Dignidad Ahora

Bolsonaro est responsable de 58% des agressions de la presse au Brésil

L'ultra-droite suit l'exemple de son homologue américain, Donald Trump, au point de qualifier de "fake news " toute information critique pour son administration
Publicado en

Francés

0 0


La Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ) du Brésil a dénoncé le fait que le président de ce pays, Jair Bolsonaro, a dirigé 58% des attaques commises en 2019 contre les médias et les professionnels de la presse.      

Selon le dernier rapport de l’organisation, les attaques contre les journalistes, y compris les meurtres, les attaques et les menaces, ont connu une croissance de 54,07%. Par rapport aux 135 enregistrés en 2018, ce chiffre est passé à 208 l’année dernière. 

« En 2019, la violence contre les journalistes a été institutionnalisée, le président lui-même les attaquant », a déclaré la dirigeante syndicale María José Braga, chef de FENAJ, dans des déclarations faites après la présentation du « Rapport sur la violence contre la presse de 2019 »

Le rapport annuel de la fédération indique que les tentatives de discréditer la presse ont représenté 54,81% des attaques contre les journalistes (114 cas), les menaces 13,46% (28 cas), les attaques verbales 9 , 62% (20), agressions physiques 7,21% (15) et censures ou entraves à la pratique professionnelle , 4,81% (10).         

De même, il y a eu cinq cas de restriction de la liberté de la presse en raison de poursuites (2,4%), deux cas de blessures raciales (0,96% ) et deux cas (0,96%) d’attaques contre l’organisation syndicale.        

Selon la fédération, les journalistes travaillant à la télévision sont les principales victimes des attaques, avec 28,23% des attaques, suivis par ceux qui sont employés par les journaux (26,61%) et ceux des médias numérique (18,55%). 

Romario Silva
Romario Da Silva Barros

Deux meurtres

Les assassinats de journalistes dans leur pratique professionnelle sont passés de zéro en 2017 à un en 2018 et deux en 2019. Les victimes étaient des journalistes Robson Giorno et Romario da Silva Barros, qui travaillaient pour les médias de Maricá, une ville sur la côte de la État de Rio de Janeiro. 

121 attaques de Bolsonaro

Les principaux auteurs des attaques étaient des acteurs politiques, responsables de 144 cas (69,23% du total), principalement commis par Bolsonaro, qui a commencé son mandat le 1er janvier 2019.  

Le président d’extrême droite, avec 121 déclarations publiques agressant ou discréditant des journalistes, était responsable de 58,17% des attaques enregistrées l’année dernière.  

«L’arrivée de Jair Bolsonaro à la présidence a considérablement affecté la liberté de la presse au Brésil. En seulement un an de gouvernement, Bolsonaro était, à lui seul, responsable de 58% des attaques contre les médias et les journalistes. Il y a eu 114 infractions génériques et 7 cas d’agressions directes », a déclaré María José Braga. 

«La position du président – mieux dit son absence – montre qu’en fait, la liberté de la presse est menacée au Brésil. Le chef de l’État promeut, par ses déclarations, le discrédit systématique de la presse et des journalistes. De cette façon, cela institutionnalise la violence contre la presse », a– t-elle ajouté.   

La dirigeante syndicale a condamné le fait que l’extrême-droite profite également de sa position pour prendre des mesures visant à affaiblir financièrement les médias.

La Fédération Nationale des Journalistes n’est pas la seule organisation à dénoncer les attaques de Bolsonaro contre les médias et ses travailleurs, puisque l’Association Brésilienne de la Presse (ABI, pour son sigle en portugais) assure que «le pays et le monde ont été surpris, à chaque instant, par des déclarations absurdes du Président de la République et de ses plus proches collaborateurs.  

Ennemi de la presse

Les attaques de Bolsonaro se sont répétées au cours de sa première année de gouvernement. Le rejet et les mauvaises relations avec les médias étaient évidents depuis sa campagne, car il préférait communiquer directement avec ses électeurs via les réseaux sociaux. 

Comme dans de nombreux aspects et politiques, le chef de l’État a suivi l’exemple de son homologue américain, Donald Trump, lorsqu’il s’agit de traiter avec la presse et, au point de qualifier de « Fake News » (fausses nouvelles) toute information critique de son administration. 

À d’autres occasions, il a qualifié la presse de « sale », « dégoûtante », « voyou » et « immorale » , et a même menacé de l’asphyxier économiquement, par des décrets pour retirer la publicité, des campagnes pour effrayer les annonceurs ou pour ne pas renouveler les concessions des chaînes de télévision. 

No asumió y ya amenaza

Guerre contre la Folha de São Paulo 

Les fléchettes empoisonnées de Bolsonaro ont été dirigées à plusieurs reprises contre le journal Folha de São Paulo, qui a révélé plusieurs scandales liés à son gouvernement.   

