COVID-19: L’occasion pour la CELAC de ressusciter dans la gloire et la majesté

76
Celac

On est devenu le bloc d’Amérique Latine et des Caraïbes le plus important du continent ; déclara la région zone de paix, souveraine, indépendante et libre de toute ingérence américaine. Mais la montée des gouvernements d’extrême droite conservateurs a dilué et brisé l’unité qui avait été réalisée par les dirigeants progressistes qui l’ont précédé. Aujourd’hui, la CELAC est pratiquement handicapée, mais la pandémie de COVID-19 pourrait – paradoxalement – devenir son salut.


Récemment, l’ancien président du Costa Rica, Luis Guillermo Solís Rivera, qui a également été président pro-temporel du CELAC entre 2014 et 2015 est actuellement professeur invité à la Florida International University de Miami, aux États-Unis, a écrit un article sur la nécessité de réactiver cet important bloc de nations indépendantes aux États-Unis et Canada, et sans la main sombre de l’Organisation des États américains (OEA), qui est devenue ces dernières années un symbole d’ingérence, de divisionnisme et d’infamie pour promouvoir la guerre, attaquer les démocraties et imposer des dictatures fondées sur le mensonge et la haine.

« Réactiver la CELAC » est l’article écrit par Solís Rivera et publié dans NODAL, où l’ ancien président explique la raison d’une situation actuelle telle que celle vécue par le monde à la suite de la pandémie provoquée par l’épidémie de coronavirus de 2019 et qui, en particulier dans L’Amérique Latine et les Caraïbes ont connu une reprise du nombre d’infections, en particulier dans les pays soumis à des régimes d’extrême droite tels que la Colombie, le Brésil, l’Équateur, le Chili et le Pérou; sans compter le Canada et les États-Unis, ces derniers deviennent l’épicentre de la contagion de la planète en raison d’une politique expressément négligée de son souverain, Donald Trump.

En ce sens, Solís Rivera soutient que la Communauté des États d’Amérique Latine et des Caraïbes (CELAC) doit être réactivée ; Pourquoi le dit-il ?

«En temps de crise sanitaire, cela peut ne pas sembler être une priorité pour les États du sous-continent. Cependant, une lecture plus tranquille trouverait dans cette conjoncture un moment favorable pour relancer le seul forum régional où les États de la région disposent d’un espace géopolitiquement déterminé pour proposer et gérer un programme axé sur leurs propres visions et priorités ».

Récemment, le président du Venezuela, Nicolas Maduro, a averti que la région devait mettre de côté les divergences politiques et idéologiques et s’unir pour faire face conjointement à la pandémie, en particulier en ce qui concerne les mesures préventives à prendre pour réduire les niveaux élevés de contagion avec un virus qui est très contagieux et qui a des caractéristiques qui le rendent pratiquement invisible pendant les deux premières semaines de l’infection, car il est asymptomatique, ce qui ouvre un vide de contagions possibles qui se déclenche de façon exponentielle.

En fait, très peu de pays du continent américain maintiennent les chiffres d’infection avec une courbe aplatie, c’est-à-dire qu’ils ont pu contrôler la virulence de l’épidémie. Parmi eux, Cuba, le Nicaragua et le Venezuela, pays qui ont décidé à terme d’appliquer des mesures de quarantaine collective et de distanciation sociale ; contrairement au reste des pays qui ont décidé de ne pas l’appliquer et qui souffrent désormais d’un nombre élevé d’infections et de décès dus à COVID-19.

En ce sens, Solís Rivera souligne dans son article que la CELAC, créée en février 2010, a poursuivi les efforts des précédents forums politiques multilatéraux dans le but d’avancer par un dialogue permanent pour atteindre «le bien-être social, la qualité de vie, de croissance économique et de promotion de notre développement indépendant et durable, fondé sur la démocratie, l’équité et la justice sociale la plus large ».

Il ajoute que tout cela au sein de la CELAC a toujours été fondé « sur des principes et des valeurs communs qui incluent le respect du droit international, l’égalité souveraine des États, le non-recours et la menace de recours à la force, la démocratie, les droits de l’homme et l’environnement, entre autres ».

CELAC

CELAC est l’espace idéal

«Craché par des désaccords idéologiques à partir de 2016 et affaibli par sa propre incapacité à mettre en pratique ses valeurs fondatrices, le CELAC est l’espace idéal pour mener à bien cette tâche au plus haut niveau, et ce avec la force et la volonté politique d’un une région dont la voix dans le monde n’a pas été entendue suffisamment clairement depuis trop longtemps», explique Solís.

