Duque entrera dans l’histoire comme l’homme qui a enterré l’uribismo?

Dans son administration, près de 300 dirigeants sociaux, peuples indigènes, paysans, ex- guérillas et militants politiques se démarquent et la rupture de l'accord de paix avec les FARC-EP a déclenché une vague de violence

L’Uribista Ivan Duque, président de la Colombie, semble suivre les traces de son « ami » Juan Guaidó au Venezuela, car les erreurs dans sa gestion sont de plus en plus notables, avec des actions et des événements différents qui non seulement l’impliquent dans les mauvaises nouvelles, mais ils anéantissent également leur crédibilité déjà battue et leur faible popularité, qui continuent de baisser aux niveaux les plus bas.   

Dans un article d’opinion intitulé « La mauvaise nouvelle pour le président Ivan Duque », écrit par le chroniqueur Ariel Ávila et publié par le journal El País d’Espagne, la situation actuelle du président colombien, fervent promoteur du blocus total contre Venezuela et l’un des principaux sponsors de Juan Guaidó, avec le gouvernement des États-Unis.  

Ávila commente dans son article que la semaine dernière, le gouvernement Duque a « reçu deux grands coups »: le chômage et un taux astronomique de désapprobation de sa gestion en tant que chef de l’État.  

Après plusieurs jours de triomphes partiels, comme avoir atteint une certaine gouvernabilité au Congrès de la République et avoir connu une croissance économique acceptable, deux « seaux » d’eau froide sont arrivés

D’une part, le chômage continue d’augmenter, atteignant 13%, le plus haut de ces dernières années. En revanche, l’image négative du président a atteint 71% et son approbation s’est effondrée à 23%. Son image est en chute libre depuis plusieurs mois, explique Ávila.

À cela s’ajoute l’enquête que le Congrès mène contre Duque pour deux crimes qui pourraient finir par l’enterrer politiquement et judiciairement.  

C’est l’enquête qui a commencé – lundi dernier – le législatif, après les plaintes de l’ancienne sénatrice Aïda Merlano, qui l’a lié à un réseau d’achat et de vente de votes dans la région des Caraïbes, dont il aurait bénéficié dans le Élections de 2018. 

Le processus contre Duque est avancé par la Commission d’accusation et d’enquête de la Chambre des représentants, sur la base de deux plaintes. Le premier, pour les délits de contrainte et de corruption du suffrage, le trafic de voix et la tentative de meurtre

Pendant ce temps, le second est pour déni de fonctions et prétendue tergiversation , qui est basée sur la décision de Duque de ne pas demander l’extradition de Merlano – un fugitif de la justice colombienne capturé au Venezuela – au gouvernement de Nicolas Maduro.

Au milieu de ce scénario s’ajoute les près de 300 dirigeants sociaux, peuples autochtones, paysans, ex- guérilleros et militants politiques tués pendant son mandat, ainsi que la rupture de l’accord de paix avec les FARC-EP, qui a déclenché une vague de violence impliquant l’armée et les groupes paramilitaires liés au trafic de drogue. 

Mais, concernant les deux coups décrits par Ávila dans son article, plusieurs conclusions peuvent être tirées du premier.

Usure, immobilité de Duque et fin de l’uribismo

Ávila décrit que, «entre autres choses, on peut dire que l’ une des plus grandes usures du gouvernement s’est produite avec l’approbation de la réforme fiscale , là où il a perdu une grande partie de sa popularité». 

Relacionado:  Chasseur de primes : c'est ainsi que Trump entend gérer la crise sanitaire aux États-Unis

« Cette réforme était basée sur l’idée que la baisse des impôts sur les riches générerait plus d’emplois. Cependant, ce calcul n’a pas été vrai jusqu’à présent. Il est bien connu que ces types de réformes fonctionnent à peine, mais en Colombie, elles ont été vendues comme un dogme économique irréfutable », ajoute-t-il.

L’auteur ajoute que «ce qui est compliqué, c’est que la réduction des impôts sur le secteur des entreprises a ouvert l’écart fiscal et, par conséquent, il est possible qu’à court terme une autre réforme fiscale soit nécessaire pour augmenter les recouvrements. Ainsi les choses, le gouvernement a eu une grande usure dans une réforme et au moins l’objectif central pour le moment n’a pas été atteint. 

Sur le deuxième point, Ávila dit que le modèle de conversation nationale que le gouvernement Duque a conçu pour arrêter la vague de protestations qui a commencé le 21 novembre 2019 ne semble pas fonctionner.

Ni les stratégies de communication, et encore moins l’annonce d’une coalition au Congrès de la République. Le président doit tenir compte de ce qu’il dépense d’une telle stabilité au Congrès, il doit très bien mesurer quel sera son programme législatif

Relacionado:  COVID-19: L'occasion pour la CELAC de ressusciter dans la gloire et la majesté

«La question évidente, après plus de 18 mois depuis le début du mandat d’Ivan Duque, et en l’absence de deux ans et demi pour les élections nationales, concerne l’avenir de l’uribismo. Diverses interprétations ont été tissées à ce sujet. Un certain nombre d’analystes pensent que, s’il n’y a pas d’augmentation de l’image positive du président en 2020, Duque restera dans l’histoire comme l’homme qui a enterré Uribismo ».  

«D’autres estiment que si les réformes du travail et des retraites ne sont pas présentées, le gouvernement sera en mesure de gérer la crise et à la fin, bien qu’il ne récupère pas beaucoup, il conservera une image pour que le parti gouvernemental survive. Bien qu’il devra faire des alliances pour les prochaines élections», ajoute-t-il.

« La chose difficile avec ce panorama politique de l’ubribismo est que la bataille au sein du parti est intense, donc, il est difficile de parvenir à une coordination au sein du gouvernement. Lors de plusieurs réunions, le président Duque aurait répondu – aux demandes de politique publique – « ils ne me laisseront pas ». Cette phrase montrerait que le président jongle pour éviter de mettre le feu à son parti et d’éviter les affrontements au sein de son gouvernement», a déclaré Ávila.  

«En tout cas, la vérité est que le pouvoir exécutif et le gouvernement doivent inventer une stratégie pour contrôler la chute de l’image et penser au-delà de 2022. Évidemment, il peut y avoir de nombreuses stratégies pour cela, mais la seule qui ne l’est pas viable est d’essayer de garder tout le monde heureux.  C’est quelque chose que le président Duque doit commencer à considérer s’il veut sortir de la crise et commencer à prendre des décisions de manière agile. Ivan Duque met beaucoup de temps à décider et cette immobilité a été assez coûteuse », conclut Ávila.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >
4,318,009FansMe gusta
393,613SeguidoresSeguir
393,470SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

#Covid 19 SARS-COV2

Los Más Leídos