Qui est Leonidas Iza Salazar ? Le leader indigène qui monte en puissance en Équateur

Leonidas Iza Salazar a été élu en juin dernier comme nouveau président de la Confédération des Nationalités Indigènes de l’Équateur (Conaie), lors du 7e Congrès de l’organisation, pour la période 2021-2024
Publicado en

Francés

0 0


Iza

Leonidas Iza Salazar a été élu en juin dernier comme nouveau président de la Confédération des Nationalités Indigènes de l’Équateur (Conaie), lors du 7e Congrès de l’organisation, pour la période 2021-2024.

Iza a été de loin le candidat le plus voté, avec 821 voix, contre 287 pour María Andrade, du peuple Saraguro, et 153 pour Marco Guatemal, des communautés indigènes de la Sierra Norte, explique le journaliste Edgar Romero dans un reportage pour RT.

«Je remercie la base des peuples et des nationalités qui ont participé au VIIe Congrès de la Conaie pour cette désignation. Nous recevons cette victoire avec l’engagement de continuer à travailler à l’unité de notre organisation pour la transformation sociale», a écrit Iza sur son compte Twitter.

Une fois les résultats de cette élection connus, les partisans d’Iza ont fait la fête, avec des cris tels que «Iza, Iza commence la battue» ou «Iza, mon ami, le peuple est avec toi».

Qu’est-ce que la Conaie ?

La Conaie, créée en 1986, est la plus grande organisation indigène de l’Équateur et se compose de trois régions :

·         La Confédération des Peuples de la Nationalité Kichwa de l’Équateur (Ecuarunari), qui représente les populations autochtones de la Sierra du pays.

·         La Confédération des Nationalités Indigènes de l’Amazonie Equatorienne (Confeniae).

·         La Confédération des Nationalités et des Peuples Indigènes de la Côte Equatorienne (Conaice).

Depuis sa création, la Conaie, en tant que mouvement de résistance, a obtenu un certain nombre de résultats, comme le transfert de certaines haciendas de la Sierra équatorienne aux mains d’indigènes et de paysans, et la création du système d’éducation bilingue interculturel en 1989.

Le mouvement a gagné en force avec le premier grand soulèvement indigène qu’ils ont fait en 1990, pendant la présidence de Rodrigo Borja. Leurs revendications étaient la reconnaissance de l’État plurinational, l’accès aux sources d’eau, la légalisation des terres, entre autres.

En 1994, ils ont fait en sorte que le régime conservateur de Sixto Durán Ballén revienne sur l’approbation d’une loi agraire ; en 1997, ils ont rejoint la grève des mouvements sociaux qui a conduit à la chute du président Andalá Bucaram ; en 1998, ils ont obtenu l’incorporation des droits collectifs des peuples autochtones dans la Constitution de la République ; en 2000, ils ont participé au renversement du président de l’époque, Jamil Mahuad ; et en 2005, ils ont fait partie des mobilisations qui ont renversé le président Lucio Gutiérrez.

L’une des dernières grandes manifestations de la Conaie a eu lieu en octobre 2019, contre l’administration de Lenín Moreno. Le soulèvement populaire a été déclenché par les travailleurs des transports de différentes fédérations du pays, après que le président a annoncé la suppression des subventions pour l’essence extra et l’ecopaís, les plus utilisées en Équateur, ainsi que pour le diesel, ce qui a entraîné une augmentation de leurs prix, dans le cadre d’un accord avec le Fonds Monétaire International (FMI).

Les transporteurs ont levé la grève, mais la Conaie a pris le relais des protestations, qui ont duré du 3 au 13 octobre, date à laquelle Moreno a finalement cédé et éliminé le décret qui avait entraîné les manifestations.

Selon le Bureau du Médiateur, 11 personnes sont mortes, 1 340 ont été blessées, dont 11 ont perdu un œil, et 1 192 ont été arrêtées.

Iza : «Ne sous-estimez pas le mouvement indigène»

Iza, ainsi que Jaime Vargas, alors président de la Conaie, était l’un des leaders de ces manifestations d’octobre 2019. Il acquiert alors une Notoriété Nationale.

Cet ingénieur en environnement de 39 ans, président du Mouvement Indigène et Paysan de Cotopaxi (MICC), a participé au dialogue engagé avec le gouvernement équatorien qui a permis de mettre fin à l’épidémie.

«Le gouvernement ne doit pas sous-estimer le mouvement indigène», a déclaré Iza lors des négociations, au cours desquelles il a critiqué la répression des forces de sécurité contre les manifestants : «Depuis 1998, j’ai participé à des processus de mobilisation et nous n’avons jamais vu un niveau de violence brutale comme celui que nous avons connu ces jours-ci».

Lors de ces dialogues, il a présenté plusieurs propositions visant à abroger le décret qui a supprimé la subvention de l’État sur l’essence et le diesel, telles qu’une taxe sur ceux qui ont le plus (spécifiquement sur le carburant), la saisie des biens et de l’argent des personnes corrompues, et la suppression des salaires à vie dans l’administration publique.

Après avoir dirigé les manifestations, Iza, comme Vargas, a été dénoncé pour avoir prétendument incité au sabotage et au terrorisme dans le contexte de l’agitation sociale.

Suite à sa participation à ces protestations, en janvier 2020, le Conseil de la Participation Citoyenne et du Contrôle Social (CPCCS) a décerné à Iza une reconnaissance pour «sa carrière dans la participation citoyenne, les droits de l’homme et l’organisation sociale» dans la province de Cotopaxi.

En 2020, ce leader indigène a été considéré comme un pré-candidat à la Présidence du pays au sein du Mouvement d’Unité Plurinationale Pachakutik, le bras politique de la Conaie ; cependant, l’organisation a finalement opté pour Yaku Pérez, arrivé troisième au premier tour des élections présidentielles, le 7 février.

Nouvelles mobilisations

Le 11 juin, le MICC, dirigé par Iza, est à nouveau descendu dans la rue pour manifester contre la hausse du carburant.

Bien qu’en octobre 2019, le tollé social ait fait reculer le Gouvernement, en 2020, Moreno a publié plusieurs décrets, dont les 1054 et 1158, respectivement en mai et septembre 2020, qui ont provoqué une hausse des prix de ces produits.

Le décret 1054, par exemple, a établi un système de fourchettes de prix pour les carburants afin de réduire progressivement la subvention de l’État dont ils bénéficiaient, ce qui a fait fluctuer la valeur de ces produits chaque mois depuis lors. Entre-temps, la loi 1158 a libéralisé l’importation de dérivés du pétrole par le secteur privé ; concrètement, ce secteur peut importer de l’essence, du diesel, du gaz industriel et autres.

Le MICC a demandé au nouveau gouvernement de Guillermo Lasso d’abroger ces décrets ; il a également présenté une liste de revendications, dont un moratoire d’un an sur les crédits que ces producteurs ont acquis auprès des banques, des prix équitables pour les produits paysans et des coûts stables pour les consommateurs, la légalisation du transport communautaire dans leurs zones ; il rejette également la précarisation de l’éducation interculturelle et l’avancée de l’exploitation minière.


Comparte 👍

Comenta 💬