Que propose Luis Arce ? Le favori des Boliviens que la dictature d’Áñez vise à désactiver

Les prochaines élections se dérouleront dans un contexte de crise sanitaire, sociale et politique provoquée par la mauvaise gestion d'Áñéz dans le contexte de la pandémie du COVID-19

132
Arce

Un Luis Alberto Arce Catacora le qualifiant internationalement comme l’un des principaux moteurs de la croissance économique remarquable qui a pris la Bolivie sous les trois gouvernements du président Evo Morales Ayma, qui n’a pas pu terminer son mandat à la victime d’un coup d’État perpétré pour l’extrême droite et les chefs militaires et policiers. Après l’avoir menacé de mort et lui avoir fait fuir le pays, une dictature de facto a été imposée qui est référencée dans la figure de Jeanine Áñez.    

Luis Arce est né à La Paz le 28 septembre 1963. Il est un éminent économiste, professeur d’université et homme politique, avec une longue carrière après avoir été ministre de l’Économie et des Finances à deux reprises : la première, du 23 janvier 2006 à 24 juin 2017 ; et le second, du 23 janvier 2019 au 10 novembre 2019. 

Les deux fois où il a été en charge du bureau susmentionné ont couvert les première, deuxième et troisième périodes du gouvernement Morales, c’est pourquoi il est considéré et internationalement reconnu comme un promoteur et un architecte de la croissance économique de la Bolivie entre 2006 et 2019, jusqu’au coup d’État approuvé par l’Organisation des États Américains (OEA).

Après le coup d’État, le parti de Morales, Movimiento Al Socialismo (MAS), a décidé par consensus d’élire Luis Arce en janvier 2020 comme candidat à la présidentielle pour les élections générales qui se tiendront cette année et auxquelles il participera, si la dictature le permet. , avec l’ancien ministre des Affaires étrangères David Choquehuanca comme candidat à la vice-présidence.

golpistas
Jeanine Áñez et Luis Fernando Camacho

Arce mène tous les sondages d’intention de voter, car il est le candidat qu’Evo Morales soutient. Pour cette raison, il est devenu une cible de judiciarisation politique, après que la dictature a émis une série d’accusations contre lui pour corruption et détournement de fonds présumés alors qu’il était au gouvernement.

La mission de la dictature d’Áñez est d’éloigner Arce et le MAS, afin de convoquer des élections sans que le peuple bolivien n’ait un véritable candidat pour le représenter, et ainsi formaliser la dictature en menant un processus électoral truqué cela leur donne le manteau d’une prétendue démocratie. 

Ainsi, une procédure judiciaire contre Arce a déjà commencé en réponse à une plainte exécutée par la dictature. De cette manière, ce lundi 20 juillet, le parquet bolivien a admis une plainte du gouvernement pour corruption présumée contre l’ancien Ministre de l’Économie et candidat à la présidentielle. 

«La plainte a déjà été acceptée par le ministère public, les accusés devront donc comparaître dans les prochains jours pour témoigner», a déclaré le directeur du gestionnaire des pensions publiques, Sergio Flores, principal accusateur.

Le directeur public, soutenu par le Ministère de l’Économie, accuse Arce d’un prétendu préjudice économique pouvant aller jusqu’à 14 millions de dollars pour le retard dans la nationalisation des administrateurs des fonds de pension (AFP) qui opèrent en Bolivie depuis la décennie du 1990.

Arce
David Choquehuanca et Luis Arce

Pourquoi la dictature de facto veut-elle poursuivre Luis Arce ?

Récemment, Arce a offert une interview à El Destape, dans laquelle il a abordé différents sujets essentiels pour comprendre ce qui se passe en Bolivie et ce que sa candidature représente pour l’avenir des Boliviens, qui doivent choisir entre poursuivre la révolution qui a commencé en 2006. , ou la perpétuité d’une dictature ultra – catholique d’extrême droite, qui en moins d’un an s’est révélée incompétente, xénophobe, aporophobe et censurée.  

Les élections, désormais fixées au 18 octobre, définiront cette trajectoire bolivienne, entre complainte ou développement, dans un contexte de crise sanitaire, sociale et politique provoquée par la mauvaise gestion d’Áñéz dans le contexte de la pandémie due à la COVID-19.

Arce
Evo Morales et Luis Arce

Voici l’interview :

Journaliste : Quel est le panorama du processus électoral, considérant qu’il est organisé par un gouvernement issu d’un coup d’État politique ? 

Arce : Le paysage électoral est très compliqué, pas seulement politiquement parlant. Les problèmes sanitaires et économiques ont aggravé la crise sociale. Il devient donc impératif que la solution à ces deux crises, la crise sanitaire – précipitée par la mauvaise gestion de la pandémie – et la crise économique, découlent d’un processus démocratique légitime.  

Au sens strictement électoral, il est évident que le gouvernement de facto tente d’instaurer un climat de proscription. Premièrement, ils ont exacerbé les attaques médiatiques et les persécutions judiciaires des principaux candidats du MAS. Chaque semaine, de façon systématique, la Justice et la presse accros au gouvernement, qui est la grande majorité, génèrent un acte diffamatoire contraire aux principales références de notre force. 

Même avec le camarade Evo (Morales) lui-même, une accusation sévère a été prononcée il y a des semaines (où le bureau du Procureur Général l’a condamné à organiser des actes de sédition depuis son premier exil au Mexique) sans aucune preuve certaine.

Arce

Journaliste : Seriez-vous heureux que le gouvernement argentin s’engage à surveiller le processus électoral ? Quelles autres organisations internationales devraient participer à ce contrôle, compte tenu du rôle complice de l’OEA dans le coup d’État ? 

