Chaos et mensonges en Équateur : pourquoi ne pas croire les chiffres de Lenín Moreno sur Covid-19 ?

Le nombre total de décès proposés par le gouvernement - y compris les «probables» - est de 9 407. Cependant, ces chiffres n'atteignent même pas les 10.000 victimes atypiques enregistrées par Guayas
Publicado en

Francés

0 0


Ecuador

La situation de la pandémie générée par le COVID-19 sur la planète a montré les coutures des systèmes de santé dans différents pays. Il a également exposé les gouvernements qui tentent de cacher l’impact réel que le nouveau coronavirus laisse sur leur population. C’est le cas de l’Équateur, aux mains du régime de Lenín Moreno.  

Actuellement, l’Équateur peut être considéré comme un régime qui a éradiqué l’état de droit et restreint la liberté de la presse et le libre accès à l’information, avec la fermeture des médias non alignés sur la ligne éditoriale du gouvernement. De plus, des persécutions sont encouragées contre des journalistes qui cherchent à rendre compte de la réalité subie par un pays impliqué dans une crise politique, économique, sociale et sanitaire.   

L’aggravation de la situation critique s’est aggravée avec l’arrivée de la pandémie de coronavirus, révélant l’inaction de l’État et un silence de mort du Gouvernement sur les soldes quotidiens sur les infections et les décès dus au COVID-19.  

La manipulation des données sur le comportement de la pandémie a été dénoncée depuis le début du manque massif de contrôle des infections, situation reflétée lorsque des centaines de cadavres ont commencé à apparaître dans les rues de Guayaquil, une ville qui a même été prise par des oiseaux de proie, en raison de à la peste qui a atteint la ville. 

L’Équateur ne présente pas de chiffres exacts

Des journalistes équatoriens ont dénoncé que les chiffres officiels de décès dus au COVID-19 en Équateur ne sont pas exacts, puisque seule la province de Guayas compte au moins 10.000 décès qui n’ont pas été vérifiés et qu’ils sont atypiques dans la moyenne des décès que cette région présente annuellement. 

Jusqu’au 6 août, le bilan officiel des morts géré par le ministère équatorien de la Santé était de 5.877, mais – en petits caractères – ils déclarent que 3.530 décès «probables» pourraient être ajoutés à ce chiffre.

Ainsi, le nombre total de décès gérés par le régime Moreno – y compris les «probables» – est de 9 407. Cependant, les chiffres «officiels» n’atteignent même pas les 10.000 victimes atypiques enregistrées par Guayas. 

La manipulation des informations sur le comportement du COVID-19 atteint un tel point que, même, le Ministère de la Santé rapporte ou met à jour les chiffres soulignant le pourcentage supposé de personnes récupérées, ce qu’ils admettent même, ne représente pas si le pays effectuer une gestion réussie ou non. 

En fait, l’état civil équatorien présente des chiffres de dépassement du nombre de décès, et ce nombre est sur le point d’atteindre le chiffre de 30.000, avec une moyenne de 100 par jour. Tous ces cas ont été signalés depuis le début de la pandémie. En outre, dans le cas des patients positifs, il est indiqué qu’il y a un sous-enregistrement en raison des quelques tests effectués par le gouvernement, quelque chose de similaire à ce qui se passe en Colombie, au Salvador, entre autres pays.  

Ecuador
Jair Bolsonaro, Lenín Moreno et Iván Duque

Que dit le gouvernement ?

La déclaration la plus récente du Ministère de la Santé parle de la supposée «amélioration continue» des indicateurs qui reflètent le comportement du COVID-19.  

«L’Équateur enregistre 86.527 cas confirmés de coronavirus, dont 77.568 ont été détectés par un test RT-PCR. Parmi ceux-ci, 59 344 (77%) correspondent à des cas récupérés définis comme ceux qui ont été admis dans le système de surveillance avec au moins un test RT-PCR positif, ils ont terminé 29 jours à compter de la date d’apparition des symptômes. Cet indicateur sera affiché cumulé chaque semaine, chaque dimanche».

Il ajoute que «l’indicateur ‘Récupéré’ a commencé à être signalé le 27 avril et a commencé avec 1 103 cas. Ces cas ont été rapportés avec deux tests moléculaires négatifs et après 14 jours d’apparition des symptômes. Au 31 mai, 3 900 étaient accumulés, du 1er au 30 juin, il y avait 12 jours avec des informations sur une augmentation des patients guéris, avec une moyenne de 69 patients par jour».

En ce sens, le Ministère souligne que «la nouvelle méthodologie de l’ indicateur ‘Récupéré’ vise à montrer le nombre de personnes qui, ayant eu la maladie COVID-19, qu’elle soit légère, modérée ou sévère, ont cliniquement dépassé le temps de ne pas transmettre le virus. Cet indicateur, en lui-même, ne peut pas être utilisé comme le succès d’un pays dans la lutte contre la pandémie, mais fait partie des différents indicateurs des processus et des résultats de l’atténuation de la pandémie.  

Ces mêmes informations publiées sur le site du Ministère de la Santé ont été divulguées sur son compte Twitter et sont accompagnées d’une série d’infographies qui, au-delà de la présentation de chiffres sur la pandémie, montrent comment les chiffres quotidiens d’infections et de décès, et de manipulation, sont cachés de la crise sanitaire dans le pays sud-américain.  

Une comparaison avec le Venezuela

Dans un pays qui dépasse, selon les chiffres officiels, 86.000 cas, entre les publications du 1er et 2 août – en comparant – seuls 295 nouveaux cas et 14 décès sont signalés, des chiffres totalement atypiques par rapport à la moyenne présentée par d’autres pays qui conservent des comportements virulents similaires.

Lors d’une comparaison avec l’un des pays qui a pris le plus soin de ralentir la propagation des infections, comme c’est le cas du Venezuela, un pays qui, dimanche dernier – le 2 août – a tout juste dépassé la barre des 20.000 personnes positives pour le COVID -19, et qui fait face à une situation particulière en raison de l’une des migrations les plus élevées de compatriotes de retour; montre une manière assez complète et claire d’informations quotidiennes et détaillées sur la manière dont la pandémie affecte sa population.

Sur plus de 20.000 contagions que présente le Venezuela, au moins 5.000 sont des cas importés, c’est-à-dire des étrangers ou des ressortissants qui sont arrivés dans le pays infectés de pays comme la Colombie, le Pérou, le Brésil, l’Équateur, le Chili, entre autres ; et ils cherchent refuge en raison de la vulnérabilité et de la misère auxquelles ils ont été totalement exposés – sans travail ni logement – au milieu de la pandémie.

De plus, le Venezuela a enregistré près de 200 décès depuis le 13 mars, mais la situation dans le pays sud-américain s’est aggravée en raison du manque massif de contrôle des pandémies dans ses pays voisins : le Brésil – deuxième avec les cas les plus positifs au monde – et la Colombie, également parmi les dix premiers dans ce même classement négatif. 

Malgré tout cela, les autorités vénézuéliennes restent clairs lors de la présentation des soldes quotidiens sur COVID-19, car ils sont assez détaillés et même personnalisés lorsqu’ils se réfèrent à la lignée des défunts.  

Le Venezuela a dénombré jusqu’au mercredi 5 août 22.299 cas confirmés de coronavirus. Sur ce total, 12.146 sont des patients qui se sont déjà rétablis. En outre, 7.876 sont des cas asymptomatiques et seulement 195 personnes sont décédées.