Dignidad Ahora

Le vol du siècle : à qui reprocher que les vénézuéliens n’ont pas d’essence ?

Il y a quelques jours, un juge américain du Delaware, Leonard Stark, a autorisé la vente – ou le vol – des actions de la raffinerie vénézuélienne CITGO
Publicado en

Francés

0 0


CITGO

Il y a quelques jours, un juge américain du Delaware, Leonard Stark, a autorisé la vente – ou le vol – des actions de la raffinerie vénézuélienne CITGO. C’est une filiale de Petróleos de Venezuela (PDVSA) sur le sol nord-américain. Je justifie la décision «d’indemniser la société canadienne Crystallex», en représailles à la mesure du gouvernement vénézuélien, il y a plus de dix ans, de révoquer le permis d’exploitation d’un gisement d’or dans le sud du pays sud-américain.

Les concessions d’exploitation au Venezuela ont été révoquées par l’ancien président Hugo Chávez, pour non-respect des réglementations environnementales et du travail. Dans le cas de Crystallex, elle a été légalement exclue de l’exploitation de la mine d’or «Las Cristinas» en 2011. Depuis, elle a entamé une trajectoire complexe de poursuites judiciaires qui a abouti, cinq ans plus tard, à une décision du Centre International pour le Règlement des Différends Relatifs aux Investissements (CIADI) en faveur des plaignants.

Le Venezuela a été tenu de payer une sentence arbitrale de 1,2 milliard de dollars, plus les intérêts, pour indemniser Crystallex pour la perte d’investissements présumés dans le pays. En mars 2017, le Tribunal du District de Columbia est devenu complice du vol et a reconnu l’exécution de la sentence.

CITGO
José Ignacio Hernández et Juan Guaidó

José Ignacio Hernández s’est décrit comme «l’avocat» de Juan Guaidó pour voler les ressources du Venezuela à l’étranger. Dans ce cas, il a prétendu «représenter» les intérêts du Venezuela dans le faux gouvernement, bien qu’il ait travaillé pour Crystallex. Il a conçu l’argument qui étayerait la prétention du mineur canadien de conserver la CITGO comme mode de paiement. En d’autres termes, ils veulent «légaliser» le vol.

L’affaire a atteint aux Tribunaux Fédéraux du Delaware et sa résolution a été compliquée en 2019. Tout s’est passé en parallèle de la montée en puissance de Guaidó dans la stratégie de la Maison Blanche contre le Venezuela. En légitimant le «mandat provisoire» de Guaidó, ils ont changé le visage des accusés devant les tribunaux américains, reflétant un conflit d’intérêts.

En outre, le juge Stark a rejeté les requêtes déposées par CITGO Petroleum et sa société mère, PDV Holding (PDVH) ; quant au Venezuela pour mettre fin à l’embargo, il cite un rapport de Mission Vérité.

Pourquoi CITGO est-elle si convoitée ?

Les caractéristiques de CITGO sont très convoitées : ses actions sont évaluées à 8 milliards de dollars. En outre, elle possède un complexe de trois raffineries en Louisiane, au Texas et dans l’Illinois, ainsi qu’un réseau de pipelines qui traverse 23 États. Elle fournit également 5 à 10 % de l’essence consommée aux États-Unis.

Basées à Houston (Texas), les trois raffineries de CITGO ont traité ensemble quelque 750.000 barils de brut vénézuélien. Avec cela, ils ont alimenté un réseau d’environ 10.000 stations-service dans tout le pays.

Citgo

En janvier 2019, Guaidó s’est proclamé «président par intérim » et a été reconnu par Washington. Immédiatement, l’administration Donald Trump a imposé des sanctions à PDVSA, qui comprenait le blocage des fonds de la CITGO. L’objectif de fond était de les transférer dans l’équipe de Guaidó.

Le contrôle de CITGO est au milieu de la lutte entre le Gouvernement légitime du Venezuela et Juan Guaidó. D’une part, les autorités américaines reconnaissent le conseil d’administration ad hoc de Guaidó. En revanche, le Gouvernement de Nicolás Maduro accuse les opposants de s’approprier un bien de l’État.

«Accréditer la position du Venezuela pourrait annuler tout ce litige», a déclaré le juge Stark. De même, il a également souligné que Crystallex «a prévalu dans tous les tribunaux qui ont examiné n’importe quel aspect de cette affaire».

Stark a déterminé qu’une personne chargée de superviser la procédure de vente serait nommée. Dans cette opération, ni le Venezuela ni PDVSA ne pourront avoir le contrôle, rapporte l’agence espagnole EFE.

Crystallex a été aidée par le clan Guaidó

L’entreprise canadienne devra obtenir une licence du Bureau du Contrôle des Avoirs Étrangers (OFAC) du Département du Trésor. Ce n’est qu’alors qu’il pourra mener à bien l’opération, grâce aux sanctions imposées par Washington. En août 2018, le même juge avait autorisé la saisie de CITGO au profit de Crystallex.

Dans un communiqué, l’équipe de Guaidó a souligné que bien que la décision «favorise la demande de Crystallex», ils réaffirment que «cette vente ne peut avoir lieu tant que la protection accordée par le gouvernement légitime par l’intermédiaire du Département du Trésor existe».

