miércoles, julio 8, 2020

Bukele reçoit l’aide de Guaidó : les conseillers qui ont financé l’invasion du Venezuela falsifient les chiffres de COVID au Salvador

L'avocat Juan Carlos Gutierrez, défenseur de Leopoldo López, occupe actuellement le poste de commissaire présidentiel anticorruption d'El Salvador

Depuis 15 jours, El Salvador est plongé dans un scandale provoqué par la dissimulation présumée de chiffres liés à la pandémie de COVID-19, une tactique qui aurait été coordonnée par un groupe de conseillers liés à Juan Guaidó qui avait l’approbation du président du pays d’Amérique Centrale, Nayib Bukele.  

Selon une série de documents divulgués accessibles par le journalisme de données et le portail d’investigation La Tabla, le groupe de «conseillers en santé» du régime de Bukele a non seulement conçu la dissimulation de chiffres, mais a également créé un système afin de ne pas appliquer de tests diagnostiques et de ne pas propager tous les cas qui se trouvaient dans les laboratoires.   

L’idée de ce groupe est d’interdire aux agents de santé – qui sont chargés d’effectuer des tests pour diagnostiquer les patients atteints de COVID-19 – d’effectuer des tests de diagnostic sur le personnel de santé qui présente des symptômes du nouveau coronavirus, de compenser et de mentir sur le nombre de personnes infectées

Le Conseil a précisé que ce groupe de conseillers de Bukele est de nationalité vénézuélienne et est étroitement lié à la Fondation Future Present, créée par Yon Goicoechea, membre actif du groupe séditieux Voluntad Popular qui a financé, selon les aveux des personnes impliquées, l’échec de l’incursion contre le Territoire vénézuélien avec des paramilitaires et des mercenaires formés en Colombie, appelé Opération Gideon, qui visait à kidnapper ou à assassiner le président Nicolás Maduro.      

«Le groupe de conseillers du président Bukele est lié à de prétendues organisations non gouvernementales (ONG) anti-vénézuéliennes telles que la Future Present Foundation qui contrôle et administre Goicoechea. Précisément, cette organisation a été utilisée pour payer la logistique de la formation des mercenaires colombiens qui ont participé au raid paramilitaire», souligne-t-il.  

L’Opération Gideon était dirigée par le député vénézuélien Juan Guaidó, avec le soutien direct et la coordination du président américain, Donald Trump, du gouvernement de la Colombie, de la DEA et des mercenaires sous-traitants américains SILVERCORP USA INC ; tous basés sur le contrat signé par les parties qui a été rendu public par le directeur de cette société, Jrender Goudreau, et par les témoignages des mercenaires capturés par les autorités vénézuéliennes, y compris deux anciennes escortes personnelles de Trump et des vétérans de la invasions de l’Irak, de la Syrie et de l’Afghanistan.   

Bukele ment sous les conseils

Sur Twitter, le portail La Tabla indique que ces conseillers de Bukele sont signalés au Salvador pour diriger un plan visant à manipuler la situation et à mentir sur le comportement de la pandémie causée par COVID-19 dans ce pays d’Amérique centrale.

«Les conseillers vénézuéliens de Bukele, qui ont été sélectionnés pour avoir falsifié des preuves de COVID-19 au Salvador, sont membres d’ONG présumées anti-chavistes, y compris la Fondation Future Présente (de Yon Goicochea), utilisée pour payer la logistique de la formation pour l’Opération Gideon. C’est la dentiste Sara Hanna Georges qui, depuis les élections remportées par Nayib Bukele, est son conseillère en médias sociaux, et est ou a été directrice de Future Présente».  

Il ajoute que dans ce groupe de conseillers se trouve le vétérinaire Miguel Arvelo, responsable de l’Initiative Cardenalito de l’ONG Provita. «Les deux conseillers (Hanna et Arvelo) ont été signalés par les responsables du Laboratoire de Santé Publique d’avoir ordonné de ne pas traiter les échantillons de patients suspectés de coronavirus envoyés par les hôpitaux sentinelles et de se limiter à un calendrier de crise». 

