Washington, l’UE et Exxon Mobil alimentent la guerre entre le Venezuela et la Guyane pour le pétrole d’Esequibo

Le président américain sortant Donald Trump est à quelques jours de quitter la Maison Blanche
Publicado en

Francés

0 0


Guyana

Le président américain sortant Donald Trump est à quelques jours de quitter la Maison Blanche. Cependant, son administration cherche à déclencher une guerre sans précédent entre le Venezuela et la Guyane, en raison de l’énorme richesse minérale, or, naturelle et énergétique de l’immense région d’Esequibo. Ce vaste territoire a historiquement appartenu aux vénézuéliens, mais en raison des actions coloniales du Royaume-Uni, il est tombé en litige.  

Washington est déterminé à prendre le contrôle du pays par des moyens violents. C’est pourquoi il encourage les coups d’État, les actions séditieuses et même les conflits guerriers contre la nation bolivarienne. Tout a empiré depuis que le Venezuela a découvert qu’il possède les plus grandes réserves de pétrole du monde. En outre, il possède également d’énormes réserves de gaz, d’or, de coltan, de diamant, de fer, entre autres richesses naturelles, minérales et énergétiques.

La plupart des plans médiatiques contre le Venezuela sont connus et perpétrés à partir de la Colombie avec la complicité de l’uribisme. Mais les États-Unis tentent également de mettre le feu au pays depuis le Brésil, ce qui n’a pas eu le soutien des forces armées du géant sud-américain. 

Ces dernières années, Washington a voulu accéder à l’Esequibo et même soutenir la Guyane pour voler cette région. Il les «séduit» même en leur proposant des affaires d’un milliard de dollars par le biais de sociétés pétrolières américaines, parmi lesquelles Exxon Mobil.

Ainsi, il n’y a pas que le Royaume-Uni et l’Union Européenne (UE) qui s’intéressent à faire des affaires dans l’Esequibo. Les États-Unis veulent se lancer directement et c’est pourquoi ils dirigent les incursions menées par des navires sous contrat avec Exxon Mobil. Ils ont même effectué des travaux dans l’espace contesté et envahi l’espace maritime vénézuélien.  

Maduro annonce des mesures pour la défense d’Esequibo

Pour empêcher de nouvelles incursions et protéger le territoire vénézuélien, le président Nicolás Maduro a annoncé cette semaine la création du Territoire pour le Développement de la Façade Atlantique de la République Bolivarienne du Venezuela. Le but ferme est de défendre les droits historiques des vénézuéliens et leur sol national sacré. 

«J’ai entre les mains de signer le Décret par lequel un nouveau territoire maritime de la République est établi. Il fait partie de la batterie d’ actions juridiques, diplomatiques, politiques et étatiques pour défendre nos droits sacrés de 200 ans de République», a déclaré Maduro. Avec le Conseil de la Défense Nationale (Codena) et le Conseil d’État, il a soutenu la défense de l’Esequibo contre les revendications des sociétés transnationales qui sont à l’origine de «condamnations suspectes» de la Cour Internationale de Justice (CIJ).

Le président a lu une partie du Décret, dont l’article 1 crée la «Zone de Développement Stratégique de la Façade Atlantique». Son objectif est d’assurer la protection et la sauvegarde de la juridiction vénézuélienne dans ses espaces continentaux. Il comprend les zones marines intérieures, les limites historiques et vitales du pays.

Aussi, il a expliqué que les zones sous-marines, insulaires, lacustres, fluviales et territoriales sont incluses ; sur les bases droites adoptées ou adoptées par le Venezuela. Il comprend également le sol, le sous-sol, l’espace aérien continental, insulaire et maritime, les ressources et autres intérêts trouvés ou découverts.

De même, la zone maritime contiguë, le plateau continental et la zone économique exclusive sont intégrés au nouveau territoire. Cela comprend l’aérospatiale, l’espace extra-atmosphérique sous-jacent et toute autre dimension qui affecte la sécurité nationale.

