Gabriela Rivadeneira, ancienne membre de l’assemblée de l’Équateur : «La droite n’a pas de candidat à la hauteur de la tâche du conflit présidentiel»

Dans une interview à Voces sin Fronteras, il a souligné que cette situation obligeait le progressisme équatorien à rechercher des mécanismes d'unité et de cohésion plus grands et meilleurs

Gabriela_Rivadeneira_Burbano ecuador

L’Équateur se prépare pour les élections générales prévues le 7 février de cette année. Voces sin Fronteras, dirigé par Bruno Sommer et Denis Rogatyuk, a préparé une édition spéciale et dans son chapitre I, Gabriela Rivadeneira, ancienne membre de l’assemblée de la nation sud-américaine, a été interviewée.

Au cours de la conversation, Rivadeneira a souligné qu’à ce moment «la droite n’a pas de candidat à la hauteur de la tâche pour le conflit présidentiel».

«Cela d’une manière ou d’autre nécessite le progressisme équatorien pour que nous puissions rechercher des mécanismes d’unité et de cohésion plus grands et meilleurs afin d’avoir vraiment un différend viable pour l’élection présidentielle de 2021, c’est un défi non seulement pour la révolution citoyenne, pas seulement pour le Correismo. C’est un défi pour le progressisme équatorien si nous voulons vraiment entrer dans la nouvelle vague progressiste d’Amérique du Sud», a-t-elle déclaré.

Par Bruno Sommer et Denis Rogatyuk

BS : Une fois de plus, après plusieurs, la candidature du binôme Arauz-Rabascall a de nouveau été ratifiée. Quel est votre rythme cardiaque ? Pensez-vous que ce sera le dernier boycott de cette candidature ou pas ?

GR : Regardez la candidature d’Andrés Arauz et Carlos Rabascall, comme le binôme de la Revolución Ciudadana, on s’inscrit dans le contexte de toute une série de blocus électoraux systématiques. Je me souviens et je rappelle à tous ceux qui peuvent nous suivre que ce n’est pas la première fois que nous subissons un blocus, ou un boycott, cela fait pratiquement trois ans que cela nous a été enlevé, depuis qu’Alianza País a été volée et, en ce sens, nous avons demandé, par exemple, que nous soyons reconnus comme une révolution citoyenne et le CNE nous a nié en disant que c’était le slogan du gouvernement précédent, nous avons demandé que nous soyons reconnus comme une révolution Alfarista et ils nous ont dit non parce que (Eloy) Alfaro (était) un homme libéral de son temps et nous sommes un mouvement anti-néolibéral.

Ensuite, ils nous ont donné un casier pour recueillir des signatures, nous avons recueilli un demi-million de signatures et un jour avant de remettre les signatures, ils ont donné le même casier aux gens de Lucio Gutiérrez, puis nous avons participé avec Compromiso Social, nous avons remporté deux des trois plus grandes préfectures du pays, en Les portes des candidatures pour cette période ont suspendu l’engagement social, qui l’a réactivé par la suite après avoir conclu un accord avec le Centro Democrático Lista 1 et maintenant l’enregistrement du binôme Andrés Arauz-Carlos Rabascall a pris un peu plus de trois mois pour approbation dans une sorte d’appels permanents qui ont été acceptés par le corps électoral et qui ont montré à juste titre qu’il s’agissait d’un blocus systématique.

Par conséquent, nous avons commencé à jouer à ce jeu sur un terrain en pente, avec des indices de fraude électorale, ce que nous avons mis en garde la communauté internationale, car il ne peut être qu’en plein milieu de la période électorale les règles du jeu changent, prolongent des délais qui n’étaient pas prévus et que même maintenant, en Équateur, une bataille est menée entre les deux institutions de l’organe électoral, qui est le Conseil National Électoral et le Tribunal Électoral National, et maintenant même avec la participation du Bureau du Procureur Général lui-même, c’est-à-dire ce qu’ils font parmi les corps électoraux est pratiquement une mort de croisade électorale qui nous fait attendre de voir ce qui se termine.

