Économie communale aux États-Unis ? Ils impriment des ‘dollars covid’ pour survivre au coronavirus

Les autorités de la ville de Tenino ont décidé d'utiliser une imprimante du XIXe siècle pour fabriquer 10.000 $ en rectangles en bois, chacun d'une valeur nominale de 25 $

467
Dólares
Dólares Tenino

La ville de Tenino, située dans l’État de Washington, dans le nord-ouest des États-Unis, a pris une décision qui étonne les habitants et les étrangers, en supposant une sorte d’économie communale et en imprimant ses propres dollars, dans sa recherche de mécanismes pour survivre à la forte crise économique générée par la pandémie de COVID-19.  

Depuis plusieurs mois, les États-Unis sont un territoire fertile pour le nouveau coronavirus, non seulement pour être l’épicentre de l’épidémie d’infections COVID-19, mais aussi pour être le pays avec le plus grand nombre de décès et pour avoir subi l’une des pires contractions les économies économiques de la planète, avec plus de 50 millions de personnes qui ont perdu leur emploi

Au milieu de cette conjoncture presque apocalyptique, la plus haute autorité de la ville de Tenino, une ville avec un peu plus de 1.800 habitants, a pris la décision d’obtenir une sorte de subvention sociale pour les habitants et les petits entrepreneurs qui ont été terriblement touchés par les mesures de confinement et baisse de production. 

L’alternative que le maire Wayne Fournier a eue était de créer sa propre monnaie qui a permis aux habitants de la ville, transformée en ville fantôme, de maintenir un échange économique qui générerait une activité financière et commerciale.  

C’est ainsi que les ‘dollars covid’ sont apparus, un projet essentiellement basé sur le type d’économie communale qui, bien qu’il ne s’écarte pas du schéma hégémonique du dollar, a un effet d’espoir et de solidarité entre les habitants de ce conseil municipal, sans avoir à dépendre du pièce de papier verte pour lutter contre la crise générale.

Tenino

Dollars imprimés sur bois

À propos de cette nouvelle expérience, l’Agence AFP a interviewé le maire Fournier, qui a déclaré que Tenino était devenue une ville fantôme avec des entreprises au bord de la faillite et de nombreuses personnes menacées de pauvreté et de misère.  

Tenino était sur le point de succomber à la pandémie «jusqu’à ce que ses autorités relancent une idée non conventionnelle du siècle dernier : imprimer sa propre pièce sur de fines plaques de bois»,explique l’AFP.

«Il n’y a pas de commerce, pas de ventes et les rues sont mortes. Peu importe qu’il soit trois heures de l’après-midi ou trois heures du matin (…) Nous recevions de nombreux appels d’entreprises qui nous disaient qu’elles n’étaient pas surs de pouvoir continuer», a déclaré Fournier.

La solution pour sauver la ville a été trouvée au musée de la ville, où se trouve une imprimante en bois créée en 1890.  

Les autorités de Tenino ont décidé d’utiliser l’imprimante du 19e siècle pour fabriquer 10.000 $ en rectangles en bois, chacun d’une valeur nominale de 25 $

Le projet de loi a une image du président George Washington et une expression latine qui signifie : «Nous l’avons sous contrôle».

Cet argent est donné sous forme de subvention aux résidents qui montrent qu’ils sont blessés par la pandémie. Chacun peut recevoir jusqu’à 300 $ par mois. Ce bois n’est valable que dans les limites de Tenino.  

Connu sous le nom de «Tenino Dollars», «COVID Dollars» et même «Wayne Dollars», par le nom de famille du maire ; les billets sont acceptés dans presque toutes les entreprises de la ville à un taux fixe équivalent à près d’un dollar.

Tenino

Pénurie de dollars pendant la saison des coronavirus

L’idée d’imprimer des billets de banque pour éviter les effets négatifs d’une crise économique n’est pas nouvelle. Selon le communiqué de l’AFP, la ville a utilisé la même imprimante et la même solution lors des ravages causés aux États-Unis par la Grande Dépression de 1930.  

Relacionado:  CEPAL : Pourquoi presser à un changement de paradigme économique et multilatéral ?

La pénurie de dollars à cette époque a conduit les directeurs de banque Tenino à imprimer de l’argent sur l’écorce d’épinette. «Le concept est devenu viral dans les années 1930», explique Fournier et d’autres communautés, entreprises et chambres de commerce l’ont imité

L’attention des médias a suscité la curiosité des investisseurs et au fil des ans, la pièce en bois est devenue un objet de collection à vendre sur des plateformes comme eBay et Amazon.   

La version contemporaine, comme son édition précédente, vise à prêter main forte lors de la crise économique qui a provoqué la fermeture des affaires dans le pays nord-américain.

«Il s’agit davantage d’une promotion pour la ville elle-même», a déclaré Chris Hamilton, directeur de l’épicerie principale. «Beaucoup de gens qui viennent dans la ville ne savaient même pas que Tenino existe et veulent savoir à quoi ressemble cet endroit qui imprime leur propre monnaie», ajoute-t-il. 

«Ils pourraient s’arrêter un moment, acheter des glaces ou marcher dans les rues et manger un hamburger», dit-il.

Des monnaies complémentaires similaires existent dans de nombreux endroits aux États-Unis et en Europe. Ils ne cherchent pas à remplacer la monnaie nationale mais à soutenir l’économie locale. Mais ce type d’action n’est pas bien considéré par les autorités américaines, car si l’un de ces billets génère une confiance massive et devient massif, il pourrait s’agir d’une concurrence féroce contre le dollar hégémonique.

Dólares

Un coup porté à la mondialisation ?

L’Agence AFP a tenté d’obtenir la position du Département du Trésor sur les actions de la municipalité de Tenino, mais ses autorités ont refusé de commenter l’utilisation des monnaies locales.

Selon le rapport, en raison de la crise économique rampante aux États-Unis et du chômage qui a marqué 11,1% en juin – l’un des taux les plus élevés depuis la Grande Dépression – de plus en plus d’Américains préconisent des devises complémentaires lorsqu’ils les considèrent comme un façon d’aider les gens.    

«La crise du financement municipal stimule la créativité. Les administrateurs envisagent d’émettre leur propre monnaie au lieu d’émettre des obligations pour financer leur réponse au COVID», a déclaré Susan Witt, directrice du Schumacher Center for Economic Studies.   

Ce centre a développé le BerkShares, une monnaie en circulation depuis 2006 dans la région des Berkshires de l’ouest du Massachusetts, et est distribué par les banques locales. Witt conseille plusieurs municipalités américaines intéressées par des initiatives similaires qui ne dépendent pas de l’argent.

Beaucoup considèrent les monnaies locales comme un rempart contre la mondialisation galopante. En Suisse, par exemple, le système WYR, créé en 1934, est utilisé et est considéré comme la plus ancienne monnaie locale au monde utilisée quotidiennement par des milliers de petites entreprises. 

«Les gens ont commencé à se rendre compte que nous sommes devenus trop globaux, trop rapidement et avons perdu nos propres caractéristiques», a déclaré Chris Hewitt, fondateur de Hudson Valley Current, une monnaie du nord de l’État de New York et qui fonctionne comme un système de crédit mutuel.

Les passionnés de ce type de pièces aspirent à créer un mouvement national. «Si cela se fait de façon organique à travers le pays, cela pourrait nous sauver d’une grave récession», a souligné le maire Fournier.