Les manifestations en Colombie vont-elles se calmer après les concessions partielles de Duque?

Après deux semaines de marches en Colombie, les revendications de ceux qui sont descendus dans la rue ont augmenté dans un panorama de violence, d’allégations d’abus policiers, d’actions de civils armés et de blocages dans des villes comme Cali
Publicado en

Francés

0 0


Colombia

Après deux semaines de marches en Colombie, les revendications de ceux qui sont descendus dans la rue ont augmenté dans un panorama de violence, d’allégations d’abus policiers, d’actions de civils armés et de blocages dans des villes comme Cali.

Une nouvelle journée de manifestations a eu lieu mercredi, quelques jours après une «approche exploratoire» sans accords entre le gouvernement et les organisateurs de la protestation dans le contexte d’une situation critique avec des actes de violence dans la ville de Cali. Dans des villes comme Bogota, Cali, Medellin, Pereira, Bucaramanga et Manizales, il y aura des points de concentration pour la marche «Pour la paix et la vie», comme l’ont appelée les organisateurs.

Pendant 15 jours de marches et de sit-in, le bureau du médiateur a signalé la mort de 42 personnes (41 civils et un policier) et 168 citoyens sont toujours portés disparus.  Selon un reportage de Nathali Gómez pour RT, les manifestations ont été caractérisées par une pression sociale croissante et par des concessions dégoulinantes de la part du président colombien Iván Duque, face aux principales demandes de ceux qui ont appelé aux manifestations depuis 2019 et qui soulignent qu’il n’a pas respecté ce qui avait été convenu à cette occasion.

Au panorama de la violence, alors que les organisations de défense des droits de l’homme se plaignaient déjà de «l’usage excessif de la force» par les forces de sécurité pour contenir les marches et les sit-in, se sont ajoutées les attaques de civils armés contre ceux qui y participent. Le gouvernement ne s’est toutefois pas encore exprimé avec force sur ces accusations.

La position de Duque et les appels internationaux

Bien que le gouvernement ait modéré son discours sur les «vandales» et les «terroristes», qu’il accuse d’être à l’origine d’actes de violence dans le cadre d’activités de rue, Duque est resté ferme dans son appel à lever les blocages de certaines routes qui entravent la libre circulation. Jusqu’à présent, des «couloirs humanitaires» ont été établis pendant des heures à certains points d’accès aux villes pour permettre le passage de nourriture, de carburant et de médicaments, entre autres.

Bien que le président ait évité de s’exprimer directement sur les allégations d’abus policiers, il a rejeté «toute forme de violence» et a affirmé que «s’il existe des comportements individuels contraires à la Constitution et à la loi», ils doivent faire l’objet d’une «enquête et être punis». Cependant, les États-Unis, l’un de leurs alliés dans la région, ont été plus catégoriques, déclarant que «tout comme ils condamnent la violence et le vandalisme», ils «appellent la Police à respecter les droits des manifestants pacifiques», selon le Porte-parole du Département d’État, Ned Price.

À la veille d’un processus de négociation entre l’Exécutif et le secteur qui coordonne les manifestations, l’Union Européenne a appelé à un «dialogue solide et inclusif» qui «génère un consensus». Cependant, le rapprochement possible entre la Casa de Nariño et les membres de la Centrale Unique de Travailleurs (CUT), responsable de l’appel à la grève nationale, n’est pas considéré par certains secteurs sociaux, notamment les paysans, les femmes et les indigènes, comme la fin du conflit car ils considèrent que les revendications ne répondent pas à leurs besoins.

Actions sans accords en Colombie

Depuis le milieu de la semaine dernière, le Gouvernement a entamé une série de réunions afin de trouver des solutions à la crise. Jusqu’à présent, il y a eu des réunions avec les institutions de l’État, les partis politiques d’opposition, les autorités locales, les jeunes, les travailleurs de la santé et avec le Comité National de Grève, qui était l’une des plus attendues et qui a eu lieu lundi dernier.

