Du cyber-apôtre au saint adolescent : le cas extraordinaire de Carlo Acutis

Il a fallu un peu plus de 15 ans à Carlo Acutis pour démontrer dans la vie son engagement envers les plus démunis, à sa spiritualité et sa foi
Publicado en

Francés

0 0


Acutis

Il a fallu un peu plus de 15 ans à Carlo Acutis pour démontrer dans la vie son engagement envers les plus démunis, à sa spiritualité et sa foi. Acutis était un adolescent catholique italien, étudiant, programmeur, amateur de musique et de football

Acutis est né le 3 mai 1991 à Londres, en Angleterre, où ses parents, Andrea Acutis et Antonia Salzano, travaillaient. Cependant, à l’âge de six mois, ses parents ont décidé de retourner dans leur Italie natale, à Milan, rapporte l’Agence de presse catholique (ACN).

La vie de Carlo se prolongera jusqu’au 12 octobre 2006, date de son adolescence, à un peu plus de 15 ans. Cette année-là, il est mort d’une leucémie myéloïde chronique alors qu’il se trouvait dans un hôpital de la ville de Monza.

En février dernier, le Pape François a annoncé que Carlo avait été proclamé vénérable par l’Église Catholique. Ceci, après l’approbation d’un miracle qui lui est attribué et qui permet sa béatification, c’est-à-dire sa qualification de Saint. Tout sera rendu officiel samedi prochain, le 10 octobre 2020.

Carlo Acutis

Le processus de béatification comprend l’exhumation de son corps. Il y a quelques jours, sa tombe a été ouverte lors d’une cérémonie dans le sanctuaire de l’Expiation à Assise, où il a décidé que sa dépouille reposerait.

La tombe a été ouverte en présence de différents médias. C’est là que l’on a pu observer comment le corps de Carlo, après 14 ans d’inhumation, a été conservé intact.

«Les images de la conservation et de l’état intact de son corps ont surpris et se sont rapidement viralisées (…) Pour beaucoup, c’est un fait divin, bien que la conservation des restes puisse être liée à des raisons terrestres. L’une d’elles est l’incorruptibilité cadavérique, produite par le manque d’oxygène à l’endroit où reposent les restes», explique le rapport de l’ACN.

Le père Carlos Acácio Gonçalves Ferreira, recteur du Sanctuaire des Dépouilles d’Assise, a expliqué que le corps d’Acutis «est dans un état très intact, non pas intact, mais entier. Il préserve tous les organes», a-t-il déclaré, cité par ACN.

«Le travail a été fait sur le visage. C’est bien que pour la première fois dans l’histoire, on puisse voir un saint vêtu d’un jean, de baskets et d’un sweatshirt. C’est un grand message», a ajouté le prêtre.

Qui était Carlo Acutis ?

«Dès son plus jeune âge, Carlo semblait avoir un amour particulier pour Dieu, même si ses parents n’étaient pas particulièrement dévoués. Sa mère a dit qu’avant Carlo, il n’allait à la messe que pour sa première communion, sa confirmation et son mariage», précise ACN.

Le jeune Italien, qui a consacré sa vie à la technologie, aux jeux vidéo, à la musique et au catholicisme, aimait prier le chapelet quand il était seul. Pendant ce temps, lorsqu’il partageait avec des amis ou était à l’école, il défendait les enfants qui étaient taquinés où intimidés par d’autres. D’autant plus s’il s’agit de personnes souffrant d’un handicap quelconque.

Carlo était le seul enfant d’une famille catholique aisée, mais pas d’une famille pratiquante. À Milan, dès l’âge de trois ans environ, il a demandé à sa mère de l’emmener à l’église pour saluer Jésus. Il a également recueilli des fleurs dans les parcs de Milan pour les apporter à la Vierge.

Des années plus tard, il a demandé à sa famille de faire sa première communion alors qu’il avait sept ans. À cette époque, sa vie se passait entre ses études, ses jeux et ses activités pour aider ceux qui étaient dans le besoin.

Carlo Acutis

La vocation et l’engagement d’Acutis pour aider ses voisins se sont également manifestés dans le travail bénévole qu’il a effectué dans plusieurs soupes populaires ; il a même conservé une partie de sa nourriture pour la donner à ceux qui en avaient vraiment besoin.

De son vivant, Carlo a été appelé «le cyber-apôtre de l’Eucharistie», car il s’est consacré au catéchisme de manière virtuelle. Il a ainsi inculqué son amour de Dieu à de nombreux enfants et jeunes, grâce à un projet virtuel visant à diffuser les miracles eucharistiques et à publier le témoignage de la foi sur différentes pages web.

Quand il était adolescent, Carlo a été diagnostiqué d’une leucémie. Sa réaction a été surprenante : «J’offre au Seigneur les souffrances que je devrai endurer pour le Pape et l’Église, afin de ne pas avoir à être au Purgatoire et à aller directement au ciel».

Trois mois avant sa mort, il a prédit son décès dans une vidéo enregistrée par lui-même et retrouvée par sa mère quelques jours après son enterrement.

«Quand je pèse 70 kilos, je suis destiné à mourir», a déclaré Carlo devant la caméra, en regardant le ciel avec un sourire. Après sa mort, juste au moment où il pesait 70 kilos après être tombé dans le coma, il a été enterré à Assise, à sa demande, en raison de son amour pour Saint François d’Assise.

Milagro

Le miracle d’Acutis

À Carlo Acutis est crédité du miracle de la guérison d’une maladie en phase terminale à un enfant de nationalité brésilienne, en 2010.

Le petit garçon avait une maladie irréversible du pancréas qui, explique ACN, a été guérie après avoir touché une de ses reliques. L’événement a eu lieu dans la chapelle de Notre-Dame des Apparitions à Campo Grande de Mato Grosso do Sul, au Brésil, en compagnie de son grand-père.