Nous terminons l’année 2020, le 31 décembre la campagne a officiellement commencé et jusqu’à présent les règles du jeu ne sont pas claires et surtout dans le différend interne du corps électoral, nous devons voir ce qui se passe car il y a beaucoup de secteurs qui recherchent le l’élargissement du processus électoral, ce qui serait désastreux pour le peuple équatorien.

Les alertes ne sont donc pas encore terminées et nous devons continuer à dénoncer cela au niveau national et international.

DR : L’autre anomalie que nous avons observé ces dernières semaines a été la possibilité de lever la candidature d’Álvaro Noboa, oligarchique et principal rival politique de Rafael Correa lors des élections de 2006, mais apparemment le CNE a également rejeté sa candidature ou Du moins pour le moment. Pensez-vous que cela signifie une sorte de tension dans les rangs de droite ?

GR : L’un des scénarios que nous avons dans le processus électoral est précisément la faiblesse avec laquelle il a été présenté dans les candidatures présidentielles et parlementaires de la droite équatorienne. S’il est vrai, à un certain moment (Guillermo) Lasso aurait pu être considéré comme le pari de la droite équatorienne, et tous les indicateurs, les sondages nationaux marquent tous une stagnation de la candidature de Lasso et une tendance à la baisse.

D’autre part, une autre partie de la droite, un droit plus ancré dans les organisations internationales et je me réfère à l’ONGisme, l’USAID, etc., promeut également la candidature de Yaku Pérez, qui n’a ni décollé ni eu ce déploiement comme prévu par la droite. Équatorienne.

Face à cette réalité alors ils veulent mettre un quatrième candidat dans le différend, qui est censé être un candidat qui pourrait améliorer le nombre des deux, cela signifierait qu’il anéantit pratiquement Lasso.

binomio arauz rabascall ecuador comicios
Arauz-Rabascall. Photo: @UNESECUADOR.

Petite information, il y a 18 candidatures présidentielles que nous avons actuellement enregistrées en Équateur, sur ces 18 candidatures, trois sont celles qui sont actuellement dans les indicateurs d’observation électorale : celle menée par Andrés Arauz, suivi de Lasso et suivi de Yaku Pérez, mais bien en dessous.

Par conséquent, la droite équatorienne a également voulu manœuvrer et jouer pour avoir un candidat qui puisse entrer dans ce différend à la présidence. Cependant, là aussi il y a de nombreux intérêts économiques, il y a eu de nombreuses plaintes fortes au niveau national contre des membres du CNE et du Tribunal électoral et, en ce sens, j’insiste, car il n’y avait pas de règles claires à l’époque avant le début de la campagne électorale nous parlons encore que nous pourrions avoir une autre candidature présidentielle, c’est l’instabilité.

Cependant, l’évaluation qui est faite est que, la droite est très affaiblie face au processus électoral, cela a beaucoup compliqué la question d’avoir une candidature viable, car alors toute tentative peut être réelle et faisable, nous voyons qu’Álvaro Noboa Rafael Correa a remporté la candidature présidentielle en 2006, il est donc un candidat qui serait déjà sa sixième présentation pour la candidature présidentielle, mais nous attendons toujours les résolutions du corps électoral.

BS : Vous avez joué un rôle historique très important que l’Équateur n’oubliera guère, c’est votre rôle de président de l’Assemblée nationale du pays. Quel est le rôle que Gabriela Rivadeneira voudrait jouer dans un éventuel retour au pouvoir de la Revolución Ciudadana ? De quel endroit aimeriez-vous contribuer à votre pays ?

GR : De l’endroit où j’ai toujours servi, il y a 13 ans de militantisme dans le projet politique de la Revolución Ciudadana, avant cela mes années de militantisme au sein du monde culturel et aussi de la première organisation politique dans laquelle j’ai commencé mon militantisme qui est Pachakutik.

Pratiquement 13 ans destinés à renforcer les bases du projet populaire et national de la Revolución Ciudadana, j’espère donc continuer à contribuer à partir de là, je travaille et je crois beaucoup au pouvoir populaire, à l’autonomisation des citoyens face aux actions de l’État, de telle manière que pour nous, c’est une question clé pour continuer à le renforcer.