Selon le mémorandum, le 23 mai, Sara Hanna a ordonné à la section de virologie de traiter en priorité les tests de ce jour et ceux du lendemain et de laisser 1 674 tests en attente (non effectués) avant le 23. Décrit le rapport.

Les conseillers viennent d’une fondation d’extrême droite

Le portail de journalisme de données rappelle que la Fondation Future Présente a été créée par Yon Goicochea en 2008, après «gagner» 500.000$ de l’Institut Cato Prix Milton Friedman.   

En outre, cette organisation «est un sponsor du Programme Lidera, pour le recrutement et la formation de jeunes militants d’extrême droite».

Il ne souligne que les dirigeants de la Fondation Goicoechea «ont été impliqués dans des activités violentes, comme l’économiste Rodrigo Diamante, poursuivi en 2014 pour possession d’explosifs. Tandis que d’autres, comme Manuela Bolívar, agissent en tant que gestionnaires de fonds et de ressources (cas Torre Zurich) pour le projet Guaidó».

En revanche, l’ONG vétérinaire Arvelo, Initiative Cardenalito, a un profil «écologique» et «scientifique» mais avec le fait inquiétant que son financement provient du gouvernement américain, selon une note promotionnelle du projet protégé par Provita et Smithsonian Institut».  

Selon La Tabla, «bien que maintenant» l’Initiative Red Siskin «fasse partie du programme de recherche, son premier projet est réalisé dans des plantations de café dans la région de Carayaca, exactement là où se cachaient les mercenaires de l’Opération Gideon». 

«Un fait intéressant» révélé par Wikileaks, ajoute les médias, «est que déjà en 2009 Sara Hanna était une confidente de l’ambassade des États-Unis à Caracas».  

Plaintes des syndicats de la santé

Au milieu du scandale du régime de Bukele, plusieurs syndicats de la santé ont dénoncé le président de la Future Present Foundation, Miguel Ángel Sabal, «pour avoir maltraité du personnel de laboratoire» qui a diagnostiqué COVID-19.  

La plainte est liée à celles également déposées contre le vétérinaire Miguel Arvelo, accusé d’avoir manipulé les résultats des tests et de les avoir cachés.

«Miguel Sabal: il est président de Future Présente, il a un mandat d’arrêt au Venezuela et il était en charge de «l’aide» de l’USAID qui a été «perdue» à Cúcuta(…) Sabal a un mandat d’arrêt au Venezuela parce que la formation de la fondation politique que précède a été utilisée pour effectuer des paiements logistiques pour la formation de mercenaires de l’incursion maritime contre le territoire vénézuélien de Colombie effectuée le 3 mai», décrit La Tabla.  

Relacionado:  Corruption, viol et espionnage : la vague de scandales qui secoue l'Armée Colombienne

Par la suite, les syndicats de la santé ont également signalé des mauvais traitements infligés à Arvelo, qui s’est rendu aux laboratoires avec Miguel Sabal.

Concernant la plainte syndicale, La Tabla précise que «Arvelo, qui, comme Sabal, s’identifie comme conseiller du président Bukele, a interdit aux laboratoires Max Bloch et San Miguel de réaliser des tests de diagnostic sur le personnel de santé qui il présente des symptômes du coronavirus».  

Jusqu’à présent, «la situation implique trois conseillers vénézuéliens dans les décisions concernant la gestion de la pandémie dans la nation d’Amérique Centrale, et aucun d’entre eux n’a de compétences en matière de santé», cite le portail de recherche. 

Bukele a loué des jetons de Leopoldo López et Guaidó

Selon l’enquête, il y a au moins six «conseillers» vénézuéliens auprès de Nayib Bukele et «tous sont liés à Leopoldo López et Juan Guaidó».

