Violence obstétricale en Amérique Latine : la pandémie n’a fait qu’empirer les choses

Le Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l'Homme a reçu des rapports inquiétants sur les droits humains des femmes enceintes et des filles dans le contexte de la pandémie
Publicado en

Francés

0 0


violencia

Un récent rapport du portail Open Democracy alerte sur la montée de la violence obstétricale au milieu de la nouvelle pandémie de coronavirus en Amérique Latine, ainsi que sur d’autres situations irrégulières qui mettent les femmes enceintes en danger et leur tranquillité au moment de l’accouchement.   

Le rapport indique que les femmes qui ont accouché au milieu de la pandémie COVID-19 ont été confrontées à une pression croissante en faveur des césariennes, en plus des mauvais traitements, des interdictions d’accompagnement et du refus d’aider dans les cas d’urgence – malgré l’existence de lois contre la «violence obstétricale» et la «médicalisation abusive».  

La région avait déjà le taux de césariennes le plus élevé au monde, estimé à 40% de toutes les naissances, bien que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) recommande de ne pas dépasser 15% et insiste sur le fait qu’elles ne devraient être pratiquées que lorsque des raisons médicales le justifient.

En mars, l’OMS a réitéré cette recommandation dans ses lignes directrices sur l’accouchement pendant la pandémie : les femmes devraient avoir la compagnie de leur choix lors de l’accouchement, recevoir un traitement digne et respectueux, des informations claires, une analgésie adéquate et un soutien pour allaiter si elles le souhaitent. . 

La pratique des césariennes, des inductions, des épisiotomies et d’autres procédures qui ne sont pas médicalement nécessaires, ou qui n’ont pas de consentement éclairé, est interdite par les lois nationales ou étatiques contre la violence obstétricale dans au moins huit pays d’Amérique latine, dont l’Argentine, l’Équateur, Mexique, Uruguay et Venezuela.    

La plupart de ces lois garantissent la compagnie lors de l’accouchement, la cohabitation avec le nouveau-né et le soutien à l’allaitement. Mais les militants de la santé maternelle affirment que ni ces normes ni les directives de l’OMS ne sont suffisantes pour protéger ces droits, même avant COVID-19. La pandémie n’a fait qu’empirer les choses.

Mujeres

Quelques exemples dans la région

En Équateur, par exemple, la militante Sofía Benavides a déclaré que son groupe d’étude avait recueilli des témoignages de 26 femmes qui avaient accouché pendant l’épidémie de COVID-19. Au total, 13 d’entre eux ont déclaré qu’ils n’étaient pas autorisés à accoucher avec un compagnon, dans le cadre des restrictions hospitalières, et 15 ont déclaré qu’ils ne pouvaient pas avoir de contact peau à peau précoce avec les nouveau-nés. 

Benavides a rapporté qu’au pire moment de l’épidémie dans la ville de Guayaquil (avril et mai), une clinique privée a proposé : «Vous venez seul, vous avez une césarienne, nous ne vous laissons pas de place, nous vous gardons dans la zone d’observation et nous vous facturons 1.200 $. La seule bonne chose est qu’ils lui permettent de rester avec le bébé». 

Dans le cas du Mexique, le gynécologue et obstétricien Christian Mera du Proparto Natural Medical Group, estime que – lors de l’accès aux statistiques – nous verrons «qu’en avril et en mai, il y a eu une augmentation des césariennes», motivée par «la crainte que les hôpitaux sont saturés». Cependant, «c’est contradictoire car la césarienne comporte des risques plus élevés et, dans le cas du COVID-19, le risque d’hospitalisation et d’infection s’additionne». 

Dans la région, «au nom de la pandémie, les taux de césarienne sont devenus extrêmement élevés, même pour les femmes sans COVID-19», a déclaré Mucio, le conseiller régional de l’OMS et de l’OMS pour la santé maternelle, à Open Democracy. L’Organisation Panaméricaine de la Santé (OPS).   

En Uruguay, qui n’enregistre que 1000 cas de COVID-19 et une trentaine de décès, les autorités ont été accusées de fermer les yeux lorsque plusieurs centres de santé ont suspendu temporairement les compagnons lors d’accouchements, de césariennes et d’échographies, en violation de la loi.

mujeres

Femmes seules et mal informées

À partir de mars, Open Democracy a interrogé 17 femmes et un grand nombre d’organisations non gouvernementales, sages-femmes et obstétriciennes d’Argentine, d’Équateur, du Mexique, d’Uruguay et du Venezuela, qui ont détaillé des expériences d’accouchement dans la pandémie qui semblent enfreindre les directives internationales et internationales lois locales.    

