Pérou: les questions clés du programme présidentiel de Pedro Castillo

Après une longue guerre électorale, Pedro Castillo prendra la Présidence du Pérou le mercredi 28 juillet
Publicado en

Francés

0 0


Perú

Après une longue guerre électorale, Pedro Castillo prendra la Présidence du Pérou le mercredi 28 juillet. Son mandat de cinq ans sera marqué par des défis de taille, notamment la résolution d’une situation institutionnelle difficile et la gestion de la grave crise économique provoquée par la pandémie de coronavirus.

Le troisième plus grand pays d’Amérique du Sud, derrière le Brésil et l’Argentine, et le quatrième plus peuplé, avec un peu plus de 33 millions d’habitants, espère retrouver sa crédibilité internationale, note un reportage de Nuria López pour RT.

Depuis les résultats des élections présidentielles du second tour du 6 juin, qui se sont soldées par la proclamation de M. Castillo comme président, l’opposition n’a cessé de lancer des accusations de fraude électorale et de qualifier le nouveau président d’illégitime.

Ces accusations ont été proclamées principalement par sa rivale Keiko Fujimori, la fille de l’ancien président péruvien Alberto Fujimori (1990-2000), qui est actuellement en prison pour crimes contre l’humanité, entre autres, commis pendant son mandat.

Keiko Fujimori a finalement reconnu les résultats, bien qu’elle continue à affirmer, sans preuve, que des milliers de voix lui ont été volées.

En outre, d’autres secteurs de droite plus radicaux, comme celui représenté par Rafael López Aliaga de Renovación Popular, maintiennent également le discours d’un «président illégitime», suivant la voie de l’ultra-droite dans des pays comme les États-Unis et l’Espagne, après leurs défaites électorales.

Ainsi, malgré la toile d’alliances tissée pendant la campagne avec des forces plus modérées, Castillo risque de faire face à des appels à sa destitution, toujours sous la bannière d’une prétendue fraude électorale qui n’a pas été prouvée.

La pandémie au Pérou est au centre de l’activité politique

Ce qui est certain, c’est que la gestion de la pandémie de coronavirus marquera les débuts de ce nouveau mandat. Le Pérou est devenu le pays ayant le taux de mortalité lié au SRAS-Cov-2 le plus élevé au monde (dans les pays de plus d’un million d’habitants), après avoir entrepris en juin une révision des données qui l’a conduit à ajouter 115.000 décès à ses statistiques officielles.

Depuis le début de la pandémie, le pays andin a enregistré plus de 195.000 décès dus au Covid-19 (610,34 pour 100.000 habitants) et près de 2.100.000 cas positifs (6.547,34 pour 100.000 habitants). Actuellement, au cours de la dernière semaine, les taux d’infection et de décès sont en forte baisse, les deux variables ayant diminué de près de 70 % par rapport aux sept jours précédents.

L’agenda politique se concentre désormais sur deux facteurs. Tout d’abord, assurer la vaccination de toute la population, le pays ayant obtenu suffisamment de doses pour immuniser tous les Péruviens. À ce jour, plus de 11,3 millions de doses ont été administrées et plus de 4,2 millions de personnes (près de 13 % de la population) ont été entièrement vaccinées.

Le défi de la reprise économique

Deuxièmement, le nouveau gouvernement doit se pencher sur les moyens de relancer l’économie. En 2020, le PIB du Pérou s’est effondré de 11,2 %, plombé par une longue quarantaine pour endiguer le virus. Comme l’a indiqué l’Institut National de la Statistique et de l’Informatique (INEI) au début de l’année, il s’agit du pire résultat depuis trois décennies, après 22 ans de croissance économique ininterrompue, dont un grand nombre à des taux supérieurs à la moyenne latino-américaine.

Cette baisse est la deuxième plus importante de son histoire, après celle de 13,4 % en 1989, mais elle est meilleure que les prévisions de la Banque Centrale, qui tablait sur une baisse de 12,5 %.

