Que se passe-t-il au Salvador?: 330 viols de femmes en pleine quarantaine

Selon les informations d'ONUFemmes El Salvador, dans le pays d'Amérique centrale, plus de femmes meurent de violence que de COVID-19
Publicado en

Francés

0 0


Violación

Un viol toutes les sept heures a été enregistré en moyenne par El Salvador entre le 1er mars et le 29 mai de l’année en cours, selon les chiffres officiels de la Police nationale civile (PNC). Au cours de cette période, 330 violations ont été signalées aux forces de police, une période qui coïncide avec la stricte quarantaine nationale imposée par le gouvernement de Nayib Bukele.  

Malgré le chiffre malheureux, qui est toujours alarmant, la comparaison faite par les forces de police salvadoriennes est qu’il y a eu une diminution de 182 cas par rapport à la même période en 2019, lorsque 512 cas ont été enregistrés. 

À cet égard, Ana Graciela Sagastume, coordinatrice nationale des Femmes et des Populations Vulnérables du Procureur Général de la République d’El Salvador (FGR), a récemment expliqué que la baisse de cet indicateur n’est pas due à une diminution de la violence de genre, mais plutôt à «la restriction des mesures de circulation» qui imposent la quarantaine collective.  

Sagastume ajoute que les chiffres du viol n’indiquent pas que ce total enregistré par la police est le vrai, car la même quarantaine ajoute des obstacles pour les victimes de signaler les agressions sexuelles aux autorités.  

«Je pencherais pour le fait que la diminution est assez liée à la limitation des déplacements (en raison de l’urgence nationale), car de nombreuses institutions ont lancé une campagne de publicité, mais l’attention ou l’aide est une chose et non des plaintes formelles», a déclaré le procureur.  

En fait, la théorie du procureur est également accompagnée de la police, qui dans son rapport a ajouté qu’avant la mise en quarantaine à domicile, du 1er janvier au 29 février, ils avaient reçu 360 rapports de violations sexuelles, un chiffre qui représentait à l’époque une augmentation de 10 cas par rapport à 2019. 

En d’autres termes, du 1er janvier au 29 mai 2020, un total de 690 cas de viol ont été officiellement signalés. 

Système de soins «En Jaque» pour les victimes de viol

Pour Silvia Juárez, de l’Organisation des Femmes Salvadoriennes pour la Paix (ORMUSA), la pandémie a mis en échec le système de santé des victimes de viol sexuel, car elles obligent la personne à porter plainte, dans la plupart des cas, en personne pour activer le protocole d’enquête criminelle correspondant. 

«Notant que nous n’avions aucune possibilité d’assistance à distance, l’assistance (aux victimes) et les plaintes ont donc diminué. La mobilisation, les horaires, la peur et les conditions de réponse sont des obstacles qui deviennent plus aigus dans l’urgence», a déclaré Juárez, qui dirige le programme pour une vie sans violence pour les femmes à ORMUSA.  

Le procureur Sagastume a en outre précisé que la plupart des données de la police ont été collectées de manière flagrante et que de tous les cas de violences sexuelles, entre 70% et 80% des victimes connaissent leur agresseur

Il a ajouté qu’un autre obstacle pour les enfants, les adolescents et les femmes dans les plaintes de violence sexuelle est la possible contagion de COVID-19 lors de sa visite dans un service de santé et du respect du protocole respectif de collecte de preuves.  

«Il existe un protocole de santé qui s’applique quand il vient de se produire (un viol), ou dans les 72 heures. Le système de santé s’est effondré à cause de la pandémie et ils traitent des maladies graves ou chroniques et en plus de cela, une victime de violences sexuelles qui arrive pourrait être exposée à contracter le virus dans les établissements hospitaliers», a ajouté le procureur.  

Selon Ima Guirola de Cemujer, 10% de toutes les victimes de violences sexuelles sont des hommes. «Il n’y a pas d’approche spécialisée, ni pour les femmes ni pour les hommes, et 8 victimes sur 10 se trouvent à l’adolescence et dans l’enfance», a expliqué le représentant de Cemujer. 

Les données sur les viols sexuels signalés aux mains de la PNC et de la FGR coïncident pour la plupart, car la police transmet les dossiers au parquet et vice versa, a déclaré Sagastume.

Il n’y a pas de données uniques et il y a un sous-enregistrement

Pendant la quarantaine, le Bureau du Procureur 503 plaintes – entre le 21 mars et le 1er juin. Ces plaintes sont classées comme «violences sexuelles» et comprennent les délits de viol, d’agression et de harcèlement sexuel ; qui totalisent 1936 plaintes depuis le 1er janvier 2020, un chiffre qui représente une baisse de 612 cas par rapport à 2019. 