Trump veut déclencher une guerre contre l’Esequibo

La vice-présidente du Venezuela, Delcy Rodríguez, a abordé la question ce lundi 11 janvier. Le même jour, des «exercices militaires» conjoints ont commencé entre le Commandement Sud-Américain et la Guyane. De plus, les manœuvres coïncident avec les travaux d’Exxon Mobil sur le territoire d’Esequibo.

Rodríguez a alerté les pays de la région sur ces exercices militaires, car ils se déroulent sur la façade Atlantique près du Venezuela. En outre, elle a rappelé qu’ils se produisent dans les eaux juridictionnelles de l’Esequibo, le tout sur ordre de Trump.

«Nous sommes en présence d’une situation angoissante pour le Gouvernement des États-Unis. Quelques heures après avoir fini (…), veulent susciter des provocations», a souligné Rodríguez. Elle a également annoncé avoir envoyé une lettre au secrétaire général des Nations Unies (ONU), António Guterres, pour mettre en garde contre cette menace à la paix et à la tranquillité dans la région.

La vice-présidente a expliqué que l’alerte découle de l’inquiétude du Venezuela face à ces manœuvres militaires. En fait, elle a rappelé qu’il appartenait à l’ONU «de garantir la paix et la stabilité dans cette région».

Guyana

Le Venezuela rejette la position du président guyanien

Rodríguez a rejeté les récentes déclarations du président de la Guyane, Irfaan Ali, ignorant que la Façade Atlantique est un territoire vénézuélien. Elle a même regretté que maintenant il ait l’intention de se présenter «en victime», alors qu’en réalité «il a un esprit et une incitation pour s’emparer du territoire».

En ce sens, la vice-présidente a exhorté le gouvernement guyanais à «avoir la syndication». Elle a également demandé qu’ils «ne fassent pas une escalade soutenue par le Gouvernement américain sortant».

Esequibo

Également, elle a appelé les pays des Caraïbes à rejeter ces actions qui représentent une provocation pour toute la région. Dans le même temps, elle a réaffirmé que le Venezuela n’a jamais reconnu la compétence de la CIJ dans les décisions sur le différend avec la Guyane sur le territoire d’Esequibo. 

Rodríguez a souligné que le Guyana avait démontré tout au long de son histoire sa réticence à résoudre pacifiquement le différend. «La Guyane n’a jamais eu une réelle et véritable volonté de négocier. Elle a agi de mauvaise foi et cela est démontré par la signature de l’accord avec Exxon Mobil. Aussi avec les déclarations hautaines et provocantes qui menacent la paix de la région, par ses plus hautes autorités».

Esequibo

Le différend sur l’Esequibo doit être pacifique

Le ministre vénézuélien des Affaires Étrangères, Jorge Arreaza, a également rejeté les déclarations du président guyanais sur «des questions liées à notre juridiction interne». 

Sur son compte Twitter, le diplomate a publié une déclaration dans laquelle il a qualifié les déclarations d’Irfaan Ali de regrettables. Arreaza dénonce qu’ils ne recherchent que la confrontation, séduits par les intérêts d’Exxon Mobil et du régime sortant de Trump. 

Le chancelier dit que depuis Georgetown, ils lancent des accusations fausses et irrespectueuses et éloignent le pays de la voie des négociations. De même, il condamne l’intention d’utiliser un usage abusif de la force pour s’approprier l’Esequibo.

En ce sens, il a assuré que le Venezuela agirait conformément au strict respect de la légalité et en tant que partisan ferme de la voie de la coopération amicale. Pour cette raison, il a réitéré au Guyana l’invitation à réorienter le différend dans le cadre juridique de l’Accord de Genève.

La Force Armée protège le territoire

Le ministre de la Défense Vladimir Padrino López a expliqué ce lundi que les Forces Armées Nationales sont en permanence en patrouille et protection de toutes les zones géographiques du Venezuela. Par ailleurs, il a rappelé l’échec des incursions maritimes dans les eaux vénézuéliennes, des banques engagées par la société Exxon Mobil Corporation.