Après la certification du miracle, le 21 février 2020, le pape François a approuvé l’initiation de son procès de béatification.

Le tombeau de Carlo Acutis à Assise sera ouvert au public jusqu’au 17 octobre. L’intention est que les fidèles puissent aller en pèlerinage et observer le corps incorruptible du saint, en jeans, baskets, t-shirt et pull.

Entre-temps, le cœur du jeune homme sera exposé comme une relique dans la Basilique Papale de Saint-François d’Assise.

La date la plus proche dans le calendrier catholique sera le samedi 10 octobre : la cérémonie de sa béatification à Assise. Selon les organisateurs, tout sera fait avec des mesures de distanciation sociale et des masques appropriés.

La mère de Carlo, dans une interview diffusée sur Aciprensa, a souligné que son fils a intercédé pour elle et est tombé enceinte de jumeaux, Francesca et Michele, qui ont maintenant neuf ans.

Santo

Être des originaux et non des photocopies

La devise de Carlo devient une réalité dans la vie quotidienne d’un jeune homme comme tant d’autres, très soucieux de son prochain, qui est devenu la meilleure version de lui-même.

«Avec ses premières économies, il a acheté un sac de couchage pour un pauvre homme qu’il a vu sur le chemin de la messe. Il aurait pu acheter un autre jeu pour la console de jeu vidéo. Il adorait jouer aux jeux vidéo ! Mais dans sa liberté, il a décidé de faire un acte de générosité», décrit le site web d’El Vaticano.

Ce n’est pas une seule fois que Carlo a aidé les dépossédés. Le jour de ses funérailles, l’église était remplie de groupes de «sans-abri» que le jeune Carlo avait aidés.

Carlo a reçu un journal intime et il lui est venu à l’esprit de l’utiliser pour se qualifier de «bonnes notes» s’il se comportait bien, et de «mauvaises notes» s’il ne répondait pas à leurs attentes. C’est ainsi qu’il a pu suivre ses progrès.

Dans ce même carnet, il a écrit : «La tristesse, c’est se regarder soi-même, le bonheur regarde vers Dieu. La conversion n’est rien d’autre que le fait de tourner son regard du bas vers le haut. Un simple mouvement des yeux suffit».

Il était un «clown naturel», comme l’a dit un jour sa mère, Antonia Salzano, dans une interview. Il a fait rire la classe et même les professeurs. Mais il s’est rendu compte qu’il pouvait ennuyer les autres, alors il a fait un effort dans ce sens également.

Image for post

Il se souciait des autres

L’effort pour rendre la vie agréable à ceux qui l’entouraient était constant. Par exemple, il n’aimait pas que le personnel d’entretien nettoie son désordre.

Il a donc commencé à régler son réveil quelques minutes plus tôt pour garder sa chambre rangée et son lit fait. Ces détails ne sont pas passés inaperçus.

Raejsh, un hindou qui faisait le ménage chez Carlo, a été impressionné qu’un «beau, jeune et riche garçon», qui pouvait faire tant de choses, décide de vivre une vie simple. «Il m’a infecté et m’a captivé par sa foi profonde, sa charité et sa pureté», dira-t-il plus tard. Il a donc décidé de se faire baptiser et de devenir catholique.

La pureté était un autre des combats de Carlo. Pour lui, «en chaque personne se reflète la lumière de Dieu». Cela lui a fait mal lorsque ses compagnons ne vivaient pas selon la morale chrétienne et il les a encouragés à le faire. Il leur a fait comprendre que le corps humain est un don de Dieu et que la sexualité doit être vécue comme Dieu l’a voulu.

«La dignité de chaque être humain était si grande que Carlo a vu que la sexualité devait être quelque chose de très spécial aussi, parce qu’elle collaborait avec la création de Dieu», a rappelé sa mère.

Acutis aimait aussi mettre ses lunettes de plongée et jouer à «chercher des déchets au fond de la mer». Ceux qui l’ont connu disent que lorsqu’il promenait les chiens, il ramassait toujours les déchets qu’il trouvait. C’était sa façon d’améliorer son coin de pays.

Image for post

L’Eucharistie, sa route vers le ciel

La véritable passion de Carlo Acutis était l’Eucharistie, « sa route vers le ciel». C’est ce qui a conduit sa mère à se convertir, elle qui n’était allée «que trois fois à la messe dans sa vie» mais qui s’est laissée gagner par l’affection du petit garçon.

Pour répondre à toutes les questions que son fils lui posait, elle s’est inscrite à un cours de théologie. À l’âge de 11 ans, Carlo a commencé à enquêter sur les miracles eucharistiques qui s’étaient produits dans l’histoire.

Il a utilisé ses compétences et ses talents en informatique pour créer un site web qui raconte la même histoire. Il disposait de 160 panneaux qui peuvent être téléchargés sur Internet à ce lien et qui ont déjà été installés dans plus de 10.000 paroisses dans le monde entier.

Au cours de l’été 2006, Carlo a demandé à sa mère : «Penses-tu que je devrais être prêtre ?» Elle a répondu : «Tu le verras par toi-même, Dieu te le révélera».

Au début de ce cours, Acutis ne se sentait pas bien. Cela semblait être une grippe normale, mais il ne se rétablissait pas et ses parents l’ont envoyé à l’hôpital. «Je ne peux plus partir d’ici», a-t-il déclaré en franchissant les portes du bâtiment.

Peu après, on lui a diagnostiqué l’une des pires leucémies, le type M3.

«Il est un prêtre du ciel», a déclaré sa mère, qui se souvient qu’il «ne pouvait pas comprendre pourquoi les stades de football étaient pleins de monde et les églises vides».

Compártelo

Comentarios