Voici les autres ‘Alex Saab’ qui sont également victimes de la persécution judiciaire américaine

Les États-Unis (US) ont l’intention d’extrader et d’emprisonner des hommes d’affaires étrangers dont le seul crime est d’avoir échappé à des mesures coercitives unilatérales
Publicado en

Francés

0 0


EEUU

Les États-Unis (US) ont l’intention d’extrader et d’emprisonner des hommes d’affaires étrangers dont le seul crime est d’avoir échappé à des mesures coercitives unilatérales. Le cas le plus emblématique est celui du diplomate vénézuélien Álex Saab, mais d’autres hommes d’affaires sont présentés dans un rapport du journaliste Stansfield Smith pour The Gray Zone.

Tout comme Álex Saab est retenu en otage au Cap-Vert depuis le 12 juin 2020 ; un cas similaire se produit avec l’homme d’affaires nord-coréen Mun Chol Myong, il a été détenu illégalement en Malaisie puis extradé vers les États-Unis, et de la même manière il y a Meng Wanzhou, exécutive de l’entreprise technologique chinoise Huawei, qui est retenu en otage par le gouvernement canadien depuis 2018 sur ordre de Washington.

Dans ses recherches, Smith affirme que «les États-Unis utilisent les sanctions économiques comme une arme contre les États qui choisissent une voie de développement indépendante de la domination mondiale des États-Unis». Ces sanctions comprennent, entre autres, le blocage des transactions financières et commerciales d’un pays, en plus de servir d’outil pour déstabiliser les gouvernements qui ne veulent pas se plier aux avis de la Maison Blanche.

Bien que les Nations Unies aient clairement établi que les sanctions américaines sont illégales et représentent des mesures coercitives unilatérales, le gouvernement américain n’en a pas tenu compte et a imposé de nouveaux trains de sanctions à des pays tels que Cuba, l’Iran, le Venezuela et la Corée du Nord, alors que leurs effets ont été décrits à plusieurs reprises comme «mortels pour la population civile», souligne le journaliste.

«Les sanctions américaines ont contribué à la mort de 40.000 personnes au Venezuela entre 2017 et 2018 seulement, ainsi qu’à la mort de 4.000 Nord-Coréens en 2018, dont la plupart sont des enfants et des femmes enceintes. Dans les années 1990, les sanctions contre l’Irak ont entraîné la mort de près de 880.000 enfants de moins de cinq ans en raison de la malnutrition et de la maladie», précise la recherche.

La condition de possibilité de cette action globale des États-Unis réside dans leur contrôle du système financier international, qui leur permet de «bloquer les transferts d’argent pour la moindre transaction et de confisquer des milliards de dollars détenus par des gouvernements et des individus spécifiques» et même «d’exiger que les banques des pays étrangers acceptent les restrictions américaines ou s’exposent elles-mêmes à des sanctions», résume The Gray Zone

Les États-Unis ignorent

Ainsi, alors que le droit international interdit explicitement aux États d’imposer des sanctions à d’autres États et délègue cette prérogative exclusivement au Conseil de Sécurité des Nations Unies, le gouvernement américain passe outre et ose même sanctionner des fonctionnaires de la Cour Pénale Internationale (CPI) qui enquêtent sur les crimes de guerre commis par l’armée américaine en Afghanistan.

«Nous allons interdire à vos juges et procureurs d’entrer aux États-Unis. Nous sanctionnerons leurs fonds dans le système financier américain et les poursuivrons dans le système pénal américain (…). Nous ferons de même pour toute entreprise ou État qui aide une enquête de la CPI sur des américains», a menacé John Bolton, le conseiller à la sécurité nationale de l’administration Trump, qui est rapidement passé des paroles aux actes.

Une autre, affirme Stansfield Smith, Il en a été de même pour les tentatives d’extradition d’hommes d’affaires étrangers qui, sans avoir enfreint les lois internationales, sont maintenant dans le collimateur de Washington pour être poursuivis par la justice américaine, comme Bolton a assuré que son gouvernement le ferait contre les membres de la CPI.

«Alex Saab, un citoyen vénézuélien, Mun Chol Myong, un homme d’affaires nord-coréen, et Meng Wanzhou, du géant chinois de la technologie Huawei, ont été accusés d’avoir violé les sanctions illégales de Washington, bien que tous soient des citoyens non américains qui vivent et font des affaires en dehors des États-Unis. Tous trois sont persécutés politiquement pour avoir agi dans l’intérêt de leur propre pays, et non des États-Unis», souligne-t-il.

