Impeachment : démocrates et républicains s’unissent pour disqualifier Trump à vie

Ce mercredi 20 janvier, le mandat présidentiel de Donald Trump se termine officiellement, pour faire place à Joe Biden
Publicado en

Francés

0 0


impeachment

Ce mercredi 20 janvier, le mandat présidentiel de Donald Trump se termine officiellement, pour faire place à Joe Biden. Le magnat part par la porte de derrière, refusant de reconnaître sa défaite électorale et absent de l’inauguration. Pire encore, il quitte la Maison Blanche avec un procès de destitution en cours au Congrès Américain.

Maintenant, pourquoi le soumettre à un impeachment – pour la deuxième fois en moins de deux ans – si son mandat est terminé ? Il s’avère que la décision du groupe du parti Démocrate au Congrès répond à d’autres facteurs que la mise en accusation déjà impossible de Trump.

Tout a commencé après son discours ‘énergique’ du 6 janvier dernier. Ce jour-là, il a proposé un rassemblement dans les environs du Parlement, juste avant l’assaut du Capitole par des groupes violents. Dans son discours, il a de nouveau dénoncé la fraude électorale – sans preuve – et a appelé ses partisans à empêcher le Sénat de siéger.

Capitolio

Son intention était d’empêcher la proclamation de la victoire de Biden lors des élections du 6 novembre. Puis, des milliers de personnes se sont déversées dans le Capitole et ont occupé le siège du corps législatif pendant quelques heures.

Cinq personnes sont mortes lors de ces événements. Un officier de police du Capitole est mort des suites de blessures subies lors de l’émeute. En outre, la police a tiré et tué une femme à l’intérieur du bâtiment. Alors que, trois autres personnes sont mortes «d’urgences médicales», selon les autorités.

Capitolio

Ouverture de l’impeachment

À la suite de ces événements, la Chambre des Représentants a décidé d’entamer une procédure de destitution (impeachment) contre le président. L’impeachment a été approuvé le 13 janvier avec 232 législateurs votant contre 197. Dix républicains ont soutenu cette mesure. Ainsi, pour la première fois dans l’histoire des États-Unis, un président a été destitué à deux reprises.

L’acte d’accusation impute un seul crime à Trump : «l’incitation à l’insurrection». Ce jour-là, les démocrates et un nombre croissant de républicains – dont certains ont voté contre lui – l’ont déclaré inapte à exercer ses fonctions. De plus, certains ont averti que dans les jours qui suivraient, il pourrait causer plus de dégâts.

«Le président Trump a mis la sécurité des États-Unis et de ses institutions gouvernementales en grave danger. (…) Il restera une menace pour la sécurité nationale, la démocratie et la Constitution s’il est autorisé à rester en fonction», prévoit le projet de loi de destitution.

Pelosi

La présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, a fait valoir que la destitution était nécessaire, malgré le nombre limité de jours restant à son mandat. «La menace du président pour l’Amérique est urgente, et notre action le sera aussi», a-t-elle souligné lors de la session.

Pour Pelosi et un grand nombre de législateurs, les actions de Trump étaient personnelles et préméditées. La députée est l’une de celles qui ont dû se cacher dans un bunker pendant les émeutes du Capitole. Les médias locaux ont rapporté que des manifestants armés ont menacé le personnel et ont exigé de savoir «Où est Nancy ?»

Après avoir été adoptée à la majorité simple à la Chambre des Représentants, la prochaine étape sera au Sénat. Pour ce faire, Pelosi doit envoyer le projet de loi avec les articles de mise en accusation au Sénat.

Senado

Ce qu’ils disent du Sénat

Le journal The Guardian a rappelé que les votes républicains ont fait de ce procès «le plus bipartisan destitution présidentielle de l’histoire». En comparaison, seuls cinq démocrates ont voté pour la destitution de Bill Clinton en 1998.

Le chef de la majorité républicaine, Mitch McConnell, restera en fonction jusqu’à l’entrée en fonction des démocrates le 20 janvier. Le sénateur a assuré – dans des termes quelque peu subtils – qu’il ne porterait guère le débat à ce stade avant la passation de pouvoirs. Il a donc été presque décrété que tout vote visant à condamner Trump aurait lieu après avoir quitté la Maison Blanche.