La majorité des femmes ont dû accoucher seules car les compagnons étaient interdits par le COVID-19. Cela «multiplie les risques d’abus» dans les pays où la violence obstétricale «est toujours présente», a déclaré la sage-femme mexicaine Nuria Landa, du groupe Nueve Lunas.  

Beaucoup de ces femmes ont signalé des violences verbales et physiques de la part du personnel hospitalier surchargé de travail, qui ne leur a pas non plus donné suffisamment d’informations pour comprendre ce qui se passait. En outre, plusieurs femmes en travail ont déclaré qu’elles étaient séparées de leur bébé et ne pouvaient pas les allaiter. 

Des violations de la directive et des lois de l’OMS sont signalées dans les hôpitaux publics et privés. «Ils ne nous ont pas traités avec dignité» ; C’est ainsi que Lidia Cordero décrit ce que c’était que d’être laissée seule en travail dans une salle d’urgence d’un hôpital public de Huixquilucan, au Mexique, où elle assure qu’ils ne lui ont pas donné les informations nécessaires. 

«Littéralement, nous étions les hantés de l’hôpital», a déclaré Montse Reyes, qui a eu une césarienne prévue en mai dans une clinique privée au Mexique. Reyes assure qu’après la naissance, elle et son bébé ont été testés positifs pour le COVID-19, mais le personnel ne l’a pas informée des résultats avant sa sortie, après avoir passé deux jours en isolement. 

Ils ne l’ont pas séparée du nouveau-né, mais tous deux ont été placés «dans une zone isolée derrière une porte vitrée» et «personne ne voulait avoir de contact avec nous. Il était onze heures du soir et je n’avais pas bu un verre d’eau depuis dix heures la veille», a-t-il déclaré.  

cesarea

«Je me suis senti abandonné»

Daniela Echeverría s’était vu promettre une livraison avec musique, liberté de mouvement et massages au centre de santé publique de Conocoto, Quito, Équateur. Mais alors qu’ils lui ont permis d’être avec son mari, ils les ont laissées seules dans la salle d’accouchement. «Je me suis senti abandonné. C’était un mélange d’angoisse et de douleur», a-t-il expliqué à propos de son processus. 

Echeverría estime que le personnel a été réduit par la pandémie et explique que la seule équipe de garde (un médecin et deux infirmières) assistait à un autre accouchement et n’est apparue que trois heures plus tard ; à ce moment-là, elle a subi une déchirure vaginale et son bébé avait avalé du liquide amniotique et du méconium, signe de détresse fœtale. 

En Uruguay, la coordinatrice du Groupe pour l’Humanisation de l’Accouchement et de la Naissance, Laura Vega, a déclaré que son organisation avait reçu «70 plaintes dans tout le pays».

L’absence d’informations claires est une question qui est réitérée dans les témoignages recueillis par Open Democracy. Deux femmes qui ont eu une césarienne dans deux villes uruguayennes en avril (avant que le gouvernement n’annule l’interdiction des escortes en mai) ont déclaré avoir découvert à la dernière minute qu’elles accoucheraient seules.   

«Ils ne m’ont même pas demandé. Le gynécologue a dit à mon partenaire que ce n’était pas pratique pour moi d’entrer dans la salle d’opération», a déclaré Anahí Oudri ; tandis qu’Andrea Fernández a ajouté : «À ce moment-là, je n’avais aucune chance de discuter. J’étais terrifiée par la césarienne, et vous savez que si vous ne gagnez pas la discussion, ce n’est pas bon de voir de mauvais visages». 

COVID

Livraisons risquées

L’enquête Open Democracy a identifié plus de 100 violations des directives de l’OMS dans au moins 45 pays depuis le début de la pandémie. Ces preuves proviennent de témoignages directs, d’ONG et d’autres médias journalistiques.    

En Amérique Latine, les couvre-feux et les restrictions de transport en raison du coronavirus ont conduit de nombreuses femmes à perdre le contrôle de leur grossesse, à parcourir de longues distances pour se rendre à l’hôpital ou même à être contraintes d’accoucher à domicile, non planifiées et risquées.