Institutionnellement ou en termes de fonctions, nous préférons n’avoir aucun type de soutien, il y a beaucoup d’hommes et de femmes, aujourd’hui Andrés Arauz a présenté dans sa proposition de travail d’intégrer de nombreux jeunes boursiers du gouvernement équatorien dans l’action du gouvernement et en ce moment ils sont pratiquement avec la possibilité de rester dans les pays où ils avaient les bourses en raison du manque d’opportunités en Équateur, perdant une grande partie du talent humain.

De telle sorte qu’Andrés Arauz a dit qu’il allait intégrer tous ces jeunes dans le travail du Gouvernement, précisément pour lui donner plus de dynamisme.

Nous parions donc sur cela, sur un renouvellement très important de ces rangs. Cependant, je crois que ma contribution fondamentale va être ce que j’ai fait ces années-ci, qui est de soutenir la partie organisationnelle du militantisme, des gens qui sont actifs dans le projet de la Revolución Ciudadana.

DR : Pourquoi, à votre avis, les citoyens ne voteront-ils pas pour le rival le plus fort de la Révolution citoyenne, dans ce cas, nous parlons de la candidature de Guillermo Lasso ?

GR: Lasso est directement identifié à l’une des plus grandes crises économiques que l’Équateur ait connue, en dehors de cela, nous vivons évidemment maintenant une crise économique sans précédent dans l’histoire équatorienne, précisément le produit du manque de leadership, de planification, de commande et priorité du peuple que le gouvernement du président Lenín Moreno et de ses alliés a eu précisément.

En ce sens, Lasso est clairement identifié avec le jour férié, il a été l’un des promoteurs et des acteurs fondamentaux du complot des vacances bancaires, mais en plus Lasso a été le dirigeant de Moreno pendant ces presque quatre années de gouvernement, c’est-à-dire pendant Moreno a battu Lasso aux urnes avec le revirement que Moreno opère en Équateur: il positionne et exécute le plan gouvernemental de Lasso, c’est-à-dire du candidat perdant.

Par conséquent, Lasso a été directement responsable de tout ce qui se passe en Équateur, y compris la question de la débâcle économique que nous vivons en ce moment. Si l’on regarde qui ont été les ministres de l’espace économique, on va identifier Richard Martínez, qui est le bras droit de Guillermo Lasso et qui fait partie de son équipe depuis de nombreuses années. Qui est-il alors ? L’ancien ministre des Finances qui doit maintenant faire face à une procédure de destitution à l’Assemblée Nationale pour avoir payé plus de trois millions de dollars aux obligataires du Fonds Monétaire International (FMI) au milieu d’une pandémie, alors que des gens sont morts dans les rues Richard Martínez a préféré payer, et le gouvernement Moreno et Lasso a préféré payer la dette extérieure.

Ex asambleísta Gabriela Rivadeneira llamada a rendir versión en la Fiscalía  de México por hechos de octubre de 2019 | Política | Noticias | El Universo
Rivadeneira. Photo: L’univers / Archives.

Et, en ce sens, ce n’est pas seulement une co-gouvernance, mais c’est une gouvernance collective que Moreno, Jaime Nebot et Guillermo Lasso ont eue, qui se montrent maintenant comme des alliés, donc maintenant tout type de doute que nous aurions pu avoir est fermé sur les alliances de ceux qui gouvernaient.

Maintenant, les gens identifient, comparent, et ce que les gens voient est parfait si nous avions dix ans de développement, d’une économie en croissance en Équateur, si nous avions dix ans de stabilité politique et juridique qui ont amené des investissements nationaux et étrangers et dans ces depuis trois ans, nous tombons pratiquement au fond du ravin, alors ils commencent à identifier quels sont les acteurs récurrents au sein de ce gouvernement, avec Moreno, Nebot et Lasso. Alors maintenant, les gens disent «nous ne voulons pas voter pour ceux qui ont été responsables de la débâcle dans laquelle nous vivons actuellement en Équateur, donc Lasso n’est certainement pas une option».