Ainsi, la date la plus proche serait le 21 janvier. Mais, certains législateurs démocrates ont proposé de retarder l’envoi des articles au Sénat jusqu’à ce que l’administration Biden soit en place. Cela inclut l’approbation urgente des membres du Cabinet et ne pas distraire les premiers jours de gouvernement. Cependant, Biden a suggéré que le Sénat partage son temps entre la mise en accusation et son agenda.

La destitution des trois présidents: Andrew Johnson, Donald Trump et Bill Clinton

À quoi ressemblerait le procès du Sénat ?

Le premier jour, il y a l’arrivée et l’accueil du président de la Cour Suprême de Justice et l’inauguration du Sénat. Le deuxième jour, les règles du procès de mise en accusation seraient établies. Ensuite, il y aurait un procès traditionnel, avec des présentations et des arguments des deux côtés.

En ce sens, le débat pourrait s’étendre aux premiers jours de l’administration Biden. Cependant, il existe également des options pour un procès abrégé avec des discours plus courts, ou une demi-journée contre la montre. Ces options permettraient au Sénat de poursuivre ses autres travaux pendant la transition.

impeachment

Combien de voix sont nécessaires pour accuser Trump ?

La destitution doit être votée à la majorité des deux tiers au Sénat : 67 voix sont nécessaires. Après les deux succès des démocrates lors du second tour des élections en Géorgie, le nouveau Sénat sera délicatement équilibré 50-50 entre démocrates et républicains. Toutefois, le vice-président Kamala Harris aura une voix prépondérante.

En d’autres termes, cela signifie que la mise en accusation de Trump nécessitera les votes de 17 sénateurs républicains. Rappelons qu’il y a un an, le président sortant avait été facilement acquitté lors de son précédent procès pour mise en accusation. Cette fois, un républicain au Sénat l’a déclaré coupable des accusations portées contre lui.

impeachment

Mais, maintenant, le vote pourrait être différent. D’abord parce que l’accusation est désormais beaucoup plus simple et directe : cet atout est coupable d’incitation à l’insurrection. Cependant, les rapports du New York Times et de l’Axios suggèrent que tout dépend de McConnell. Si le leader de la majorité pense que Trump a commis des infractions impénitentes et est prêt à voter pour le faire condamner, il sera plus facile pour les autres républicains de le faire.

Maintenant, qui défendra légalement Trump ? The Guardian a indiqué que ses avocats d’origine, qui l’avaient représenté lors de son premier procès de mise en accusation, ne devraient pas revenir. Ensuite, la défense reviendrait donc à Rudy Giuliani, membre de l’équipe juridique personnelle de Trump, et à Alan Dershowitz, qui soutient le magnat pour des raisons de liberté d’expression.

Giuliani
Rudy Giuliani, membre de l’équipe juridique personnelle de Trump

Pourquoi être jugé en dehors du bureau

Si Trump est reconnu coupable, cela ouvre une autre grande porte pour les démocrates et les républicains. Le Sénat pourrait convoquer un nouveau vote pour l’empêcher de se représenter aux élections présidentielles de 2024. Cela ne nécessiterait pas plus qu’une majorité simple, la moitié plus un, ce que les Démocrates posséderont.

Ce vote invoquerait le 14e amendement, qui exclut de la fonction publique fédérale ou des États tout Américain qui se livre à une insurrection ou à une rébellion. La section 3 de cet amendement stipule ce qui suit :

«Nul ne peut être sénateur ou représentant au Congrès, ni électeur du président et du vice-président des États-Unis, ni exercer une fonction, civile ou militaire, aux États-Unis ou dans un État quelconque, si, ayant prêté serment précédemment en tant que membre du Congrès, ou en tant qu’officier des États-Unis, ou en tant que membre d’une législature d’un État, ou en tant qu’officier du pouvoir exécutif ou judiciaire de cet État, pour défendre la Constitution des États-Unis, il s’est engagé dans une insurrection ou une rébellion contre celle-ci, ou a apporté son aide ou son réconfort à ses ennemis. Mais le Congrès peut, par un vote des deux tiers de chaque Chambre, supprimer cette disqualification».

