(Liste 2020) Le massacre systématique des dirigeants sociaux pour le narcouribisme Duque inquiète l’ONU

Au cours du premier mois et demi de 2020, au moins 44 militants sociaux et des droits humains ont été tués, ainsi que sept anciens guérilleros qui ont rendu leurs armes après la signature de l'accord de paix

De nouveaux cas de meurtres contre des dirigeants sociaux colombiens redeviennent les gros titres. Ce sont les auteurs embauchés récemment commis contre au moins sept hommes, qui continuent de grossir la liste déjà longue d’extermination qui, jour après jour, s’allonge de façon exponentielle sous le régime Uribista d’Ivan Duque.  

Les cas les plus récents se sont produits le week-end dernier, lorsqu’un groupe d’hommes armés a assassiné deux défenseurs des droits humains dans le département en difficulté de Cauca (sud-ouest), lors d’une attaque au cours de laquelle un garde indigène a également été blessé.  

La Fédération nationale unitaire d’agriculture (Fensuagro) a rapporté dans un communiqué que les frères Albeiro et Luis Hugo Silva Mosquera, ainsi que l’indigène Daniel Remigio, étaient dimanche 16 février en réunion communautaire lorsqu’ils ont été abattus par des étrangers dans le Ferme La Morena, dans la municipalité de Miranda.  

Les informations indiquent qu’ils « étaient dans une intégration communautaire, se préparaient à quitter les lieux et ont été approchés par un groupe de six hommes armés, qui ont tiré à plusieurs reprises avec leurs armes à feu ». 

Les dirigeants sociaux ont été transférés à l’hôpital de Miranda, mais «l’un des frères Silva Mosquera est décédé à l’hôpital, tandis que l’autre est décédé lors de son transfert» à Cali, capitale du département voisin de Valle del Cauca.

Pendant ce temps, Remigio a été référé à la clinique Valle de Lili, à Cali, où il est toujours admis. Les frères Silva Mosquera appartenaient à Fensuagro, au mouvement de la Marche patriotique et à l’Association nationale des zones de réserve paysanne (Anzorc).

Ces meurtres s’ajoutent à celui de l’indigène Emilio Dauqui, qui a été abattu samedi 15 février par des inconnus dans le refuge de Las Delicias, dans la municipalité de Buenos Aires, quelques jours après avoir été averti des menaces de gangs de trafic de drogue contre des communautés de la région.  

Le 31 décembre, l’ONU a publié un rapport dans lequel elle considère que la présence de groupes armés illégaux dans certaines régions de la Colombie «continue d’avoir des conséquences dévastatrices, telles que le recrutement forcé de mineurs, les homicides, les déplacements, les confinements et les attaques et les menaces contre autorités et chefs ethniques ».   

Les communautés autochtones et afro-descendantes sont également touchées par ce phénomène, en particulier dans les départements du Chocó et du Cauca, tous deux sur la côte du Pacifique.

Líderes
Luis Alberto Parra Lozada et son fils Jader Alberto Parra

Un père et son fils tués à Putumayo

Deux dirigeants sociaux qui ont été enlevés lundi dernier – 10 février – dans la région colombienne de Putumayo ont été retrouvés sans vie mercredi – 12 février -, selon des informations provenant des médias locaux et des utilisateurs des médias sociaux.   

«Les directeurs du JAC (Community Action Board) de Villa Fátima, Galilea Inspection, à Puerto Guzmán, Putumayo (sud-ouest) semblent sans vie ; il y avait manqué de 10 et le gouvernement n’a rien fait », dénoncé par Twitter les Droits de l’Homme défenseur Alirio Uribe Muñoz.

Les dirigeants assassinés ont été identifiés comme Luis Alberto Parra Lozada et son fils Jader Alberto Parra, qui occupaient respectivement les postes de procureur du JAC et de coordinateur du comité d’entreprise du JAC dans le village (village) Villa Fátima.  

Selon la station de radio colombienne RCN Radio, les corps ont été retrouvés dans une zone assez éloignée et, apparemment, des agents du parquet colombien sont arrivés sur place pour mener les enquêtes

Les deux dirigeants ont été forcés de quitter leur domicile, lundi, par un groupe de personnes armées, qui ont laissé l’épouse et la mère des chefs de la communauté attachées.

Selon les chiffres de l’Institut d’études sur le développement de la paix (Indepaz), avec ce double meurtre, le nombre de dirigeants tués en 2020 en Colombie s’élève à 44, tandis que le Bureau des Nations Unies pour les droits de l’homme a déclaré que dans les 13 premiers 2020 jours ont été tués 10 dirigeants sociaux.

Ce même organisme a indiqué qu’en 2019 au moins 107 défenseurs des droits humains ont été tués dans le pays et que 13 autres cas sont en cours de vérification.

Le meurtre d’Ospina Velázquez s’est produit le samedi 8 février, alors qu’il se trouvait dans sa ferme, dans la municipalité de Tibú, secteur La Carbonera. La nuit, deux tueurs à gages se sont approchés sur des motos et lui ont tiré dessus plusieurs fois pour lui tuer la vie.    

Relacionado:  COVID-19: L'occasion pour la CELAC de ressusciter dans la gloire et la majesté

Selon des témoins de la communauté, Ospina faisait partie du Programme national complet de substitution des cultures à usage illicite (PNIS), qui vise à empêcher les agriculteurs de cultiver la coca et à se prévaloir des programmes gouvernementaux pour obtenir une aide financière et commencer à semer d’autres produits.  

