique. Des millions de personnes descendent dans la rue et risquent leur vie pour exiger la fin des inégalités extrêmes et pour progresser vers un monde plus juste et plus vert. » 

À cet égard, Oxfam fait valoir que pour réduire l’écart, les gouvernements doivent veiller à ce que les entreprises et les particuliers riches paient leur juste part d’impôts et, en outre, augmentent les investissements dans les services publics et les infrastructures.  

«Ils doivent adopter des lois pour répondre à la grande quantité de travail de soins effectué par les femmes et les filles , et garantir que les personnes qui exécutent certains des emplois les plus importants de notre société, en prenant soin de nos parents, de nos enfants et des plus vulnérables, soient rémunérées. » 

De même, les gouvernements doivent prendre des mesures urgentes pour construire une économie plus humaine et féministe qui valorise ce qui compte vraiment pour la société, plutôt que d’alimenter une course sans fin aux avantages économiques et à l’accumulation de richesses », a souligné Behar.  

Qu’est-ce que l’on peut faire

Oxfam est convaincu qu’il est possible de faire face à la fois à l’énorme niveau d’inégalité économique et à la crise imminente des soins, mais «pour cela, nous devons lancer des initiatives conjointes et prendre des décisions politiques courageuses pour réparer les dommages déjà causés, et construire des systèmes économiques qui prennent soin de tous les citoyens. »  

Par conséquent, la confédération propose six mesures pour combler l’écart entre les travailleurs sociaux non rémunérés ou mal rémunérés et l’élite riche, qui est celle qui profite de son travail. 

  • Investir dans des systèmes nationaux de soins et de soins qui permettent de s’attaquer à la responsabilité disproportionnée des soins qui incombent aux femmes et aux filles. 
  • Mettre fin à l’extrême richesse pour éliminer l’extrême pauvreté . Les gouvernements doivent adopter des mesures telles que l’imposition de la richesse et des revenus plus élevés, et l’élimination des échappatoires juridiques et des règles fiscales inadéquates qui permettent aux grandes fortunes et aux grandes entreprises d’échapper à leurs obligations fiscales.
  • Légiférer pour protéger les personnes qui s’occupent des soins et garantir des salaires décents pour les soins rémunérés.
  • Veiller à ce que les personnes qui effectuent des soins aient une influence sur la prise de décision et participent aux processus et aux forums d’élaboration des politiques à tous les niveaux 
  • Lutter contre les normes sociales néfastes et les croyances sexistes qui considèrent le travail de garde comme la seule responsabilité des femmes et des filles, et qui donnent lieu à une répartition inégale de ces tâches. Par exemple, à travers des campagnes publicitaires, ainsi que leur communication publique et la législation. 
  • Promouvoir des politiques et des pratiques commerciales qui valorisent le travail de soins . Les entreprises doivent reconnaître leur valeur et soutenir le bien-être de leurs travailleurs, en appliquant des pratiques de travail favorables aux familles, telles que des horaires flexibles et des permis payés, et à travers des campagnes et des communications publiques qui luttent contre la répartition inégale du travail de soins.

Rapport complet ICI


Comparte 👍

Comenta 💬