Maintenant, le 14e amendement peut-il être utilisé si Trump est acquitté ? Bien que cette décision puisse être contestée en justice, certains législateurs estiment qu’elle peut l’être. Ils pensent qu’il peut être appliqué pour empêcher Trump de se représenter, même s’il est acquitté. Cela ne nécessiterait également qu’un vote à la majorité simple au Sénat, qui, sous contrôle démocratique, serait adopté.

impeachment

Que cherchent-ils d’autre avec cette impeachment

Ces derniers jours, certaines voix démocrates et républicaines semblent plus enclines à débattre et à voter de défiance à Trump au Sénat. Cependant, la présidente de la Chambre, Nancy Pelosi, refuse d’en faire une option. Bref, il le juge insuffisant.

Comme nous l’avons déjà expliqué, ceux qui poursuivent l’idée de la mise en accusation ont un objectif plus profond que la mise en accusation déjà impossible de Trump. Bien plus qu’une interdiction d’exercer toute fonction publique à l’avenir.

Si Trump est reconnu coupable lors du procès de mise en accusation, il perdra également les avantages à vie qu’il obtient grâce à la loi sur les Anciens Présidents (1958). Il s’agit, entre autres, d’une pension, d’une assurance maladie et d’une allocation de voyage pouvant atteindre un million de dollars. Il perdrait également un certain nombre de mesures de sécurité, toutes payées par les contribuables américains.

impeachment

Quelle est la position de Trump ?

Comme il l’a fait tout au long de son mandat, Trump n’assume aucune responsabilité dans la fomentation de la violente insurrection. Au contraire, il a noté qu’en encourageant ses partisans à marcher sur la colline du Capitole, «les gens ont pensé que ce que j’ai dit était tout à fait approprié».

Contrairement à ce qui se passait avant sa première mise en accusation, Trump n’a pas aujourd’hui de compte Twitter avec plus de 80 millions de followers pour répondre aux accusations et faire des remarques fausses et inappropriées. Le réseau social a suspendu son compte indéfiniment pour avoir violé ses politiques et ses règles d’utilisation.

Le regard lors de l’impeachment sera alors sur les législateurs. Le débat à la Chambre a été inhabituellement ‘élevé’ lors de l’adoption de la loi de destitution. Au Sénat, le débat aura lieu après que la majorité républicaine n’ait pas voulu certifier la victoire de Biden.

Trump

La question du million de dollars

Est-il valable après le 20 janvier ? C’est la question que se posent les citoyens sur les réseaux sociaux. La BBC rapporte que les experts constitutionnels ne s’accordent pas sur la question de savoir si l’impeachment peut progresser au Sénat une fois que le président n’est plus en fonction.

L’article 2, section 4 de la Constitution stipule «La Constitution donne au Congrès le pouvoir de mettre en accusation et de démettre de leurs fonctions le président, le vice-président et tous les fonctionnaires civils du gouvernement fédéral des États-Unis pour trahison, corruption ou autres crimes et délits graves».

Ainsi, il n’y a tout simplement rien d’explicite sur les délais de mise en accusation. De ce fait, chacun choisit d’interpréter les articles constitutionnels dans un sens ou dans l’autre.

Biden
Joe Biden a assumé la présidence ce mercredi 20 janvier

À cet égard, la BBC cite Greg Woods, professeur d’Études Judiciaires à l’Université d’État de San José (Californie). «Comme le président sortant a été démis de ses fonctions par une élection légale (…) la condamnation politique de l’impeachment n’est pas pertinente. Elle n’est plus nécessaire».

«Au lieu d’un impeachment, nous sommes plus susceptibles de voir une forme de censure de la part du législateur ou d’éventuelles accusations criminelles portées par le Ministère de la Justice ou dans un ou plusieurs États», ajoute Woods.

En attendant, d’autres experts estiment que si la Chambre des Représentants a approuvé le lancement d’un impeachment alors que Trump était au pouvoir, le Sénat peut le juger même s’il n’est plus en fonction.

Ainsi, compte tenu de cette lacune, il est fort probable que la réponse définitive viendra lorsque cette situation se présentera. Pire encore, l’affaire peut être réglée devant les tribunaux, ou bien à la Cour Suprême.

Cela peut vous intéresser …


¿Disfrutaste este artículo? Déjanos una propina y ayúdanos a financiar este medio

Compártelo

Comentarios