De plus, il est assez complexe, disons dans sa santé, il a eu des sorties assez complexes sur scène qui montrent son état de santé assez compliqué, de telle sorte que cela ne génère pas non plus de confiance dans la population équatorienne.

On peut alors montrer que la droite n’a en ce moment pas de prétendant à la hauteur du défi de la dispute présidentielle, et que d’une manière ou d’une autre le progressisme équatorien doit rechercher des mécanismes d’unité et de cohésion plus grands et meilleurs pour avoir réellement Un différend viable pour la présidentielle de 2021, c’est un défi non seulement de la révolution citoyenne, pas seulement de Correísmo, c’est un défi du progressisme équatorien si l’on veut vraiment entrer dans la nouvelle vague progressiste d’Amérique du Sud qui se prépare, Eh bien, du Mexique, maintenant de l’Argentine, de nouveau en Bolivie, du Chili avec le processus constituant et maintenant c’est à l’Équateur ce défi fondamental de cette vague, donc aujourd’hui c’est une tâche du progressisme dans son ensemble.

BS : Le FMI a de nouveau accordé à l’Équateur un prêt de 2 milliards de dollars. Pensez- vous que l’intention de Moreno est de donner au nouveau gouvernement un pays avec une dette extérieure élevée ?

GR : Oui, bien sûr. Il l’a déjà. Lorsque nous avons terminé le gouvernement, ou lorsque nous avons remis le gouvernement en 2017, ils nous ont pratiquement accusés de laisser le pays surendetté, l’Équateur a une caractéristique et c’est que dans la Constitution, le plafond maximal de la dette extérieure est de 40% par rapport au Produit Intérieur Brut, de telle sorte que tout ce qui vient après est inconstitutionnel.

Dans ce cadre et dans cette logique, nous préservons et délivrons précisément le pays avec une dette extérieure consolidée de 38%.

Or, aujourd’hui, nous atteignons, selon les mêmes données publiées par le FMI, près de 50% de la dette extérieure. Qu’est-ce que cela signifie alors ? Ce que Moreno a fait, c’est endetter l’Équateur ces trois dernières années, bien plus que l’Équateur ne s’est endetté au cours des dix années de la présidence de Rafael Correa, ce sont les incohérences que nous avons dans les voix officielles et les données qu’il veut quitter comme officier en Équateur.

De telle sorte que maintenant nous allons avoir un pays très complexe, disons au sein de la gouvernance parce que c’est un pays et c’est un gouvernement qui va devoir faire face à une dette extérieure très élevée, deuxièmement, il va devoir faire face à une crise économique qui selon les derniers rapports de la CEPAL établissent que l’Équateur pourrait clôturer l’année 2020 avec une baisse de moins de 12%, ce qui signifie que nous sommes dans la pire et la plus grande crise économique enregistrée dans l’histoire de l’Équateur, il devra faire face à tous les retards, en raison de la mauvaise gestion de la pandémie de COVID-19, nous sommes le deuxième pays au monde avec le plus grand nombre de décès en Équateur en raison de la pandémie, de telle sorte que la situation est très complexe.

De telle sorte que maintenant le gouvernement d’Arauz et de Rabascall doit revenir à la planification de l’État, l’état de droit doit revenir et il doit vraiment tourner son regard vers la priorité qui est le bien-être et l’amélioration de la qualité de vie des populations de voie immédiate et émergente, et pour cela il y a 10 futurs qui ont été marqués dans le plan gouvernemental.

Gabriela Rivadeneira dice que hay nuevo tipo de dictadura en Ecuador |  Diario Centro
Rivadeneira. Photo: El Diario Equateur.

À tous, invitez-les à revoir précisément le WikiPlan, qui est toute la plate-forme numérique de la proposition de campagne, mais en plus de récupérer et d’appeler les citoyens équatoriens à participer aux propositions émergentes que nous devons mettre en œuvre dans le Gouvernement d’Arauz et ce que seront au moins les 100 premiers jours qui seront des jours de réorganisation, de restructuration, de ré-institutionnalisation de l’État afin de répondre véritablement aux demandes des citoyens.