Relacionado:  Atteinte à la liberté d'expression ou écran de fumée ?: Trump ouvre un nouveau front de guerre

Pour redevenir une voix devant le monde, la CELAC – explique Solís – doit fournir à l’Amérique latine et aux Caraïbes un environnement où le dialogue politique est capable de surmonter des visions particulières, plaçant le bien-être hémisphérique collectif avant les conflits existants, dont La résolution ne doit pas empêcher de travailler ensemble pour les personnes et leurs besoins fondamentaux.

Cet espace «est urgent», souligne Solís, car «de sa création à sa crise, la CELAC a bénéficié de l’attention privilégiée de la communauté internationale.

«De la Chine à l’Union européenne, les progrès de la CELAC en tant que point de rencontre multinational avec des opinions pertinentes pour l’agenda mondial ont été suivis avec intérêt. Et pas seulement en raison de son importance économique, mais surtout en raison de son poids géopolitique qui, avec près de 20 500 millions de km2 et plus de 620 millions d’habitants, constitue un puissant pôle d’intérêt mondial. Un monde où la mondialisation et les nouveaux et anciens blocs de pouvoir devraient trouver la région unie et forte, non fragmentée et en conflit».

L’ancien président costaricien ajoute «qu’il y a sans aucun doute des difficultés qui compliquent un appel à la réactivation de la CELAC en ce moment», car «les menaces qui pèsent sur la démocratie et les systèmes électoraux dans plusieurs pays de la région ne sont pas rares ou faibles».

«La précarité des droits de l’homme, dont l’état déplorable se voit dans les taux élevés de violence qui nous insultent encore, ne peut être ignorée, non plus du fait de l’action du crime organisé – en particulier de l’activité de drogue – de l’incapacité d’accepter la plainte face aux excès de puissants groupes d’intérêt, à la violence contre les femmes et à d’autres groupes très vulnérables, ou à la résurgence de l’autoritarisme qui n’est le monopole d’aucune idéologie.»

Solís n’ajoute que ces dernières années dans la région «de nouvelles tendances ont été intronisées qui cherchent à exclure l’adversaire, à rabaisser et à réprimer violemment la critique sociale, ou à abandonner le chemin de la paix en intronisant à nouveau le langage de la force là où il le devrait celle de la raison prévaut».

« Cependant, c’est précisément pour cette raison et malgré lui, qu’il est urgent de rechercher une réarticulassion régionale autour d’un forum politique du plus haut niveau, qui a la capacité de construire des accords durables et solides, pas de les inhiber», souligne-t-il.

cumbre

Recadrer les visions du développement après COVID-19

Pour Solís Rivera, on est important que la CELAC serve d’espace pour que les nations qui la composent puissent repenser leurs visions du développement et anticiper ce qui se passera dans le monde une fois la pandémie terminée, qui a non seulement paralysé la planète, mais ce qui à son tour nous a fait réfléchir sur le fait que le modèle dans lequel nous vivons présente des carences sociales extrêmes et des carences qui, dans une situation comme celle-ci, sont pleinement exposées.

«On pourrait s’attendre à ce que le monde post-COVID-19 repense les visions du développement qui prévalent à ce jour. Au cours de ces quelques semaines, la commodité de disposer de systèmes de santé publique centralisés, universels et solidaires a été constatée», explique Solís.

En outre, il ajoute que ces derniers mois «ils ont confirmé les effets pernicieux de la pandémie où les infrastructures de santé publique font défaut, ou se sont affaiblies, et la société est à la merci d’un marché incapable de résoudre les problèmes d’accès et d’utilisation des services sociaux de base».

D’autre part, l’obligation de distanciation sociale et l’utilisation inévitable des technologies de la communication et de l’information pour la surmonter ont mis en avant ce qui était déjà vu avec la Quatrième Révolution Industrielle (4RI) et l’utilisation croissante de l’intelligence artificielle sur le terrain productif.

«Le chômage qui en résultera obligera à repenser de nouvelles formes de travail qui n’échapperont guère aux interruptions de travail, à la difficulté de l’inspection ou à l’organisation des travailleurs, dont les droits pourraient être fortement bafoués. Et bien sûr, la résurgence de l’isolationnisme et de l’ultranationalisme, dont les conséquences désastreuses de l’histoire récente du monde en rendent bien compte», prévient-il.

Dans ce contexte, ajoute Solís, la possibilité d’avoir un CELAC renouvelé et vital «ouvre la voie, offre de la lumière et nous permettrait d’avancer avec un certain optimisme. Non pas résoudre tous les problèmes, ce qui n’a jamais été l’un de ses objectifs, mais réfléchir collectivement à la manière de les aborder avec plus de sens de la solidarité, avec plus d’efficacité et avec moins de coûts sociaux».