Pourquoi le Venezuela doit-il importer du carburant iranien ?

En 2008, Téhéran a subi une situation similaire de blocus et de persécution, et le président vénézuélien de l'époque, Hugo Chavez, a pris la décision d'envoyer des navires chargés d'essence

459

Fin avril, cinq pétroliers iraniens se sont rendus au Venezuela pour fournir de l’essence et des additifs destinés à produire du carburant pour la nation des Caraïbes, qui fait face aujourd’hui à des agressions unilatérales et à des mesures coercitives de la part du gouvernement américain.  

Fortune , le premier des pétroliers, est arrivé samedi soir dans les eaux vénézuéliennes, escorté par des navires des Forces Armées Vénézuéliennes, et est ensuite arrivé au port de la raffinerie El Palito, État de Carabobo (centre-nord), comme indiqué Le ministre du Pétrole Tareck El Aissami.  

Le deuxième navire, Forest, est entré lundi. Le troisième, Pétunia, a fait de même ce mardi. Alors que les deux autres navires, Faxon et Clave, devraient arriver le 27 mai et le 1er juin respectivement.

L’arrivée des navires a lieu au milieu d’une grave pénurie d’essence dans la nation latino-américaine, aggravée lors de la quarantaine sociale et collective décrétée pour prévenir la pandémie de COVID-19 depuis le 16 mars dernier.  

À proximité des stations-service, il y a des files interminables de voitures qui attendent pendant plusieurs jours un espace pour alimenter leurs réservoirs. Une scène inhabituelle dans un pays devenu célèbre pour «vendre» l’essence la moins chère du monde. 

La crise affecte même l’approvisionnement pour le fonctionnement des tâches de production agricole et pour le transport des aliments des campagnes aux marchés.

Pourquoi le Venezuela a-t-il dû importer du carburant ?

Le Venezuela voit la nécessité d’importer du diesel, de l’essence et les produits nécessaires pour achever le processus de production locale de ces carburants, en raison de l’intensification des sanctions et du blocus économique appliqué par le gouvernement américain.  

Bien que le pays produise du pétrole et ses dérivés, l’infrastructure et l’exploitation de l’entreprise publique Petroleos de Venezuela (PDVSA) ont été sérieusement affectées par la crise économique. De plus, plusieurs des composants de l’essence qu’elle produit dans ce pays sont importés.

L’imposition de mesures coercitives unilatérales par l’administration de Donald Trump, dans le but de forcer la sortie du président vénézuélien Nicolas Maduro, empêche l’importation de ces intrants dont le pays des Caraïbes a besoin.    

La capacité totale de traitement du brut de PDVSA est passée de trois millions à un million de barils par jour (bpd). Du fait du blocus, les principales raffineries du pays affichent une obsolescence des équipements et une détérioration des installations.  

Par exemple, le Complexe de Raffinage de Paraguaná, le plus grand du pays et du continent, avec une capacité de traitement allant jusqu’à 645.000 bpd, produit aujourd’hui moins de la moitié, en raison du manque de pièces endommagées.  

Le Complexe de Raffinage de Paraguaná, le plus grand du pays et du continent.

Effet des sanctions

L’impact de la politique américaine exacerbe la situation, et alors que le temps passe et que les plans de coup d’État et les actions déstabilisatrices échouent, Trump décide de resserrer la clôture pour étrangler l’économie vénézuélienne. 

«Les sanctions impérialistes, en particulier celles ciblant le secteur pétrolier, ont aggravé et rendu cette situation plus urgente. La plus sévère des sanctions a été exécutée en janvier 2019, lorsqu’un embargo pétrolier sans précédent pour le Venezuela a été finalisé. En outre, les sanctions interdisent l’exportation vers le Venezuela de diluants que PDVSA utilise pour traiter le brut lourd et extra- lourd, et limitent le commerce des obligations», a déclaré Milton D´León, analyste et éditeur du portail La Izquierda Diario .  

En raison des sanctions, PDVSA n’est pas non plus en mesure d’exporter ou d’importer des dérivés pétroliers des États-Unis, tels que de l’essence légère. 

Relacionado:  «Cartel du COVID-19» en Colombie : Existe-t-il une mafia entre les cliniques privées et le régime de Duque ?

En outre, toute entreprise ou pays qui établit une relation commerciale avec le Venezuela est passible de sanctions de lapart de Washington.  