Le travail est donc très fort et la réalité est assez complexe.

DR : Quel est le rôle du féminisme au sein de cette coalition Unión por la Esperanza et quelles sont les propositions féministes dans le programme gouvernemental pour réduire le fossé économique qui existe entre les hommes et les femmes en Équateur ?

GR : Merci Denis pour cette question car c’est aussi très intéressant d’écouter et surtout de parier sur un gouvernement féministe. Andrés Arauz a mentionné avec une clarté absolue que nous allons être un gouvernement féministe et, en ce sens, que signifie un gouvernement féministe ? Cela signifie précisément voir quelles sont les données et quelle est la réalité des secteurs les plus vulnérables et les plus profonds qui affectent les réalités des femmes.

Parmi ceux-ci, on trouve toute une série de problèmes, d’abord la question du manque de travail et de travail décent, de l’ignorance, de l’ invisibilité que nous avons à nouveau des travailleuses domestiques qui, à l’époque de la Revolución Ciudadana, étaient on a même généré une sécurité sociale obligatoire pour les femmes au foyer, les travailleurs domestiques rémunérés et pour les non rémunérés la question de l’affiliation volontaire à la sécurité sociale, la question des départs à la retraite qui continue d’être préoccupante car quand on parle en plus de la pauvreté, Quand nous voyons quelle est l’ampleur de la pauvreté et comment la pauvreté est divisée entre les hommes et les femmes, nous nous rendons compte que les chiffres sont encore désastreux et beaucoup plus douloureux pour les femmes.

Les femmes souffrent non seulement dans la fourchette de la pauvreté, mais dans cette pauvreté, elles souffrent de la violence et de cette violence, même l’une des caractéristiques que nous avons en Équateur, le fémicide.

Ainsi, quand on commence à s’intéresser aux enjeux de sécurité sociale, aux enjeux de retraite, aux enjeux du travail décent, à l’autonomie économique, générant les conditions de l’autonomie économique des femmes, alors on mise sur une indépendance qui permet de ne pas soutenir et arrêter les indicateurs de violence souvent exercés dans les familles équatoriennes en raison de cette dépendance, principalement économique, que les femmes ont à l’égard des hommes.

Nous devons donc attaquer les problèmes à la racine et les attaquer à la racine, nous devons voir où est l’origine du problème et nous continuons à nous rabattre sur la question des indicateurs de pauvreté. De telle sorte que dans le plan gouvernemental avec Andrés Arauz nous avons tout un amalgame de projets et de programmes qui se poursuivront avec des campagnes permanentes d’éradication de la violence parce que cela ne peut pas arriver, et aussi une politique de projection, de prospective de ce qui est ce que nous voulons en termes d’autonomie du corps, d’autonomie économique, d’autonomie de pensée, de liberté et d’exercice du travail, et en ce sens nous parlons de tout un recueil de ce type de politiques.

Alors à nous que cette deuxième étape du projet politique national et populaire de la Révolution citoyenne, menée par Andrés Arauz et Carlos Rabascall, se déclare gouvernement féministe, c’est-à-dire que nous sommes en phase avec tout ce qui se passe dans le monde. Lorsque nous parlons du secteur des femmes, nous devons avoir un secteur politique prioritaire.

Nous sommes donc très enthousiastes à ce sujet, très heureux de recevoir à la fois dans WikiPlan et dans les visites territoriales d’Andrés Arauz différentes propositions et propositions permanentes, sur les politiques à mettre en œuvre pour parvenir à un gouvernement féministe, et que ce projet de Revolución Ciudadana a le visage d’une femme a définitivement été important pour nous.

BS : Andrés Arauz a défini que lors de sa première semaine au pouvoir, après avoir obtenu la victoire, il va réaliser un programme qui a retenu mon attention car il fait une livraison ciblée et directe à la population d’un millier de dollars par famille. Je veux en savoir un peu plus à ce sujet, si vous savez comment cela fonctionne, qui en seront les bénéficiaires, où il a pensé obtenir ces ressources.