Relacionado:  Nouveau scandale de «l'Aide Humanitaire» : un conseiller de Guaidó vole un homme d'affaires et une ONG des États-Unis

Les contrats vérifiés sont au moins six et sont à la disposition de la Maison présidentielle. Parmi les personnes recrutées figure le fugitif de la justice vénézuélienne Lester Toledo, impliqué dans les différents plans de sédition au Venezuela et membre du groupe extrémiste Voluntad Popular. 

Toledo apparaît sur la liste de paie de Bukele en tant que «conseiller électoral» pour les élections présidentielles que Bukele a remportées en février 2019, en un seul tour.

En mai 2020, l’agence de presse AP l’a identifié comme l’organisateur du raid maritime en provenance de Colombie et il y a un an, le Panampost a indiqué que Tolède était l’un des hommes de confiance de Juan Guaidó qui avait participé au vol et à l’appropriation de fonds et de ressources envoyé au Venezuela comme «aide humanitaire» pour la population et qui n’est jamais arrivé dans le pays.  

«Avec Tolède, les médias salvadoriens ont identifié Sara Hanna Georges comme faisant partie du groupe de consultants de campagne de Bukele, caractérisée par une gestion active des réseaux sociaux», ajoute La Tabla. 

Au cours des deux dernières semaines, la question des «conseillers vénézuéliens» est revenue à l’ordre du jour, après la publication de lettres des chefs des laboratoires, dans lesquelles dénoncent que Hanna et le vétérinaire Miguel Arvelo décident quels échantillons sont analysés pour déterminer les infections par COVID-19.  

À propos d’Arvelo, ils mentionnent qu’il est le coordinateur d’un projet de préservation des oiseaux appelé «Initiative Cardenalito», qui est directement financé par le gouvernement des États-Unis.

Chaque conseiller gagne plus de 5.000$

Les utilisateurs ont contacté le portail La Tabla via Twitter et envoyé des images du contrat de conseil en marketing et tourisme que le communicateur social Eugenia Vegas Rodriguez a passé à la présidence salvadorienne pour l’année en cours.  

«Le montant est de 5.300$ par mois selon le reçu joint», ajoute le point de vente susmentionné, qui était chargé de vérifier «que les signataires sont effectivement des responsables de ces charges».  

«Tant le gestionnaire contractuel Cesiah Ordoñez Gutiérrez, dont la signature est notée dans le document, que le directeur administratif, Morena Rivas de García, sont sur la liste de paie de la présidence» de Bukele, indique-t-il. 

«Pour être plus précis, le nom du conseiller est beaucoup plus long : Eugenia Mercedes de Lourdes Vegas Rodriguez Azpúrua, 31 ans, diplômée en 2013 de l’Université Monteavila de Caracas – encadrée par l’Opus Dei- et fait partie des plus la bourgeoisie traditionnelle de Caracas», ajoute-t-il.

Les documents soulignent également le nom de l’avocat Juan Carlos Gutierrez, qui était un défenseur de Leopoldo López – un fugitif de la justice vénézuélienne et protégé par le Royaume d’Espagne -, et est membre du cabinet d’avocats Cremedes & Calvo-Sotelo, de Javier Cremedes, avocat Entreprise Espagnole. Gutierrez occupe actuellement le poste de Commissaire Présidentiel Anticorruption d’El Salvador.   

Directeur de HRW sur Bukele liens

Le directeur de la Human Right Wacht (HRW), José Manuel Vivanco, un fervent promoteur de la sédition au Venezuela et de la fausse présidence «intérimaire» de Juan Guaidó, a regretté dans une interview accordée au journal El Salvador que les membres de Voluntad Popular servent de conseillers à Bukele et qu’ils sont également liés aux abus de pouvoir dans ce pays.  