Padrino López a souligné que «depuis 2013, les navires de recherche osent explorer et enquêter dans les eaux juridictionnelles non controversées» du Venezuela.

En ce sens, il a rappelé le cas du navire Teknik Perdana, en 2013. Un groupe de tâches a été envoyé et sur la base des protocoles établis dans le droit maritime international, ce navire a été emmené dans un port vénézuélien.

Il a également cité un cas en 2018. Deux navires, l’un pour la recherche sismique et l’autre pour le soutien, également sous contrat avec Exxon Mobil, sont entrés dans les eaux vénézuéliennes. Cette fois, les Forces Armées ont pratiqué les protocoles rigoureux, ont agi et expulsé les deux navires.

Précisément, il a souligné que les Forces Armées maintiennent actuellement, et à plus forte raison, une patrouille permanente sur la côte atlantique. Le seul objectif est de protéger la souveraineté du territoire vénézuélien dans son intégralité : terre, mer et air.

L’Accord de Genève est inaliénable

Il a également souligné que ces gestes guerriers sont le produit du désespoir et de l’administration Trump «angoissante» de voler des ressources naturelles, via Exxon Mobil. 

Il a également souligné que la position de Trump sur l’Esequibo vénézuélien représente une menace d’escalade plus grande. Il a souligné que «c’est un empire se mêlant des affaires intérieures qui correspond à les installer dans deux États», en l’occurrence le Venezuela et la Guyane.

En outre, il a assuré que le Venezuela n’a en aucun cas renoncé à l’Accord de Genève de 1966 pour résoudre le conflit sur l’Esequibo. Son pari est sur une «solution pratique, pacifique et satisfaisante pour les parties». 

Guyana

Concernant les exercices militaires conjoints, il a noté : «Lorsqu’un empire fait partie de la controverse, cela représente une grande menace pour la région. Aujourd’hui, c’est contre le Venezuela, demain il peut être contre n’importe quel pays de la région. Nous voyons ces exercices comme une provocation claire aux intérêts de la patrie».

Enfin, il a ajouté que les Forces Armées garantiront l’indépendance et la souveraineté du territoire. «Les vénézuéliens doivent être sûrs que nous veillerons sur chaque centimètre carré de l’espace géographique qui compose notre territoire. Nous patrouillons constamment sur la côte atlantique».

Le Guyana viole l’Accord de Genève

Le portail de recherche La Tabla a révélé comment le régime guyanais permet aux compagnies pétrolières d’opérer dans la région d’Esequibo, malgré le fait que l’Accord de Genève de 1966 l’interdit. 

Les opérations datent de 2015. «Les contrats illégaux du Guyana avec les compagnies pétrolières étrangères remontent à 2015. Dans le bloc Stabroek – à l’intérieur de la zone revendiquée – opèrent, outre Exxon Mobil, les compagnies pétrolières Hess (USA) et CNOOC (Chine). Les licences contreviennent au Traité de Genève sur la sentence arbitrale», déclare La Tabla.

«En 2015, Exxon Mobil a trouvé du pétrole dans deux des trois puits d’exploration du prospect Liza (au large de Georgetown), bloc Stabroek (26.800 kilomètres carrés) situé dans les eaux territoriales de la zone contestée».

En ce sens, La Tabla indique «qu’«après les premières études, Exxon Mobil a demandé en mars 2017 à la Guyane une licence pour extraire du pétrole brut dans les eaux considérées comme faisant partie de l’Esequibo». 

La demande a été acceptée par le Commissaire aux Mines et à la Géologie, Newell Dennison, «malgré le fait que l’Accord de Genève (1966) l’empêche».

Cette zone, située entre la Guyane et le Suriname, est «reconnue par le Service Géologique des États-Unis comme la deuxième plus grande zone au monde avec du pétrole inexploré». Ils estiment même que d’ici 2026 «on produira plus de 750.000 barils de pétrole par jour».

Cela peut vous intéresser …


Comparte ✌️

Comenta 💬