Mexique : le Chiapas et le Guerrero sont les régions où les taux de fécondité sont les plus élevés

L'Institut National de Statistique et de Géographie (INEGI) du Mexique a fait état des résultats complémentaires du recensement de la population et du logement 2020, qui indique que les régions où le taux de fécondité est le plus élevé sont le Chiapas, le Guerrero et le Zacatecas, avec une moyenne de plus de 2 enfants par femme.
Publicado en

Francés

0 0


México

Par Orlando Rangel

L’Institut National de Statistique et de Géographie (INEGI) du Mexique a fait état des résultats complémentaires du Recensement de la Population et du Logement 2020, qui indique que les régions où le taux de fécondité est le plus élevé sont le Chiapas, le Guerrero et le Zacatecas, avec une moyenne de plus de 2 enfants par femme.

Les informations du questionnaire élargi de l’INEGI ont été collectées du 2 au 27 mars 2020 et portent sur un échantillon probabiliste d’un peu plus de 4 millions de foyers privés et complètent les résultats du questionnaire de base, comme le rapporte le journal local Chiapas Paralelo.

L’étude évalue que l’Indice Synthétique de Fécondité (TGF) à l’échelle nationale est de 1,9 fils et filles par femme, et que l’entité présentant l’ISF le plus élevé est le Chiapas avec 2,7, suivi du Guerrero avec 2,3 et du Zacatecas avec 2,2. La contrepartie de ces données, c’est-à-dire l’ISF le plus bas du pays, est la Basse Californie avec 1,5.

En outre, l’Enquête Nationale sur la Dynamique Démographique (ENADID) 2018, une source d’informations démographiques et sociales, au sein de l’item de la fertilité, c’est-à-dire les enfants qu’en moyenne une femme aura à la fin de sa vie reproductive, a enregistré dans la période de cinq ans de 2013 à 2017 que, Chiapas a eu le record le plus élevé avec 2,80, suivi par Zacatecas avec 2,71, Coahuila de Zaragoza 2,53 et enfin Guerrero 2,46.

De son côté, l’organisation indépendante Mexico Social, dans le cadre de ses enquêtes spéciales, a publié en 2018 le rapport «Quelles sont les caractéristiques des mères dans notre pays ?», qui souligne également que le Chiapas est l’entité ayant le taux de fécondité le plus élevé, avec environ 2,9 enfants par femme.

Mexique : situation familiale

Selon les données de l’INEGI, 29,3 % des foyers privés habités au Mexique présentent au moins un manque d’accès à la nourriture par manque d’argent ou de ressources.

La privation la plus fréquente est associée à «un régime alimentaire très peu varié en raison du manque d’argent ou de ressources», un indicateur rapporté par 25,7% des ménages. La privation la moins fréquente est «manger seulement une fois par jour ou ne pas manger du tout par manque d’argent ou de ressources», qui a été rapportée par 7,2% des ménages.

En outre, ils ont demandé quel était le matériau prédominant des murs et des plafonds, estimant que 91,6% des murs sont en brique, 4% en pisé, 3% en bois et le reste en d’autres matériaux. Parmi les logements, 78,6 % ont des toits en dalles de béton ou en solives avec des voûtes, 12,5 % sont en tôle, tandis que le reste est en «autres matériaux».

En ce qui concerne le combustible utilisé pour cuisiner, ils estiment que 12,5 % des foyers utilisent du bois de chauffage ou du charbon de bois et les entités qui en font le plus usage sont Guerrero avec 40,8 %, Oaxaca avec 46,1 % et Chiapas avec 49,3 %, tandis que les entités qui en font le moins usage sont Aguascalientes, Baja California et Mexico.

En ce qui concerne l’équipement des maisons, 72,9 % disposent d’une douche, 48 % d’une chaudière ou d’un chauffe-eau, et 0,8 % d’un panneau solaire pour produire de l’électricité.

En ce qui concerne le mode d’occupation du logement, 68,8 % des femmes vivent avec la personne qui possède ou possède le logement, 17,3 % paient un loyer, 12,7 % vivent avec un membre de la famille ou empruntent le logement, et 1,1 % vivent dans une autre situation.

Transports, éducation et revenus

L’étude fait également référence à la situation des transports publics et à la disponibilité des services de base tels que l’eau et l’assainissement, les infrastructures et les équipements, les fournitures, l’activité économique et les aspects sociaux.

Les résultats ont montré que près d’un tiers d’entre eux disposent de transports publics étrangers, que 60% d’entre eux ont l’eau courante, que 12,3% d’entre eux disposent d’un réseau public d’évacuation des eaux et que 27,4% disposent de services ou d’agents de santé.

En revanche, au niveau national, 10,5% de la population scolarisée le fait dans une commune, une entité ou un pays autre que celui de sa résidence, tandis que 18,6% de la population active se déplace hors de sa commune de résidence pour aller travailler.

Le questionnaire élargi de l’INEGI comprend la section sur les revenus monétaires provenant de sources autres que le travail, où l’on estime que 38,5 % des ménages ont des revenus monétaires provenant de sources autres que le travail.

En outre, sur le nombre total de ménages, 25 % reçoivent une aide d’un programme gouvernemental quelconque, 13 % reçoivent un revenu de retraite ou de pension, 6,1 % reçoivent un revenu provenant de transferts de fonds et 5,1 % reçoivent une aide de personnes résidant au Mexique.

Compártelo

Comentarios