«S’il est vrai qu’il y a des membres du parti de Leopoldo López (Voluntad Popular) qui conseillent un gouvernement autoritaire comme celui de Bukele et qu’auraient également été impliqués dans des activités visant à manipuler les données de COVID-19, ce serait grave pour la crédibilité de ce mouvement politique vénézuélien, qui lutte contre la dictature de Maduro. Dans tous les cas, cette plainte devrait faire l’objet d’une enquête par les tribunaux afin de clarifier cette question délicate et de déterminer les responsabilités», a déclaré Vivanco. 

Vivanco a déclaré que l’opposition vénézuélienne devrait sonner l’alarme sur les liens étroits entre Bukele et les membres de Voluntad Popular.  

«Comme nous l’avons vu, les politiques et les pratiques, en plus du discours démagogique de Bukele, correspondent à celle d’un despote aux tendances messianiques. Son bilan d’abus, de distorsions et d’opacité et son mépris total pour les institutions démocratiques (…) devraient déclencher toutes les alarmes de l’opposition vénézuélienne (…) Que Bukele ait critiqué Maduro et expulsé des diplomates vénézuéliens du régime Chavista ne suffit pas à le considérer un allié», dit-il. 

En référence à Lester Toledo, l’un des défenseurs les plus furieux de Bukele, parce qu’il est son conseiller, Vivanco a commenté : «Les déclarations de Toledo sont extrêmement inquiétantes, d’autant plus qu’il vit en exil au Salvador et peut voir de visu ce qui se passe».  

«Tolède mentionne dans une lettre publique au chroniqueur Paolo Lüers que les réalisations de la direction du gouvernement ont été la ‘baisse des taux d’homicides’, ‘une force publique équipée’, la ‘reprise du contrôle des centres pénitentiaires’, un ‘premier aéroport mondial’, entre autres travaux d’infrastructure. Je me demande : lesquels de ces ‘triomphes’, même en supposant qu’ils sont vrais, parlent de l’engagement de Bukele envers l’état de droit, les Droits de l’Homme, les libertés publiques et la démocratie dans le pays?», a commenté Vivanco.

Et il ajoute : «Cela m’étonne également que Tolède classe ‘ceux qui font l’opposition (à Bukele) pour faire de fausses campagnes de nouvelles sur les réseaux sociaux’. Une opposition active est un bon indicateur de la santé d’une démocratie, comme Tolède devrait le savoir, compte tenu de son expérience personnelle».  

Le journaliste du Salvador a demandé ce que des gens comme Leopoldo López ou Juan Guaidó devraient savoir sur la direction de Bukele ?, et Vivanco a répondu avec insistance qu’à ce stade, s’ils lisaient la presse la plus prestigieuse du monde; et si examinent les rapports des Droits de l’Homme qui critiquaient a Bukele comme Amnesty International, Human Rights Watch, la Cour Interaméricaine des Droits de l’ Homme (CIDH) et l’Organisation des Nations Unies (ONU) devrait être en mesure de reconnaître assez facilement démonté les institutions démocratiques et les graves revers causés par Bukele».    

Vivanco a ajouté «qu’étant donné la présence de ces conseillers vénézuéliens dans le gouvernement de Bukele et la défense passionnée et inconditionnelle de Lester Toledo, il est raisonnable de s’interroger sur le degré d’affinité de Guaidó ou López avec le Salvadorien. En ce sens, je pense qu’il est dans l’intérêt de ces dirigeants politiques de clarifier leur position et de condamner- sans ambiguïté- les abus de Bukele. Sinon, beaucoup pourraient raisonnablement s’interroger sur les valeurs démocratiques qu’ils aspirent au Venezuela lorsqu’il y a une transition politique dans ce pays» .

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: director@elciudadano.cl

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >

#Covid 19 SARS-COV2

4,306,467FansMe gusta
428,712SeguidoresSeguir
416,710SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: director@elciudadano.cl

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

Los Más Leídos