GR: Oui, parce que cela a aussi été assez controversé, disons, ou il y a des secteurs qui veulent débattre d’une proposition qui est déjà en cours d’analyse en Europe et qui est même à l’étude aux États-Unis, puisqu’il s’agit de ces aides ou aides émergentes à des citoyens qui nous permettent non seulement de survivre à un moment comme celui que vivent nos pays, mais aussi d’initier la logique de la relance économique émergente.

Ce n’est pas un bonus en soi, mais il s’agit d’une remise directe de mille dollars qui sera faite précisément à toutes les personnes qui figurent dans le registre social. Qu’est-ce que le registre social ? Nous avons renforcé le registre social dans la Revolución Ciudadana et ce sont toutes les personnes qui font partie des 1er et 2ème quintiles de pauvreté, c’est-à-dire les personnes qui sont dans les indicateurs de pauvreté et d’extrême pauvreté. Lorsque nous parlons du registre social, nous parlons alors que ces personnes gagneraient mille dollars avec lesquels elles entrent pratiquement, non seulement pour payer et peuvent avoir accumulé, mais directement pour réactiver des achats dans le magasin du voisin, sur le marché, dans les paiements de services de base, en matière de médicaments, c’est-à-dire que vous injectez de l’argent directement dans la relance économique, ce n’est pas remboursable, ce n’est pas un crédit, donc, cela entre dans le pari de la relance économique du pays. 

Gabriela Rivadeneira: 'Hemos sido respetuosos con los tiempos de la Corte'  | El Comercio
Rivadeneira. Photo: Le commerce.

Le pays, comme je le disais il y a un instant, a augmenté les indicateurs de pauvreté ces dernières années, nous avons plus d’un million de personnes qui ont perdu leur emploi en 2020, soit un million de chômeurs de plus que le chiffre du chômage qui L’Équateur avait apporté, de telle manière que la situation est compliquée. Face à cette réalité, aggravée par la pandémie, alors il faut voir des mécanismes de réactivation émergents, il y a même une proposition très intéressante qui est en cours d’analyse en ce sens qu’elle est ancrée dans un petit pourcentage à l’achat direct du les aliments directement des fournisseurs, c’est-à-dire des producteurs, éliminer cet obstacle que nous avons à l’ externalisation des aliments, aller directement aux producteurs et que les producteurs peuvent fournir des paniers alimentaires de base, pour un certain montant, à ces familles de les quintiles 1 et 2, qui sont ceux qui recevront principalement l’émission des mille dollars de soutien immédiat à la relance économique.

Il y a donc beaucoup de propositions autour de la question de la proposition de mille dollars et nous parions là-dessus, ce n’est pas un cadeau comme il a été voulu vendre par la droite équatorienne, mais ce même droit est celui qui ne donne pas d’alternatives ou ne donne pas d’opportunités pour la vraie réactivation économique est la droite équatorienne, ancrée dans la candidature de Lasso, qui a son argent dans des paradis fiscaux, dans des sociétés offshore, qui extraient des devises étrangères du pays, qui s’attaquent à la dollarisation, tandis qu’Andrés dit «il faut que des dollars circulent dans le pays économie du pays parce que les dollars soutiennent la dollarisation», alors nous disons «nous allons soutenir la dollarisation», nous allons faire une réactivation économique immédiate, car ils parient sur cette réactivation économique immédiate, et que les familles équatoriennes peuvent vraiment survivre dans un moment de crise aussi profond que celui de l’Équateur, produit de l’inefficacité et de la médiocrité du président Moreno.

Ainsi, c’est à cela que fait référence la proposition des mille, on continue encore de se nourrir d’autres types de propositions complémentaires pour vraiment réaliser une relance économique, car on n’obtient rien si les mille dollars parviennent à la famille et seulement avec qui va au paiement bancaire ou nous le conservons comme économies pour ce qui pourrait arriver, nous avons vraiment besoin de cet argent pour entrer dans la réactivation économique, c’est donc l’un des paris qui est fait dans le cadre du plan Gouvernemental d’Arauz et Rabascall.

Compártelo

Comentarios