Après la clôture de la réunion exploratoire, le Comité a déclaré qu’aucun accord n’avait été trouvé et l’a qualifié «d’échec». Cependant, le lendemain, le haut-commissaire pour la paix, Miguel Ceballos, qui a été le porte-parole du gouvernement dans les processus de rapprochement avec différents secteurs, a signalé que l’Exécutif était disposé à entamer un processus de négociation qui sera accompagné par l’Église Catholique et les Nations Unies (ONU), comme l’ont demandé les coordinateurs de la protestation.

La CUT a réitéré sa demande de «mettre fin à la violence étatique et paraétatique», de «démilitariser la manifestation» et «d’agir de toute urgence à Cali» afin de pouvoir s’asseoir pour discuter. De l’autre côté de la table, cependant, il n’y a pas eu de réponse directe.

Pour sa part, Duque a satisfait certaines demandes de manière unilatérale, sans qu’elles aient été le fruit de cycles de dialogue avec les organisateurs des manifestations, qui ont établi une liste d’urgence nationale à partir de 2020 comprenant des questions telles que le versement d’un revenu de base pour 30 millions de personnes en situation de vulnérabilité ; l’accélération du processus de vaccination et l’exemption des frais de scolarité pour les étudiants, entre autres.

Parmi les annonces qu’il a faites lors de son voyage à Cali sur les revendications qui ont été le drapeau de ces protestations, le président a indiqué qu’au second semestre de cette année, les étudiants de l’enseignement supérieur des strates 1, 2 et 3 (les plus basses) auront la scolarité gratuite. En outre, il a annoncé que ce mercredi débutera la phase 3 du processus de vaccination nationale qui inclut les enseignants, les forces de sécurité et les personnes souffrant de conditions préexistantes et de comorbidités.

Situation à Cali

La capitale du département de Valle del Cauca est l’épicentre des protestations. Parmi les actes de violence les plus récents figurent l’attaque d’une caravane d’indigènes minga par des civils armés et des policiers, qui ont fait au moins neuf blessés.

Face à la situation complexe, qui comprend l’obstruction de certaines routes et des demandes de présence de l’État pour répondre aux problèmes des secteurs les plus démunis, le président s’est rendu mardi à Cali pour sa deuxième visite de la semaine. A partir de là, il a dit qu’il évaluait les mesures de sécurité et les actions pour garantir les approvisionnements.

Jusqu’à présent, les forces de sécurité ont ouvert 17 points de sortie de l’aéroport international Alfonso Bonilla Aragon et de plusieurs municipalités qui restaient bloqués dans la capitale du Valle del Cauca, département où se trouve le port de Buenaventura, principal port du pays ayant accès au Pacifique.

Pour sa part, la minga indigène de Colombie a annoncé mardi qu’après avoir participé aux activités de ce mercredi, elle retournera dans le département voisin du Cauca, où elle poursuivra ses actions de protestation. Selon ce qu’ils ont informé, ils ont décidé de se dissocier de la CUT parce qu’ils rejettent le processus de négociation avec la présidence, considérant que leurs revendications ne «comprennent ni ne représentent» celles de la mobilisation populaire.

Bien que le président colombien semble avoir cédé sur certains points qui font partie des demandes les plus réitérées des organisateurs de la manifestation, il reste à voir s’ils répondent aux attentes de ceux qui sont descendus dans la rue pour réclamer des mesures visant à réduire la pauvreté, qui touche 42% de la population du pays, au milieu de la crise causée par le coronavirus et les demandes d’une plus grande présence de l’État dans les zones touchées par la violence et l’inégalité.

Pour l’heure, les réunions du gouvernement colombien avec les différents secteurs se poursuivront tout au long de cette semaine, dans l’attente d’une deuxième réunion avec les organisateurs de la grève nationale.


¿Disfrutaste este artículo? Déjanos una propina y ayúdanos a financiar este medio

Compártelo

Comentarios