Le paquet «anti-crime» qui a mis en lumière les différences entre Bolsonaro et Sergio Moro

Il y a des "rumeurs" au sujet de la méfiance du Président, dont la popularité se retrouve par terre, face à la notoriété médiatique que prend la figure de son Ministre de la Justice
Publicado en

Francés

0 0


La relation étroite entre le président du Brésil, Jair Bolsonaro, et son ministre de la Justice, Sergio Moro, semble ne pas connaître son meilleur moment, et la pomme de discorde est le paquet anti-crime” des lois de sécurité publique récemment promulguées par le mandataire ultra-droite.

Bolsonaro a inclus un article qui détermine la création d’une sorte de juge des garanties, aux dépens des critiques et de l’opposition de l’ancien juge.

Moro n’a pas caché son mécontentement et s’est déroulé sur son compte Twitter en affirmant que «ce n’est pas le projet des rêves», car il a plusieurs différences avec le «paquet» de lois de son auteur qui a été envoyé en février dernier au Parlement.

Toutefois, pour tenter d’assouplir sa position, il a indiqué que le projet contient néanmoins des «avancées». «J’ai toujours été contre certains ajouts faits par la Chambre au texte original, comme le juge des garanties. Malgré cela, nous allons de l’avant».

Il a ajouté qu’il s’agissait «d’un excellent texte qui n’est pas en contradiction avec le texte original du projet anti crime. Comme je l’ai dit malgré le juge des garanties, il y a des progrès».

Bolsonaro vs. Moro

La presse brésilienne n’a pas ignoré ces messages et a mis en garde contre une nouvelle effraction de Bolsonaro et l’un de ses ministres les plus importants pour pouvoir mettre en œuvre ses politiques conservatrices, notamment celles liées à la sécurité et à la justice.

«Nous avons une nouvelle divergence à ajouter à la liste des frictions qui ont eu lieu» tout au long de l’année entre le président et son ministre, a souligné le journaliste Gerson Camarotti de la chaîne Globe News et Radio CBN.

Il s’est même référé aux «rumeurs» sur la méfiance de Bolsonaro, dont la popularité se trouve par terre selon les sondages, face à la notoriété médiatique que prend la figure de Moro.

Moro, qui a été juge dans l’affaire Lava Jato et qui a emprisonné sans preuve l’ancien président Luiz Inácio Lula da Silva, aujourd’hui en liberté, a été choisi comme l’une des 50 personnalités mondiales de la décennie par le Financial Times, qui sert les intérêts de la droite mondiale.

Selon la presse brésilienne, le Bolsonaro, qui est connu dans les milieux internationaux, n’a pas apprécié la reconnaissance de son ministre par la publication anglaise.

«En plein Noël, Bolsonaro offre» à Moro un présent «peu affectueux», a écrit ce jeudi le site de nouvelles UOL pour se référer au paquet anti-crime.

La vérité est que, selon les médias, durant la première année de son gouvernement, Bolsonaro a eu plusieurs différends avec Moro, dont la démission est devenue à plusieurs reprises l’objet de spéculations.

«Paquet anti-crime»

Le paquet anti-crime qui durcit le code pénal au Brésil est l’une des principales promesses de Jair Bolsonaro en matière de sécurité publique, et le Mandataire a donc sanctionné mardi soir dernier la règle par un veto à 25 dispositions.

Le texte initial a été présenté par le Ministre de la justice, Moro, au Parlement en février et a été approuvé avec plusieurs modifications par le Sénat le 11 décembre.

Les législateurs ont réprouvé plusieurs des mesures défendues par Moro et Bolsonaro, comme celle qui exempte de sanctions les policiers qui font des victimes dans des situations de « peur justifiée, de surprise ou d’émotion violente » ou la prison après une condamnation confirmée en deuxième instance et même si le condamné a des recours pendants devant des instances supérieures.

