Pourquoi le Bureau du Procureur Général du Mexique enquête-t-il sur Carlos Romero Deschamps?

Mardi, on a appris que le bureau du procureur général (FGR) du Mexique enquête sur l'ancien dirigeant du syndicat du pétrole Carlos Romero Deschamps, pour des dépôts accumulés de 309 millions de pesos, soit plus de 15 millions de dollars américains
Publicado en

Francés

0 0


México

On a appris mardi que le Bureau du Procureur Général du Mexique (FGR) enquête sur l’ancien dirigeant du syndicat du pétrole Carlos Romero Deschamps, pour des dépôts accumulés de 309 millions de pesos, soit plus de 15 millions de dollars américains.

L’information a été révélée par le président Andrés Manuel Lopez Obrador, citant des informations de l’Unité d’Intelligence Financière (UIF), lors de son habituelle conférence de presse matinale où il a été interrogé sur cette affaire.

López Obrador a demandé que Romero ne soit pas condamné pour cette enquête tant que sa culpabilité n’aura pas été prouvée, comme le prévoit la constitution mexicaine. En ce sens, il a demandé d’attendre l’issue du processus car les conférences présidentielles ne sont pas des tribunaux ou des espaces pour lyncher qui que ce soit, et les mécanismes judiciaires ne sont pas non plus utilisés pour se venger ou pour fabriquer des crimes.

«C’est le bureau du procureur qui décidera si l’argent est le produit d’activités illégales, tout ce que les autorités doivent faire. En d’autres termes, nous ne pouvons pas condamner quelqu’un sans preuve. En outre, la Constitution elle-même protège les citoyens sur cette question», a-t-il déclaré, cité par le journal mexicain La Jornada.

Dans ce sens, il a rappelé que l’indication est que tout fonctionnaire qui a connaissance d’un quelconque délit, doit porter plainte immédiatement et a dit que ceux qui l’informent le plus des situations irrégulières sont les chefs des Secrétariats de la Défense Nationale et de la Marine.

«Aujourd’hui, par exemple, en plus de la réunion de sécurité, j’ai été informé par écrit de la frontière et, sur un autre sujet, d’une prétendue fuite de carburant dans le drain d’émission et depuis l’après-midi, des mesures ont commencé à être prises», a-t-il déclaré.

Au Mexique, «une plainte ne signifie pas une condamnation».

Lopez Obrador a ajouté que le Mexique doit comprendre «qu’une plainte déposée ici ne signifie pas une condamnation ; rien de plus que toujours ceux qui nous regardent, la personne à laquelle il a été fait allusion, considèrent que ce n’est pas un tribunal pour lyncher quelqu’un ou pour rendre un jugement sommaire».

Il a souligné qu’au Mexique «le droit à la liberté d’expression est garanti, que tout peut être remis en question et qu’il n’y a aucune censure dans quoi que ce soit, libre, mais que nous sommes conscients que les allégations doivent être prouvées et pour cela il y a le Ministère Public et les juges».

Il a toutefois rappelé qu’une enquête journalistique a suggéré à Romero Deschamps de démissionner après avoir appris qu’il aurait accumulé des vacances jusqu’en 2024.

«Cela a attiré mon attention, car d’après ce qui a été brandi, pendant tout le temps où il était leader, il n’est jamais parti en vacances et avait accumulé tous ces jours jusqu’en 2024. Cela, la vérité, je ne le savais pas et cela me semblait, indépendamment du travail, cela me semblait une immoralité et j’ai parlé avec le directeur de Pemex, avec le Secrétaire de l’Intérieur, pour enquêter sur cette question et il a été constaté qu’il avait ce mécanisme», a expliqué le président du Mexique.

Lopez Obrador a ajouté que dans le cas des vacances de Romero Deschamps, «il a été discuté que c’était avec l’idée de revenir plus tard, quand nous ne serions plus avec nous, qu’il resterait actif pour qu’après le 24, il revienne au syndicat».

Qu’il n’y ait pas d’impunité

Entre-temps, Lopez Obrador a déclaré qu’avant toute irrégularité, ce qui devrait prévaloir dans la justice mexicaine, c’est qu’il n’y a pas d’impunité.

«Je ne pense pas qu’il pensait à cela, mais ce qui était inacceptable, c’est qu’on lui ait payé quatre ans de vacances», a déclaré le président mexicain.

«Une enquête est en cours ; l’instruction est qu’il ne doit pas y avoir d’impunité, que nous pouvons tous faire l’objet d’une enquête, que tous les fonctionnaires doivent être contrôlés, et oui, il y a ces enquêtes, mais personne ne peut être déclaré coupable jusqu’à ce qu’il soit prouvé qu’il est effectivement impliqué dans ce crime», a-t-il ajouté.

Lopez Obrador a prévenu que la procédure régulière doit être appliquée «pas seulement dans ce cas», car il a averti «qu’il y a des centaines d’enquêtes liées au huachicol illicite qui est combattu avec le soutien des Forces Armées et de la Garde Nationale.

Il a ajouté qu’il y a aussi des enquêtes ouvertes avec la supervision des raffineries, «parce qu’il y a des témoignages qu’avant les tuyaux quittaient les installations de Pemex».

«Toutefois, nous n’allons pas utiliser les mécanismes judiciaires pour nous venger ou pour fabriquer des crimes», a-t-il déclaré.

Compártelo

Comentarios