Jusqu’à présent, les autorités n’ont pas établi les causes qui ont motivé l’assassinat du leader social . Mais, certaines personnes pensent que le crime a été commis par des paramilitaires qui s’en prennent à quiconque est lié à la substitution de cultures illégales, y compris des groupes armés tels que le Gulf Clan. 

Un autre cas similaire est celui du leader social Celiar Martinez, qui a été kidnappé pendant cinq mois et secouru dans une convention rurale. Martinez a également travaillé dans le programme de substitution de la récolte de coca dans la région de Catatumbo.

Exactement dans cette région, le 10 janvier, Tulio César Sandoval, membre de l’Association Paysanne de Catatumbo – Ascamcat et Patriotique March, a été assassiné à Tibú.

Relacionado:  Cauchemar en Équateur : Lenín Moreno ne peut pas cacher les cadavres par COVID-19

Un autre événement s’est produit dans la même zone le 20 janvier, lorsque Fernando Quintero Mena, ancien conseiller et président du comité d’action communautaire du village de Guasiles, a été tué – dans la municipalité de Convention.

Colombia

Le gouvernement de la Colombie ne fait rien

Le deuxième cas récent est celui de Rafael Manotas, chef de la communauté de Cordoue, tué par deux tueurs à gages alors qu’il partageait avec des amis dans la zone rurale de Pueblo Nuevo, dans le village d’El Poblado.  

Manotas, 52 ans, a été tué – selon les premières versions – lorsque deux hommes sont arrivés à l’endroit où il se trouvait et l’ont abattu sans un mot

Les médias colombiens rapportent que Manotas faisait partie du Conseil d’action communautaire du village d’El Poblado et a été reconnu grâce à son travail communautaire. Il a travaillé comme chauffeur de taxi moto et a été reconnu dans toute la région, ont déclaré plusieurs membres de sa communauté.  

Face au fait, les autorités du département de Cordoue mènent des enquêtes pour déterminer le motif du meurtre, bien qu’elles maintiennent qu’elles étudient toujours si elles le traitent comme un chef social ou non, car «son nom ne figure pas sur les listes en tant que chef social» du département.

Les revues de presse n’abordent pas non plus beaucoup les informations sur l’affaire et le meurtre de Manotas, qui aurait reçu quatre impacts de balles. On ne sait pas non plus s’il a reçu auparavant un quelconque type de menace.

Plus de 200 dirigeants menacés à Cordoue

En à peine un mois et demi en 2020, il y a eu plusieurs assassinats de dirigeants sociaux à Cordoue. Les autorités régionales font état d’environ 243 militants menacés. Deux d’entre eux ont été torréfiés dans les premiers jours de l’année, une situation devenue quotidienne et qui s’est aggravée depuis l’arrivée d’Ivan Duque à la présidence. 

Jorge Luis Betancourt Ortega, président du Conseil d’Action communautaire du Corregimiento de San Francisco del Rayo, à Montelíbano, a été le premier crime enregistré cette année. Plus tard, Luis Darío Rodriguez Narvaez, membre de l’Association des familles déplacées et vulnérables de Tierralta, a été tué à la fin de sa journée de pêche. 

La situation d’insécurité des dirigeants sociaux est critiquée par les défenseurs des droits humains, bien que peu ait été fait pour tenter de résoudre le problème et réclamer le gouvernement Duque pour cette situation préoccupante, décrite par les proches des victimes et les communautés. Comme une extermination programmée. 

En outre, les dirigeants sociaux disent que ce ne sont pas seulement les paramilitaires et les trafiquants de drogue qui assaillent les familles colombiennes dans les régions les plus défavorisées.

Ils dénoncent également que l’ armée elle-même et la police, dans de nombreux cas, rendent justice par leurs mains et commettent des meurtres civils comme s’ils étaient des guérilleros, des narcos ou des paramilitaires; évoquant la triste époque des massacres perpétrés par Álvaro Uribe, mieux connu sous le nom de faux positifs, qui a laissé des fosses communes cachées sur tout le territoire.  

Pendant ce temps, Duque dit que la violence et l’extermination de ces dirigeants, qui s’opposent d’ailleurs à lui, sont causées par des trafiquants de drogue et des paramilitaires. En outre, il dit qu’il a fait tout son possible pour réduire la violence, mais admet en même temps qu’il ne peut pas garantir la sécurité de tous les Colombiens. 

Des organisations qui traitent de la question, comme l’Institut d’ études sur le développement et la paix (Indepaz), dénoncent que depuis l’arrivée au pouvoir de Duque, plus de 300 personnes reconnues comme leaders sociaux ont été tuées , d’ anciens guérilleros qui ont signé l’accord de paix brisé par le duc lui-même et des militants des droits de l’homme. En outre, ils préviennent que cela pourrait être la pire année en termes de ce crime qui a déjà des caractéristiques liées aux crimes contre l’humanité.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >
4,317,927FansMe gusta
320,815SeguidoresSeguir
392,911SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

#Covid 19 SARS-COV2

Sindicatos de la Industria de Puchuncaví-Quintero: «Están obligando a los trabajadores...

La Coordinadora de Sindicatos de la Industria del sector Puchuncaví-Quintero, en la Región de Valparaíso, manifestó su "rechazo absoluto" al dictamen emitido...

Los Más Leídos