Mexique : Quelques-uns des candidats transgenres pour les élections de 2021

Les élections fédérales de 2021 au Mexique, officiellement appelées par l’autorité électorale «Processus Électoral Fédéral 2020-2021», se tiendront le 6 juin 2021 pour élire les 500 membres de la chambre fédérale des députés qui auront une représentation plurielle et inclusive des secteurs historiquement exclus comme la communauté LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, travestis, transsexuels, intersexes […]
Publicado en

Francés

0 0


México

Les élections fédérales de 2021 au Mexique, officiellement appelées par l’autorité électorale «Processus Électoral Fédéral 2020-2021», se tiendront le 6 juin 2021 pour élire les 500 membres de la chambre fédérale des députés qui auront une représentation plurielle et inclusive des secteurs historiquement exclus comme la communauté LGBT+ (lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, travestis, transsexuels, intersexes et queers).

Dans ce cas, nous mentionnerons certaines des candidatures transgenres, considérées par certains comme une question conflictuelle dans une société encore machiste et par d’autres comme une avancée vers le progrès, l’inclusion et le respect de la diversité des sexes.

Pour ces élections, l’Institut National Electoral (INE) a catalogué l’événement comme historique pour être le plus grand dans le nombre de candidats et de secteurs qui participent, ainsi que le nombre de citoyens qui participeront.

Les médias mexicains soulignent que la journée sera unique également en raison de la plus grande participation des personnes de la communauté LGBT+ qui cherchent à obtenir un poste politique d’élection populaire dans le pays pour défendre et émanciper leurs droits.

En outre, sur mandat du Tribunal Electoral du Pouvoir Judiciaire de la Fédération (TEPJF) et de l’INE lui-même, les partis doivent proposer trois formules, dans l’une des circonscriptions et une de représentation proportionnelle des candidats LGBT+. C’est ce qu’a rappelé Ciro Murayama, conseiller électoral de l’INE, qui fait de cette course un tournant dans la lutte pour la diversité sexuelle et sa présence en politique au Mexique.

Aujourd’hui, au Mexique, les candidats LGBT+ sont de plus en plus visibles car ils cherchent à accroître leur participation à la vie politique et à inscrire les exigences du secteur qu’ils représentent dans l’agenda gouvernemental et législatif.

Représentation de la communauté transgenre du Mexique

Les candidats transgenres sont représentés dans différentes régions du Mexique, notamment dans des endroits comme Veracruz et Zacatecas, où le mariage homosexuel et le droit à l’identité de genre n’ont pas été légalisés.

Actuellement, au Mexique, seuls 14 États reconnaissent légalement le droit à l’identité de genre. Dans ce contexte, Fernanda Salomé Perera, candidate au poste de gouverneur de Zacatecas pour Redes Sociales Progresistas (RSP), se présente comme une jeune femme transgenre de 34 ans, résidente de la municipalité de Guadalupe, qui défend les droits de la communauté LGBT+, principalement ceux des personnes transgenres, qu’elle considère comme violés parce que ni le mariage égalitaire ni l’identité de genre n’ont été légalisés dans cette région.

Fernanda, qui a étudié le développement commercial et l’Ingénierie de l’Innovation Commerciale à l’Université Technologique de l’État de Zacatecas, a travaillé en tant que promotrice de voyages, chargée de compte et agent afores. En tant que militante, elle a orienté les personnes transgenres sur les procédures à suivre pour changer leur identité dans leurs documents officiels. Elle dit que sa candidature a été une surprise, car elle reconnaît que la politique n’était pas dans ses plans, puisque son point de vue sur les partis politiques n’est pas positif ; cependant, elle a décidé de se présenter pour travailler pour les droits des groupes vulnérables, au-delà des LGBT+.

Une autre candidature similaire à celle de Fernanda se présente à Veracruz, où Karla Coronado Grijalva, 35 ans, se présente. «J’ai toujours aimé la politique», dit Karla, qui a obtenu son certificat de naissance en tant que femme de Veracruz en janvier 2020 et quelques mois plus tard sa lettre de créance en tant que candidate du PAN.

Malgré les restrictions qui persistent à Veracruz pour que les personnes transgenres obtiennent leurs documents officiels, Karla cherchera à obtenir un poste de député fédéral selon le principe de la représentation proportionnelle. Elle a milité au sein de l’Association Civile Ideas en Acción, qu’elle a fondée et qui se consacre au soutien des personnes de la communauté LGBT+. Elle étudie la pédagogie et cherche à promouvoir une réforme du Code Civil qui reconnaît l’identité de genre comme une cause de modification des données du registre.

Une autre candidate transgenre est María Clemente García Moreno. Transsexuelle, elle milite depuis plus de 10 ans pour la défense des droits de la population LGBT+. María Clemente est actuellement membre du parti Morena et aspire à la députation fédérale pour le 8e district de Mexico.

Melany Macías Cortés, 23 ans, est une autre femme transgenre, qui cherche à gagner les prochaines élections. Melany est diplômée en droit et est candidate au poste de député fédéral dans le 4e district de Zacatecas pour Redes Sociales Progresistas.

Une autre femme transgenre participant à la course électorale est Yazuri Campos, candidate au poste de député fédéral pour le district 8 à Zongolica, Veracruz, pour le parti Fuerza X México. Dans sa carrière politique, elle a été secrétaire à la diversité sexuelle pour le même parti.

Mishell Dorato est une autre candidate transgenre et se présente au poste de maire de Madero à Tamaulipas pour le parti écologiste vert. La candidature de Mme Dorato est également historique, car elle devient la première femme transgenre à assumer une telle responsabilité et crée un précédent pour la communauté LGBT+.

Une évolution positive

Mercurios Espinoza del Ángel, membre du mouvement Equal Mexico, qui cherche à rendre effectifs les droits de l’homme sans aucune distinction, en particulier pour la population LGBT+, considère que pour ces élections, indépendamment des résultats, le simple fait qu’une personne transgenre participe en tant que candidate à n’importe quel poste élu contribue à la lutte pour les droits de la communauté.

«Toute participation de la communauté à des activités qui affectent directement la société est quelque chose de positif, que ces candidats gagnent ou non, mais la visibilité apporte toujours des progrès dans la lutte pour les droits de la communauté et de la société en général ; il ne fait aucun doute que, quel que soit le résultat, c’est quelque chose de très positif que ces espaces sont donnés», a-t-il déclaré, cité par le média local Gazette.

En outre, il soutient qu’il n’est pas d’accord avec ceux qui disent que la société n’est pas prête à accepter ce type de candidatures représentées par des personnes issues de la diversité sexuelle, car dans ce cas, nous parlons simplement d’un citoyen de nationalité mexicaine qui a le droit de voter et d’être voté.

«Il n’est pas exigé que la société soit préparée, cette expression n’est pas correcte, simplement et simplement toute personne ou tout Mexicain a le droit d’exercer cette possibilité, de voter ou d’être voté».

Cependant, il considère qu’au Mexique, il y a eu des progrès en termes d’inclusion et de non-discrimination, mais il a précisé qu’en fin de compte, il ne pouvait en être autrement car, finalement, la Magna Carta indique qu’aucun Mexicain ne peut être discriminé, que ce soit par la couleur, le sexe, la religion ou toute autre nature.

Compártelo

Comentarios