Arce : En dehors des délégations de la région qui pourraient venir, nous sommes intéressés par la participation d’une délégation de l’Union Européenne elle-même, une participation de la Fondation Carter serait également la bienvenue, tout comme nous avons pensé à la Fondation du Pape François. Toutes les organisations qui peuvent contribuer à la transparence du processus électoral sont les bienvenues. 

Relacionado:  Jusqu'où le COVID-19 ira-t-il aux États-Unis ? Les clés pour comprendre la propagation du virus dans le pays de Trump

Journaliste : La date du 6 septembre est-elle toujours ferme ? Considérez-vous qu’avant la première place du MAS dans les urnes, la droite cherchera à articuler un front électoral uni ? 

Arce : Il y a deux tendances visibles sur la droite bolivienne. Un secteur comprend qu’ils seront vaincus s’ils assistent aux élections cette année. Ce secteur perçoit que plus l’appel électoral n’est éloigné, mieux c’est pour eux. Cette lecture est dirigée par le chef du coup d’État Luis Camacho. Un autre secteur, cependant, est convaincu de remporter les élections et souhaite les organiser cette année. 

Journaliste : Le MAS remportera probablement l’élection, mais le cas du scrutin est tout aussi vrai. Quelle stratégie électorale faut-il donner pour réussir dans un scénario de second tour ? 

Arce : Pour nous, il ne serait pas du tout étrange que tout le droit de se joindre au scrutin. Ils défendent le même projet, ils ont tous été impliqués dans le coup d’État politique militaire d’octobre. Bien entendu, nous concevons une proposition économique fondamentale pour résoudre les problèmes des plus humbles. La stratégie que nous avons, en principe, est de se souvenir de notre gestion économique. 

Aujourd’hui, la Bolivie souffre d’une crise économique, le chômage et la pauvreté ont augmenté. Ces données nous inquiètent car elles impliquent un pas en arrière par rapport au chemin que nous avons suivi pendant 14 ans en tant que gouvernement. La proposition est de générer une Bolivie industrialisée, de donner une valeur ajoutée aux ressources naturelles dont nous disposons, nous voulons que l’État prenne la tête des ressources naturelles. 

Tout ce qu’Evo peut apporter est le bienvenu, mais celui qui prendra les décisions sera moi.

Journaliste : Où irait le programme de changement dans un nouveau gouvernement MAS ? La défense de la ressource lithium occuperait-elle une place pertinente ? 

Arce : L’industrialisation de nos indigènes sera un chapitre central d’un nouveau gouvernement MAS. Le gouvernement Áñez a paralysé tout ce que nous avions fait dans le processus de nationalisation du lithium, cherchant à tout moment à annuler les contrats d’exploration signés par nous, une question qui ne relève pas de sa responsabilité car un gouvernement en transition ne peut pas prendre ces décisions. Maintenant, évidemment, lorsque nous sommes au gouvernement, nous devons nous donner une politique à plus long terme pour l’exploitation de cette ressource.  

Journaliste : Conduire à droite est un polyèdre. Le président par intérim Jeanine Áñez, le chef Carlos Mesa, le chef civique Luis Camacho, chacun avec un profil et une influence différents. Qui dirige le bloc conservateur ? 

Arce : En réalité, il n’y a pas de leadership clair de la droite parmi les sept ou huit organisations qui, en plus du MAS, participeront au processus électoral. Chaque secteur tire pour son propre compte, chaque référent est séparé des intérêts de l’autre. Je pense qu’ils attendent de voir qui obtiendra la deuxième place aux élections, car ce résultat donnera à ce candidat suffisamment de mérite pour diriger l’ensemble des partis lors du scrutin. Cependant, c’est de la spéculation, nous devons attendre quel genre de réponse la bonne articule, ses étapes sont encore déroutantes.

Arce

Journaliste : Est-il probable qu’Añez renoncera à sa candidature pour apporter son soutien à Mesa ? 

Arce : C’est une possibilité. Mais il faut voir, le gouvernement apparaît de plus en plus impliqué dans les affaires de corruption, et en même temps il a contracté une dette internationale pour démontrer sa capacité de gestion. Donc, je ne vois pas si clairement qu’Áñez a la volonté de démissionner de sa candidature. 

Journaliste : Jusqu’où va l’ingérence des États-Unis dans l’orientation du gouvernement putschiste ? 

Arce : L’ingérence est notoire, autant qu’elle l’était avant l’arrivée d’Evo Morales au gouvernement. L’ingérence est évidente à partir du rétablissement opérationnel de la DEA sur le territoire national, mais aussi à travers la tutelle de la coopération internationale. De plus, nous constatons une présence et une influence très notables de l’ambassadeur américain. 

Journaliste : Quel rôle l’ex-président Evo Morales joue et jouera-t-il dans un hypothétique nouveau gouvernement MAS ? Y a-t-il eu une autocritique sur ce qui s’est passé en octobre ? 

Arce : Le camarade est le président du MAS par la désignation d’un ressortissant élargi du parti constitué à Cochabamba, en dit élargi, il a également été habilité en tant que directeur de campagne du parti pour le processus électoral actuel. Concernant l’autocritique de ne pas avoir prévu le coup d’État et d’avoir insisté sur la renomination présidentielle, c’est Evo lui-même qui a admis ne pas avoir fait un bon calcul politique dans un récent entretien accordé en Argentine. Tout ce qu’Evo peut apporter à la campagne est le bienvenu en raison de l’expérience politique qu’il a, mais il est également clair que lorsque demain nous devrons diriger le pays, ce sera moi qui prendrai les décisions du gouvernement.