martes, agosto 4, 2020

Zapatero à l’Union Européenne : ‘Que ce soit une leçon’ l’échec de reconnaître Guaidó

L'ancien président espagnol a déclaré que pour comprendre le Venezuela, il est essentiel «d'accepter que le chavismo est une réalité politique», et que «toute solution doit être électorale»

Ces dernières semaines, le régime américain a cherché à se séparer définitivement de Juan Guaidó. Cependant, dans la communauté européenne, il y a encore des secteurs de l’extrême droite qui insistent pour soutenir une voie qui a conduit directement à l’échec et qui a été récemment analysée par l’ancien Premier Ministre espagnol José Luis Rodríguez Zapatero.  

L’erreur commise par l’Union Européenne (UE) de reconnaître Juan Guaidó comme «président par intérim» et de ne pas tenir compte de l’autorité légitime de Nicolás Maduro – qui en termes diplomatiques présente ses lettres de créance diplomatiques – a été qualifiée par Zapatero d’erreur historique sans précédent qui doit devenir une leçon apprise et être corrigée immédiatement.    

Zapatero a souligné lors de son discours au Forum de la Nouvelle Économie, qui s’est tenu en Espagne il y a quelques jours, que le plan séditieux qui a poussé l’UE à emprunter la voie de l’arbitraire, de l’unilatéralisme et du manque de diplomatie n’a certainement pas fonctionné et s’est avéré être une erreur complète. 

En ce sens, il n’a souligné que cette décision de soutenir un plan séditieux, prise en janvier 2019 – lorsque Guaidó s’est proclamé président sur une place publique sans recevoir aucun vote – «doit être soumise à un jugement autocritique de ceux qui l’ont promu».

«Cela sert de leçon et que ce n’est pas refait», a déclaré l’ancien président espagnol lors du forum, où il a également expliqué une série de situations sur le Venezuela pour contextualiser la réalité du pays des Caraïbes et que les personnes mal informées peuvent évaluer avec plus de méfiance ce qui est dit dans les médias.

Zapatero
Rodriguez Zapatero et Hugo Chavez

Zapatero : Le chavismo est une réalité politique

Pendant ce temps, l’ancien président espagnol a déclaré qu’en plus de reconnaître Guaidó , la communauté internationale a ajouté d’autres erreurs graves telles que l’application d’une série de mesures coercitives unilatérales contre le Venezuela qui visent à faire pression sur le départ du gouvernement Maduro, élu en 2018.   

Mais ces actions, décrit Rodríguez Zapatero, la seule chose qu’elles ont engendrée est d’augmenter la détérioration du pays et la qualité de vie des Vénézuéliens, en imposant un blocus de fer total qui cherche à les étouffer afin de provoquer une réaction contre le gouvernement, quelque chose cela ne semble pas se produire mais plutôt faire marche arrière vers l’extrême droite. 

«Il ne devrait y avoir aucune pression pour sanctionner et mettre le peuple vénézuélien dans une situation très grave», a déclaré Zapatero, dans des déclarations recueillies dans une dépêche d’Europa Press.

Relacionado:  Opposant Claudio Fermín : Personne n'a le droit de saboter les élections au Venezuela

En ce sens, il a ajouté que pour comprendre le Venezuela, il est essentiel «d’accepter que le chavisme est une réalité politique», et que «toute solution qui peut survenir, et elle doit être électorale, doit partir de cette idée». 

En outre, il a souligné qu’une «solution politique» doit partir de l’accord entre les Vénézuéliens et ainsi «construire une démocratie consensuelle» et non soumise aux «intérêts géostratégiques des grandes puissances».  

Il a également indiqué que la majorité des Vénézuéliens voteront aux parlementaires le 6 décembre pour «ouvrir une nouvelle étape et sortir du blocus» imposé de l’étranger, principalement des États-Unis et de l’Union européenne.

À cet égard, Zapatero a déclaré que pendant cette année et demie d’une attaque soutenue contre le Venezuela, «l’unilatéralisme» des États-Unis et de l’UE qui a conduit à «l’usage de la force» s’est simplement «avéré être un désastre».

Maduro Zap
Rodriguez Zapatero et Nicolas Maduro

L’anti-démocratie est l’échec de l’opposition

Rodríguez Zapatero a également souligné que la situation politique que traverse actuellement le Venezuela est une conséquence de la décision prise par une partie de l’opposition extrémiste de ne pas participer aux élections présidentielles de 2018.  

Il a expliqué que de cette stratégie tout l’argument que l’Union Européenne utilise pour ignorer Nicolás Maduro en tant que président et, à son tour, justifier le plan séditieux qui tourne autour de la figure imposée de Guaidó est dérivé. 

Relacionado:  Rafael Correa : Pourquoi la dictature de Lénine Moreno a-t-elle complètement anéanti l'état de droit en Équateur ?

Face aux échecs persistants de l’opposition, l’ancien président espagnol espère que les partis de l’opposition démocratique, ceux qui participent aux processus électoraux, continuent dans cette voie et le font non seulement chez ces parlementaires, mais aussi lors des élections présidentielles, quand ceux-ci ont lieu.   

«Chaque fois que la route électorale n’a pas été suivie, les conséquences n’ont pas été bonnes pour l’opposition ou pour le pays», a déclaré Zapatero, qui a participé à plusieurs jours de dialogue et de médiation pour trouver une solution pacifique à la crise politique vénézuélienne. 

oposición Zapat
Rodriguez Zapatero et l’opposition extrémiste

Zapatero était convaincu que les prochaines élections se tiendraient «avec toutes les garanties», et a indiqué qu’elles réussiraient, tant que les précédentes victoires électorales du Chavismo seront reconnues et que «le gouvernement est ce qu’il est». 

En outre, Zapatero a souligné que pour atténuer la crise politique, le processus doit être progressif et calme, sans plans séditieux ou loin de la réalité. «Il doit être progressif, calme et non avec des proclamations et des plans hors de la réalité, comme croire que l’armée va renverser les gouvernements» parce que «toutes les prévisions ont été un fiasco de thèses radicales», a-t-il souligné.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: director@elciudadano.cl

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >

#Covid 19 SARS-COV2

4,304,546FansMe gusta
428,712SeguidoresSeguir
422,946SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: director@elciudadano.cl

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

Los Más Leídos