Alex Saab, retenu en otage au Cap-Vert

Saab, qui est détenu illégalement au Cap-Vert depuis juin 2020, est accusé par les États-Unis de «blanchiment d’argent», mais, comme le note Smith dans son article, «dans son cas et celui des deux autres étrangers visés par les États-Unis, le blanchiment d’argent ne signifie rien d’autre que la réalisation de transactions commerciales internationales, qui doivent généralement passer par le système financier SWIFT, contrôlé par les États-Unis, par lequel transitent toutes les transactions en dollars, contournant ainsi les sanctions unilatérales de Washington». C’est, ajoute-t-il, la «position que Washington utilise pour imposer ses mesures coercitives unilatérales au reste du monde».

En outre, l’homme d’affaires jouit de l’immunité diplomatique parce qu’il a été nommé envoyé spécial de la République bolivarienne du Venezuela pour mener à bien les procédures liées à l’acquisition de nourriture, de médicaments et d’autres fournitures essentielles, raison pour laquelle il n’aurait pas dû être détenu et, a fortiori, est susceptible d’être extradé, comme l’a jugé la Cour de justice de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Cependant, Saab reste enfermé dans une bataille juridique avec les autorités cap-verdiennes, qui s’obstinent à exécuter un ordre d’extradition inapproprié et même insoutenable du point de vue du public, puisque la Suisse, qui a enquêté sur lui pendant plus de deux ans pour blanchiment d’argent, a clos l’enquête le 25 mars et a admis qu’il n’avait commis aucun crime.

The Gray Zone note que même «Le Département du Trésor Américain a retiré le 31 mars les sanctions que le président Trump avait émises à l’encontre d’un groupe de sociétés prétendument liées à Alex Saab», de sorte que sa détention, qualifiée d’enlèvement par les autorités vénézuéliennes, manque de toute justification.

Mun Chol Myong, kidnappé en Malaisie et extradé vers les États-Unis.

À quelques différences près, une situation similaire s’est produite pour l’homme d’affaires nord-coréen Mun Chol Myong, qui a été extradé de Malaisie vers les États-Unis, accusé de «blanchiment d’argent» et de «conspiration», ainsi que d’avoir fourni des «biens à la Corée du Nord» – toujours pas précisés -, en violation des lois américaines.

Presque dans le calque de ce que Washington a fait plus tard à Saab, Mun a été capturé en Malaisie en mai 2019 après qu’un mandat d’arrêt ait été émis à Washington. Tout comme le diplomate vénézuélien aujourd’hui, le Nord-Coréen a passé près de deux ans à essayer d’empêcher son transfert illégal vers les États-Unis, affirmant que son cas était motivé par des raisons politiques et qu’il était utilisé comme une «monnaie d’échange» entre les deux gouvernements.

«Un acte d’accusation déposé auprès du Tribunal Fédéral du District de Columbia allègue que Mun et ses «co-conspirateurs» non identifiés ont utilisé des sociétés «écrans» et des comptes bancaires enregistrés sous de faux noms pour le compte d’entités nord-coréennes exclues de SWIFT. Selon le FBI, en dissimulant des transactions qui profitaient à la Corée du Nord, Mun a incité les institutions financières américaines à traiter plus de 1,5 million de dollars de transactions qu’elles n’auraient pas traitées autrement», explique Smith.

Pourtant, malgré les efforts du gouvernement américain pour dissimuler la légalité de cet acte d’administration extraterritoriale de la justice, John C. Demers, procureur général adjoint de la division de la sécurité nationale du ministère de la Justice des États-Unis, a publiquement célébré le fait que Mun était «le premier agent de renseignement nord-coréen et le deuxième agent de renseignement étranger de l’histoire à être extradé vers les États-Unis pour avoir violé» les lois américaines.

Le journaliste souligne également que pour Washington, les diplomates nord-coréens et les hommes d’affaires étrangers sont, le cas échéant, des «agents de renseignement», ce qui ouvre la porte dangereuse pour que «des citoyens étrangers qui n’ont jamais été ou travaillé aux États-Unis puissent y être extradés pour avoir violé» ses lois.

De plus, selon les déclarations de responsables du Département de la Justice, l’extradition de Mun pourrait n’être que la première d’une série d’autres que son gouvernement a en tête.

«Nous continuerons à utiliser toute la portée de nos lois pour protéger le peuple américain contre l’évasion des sanctions et d’autres menaces pour la sécurité nationale», a déclaré Demers.

