jueves, agosto 6, 2020

Rafael Correa : Pourquoi la dictature de Lénine Moreno a-t-elle complètement anéanti l’état de droit en Équateur ?

Correa a également accusé la justice équatorienne d'avancer dans la sentence finale de sa condamnation pour l'exclure définitivement des élections

L’ancien président de l’Équateur Rafael Correa et aspirant à redevenir chef de l’État, malgré la judiciarisation politique à son encontre que le régime de Lénine Moreno exécute, a averti que le pays est actuellement sous une dictature qui a complètement dévasté l’État de droit et a laissé les facteurs démocratiques du pays qui restent dans la majorité sans défense.

Le régime s’est non seulement enhardi par la crise sanitaire causée par la pandémie COVID-19, mais il est désormais acculé par la pression politique générée par les secteurs démocratiques historiquement liés à la Révolution citoyenne, après la trahison perpétrée par Moreno aux forces révolutionnaires qui Ils l’ont choisi pour conclure un pacte avec la droite conservatrice qui a conduit le pays à ses pires moments de misère, de pauvreté et d’inégalité.

Correa a offert une interview exclusive à l’agence de presse argentine Telam, dans laquelle il a évoqué le processus de judiciarisation qu’ils entreprennent contre lui, la crise politique que traversent l’Équateur et tous les actes arbitraires commis pour l’empêcher de redevenir président.

L’interview a été menée par un appel vidéo depuis la Belgique, où il vit depuis la fin de son mandat présidentiel en 2017. Il y dénonce en Équateur «une dictature parfaite» et demande une réaction de la Commission interaméricaine des droits de l’homme (CIDH) de sorte qu’il se prononce sur les irrégularités qui se produisent.

Correa a également accusé la justice équatorienne d’avancer dans la sentence finale de sa condamnation pour l’exclure définitivement des élections de février prochain, et a assuré que lui et ses alliés étaient «sans défense» devant la «dictature».

En ce sens, il a commenté que la dictature de Moreno avait décidé de suspendre son parti politique, Fuerza Compromiso Social, car il savait qu’ils avaient des millions de voix des Équatoriens.

«Nous préparons la défense, mais la décision a déjà été prise. Il n’aurait jamais dû y avoir un tel scandale sept mois après les élections. Le reste est pur spectacle pour dire qu’il y avait une procédure régulière. Les dernières élections, nous avons obtenu des millions de voix, nous avons remporté les élections locales. 2019 avec des millions de voix et maintenant ils veulent nous éliminer par 16 000 signatures manquantes. C’est imprescriptible, il n’y a pas d’État de droit en Équateur, il y a une dictature. Tout est pour nous éliminer car ils savent que nous les vaincre aux urnes», a souligné Correa dans l’interview.

Le 8 juillet, à Guayaquil, a été annoncée la naissance de l’Union pour l’espoir (UNES), un front composé de forces progressistes et de gauche. Le nouvel espace politique a été créé face aux élections présidentielles de 2021.

L’UNES est composé de la Force d’engagement social, du mouvement du Centre démocratique (CD), du Forum national permanent des femmes équatoriennes, de la Confédération des organisations et organisations paysannes de l’Équateur, de la Force rurale, de la Coalition nationale pour la patrie, du Front patriotique Nacional et le collectif SurGente.

Bien qu’aucune nomination n’ait été soulevée, il est supposé que l’ancien président Rafael Correa pourrait intégrer une formule en tant que candidat à la vice-présidence ou sur la liste des membres de l’Assemblée. Ce jour-là, l’UNES a appelé à l’unité des travailleurs, des agriculteurs, des femmes au foyer, des pêcheurs, des paysans et des peuples autochtones pour transformer la dure réalité du pays.

Une partie de l’entretien avec Correa

Telam : Cherchez-vous d’autres alternatives, comme demander à vos dirigeants de se présenter pour d’autres partis, peut-être au sein de votre coalition UNES ?

Correa : C’est qu’au sein de l’UNES il n’y a qu’un seul autre parti et évidemment cela nous conditionne aux décisions des dirigeants de ce parti, ce sont eux qui enregistrent les candidatures.

Telam : Moins de deux semaines avant le début des élections primaires, vous devez réfléchir à un moyen de participer.

Correa : Bien sûr. Les conditions sont extrêmes, défavorables. La presse mondiale devrait être choquée par ce qui se passe. Dans quelle démocratie du monde pouvez-vous accepter que sept mois avant les élections, la plus grande force politique soit éliminée par des mesures invincibles ? Et ce n’est pas la seule tentative de nous interdire. Ils ont changé les règlements d’enregistrement et maintenant l’acceptation de la demande est très personnelle, en d’autres termes, je dois retourner au pays avec deux ordonnances de prison. J’y retournerais s’ils me laissaient m’inscrire, mais d’abord ils vont me mettre en prison comme ils l’ont fait avec Lula.