En octobre dernier, le journal a publié un rapport détaillé dénonçant des irrégularités dans le financement de sa campagne. La réponse de Bolsonaro a été : « C’est un égout », en référence au journal. 

Il a également inculpé des journalistes qui l’ont interrogé sur le sujet : «Je regrette profondément que la presse brésilienne agisse de cette manière. Ils mentent tout le temps, déforment, calomnient. Voulez-vous me démolir ? Ce sera difficile, car j’ai du cuir dur. Continuez à mentir ».  

Sa guerre contre la Folha de Sao Paulo est telle que, en novembre dernier, il a ordonné l’annulation de l’abonnement du gouvernement au journal. 

Insultes envers les journalistes

L’un des épisodes les plus honteux qui illustre sa conduite avec les médias s’est produite en décembre dernier. Ce jour-là, agacé par les questions des journalistes au sujet d’un scandale de corruption impliquant son fils Flavio, le président a réagi de manière agressive et a envoyé les journalistes se taire et s’en prendre à l’un d’eux avec une forte insulte et des expressions homophobes  

« Tu as un visage homosexuel terrible et ce n’est pas pour ça que je t’accuse d’homosexuel. Bien que ce ne soit pas un crime d’être homosexuel », a déclaré Bolsonaro au journaliste du journal O Globe, qui lui a demandé si Flavio, aujourd’hui sénateur, n’aurait pas pu commettre un« dérapage »dans son comportement.     

Le scandale et le rejet qui ont provoqué ces déclarations étaient si grandes que le soi-disant « Trump du Tropique » a été contraint de s’excuser et d’admettre son erreur. « Je me suis trompé. Je n’aurais pas dû le dire », a-t-il déclaré plus tard.  

« Qui ai-je dit que j’étais terriblement homosexuel? Pas ici aujourd’hui ? Envoyez-lui un baiser », a-t-il dit pour essayer en vain de corriger l’agression.

Le rapport du FENAJ ne comprend pas les attaques les plus récentes contre des journalistes au cours des dernières semaines. L’un d’eux s’est produit lorsqu’il a demandé à un journaliste du journal Folha de Sao Paulo de « se taire » lorsqu’il a fait des déclarations au siège de l’exécutif.    

Le chef de l’état a également affirmé récemment que les journalistes sont « une race » en voie « d’extinction » , car – selon lui – « ils n’ont aucune crédibilité ». 

À une autre occasion, bouleversée par les questions sur les prétendues contradictions entre les priorités du gouvernement et celles du Congrès, le président leur a demandé de changer leur façon de procéder. 

«Je veux que vous changez. Qui lit les journaux n’est pas informé, mais qui les lient n’est pas informé. Ils doivent changer cela. Vous êtes une espèce en voie de disparition. Je pense que je vais confier des journalistes à Ibama (…) Vous êtes une race en voie d’extinction », a-t-il dit. 

Il a même osé dire que de moins en moins de Brésiliens font confiance à la presse. «Par exemple, j’ai annulé l’abonnement de tous les journaux qui sont venus à la présidence. Absolument tout. Je ne reçois aucun journal ni magazine. Celui qui le veut, qui l’achètera… Parce que lire un journal empoisonne les gens », a-t-il dit. 

La dernière attaque a eu lieu jeudi dernier, lorsque Bolsonaro a déclaré que les journalistes mentaient et que les gauchistes ne méritaient pas d’être traités comme s’ils étaient des gens normaux. 

«Notre presse a peur de la vérité. Ils dénaturent tout le temps et quand ils ne dénaturent pas, ils mentent ouvertement », a-t-il dit.

Des voix qui ne se tairont pas

Le président n’est pas seulement responsable de ses manifestations de haine contre la presse, il inspire également ses ministres, collaborateurs et partisans à procéder de la même manière. 

La journaliste Patricia Campos Mello, de Folha de São Paulo, est l’auteur du rapport » Campagne de financement des hommes d’affaires contre le Parti des Travailleurs par WhatsApp «. Suite à cette publication, elle a été victime de menaces par SMS et appels téléphoniques, dans lesquelles a été « avertie » de ne pas jouer avec l’ultra-droite.  

Elle a également signalé que son compte WhatsApp avait été piraté, car ils avaient supprimé une partie de ses messages et envoyé d’autres en faveur de Bolsonaro à des contacts de son agenda.  

Au final, bien que le président pense que la presse et les journalistes sont « une espèce menacée », la guilde n’est pas intimidée par les menaces et les agressions et se lève pour défendre sa liberté d’expression.  

«Le président ne peut pas confondre ce qui peut être un désir caché avec la réalité. Alors que l’information est une nécessité vitale des sociétés modernes, et elle le sera toujours, le journalisme continuera d’exister », a déclaré l’ABI.Pour l’organisation, le journalisme, « à coup sûr, survivra plus longtemps que les politiciens ennemis de la démocratie, car ils ont tendance à être engloutis par l’histoire ». 


Comparte 👍

Comenta 💬