Selon les données officielles, la quarantaine de plus de 100 jours que le pays a connue l’année dernière a paralysé 44 % de l’activité économique, touchant la plupart des secteurs. Le secteur de l’hébergement et des restaurants s’est contracté de 50,45 %) ; les transports, l’entreposage et les services de messagerie de 26,81 % ; les services aux entreprises de 19,71 % ; les mines et les hydrocarbures de 13,16 % ; l’industrie manufacturière de 13,36 % ; la construction de 13,87 % ; le commerce de 15,98 % ; et l’électricité, le gaz et l’eau de 6,14 %. Seuls les télécommunications (4,87 %), l’Administration Publique et la Défense (4,15 %), la pêche (2,08 %) et le secteur agricole (1,28 %) ont connu une légère croissance.

Une timide reprise semble s’être amorcée en décembre, avec une augmentation de 0,51 % après neuf mois consécutifs de baisse. En outre, la Commission Economique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC) prévoit que le Pérou connaîtra une croissance de 9 % en 2021, soit la plus élevée de la région.

Problèmes structurels

Bien que la pandémie ait frappé durement, le Pérou doit également faire face à d’autres problèmes structurels. L’inégalité sociale, le manque perçu d’opportunités et l’instabilité politique en font partie.

L’instabilité politique a été clairement observée lors du dernier mandat présidentiel, cinq années au cours desquelles quatre présidents se sont succédé au Pérou, dont Manuel Merino, qui a occupé le poste pendant cinq jours (entre le 10 et le 15 novembre 2020).

En matière d’opportunités, l’UNICEF a averti en octobre que la pauvreté monétaire des enfants et des adolescents s’élevait déjà à 26,9 % en 2019, et a prédit qu’à la fin de la première année de la pandémie, elle atteindrait 39,9 %. Dans le cas de la population générale, elle passerait de 20 à 30 %, tandis que dans les zones rurales, la situation est encore plus dramatique, avec 47,3 % déjà en 2019.

La crise sanitaire a donc mis en évidence et approfondi les inégalités existantes. Il en va de même pour l’écart entre les sexes dans tous les domaines de la société. Par exemple, le taux d’analphabétisme des femmes (8,3 %) est presque trois fois supérieur à celui des hommes (2,9 %). De même, selon l’Institut Péruvien d’Economie (IPE), la dernière étude, qui date de 2019, montre que l’écart salarial était de 25,8 %, même si dans certaines régions, comme Moquegua, il peut atteindre 47 %.

En outre, selon le dernier rapport de l’INEI sur la violence domestique, daté de septembre 2020, 57,7 % des femmes âgées de 15 à 49 ans ont subi des violences à un moment donné de la part de leur partenaire. Des données qui, selon tous les experts, se sont aggravées pendant cette période de pandémie.

Et les droits sociaux ?

En tant que politicien progressiste, Castillo devra se demander s’il convient d’inclure dans l’agenda politique les droits sociaux qui ont été écartés du débat lors de la dernière campagne électorale, tels que la législation sur l’avortement, le mariage homosexuell’identité de genre et l’euthanasie.

Jusqu’à présent, il n’a pas semblé montrer d’intérêt pour ces questions, ce qui reflète la nature conservatrice de la société péruvienne, où 80 % de la population se déclare catholique et 15 % évangélique.

Pour donner un exemple de l’importance de ces questions, dans un pays où l’on estime que 370.000 avortements clandestins sont pratiqués, la loi n’autorise l’interruption volontaire de grossesse que lorsque la vie de la mère est en danger. Cette situation s’est retrouvée sous le feu des projecteurs internationaux en 2019 avec le cas de Camila, une jeune fille de 13 ans tombée enceinte après avoir été violée par son père, qui l’abusait sexuellement depuis l’âge de 9 ans. Camila a fait une fausse couche, ce qui lui a valu des poursuites pénales et des peines de prison.


Comparte 👍

Comenta 💬