«Il est essentiel de garder à l’esprit que la filiale pétrolière et les autres actifs de la nation sont toujours menacés en raison des actions irresponsables de Hugo Chávez et de Nicolás Maduro, qui – avec leurs complices – ont compromis les actifs de la nation sans scrupules, sans se soucier du bien-être des Vénézuéliens et de l’avenir du pays», ajoute la déclaration de Guaidó. Ainsi, il cherche à blâmer chavismo, ignorant qu’il est le principal promoteur de ces actions contre CITGO.

La société minière canadienne réclame 1,4 milliard de dollars pour la nationalisation du gisement d’or «Las Cristinas» en 2008. Il contient l’un des plus grands gisements d’or au monde, la saisie des actions servira donc à satisfaire la dette.

En 2009, le Venezuela a convenu avec la société d’investissement d’état chinoise Citic Group de développer la mine d’or. De là, il estime qu’environ 13 millions d’onces de ce métal peuvent être extraites.

Le Venezuela rejette la décision infâme

Après avoir connu la décision du juge Stark, Caracas a fermement rejeté «la décision infâme d’un tribunal du Delaware». Cela a été rapporté par le Ministère des Affaires Étrangères dans un communiqué.

Le Ministère des Affaires Étrangères a imputé ce vol au président sortant Donald Trump, en complicité avec des extrémistes liés à Guaidó. Ensemble, ils ont commis des crimes transnationaux pour s’approprier les actifs du Venezuela et de ses entités dans le monde.

Le gouvernement Maduro a indiqué que «la décision arbitraire n’est rien de plus qu’une nouvelle agression du gouvernement mourant de Donald Trump contre le noble peuple vénézuélien».

«La Cour Fédérale du District du Delaware (…) a décidé d’engager les phases préparatoires à la vente des actions de la société PDV Holding, propriétaire de CITGO», indique le communiqué. Ceci «dans le but supposé d’exécuter de force une sentence arbitrale rendue contre le Venezuela par un Tribunal du CIADI en 2016, ce qui n’a rien à voir avec PDVSA, Citgo Holding, Inc. et Citgo Petroleum Corporation, (CITGO)».

«Cette condamnation, aux dernières heures du gouvernement sortant de Donald Trump, confirme que les relations internationales de cette administration sont animées par la haine, le pillage, la vengeance et l’abus de pouvoir en tant qu’exercice criminel de la puissance publique», souligne le communiqué.

Le butin de CITGO

Le texte ajoute que cette décision signifie «la distribution du butin à la dernière minute de ce gouvernement avec la complicité de sa marionnette ratée locale (Juan Guaidó) pour accentuer la vengeance contre une entreprise qui appartient à tous les vénézuéliens».

«L’appropriation illégitime et illicite – le vol – de Citgo a été falsifiée sous les instructions de l’ancien député Juan Guaidó et exécutée par José Ignacio Hernández (…)», précise le texte.

Il a expliqué «qu’il est de notoriété publique que, qui a agi en tant que faux avocat (Hernández) dans les procès intentés par la République devant les instances judiciaires internationales, avait et entretient des liens économiques avec le plaignant, Crystallex International Corp. (Crystallex)».

«Il a également agi, délibérément avec une maladresse et une inexpérience absolues, usurpant vulgairement des fonctions publiques devant la justice américaine, invoquant une prétendue représentation selon laquelle il n’a jamais cessé de défendre les intérêts légitimes du Venezuela», a-t-il déclaré.

«Le seul but de ces actions était de fournir un voile juridique pour la remise criminelle des avoirs de tous les Vénézuéliens au Gouvernement de Donald Trump, à un groupe d’hommes d’affaires qui lui étaient liés et aux extrémistes vénézuéliens», a-t-il déclaré dans le texte.

Hostilité et violation de la légitime défense

Le Ministre des Affaires Étrangères a également dénoncé que la mesure judiciaire viole le droit international. Ce vol viole également le droit à la légitime défense qui prévaut dans tout conflit juridique.

«L’action du juge américain, Stark, est d’une manière si hostile contre le Venezuela qu’il suggère à d’autres créanciers, qui n’étaient pas parties au procès dont il a la charge, de sembler participer à la ruée qu’il a déclarée sur les actions de CITGO», un point.

En ce sens, il a alerté le monde que «l’opération judiciaire a non seulement été encouragée par le gouvernement de Donald Trump, mais que les représentants légitimes du Venezuela ont été empêchés d’avoir une défense appropriée, complète et efficace».

En outre, il souligne que la mesure viole et attaque les intérêts patrimoniaux du Venezuela et de PDVSA. Au vol flagrant, il ajoute l’imposition de mesures coercitives unilatérales.

Arreaza avertit que le blocus total est un précédent négatif pour d’autres nations qui pourraient être victimes de l’hégémonie américaine et d’autres comme le Royaume-Uni et l’Union Européenne. «Ils peuvent faire tout ce qu’ils veulent contre n’importe qui sans recevoir aucune punition», a-t-il dit.

«Nous alertons la communauté internationale sur le danger que cela représente pour les investissements étrangers et les entreprises aux États-Unis, et le risque très grave auquel leurs intérêts sont soumis à des manœuvres de cette nature».

Cela peut vous intéresser …


Comparte 👍

Comenta 💬