«Il s’agit d’un effet de cascade plutôt compliqué , au-delà du fait qu’ils souhaitent (déposer la plainte) en personne ou non, c’est en raison (des restrictions sur) le déplacement et la stigmatisation qu’ils ne veulent pas qu’ils sachent qu’ils ont été victimes de violences sexuelles. «A réitéré le Procureur. 

Juárez a en outre indiqué que toute décision prise par les autorités de sécurité et concernant les victimes de violences sexuelles, en particulier pour les enfants, les adolescents et les femmes, devrait être prise dans une «perspective différentielle» pour surmonter les obstacles auxquels elles sont confrontées au moment de déposer une plainte lors de l’internement obligatoire «un plan dans des situations d’urgence comme celle prévue à l’article 22 du LEIV, qui est prévu pour répondre à des situations de cette nature».

Pour le moment, selon le représentant d’ORMUSA, le gouvernement élabore des campagnes, mais aucune ne vise à faire savoir que les services de soins aux femmes ne sont pas interrompus. 

Sagastume a ajouté que dans les délits liés à la violence sexuelle, «il existe de nombreux sous -registres de cas qui ne sont pas portés à l’attention de la police ou du parquet en raison d’un problème culturel pour les femmes, les enfants et les adolescents ; ils sont désolés de dire qu’ils ont été violés sexuellement parce qu’ils sont stigmatisés»  

Guirola a accepté, qui a expliqué qu’il existe des données qui ne sont pas révélées ; car bien que les mineurs le signalent parfois, les violations sexuelles commises chez les adultes passent inaperçues. 

«La réaction de la société au contexte d’une fête de famille où une fille est violée n’est pas la même chose qu’une femme ou un homme violé. Le comportement de la société est totalement différent, même de la part des autorités», a déclaré Guirola. 

Pendant ce temps, le Ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Rogelio Rivas, a défendu l’idée et la propagande politique qui garantissent qu’au cours de la première année du mandat de Bukele, les violations sexuelles ont diminué de 20%, une fausse déclaration si la sous-déclaration est prise en compte des plaintes pour viol.

Manifestations féministes et chiffres réels

Différentes organisations de défense des droits des femmes ont manifesté via Twitter contre les féminicides enregistrés au Salvador ces derniers mois et demandent au gouvernement central des statistiques réelles sur ce problème social.  

La manifestation a eu lieu pratiquement en raison de la pandémie, et diverses entités non gouvernementales et féministes y ont participé, en utilisant les hashtags #NosotrasTenemosOtrosDatosSV et # NiUnaMenos.  

L’événement, organisé sur Twitter que Salvadoriens ne peut pas aller en dehors de la quarantaine ordonnée de Covid-19, puis se rendit compte que le Ministre de Sécurité informer le président Bukele que les féminicides supposé ont diminué de 61% dans un pays considéré comme l’un des plus violents pour les femmes. 

«Les femmes sont donc 61% plus en sécurité dans ce gouvernement qu’elles ne l’étaient dans le gouvernement précédent», s’est vanté Bukele après la publication du chiffre.

Le président, connu pour avoir exécuté des pratiques répressives et dictatoriales pendant son mandat, a également noté que les organisations qui disent que la violence contre les femmes a augmenté dans ce gouvernement «ne défendent pas les femmes, mais le FMLN (Frente Farabundo Martí para la Liberación Nacional)», un parti politique qui a gouverné en deux périodes (2009-2014) (2014-2019).  

«Ils essaient de confondre la population avec les résultats», a déclaré le Ministre Rivas.

Pour sa part, le Réseau Salvadorien des Défenseurs des Droits de l’Homme a rejeté les commentaires de Bukele, considérant qu’ils «délégitimassent et stigmatisent les organisations féminines et féministes , qui depuis des années travaillent à éradiquer toutes les formes de violence à l’égard des femmes à El Sauveur». 

Plus de femmes meurent de viol que de COVID-19

Selon les informations de l’ONUMujeres El Salvador, dans le pays d’Amérique Centrale, plus de femmes meurent de violence que par COVID-19, car le nombre de fémicides, au 29 mai, dépassait le chiffre de plus de 50% des femmes décédées du Coronavirus. 

Les données ORMUSA indiquent que du 17 mars au 2 juin 2020, 26 fémicides ont été enregistrés et 10 d’entre eux ont été exécutés pendant la quarantaine.

Selon les chiffres de la PNC, entre le 1er janvier et le 4 mai de cette année, il y a eu 44 morts violentes de femmes. Le Salvador est considéré par Amnesty International (AI) comme l’un des pays les plus dangereux au monde pour les femmes.

Selon la Commission Économique pour l’Amérique Latine et les Caraïbes (CEPALC) et les Nations Unies, El Salvador arrive en tête de liste des fémicides en Amérique avec un pourcentage de 6,8 meurtres pour 100 000 femmes.


Comparte 👍

Comenta 💬