En conséquence des sanctions, le Venezuela n’est pas en mesure d’acheter de l’essence à l’étranger, une autre raison pour laquelle l’approvisionnement national a été compromis. 

« Si ne trouvez pas qui achètera son pétrole, on sera très difficile de trouver qui le vendra de l’essence. D’où les accords conclus avec l’Iran, autre pays sanctionné. Auparavant, le Venezuela avait réussi à échapper un peu à l’impact de ces sanctions en échangeant avec l’Inde, mais cette route était également entravée par la pression impérialiste», a expliqué D’León.

Le ministre du Pétrole Tareck El Aissami.

Solidarité avec l’Iran

Au milieu de la pandémie de coronavirus, le Venezuela souffre d’un manque de carburant qui compromet la production et le transport des aliments, car plusieurs tâches nécessitent l’utilisation d’essence ou de diesel. 

Face à cette urgence, la nation bolivarienne avait la solidarité de l’Iran, pays allié avec lequel elle a des accords de coopération qui couvrent différents secteurs, dont l’énergie, et qui fait également face à des sanctions de Washington.

Malgré les menaces du gouvernement Trump, l’Iran a chargé les cinq pétroliers de 1,5 million de barils d’essence et d’additifs destinés au Venezuela, évalués à 45,5 millions de dollars, ce qui permettra le raffinage et la capacité de production de carburant là-dedans.   

Lors de la supervision du déchargement du carburant, des additifs et des pièces détachées du navire Fortune, à la Raffinerie d’El Palito, le ministre Tareck El Aissami a assuré que cet acte de solidarité est l’expression de l’autodétermination des deux peuples.

«Quelle grande chance d’avoir l’Iran en ces temps ! Quelle grande fortune pour le Venezuela à respecter dans le contexte international (…) C’est un fait qui témoigne de la solidarité des peuples. Merci (Iran) pour votre bravoure, pour votre décision», a-t-il dit, cité par Globovisión.  

L’Aissami a réaffirmé la nécessité que les intentions de domination hégémonique cessent sur les peuples qui cherchent leur propre chemin et leur indépendance.

Pour sa part, l’ambassadeur perse au Venezuela, Hojjatollah Soltani, a rappelé qu’en 2008, Téhéran avait subi une situation de blocus et de persécution similaire, et le président vénézuélien de l’époque, Hugo Chavez, a pris la décision d’envoyer des navires chargés d’essence en Iran.    

«Du Venezuela, nous ratifions la voie de la diplomatie de paix, le Venezuela est un peuple de paix et d’amour, qui veut continuer à ouvrir l’horizon aux temps futurs, sans guerres, sans sanctions, sans persécution. L’Iran a cette détermination. Arrêtez ! Que les intentions de domination dans le monde sur les peuples qui cherchent leur propre avenir cessent», a-t-il dit.

Les États-Unis ont perdu la bataille, mais la guerre continue

L’analyste international Iñaki Gil de San Vicente a indiqué que l’arrivée des pétroliers persans, chargés d’essence, dans les ports vénézuéliens représente un triomphe, non seulement de l’Iran et du Venezuela, mais de toutes les nations qui défendent leur droit à la souveraineté et à l’autodétermination.   

Cependant, il a précisé que «gagner une bataille, comme l’ont fait les peuples d’Iran, du Venezuela et de toute l’humanité, ne signifie pas que la guerre est gagné».  

S’adressant à HispanTV, l’analyste a assuré que la politique de siège de Washington s’effondrait et, la preuve en est que le gouvernement Trump a dû «manger toutes les menaces qu’il avait lancées» contre les navires iraniens transportant du carburant vers Venezuela.  

«De nombreux peuples du monde voient que, tout comme l’Iran a pu envoyer des ressources vitales au Venezuela, il peut agir de la même manière avec d’autres pays qui en ont besoin et vice versa», a déclaré Gil de San Vicente. 

De l’avis du politologue, la stratégie de noyade énergétique du Venezuela, un pays riche en pétrole, a échoué. De même, il a averti que «le projet général des États-Unis de dominer le monde, avec le soutien d’autres puissances, n’a pas échoué, mais n’a pas gagné non plus».  

«Nous n’avons pas à nous reposer sur nos lauriers, car il y a toujours une guerre énorme avec de nombreuses batailles, et c’est cette guerre que nous devons vraiment gagner», a-t-il souligné.