En Équateur, l’avocate féministe Ana Vera, du groupe de défense des droits sexuels et reproductifs Surkuna, a déclaré qu’en avril, deux femmes en situation d’urgence obstétricale se sont vu refuser une assistance à plusieurs reprises dans les salles d’urgence des hôpitaux publics de Guayaquil, puis submergées par une épidémie incontrôlée de COVID-19.  

«J’ai dû intervenir directement en appelant les autorités du ministère de la Santé publique» à «donner des antibiotiques à l’un» et une «transfusion sanguine» à l’autre, a déclaré Vera.

Toujours en avril, Nuria Landa, une sage-femme mexicaine, a reçu des appels téléphoniques d’urgence de deux femmes qui travaillaient à domicile, après avoir été rejetée par un hôpital reconverti pour traiter les cas de COVID-19 sans préavis.  

Une autre femme de Guadalajara, au Mexique, a déclaré à Open Democracy qu’elle avait accouché sans complications à domicile en avril, mais le lendemain, elle ne se sentait pas bien et se rendit à l’hôpital pour un test de coronavirus. Au début, ils l’ont nié.   

«Le médecin m’a poussé les doigts plus fort, a tourbillonné à l’intérieur”, a déclaré la femme. Le médecin l’a grondée et lui a assuré qu’elle avait des traces de placenta et qu’elle avait besoin d’un curetage. Mais ce n’était pas vrai, comme l’a montré un deuxième médecin qui a ordonné une échographie et un test de coronavirus, ce qui était positif. 

La femme a signalé son cas aux autorités comme une violation des règles contre la violence obstétricale

embarazada

Droits humains des femmes

Une porte-parole de la Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme, Michelle Bachelet, a déclaré que son bureau «a également reçu des rapports inquiétants sur les droits humains des femmes enceintes et des filles dans le contexte de la pandémie COVID-19».  

«Nous sommes préoccupés par le fait que dans le monde, avec des systèmes de santé surchargés, les ressources destinées aux services de routine tels que la santé maternelle soient fréquemment détournées. La documentation de ces incidents est une première étape cruciale pour exposer le problème. Les États doivent adapter leurs pratiques aux directives de l’OMS sans délai», a déclaré le bureau. 

Pour sa part, le conseiller régional OMS / OPS sur la santé maternelle, Bremen de Mucio, a déclaré que les situations relevées dans l’enquête sur la démocratie ouverte ne l’ont pas surpris, «car elles existaient déjà avant la pandémie et même la nécessité de l’OMS ayant élaboré une déclaration spécifique sur les abus pendant la grossesse, l’accouchement et la puerpéralité, se rend compte que c’est une réalité qui se produit dans presque tous les pays.

«La seule chose qui s’est produite pendant la pandémie est que certaines de ces situations se sont aggravées ou sont devenues plus fréquentes», a-t-il souligné.  

L’expert a ajouté que « la première chose est de plaider pour que la question ait la visibilité nécessaire, cela a un double effet. D’une part, que les utilisateurs savent que le problème existe et que les droits sont de leur côté. D’autre part, faire comprendre aux professionnels que des pratiques qu’ils jugent normales violent les droits des femmes et que tôt ou tard elles devraient être punissables».

De Mucio a également évoqué la résistance que l’expression «violence obstétricale» suscite auprès du personnel médical

Dans la déclaration de l’OMS, signée par des dizaines d’institutions, explique-t-il, «nous aurions dû parler de traitement irrespectueux plutôt que de violence obstétricale. Et cela n’a pas été un caprice, ou pour ne pas reconnaître que la violence obstétricale existe», mais «pour éviter de couper les ponts du dialogue avec les sociétés professionnelles, car parler de violence obstétricale génère une résistance qui empêche de discuter de la question».

Des lois contre la violence obstétricale sont devenues nécessaires «face à la violation constante des droits des femmes. Malheureusement, dans certains cas, ils n’ont pas été réglementés, ou les sanctions qu’implique leur non-respect n’ont pas été précisées, ou le respect de ces lois n’est pas directement contrôlé. 

Plus grave encore, souligne-t-elle, les professionnels et les femmes ignorent parfois même l’existence de ces normes. « Il y a quelques années, lors d’un congrès de gynécologie et d’obstétrique, le président d’une grande fédération de gynécologie et d’obstétrique d’un pays d’Amérique Latine se vantait que, bien qu’il y ait une loi contre la violence obstétricale dans plusieurs États de son pays, il n’a jamais un gynécologue avait été puni pour violence obstétricale»

Compártelo

Comentarios