Relacionado:  Jusqu'où le COVID-19 ira-t-il aux États-Unis ? Les clés pour comprendre la propagation du virus dans le pays de Trump

Telam : Vous dites que la presse internationale doit être indignée, quel est le niveau d’indignation en Équateur ?

L’indignation est énorme, mais ils profitent de la pandémie. Nous sommes toujours au feu rouge dans de nombreuses villes et elles en profitent pour faire tous ces pièges, en plus de nous imposer l’accord qu’elles ont signé en mars 2019 avec le Fonds Monétaire International. Ce qui sauve ce gouvernement, c’est la pandémie, parce que les gens ont peur. Un autre point important est que Moreno – et c’est la même chose au Brésil, en Argentine ou en Bolivie – n’aurait pas pu faire ne serait-ce qu’un dixième de ce qu’il a fait sans la presse hégémonique.

Telam : S’ils ne contestent pas la décision du Conseil électoral national et ne rejoignent pas une autre force politique. Quelle est la prochaine étape ?

Relacionado:  Jusqu'où le COVID-19 ira-t-il aux États-Unis ? Les clés pour comprendre la propagation du virus dans le pays de Trump

Correa : Nous ne pouvons pas faire de miracles. Ils font pression sur moi pour que je réponde à tout et je suis à l’autre bout du monde avec 31 affaires pénales, une peine de huit ans de prison pour «influence psychique», me liant à des pots-de-vin qui n’ont jamais existé. Il est temps que les peuples d’Amérique Latine assument leurs propres responsabilités. Nous ne sommes pas naïfs. Nous chercherons à participer aux élections parce que nous comprenons que si nous ne prenons pas le pouvoir à ces gens, ils finiront par piller le pays. Mais c’est la responsabilité de chacun. La première question devrait être : comment pouvons-nous tolérer cela au 21e siècle en Amérique Latine ? Où est le système interaméricain ? Où est la conscience latino-américaine ?

Telam : Il a été question de porter les plaintes relatives à l’interdiction auprès des organismes internationaux. Ils l’ont juste fait ?

Correa : Oui, mais malheureusement pour accéder aux instances internationales, il faut d’abord épuiser les instances nationales. Ne vous y trompez pas, le système interaméricain n’existe pas. Repos et pas très en paix. Il existe pour déstabiliser, comme dans le cas de l’OEA avec la Bolivie. Quelque chose peut être sauvée du système des droits de l’homme. Par exemple, la Commission a décidé de ne pas donner de mesures de précaution, sauf que la vie ou la liberté sont en danger, et qu’en est-il des droits politiques ? Si le peuple équatorien ne reprend pas le pouvoir politique, il nous enterre tous. Espérons que, compte tenu de ce qui se passe en Amérique latine, cela les conduira à revoir cette décision, car une grande partie de la solution est entre les mains du système interaméricain. Au niveau national, tout est coopté.

Telam : Allez-vous faire appel de la décision judiciaire qui vous pèse pour épuiser les instances internes et soulever la plainte au niveau international ?

Correa : Bien sûr, parce que nous n’avons aucune attente. Nous n’attendons absolument rien de la justice équatorienne et nous sommes convaincus que nous gagnerons la victoire au niveau international. Mais cela prend six à huit ans, quand le mal est déjà fait. Pour cette raison, la seule solution est de le battre aux urnes, sinon le pays sera détruit.

Telam : Vous ne pouvez pas vous présenter comme candidat aujourd’hui ?

Correa : Il y aurait une alternative. S’il n’y a pas de dernière phrase, je pourrais m’inscrire ici en tant que représentant des migrants. Nous avons une représentation de trois zones : Europe-Asie, Amérique du Nord et Amérique Latine. Je pourrais m’inscrire ici, c’est pourquoi ils veulent obtenir la dernière phrase pour que je ne puisse même pas participer de cette façon.

Telam : Pensez-vous que Justice travaille déjà sur la sentence finale, quelques semaines à peine après la confirmation en deuxième instance ?

Correa : Oui, le 6 avril, un jour avant l’audience (de première instance), il a été divulgué comment le président du tribunal a échangé des messages, des idées de la peine avec le procureur. Il s’agit d’une fraude procédurale et c’est avéré. Les médias ont tout caché. Nous sommes sans défense contre une dictature.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: director@elciudadano.cl

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >

#Covid 19 SARS-COV2

Daniel Jadue frente al plan «Paso a Paso» del Gobierno: «Han...

La jornada de este jueves, el alcalde de Recoleta, y presidenciable del Partido Comunista, Daniel Jadue, criticó duramente al Gobierno por su...
4,304,502FansMe gusta
428,712SeguidoresSeguir
423,643SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: director@elciudadano.cl

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

Los Más Leídos

Colisión de vehículos deja 9 muertos en Crimea

Al menos nueve personas fallecieron y nueve más resultaron heridas en un accidente vial ocurrido este viernes en la región rusa de...