Cyniquement, les États-Unis défendent leur dernier train de mesures coercitives unilatérales contre la Corée du Nord en se fondant sur le développement présumé d’armes nucléaires par Pyongyang, alors que ce pays est le seul à avoir utilisé ces armes contre des civils et que, depuis des décennies, il utilise ses ogives pour menacer d’autres nations qu’il définit comme des ennemis, comme c’est le cas de l’Iran.

Meng Wanzhou, injustement emprisonnée au Canada

C’est précisément de ce côté que Washington s’est accroché pour entreprendre une persécution judiciaire contre Meng Wanzhou, directrice financière et vice-présidente du conseil d’administration de la société technologique chinoise Huawei, qu’il accuse d’avoir trompé la banque britannique HSBC sur les affaires de la société qu’elle représente en Iran, ce qui aurait eu pour conséquence que l’institution financière aurait enfreint les sanctions américaines.

En 2018, un tribunal de New York a émis un mandat d’arrêt à son encontre, qui a finalement été exécuté par la justice canadienne le 1er décembre 2018. Depuis lors, Meng est assignée à résidence, alors que Pékin a qualifié son arrestation «d’illégale, déraisonnable et impitoyable» et qu’aucun plaidoyer judiciaire ne permet de renverser la situation.

Selon The Gray Zone, l’administration Trump aurait monté le dossier contre la femme d’affaires chinoise en se basant sur deux articles publiés par Reuters en 2012 et 2013 et en laissant de côté l’accord nucléaire de 2015, qui suspendait toutes les mesures coercitives unilatérales qui avaient été imposées à Téhéran, en utilisant son programme nucléaire comme prétexte.

Par conséquent, affirme Smith, «les sanctions unilatérales américaines contre l’Iran ont été imposées sans aucune base juridique, et la justification de Washington pour extrader Meng viole donc le droit international, car les sanctions auxquelles le cadre de Huawei se serait soustrait sont illégales selon le Conseil de sécurité de l’ONU».

Selon l’analyste politique K.J. Noh, la seule faute de Meng Wanzhou est d’être la fille du fondateur de Huawei, et avec son arrestation, Washington tente de faire pression sur Huawei et le gouvernement chinois, ainsi que de «ralentir le développement technologique» de la nation asiatique.

Comme c’est le cas pour Alex Saab et comme cela s’est déjà produit pour Mun Chol Myong, sa défense a dénoncé à plusieurs reprises le fait que l’affaire avait une connotation politique évidente et que, de plus, de fausses preuves avaient été présentées pour l’incriminer de manière extraterritoriale pour des crimes qu’elle n’a commis ni à l’intérieur ni à l’extérieur des États-Unis.

«Il n’y a aucun lien (…). Aucun des comportements allégués de (Meng) n’a eu lieu en tout ou en partie aux États-Unis. Ils n’y ont pas non plus eu d’effet», affirment ses avocats.

La nouveauté des Etats-Unis : imposer des sanctions aux individus

Pour Stansfield Smith, ce que ces trois affaires montrent, c’est que, contrairement à sa pratique habituelle, Washington a choisi d’imposer des sanctions aux individus et non aux institutions, car «lorsqu’un dirigeant applique une politique d’entreprise, on s’attendrait à ne pas inculper les individus, mais à infliger une amende à l’entreprise», comme cela s’est produit dans le passé.

Depuis 2010, une vingtaine d’institutions financières internationales se sont vu infliger des amendes par le Trésor américain pour ne pas avoir respecté les mesures coercitives unilatérales contre Cuba, l’Iran et le Soudan, sans que leurs dirigeants ou représentants ne soient arrêtés.

Smith prédit que, s’ils étaient extradés, «Saab, Mun ou Meng recevraient très probablement un procès hautement politisé aussi «équitable» que celui infligé aux cinq cubains ou à Simon Trinidad».

«Ce sont des affaires politiques, déguisées en affaires criminelles. Le ‘crime’ est la violation des sanctions américaines – illégales selon les Nations Unies – par des citoyens non américains vivant en dehors des États-Unis», ajoute-t-il, et c’est pourquoi sa tentative de les poursuivre vise en fait à les utiliser comme otages contre leurs gouvernements, dont «Washington cherche à écraser les intérêts».

Le journaliste avertit que «ces affaires ouvrent la porte aux États-Unis pour inculper et extrader n’importe qui dans le monde sur des accusations infondées de «crime organisé, blanchiment d’argent ou financement du terrorisme» s’ils s’engagent dans un commerce international parfaitement légal que le gouvernement américain déclare contraire à ses sanctions unilatérales».

Compártelo

Comentarios