Tout pour ses filles : une mère traverse le Pérou fuyant la mort et le Covid-19

Le président Martín Vizcarra a reconnu que le pays traverse la plus grande crise de son histoire et que ses effets sur l'économie ne sont comparables qu'à ceux de la Guerre du Pacifique, il y a plus de 100 ans

298

L’exploit d’une Péruvienne qui a dû parcourir – avec ses trois filles – plus de 600 kilomètres pour pouvoir rentrer chez elle en Amazonie, fuyant la mort et la faim provoquée par COVID-19, a choqué le monde. .   

María Tambo a quitté son domicile à Chaparnaranja, une ville amazonienne isolée, pour déménager avec ses trois filles dans la ville de Lima. La plus âgée d’entre elles, Amélie, avait obtenu une bourse pour étudier à l’Université scientifique du Sud, dans la capitale péruvienne.    

À son arrivée à Lima, il a loué une chambre pour tout le monde et a trouvé de l’argent dans un restaurant. Cependant, ses plans ont été anéantis lorsque la pandémie de coronavirus est arrivée. 

Au Pérou, où près de 70% de la population travaille dans l’économie souterraine ou informelle, l’enfermement a d’abord causé la disparition de la plupart des emplois et, plus tard, de nombreuses familles ont manqué d’argent pour payer le loyer ou la nourriture.

Ce fut le cas de María qui, après près de deux mois de quarantaine, n’avait plus d’argent pour payer la chambre ou la nourriture louée et, étant donné le manque de ressources pour survivre, elle n’avait d’autre choix que de rentrer chez elle.  

Avec Amélie et les deux autres petits, Yacira et Melec, il s’est mis en route vers sa ville, située à plus de 600 kilomètres de Lima, dans la région amazonienne d’Ucayali.  

Mais, avec les transports publics fermés, la seule option qu’ils avaient était de faire le tour à pied, une décision désespérée, mais cela est devenu la seule possibilité. 

«Je connais le danger dans lequel je mets mes enfants, mais je n’ai pas le choix. Soit je meurs en essayant de sortir d’ici, soit je meurs de faim dans ma chambre », a déclaré Tombo, cité par El Confidencial. 

Un chemin plein de dangers

Maria racontait son histoire en parcourant les routes jour et nuit. Un voyage plein d’obstacles et de dangers qu’il a dû effectuer en portant sur son dos sa petite fille, Melec, et en essayant de prendre soin de Yacira, à peine sept ans.   

La famille n’était pas seule. Des milliers d’autres Péruviens étaient sur la route, désespérés de fuir la pandémie et la perte de revenus. 

Outre les 600 kilomètres, qui en eux-mêmes représentaient un voyage très difficile, María et ses trois filles ont dû traverser une partie de la région des Andes, à haute altitude, avant d’atteindre la jungle amazonienne. 

Outre les dangers de la route, la famille Tambo a également dû contourner les postes de contrôle de la police qui tentent d’empêcher les habitants de Lima, l’épicentre du Coronavirus, de propager le virus dans les zones rurales.   

María a rapporté que la peur l’envahissait et qu’elle devait mentir aux autorités pour continuer son chemin, car elle était prête à faire tout ce qu’il fallait pour sauver ses filles.  

«Vous ne pouvez pas aller ici avec des enfants», a déclaré la police, et Tambo a répondu : «Je ne rentre que dans ma ferme, à Chaparnaranja, où je suis déjà depuis une semaine», a rapporté CNN.

Au milieu du chaos, il y a eu des gestes de solidarité : un chauffeur leur a offert de la nourriture, un camionneur a proposé de les emmener entre deux villes comme ils étaient au milieu des montagnes à plus de 4500 mètres d’altitude. Cependant, María et ses trois filles ont parcouru presque tout le trajet pour rentrer chez elles dès que possible.   

«Je pensais que je mourrais avec mes filles»

Après sept longues journées et près de 500 kilomètres, María et ses filles sont arrivées dans la région d’Ucayali, où vivent les autochtones Ashaninka, un endroit très proche de leur destination.   

Relacionado:  Effet Bolsonaro : comment un président a réussi à détruire l'Amazonie brésilienne en un temps record

Mais il a fallu surmonter un nouvel obstacle, l’entrée sur ce territoire était interdite par le Coronavirus, il a donc fallu négocier : les passaient en échange des quatre femmes isolées pendant 14 jours.  

Enfin, María, Amelie, Yacira et Melec sont arrivées dans leur ville. Brisé, mais heureux. Kafet, le père de famille et le grand-père sont venus les recevoir, mais malgré l’immense joie qui les a amenés à les voir arriver en toute sécurité à leur retour, ils ont dû garder leurs distances, car personne ne pouvait embrasser le COVID-19. 

María Tambo reconnaît que le chemin du retour «a été très difficile, nous avons beaucoup souffert» et a assuré qu’elle ne voulait pas retourner à Lima. «Je pensais que j’allais mourir là-bas avec mes filles», a-t-elle déclaré.

Faim et chômage au Pérou

Le plus malheureux de l’histoire de María Tombo et de ses trois filles est que ce n’est pas un cas isolé au Pérou. L’activité économique du pays a chuté de 40,49% en glissement annuel en avril, le pire record mensuel de l’histoire, en raison d’une quarantaine nationale qui a ralenti la production et les échanges.  

Selon une déclaration de l’Institut national de statistique et d’informatique (INEI), l’économie péruvienne s’est contractée de 13,10% au cours des quatre premiers mois de l’année, tandis qu’au cours des douze derniers mois jusqu’en avril, elle a chuté de 2,63%.  

Concernant le chômage, l’INEI a précisé que le taux de chômage du trimestre mars-avril-mai a presque doublé, à 13,1% de la population en âge de travailler, par rapport à la même période l’an dernier.  

Selon l’Institut, la population occupée, c’est-à-dire ceux qui avaient un emploi formel ou informel, a chuté de 47,5% entre mars et mai de cette année, les mois les plus sévères de la quarantaine.

Seulement à Lima, plus de 2,3 millions de travailleurs ont perdu leur emploi depuis l’entrée en vigueur de l’état d’urgence pour endiguer la vague d’infections à COVID-19.  

«La mise en quarantaine dans le cas péruvien a été l’une des plus graves de la région, car nous sommes confrontés à des problèmes structurels tels que l’informalité», a déclaré la Ministre de l’Économie María Antonieta Alva. 

La vulnérabilité alimentaire est un problème chronique au Pérou et les effets de la pandémie ne font que la rendre encore plus aiguë. Selon le dernier rapport du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), publié avant l’arrivée de la pandémie, 21,2% des ménages péruviens souffrent de vulnérabilité alimentaire.   

Le président Martín Vizcarra a reconnu que le pays traverse la plus grande crise de son histoire et que «les effets sur l’économie ne sont comparables qu’à ceux de la Guerre du Pacifique (avec le Chili), il y a plus de 100 ans». 

Le scénario pour le Pérou n’est pas très encourageant. Les autorités sanitaires ont signalé que le pays avait dépassé 240 000 cas et 7 500 décès dus à la pandémie, chiffres avec lesquels l’Italie a dépassé le nombre de positifs, ce qui représente 238.000   

Vendredi 19 juin, le Pérou était le deuxième pays le plus touché d’Amérique Latine par l’épidémie de COVID-19, et le septième dans le monde.