Les vetos de Bolsonaro

C’est pourquoi le texte approuvé par le Mandataire contient une partie des mesures présentées par son Ministre de la Justice, une partie des modifications apportées par le Parlement et par une commission de juristes coordonnée par le juge de la Cour Suprême, Alexandre de Moraes.

Selon le Secrétariat de la Présidence, les vêts de Bolsonaro obéissent à « des raisons d’intérêt public et d’inconstitutionnalité », et ont été établis après la réclamation de la Maison Civile, le Procureur Général Fédéral et le Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique.

Parmi les articles interdits figurent le triplement de la peine lorsque l’infraction est commise ou diffusée sur les réseaux sociaux, et la collecte d’ADN uniquement dans les cas d’infractions intentionnelles commises contre la vie, liberté sexuelle et infractions sexuelles contre des personnes vulnérables.

Selon le Mandataire d’extrême droite, l’extraction obligatoire de matériel génétique pour certaines infractions seulement « était contraire à l’intérêt public », en excluant « certains crimes considérés comme hautement offensifs ». Ainsi, la banque génétique, qui stockera ce matériel, s’étendra également aux personnes accusées d’avoir commis des délits tels que le commerce illégal d’armes, le trafic international d’armes et l’organisation criminelle.

Il a également opposé son veto au dispositif qui augmentait la peine pour homicide avec arme à feu à usage restreint ou interdit, considérant que la proposition pourrait engendrer « insécurité juridique » pour les responsables de l’application des lois, qui pourraient être condamnés « sévèrement pour avoir utilisé leurs armes limitée », voir le portail La Troisième.

En outre, il a rétabli la possibilité de capturer l’écoute environnementale à la maison d’une personne faisant l’objet d’une enquête et a opposé son veto à la limitation du test de captation de l’environnement uniquement pour la défense.

Les preuves ne seront pas considérées comme légales ou illégales uniquement en raison de la partie à laquelle elles bénéficieront”, a justifié le président brésilien.

Le juge de la discorde

Le Mandataire a décidé de maintenir dans la loi la création d’un juge des garanties, qui a été incluse par les parlementaires et qui sera chargé de « vérifier la légalité des enquêtes pénales et de sauvegarder les droits individuels » quelque chose qui a énervé Moro.

Cette figure a été présentée au Parlement par le député fédéral Marcelo Freixo, membre du parti de gauche du Parti socialiste et de la liberté, et selon les médias, l’idée est que ce juge ait le pouvoir de veiller à la légalité des actions des enquêteurs, ainsi qu’à la détention préventive, l’interception des appels téléphoniques, la levée du secret bancaire et des mandats de perquisition et d’arrestation, entre autres.

Le Ministre de la justice a déclaré qu’il avait défendu le droit de veto du Président Bolsonaro à la proposition du Congrès portant création de ce juge des garanties.

“Le MJSP (Ministère de la Justice et de la Sécurité Publique) a pris position contre le juge des garanties, principalement parce qu’il n’était pas clair comment l’institut fonctionnerait dans les régions avec un seul juge (40 % du total), il s’appliquerait également aux affaires pendantes et aux juridictions supérieures, ainsi qu’à d’autres problèmes”, a-t-il affirmé dans un communiqué.

Sur les réseaux sociaux, les sympathisants de Moro ont qualifié de «traître» a Bolsonaro pour la promulgation du paquet de lois «anti-crime».

Le ministre de l’Éducation, Abraham Weintraub, a même écrit sur son compte Twitter que Bolsonaro était un «traître», bien qu’il se soit repenti par la suite en supprimant le tweet et en disant qu’il l’avait posté «par erreur».

Quoi qu’il en soit, malgré la polémique entre le Président et son ministre, le paquet anti-crime doit être renvoyé au Congrès où les parlementaires auront la possibilité de lever les vetos de Bolsonaro et de reprendre l’élaboration du contenu final du projet de loi.


Comparte 👍

Comenta 💬