Quels sont les sites culturels de l’Iran que Trump menace de détruire?

Human Rights Watch (HRW) dénonce le fait que les menaces du magnat reflètent le mépris total de son administration pour les droits de l’homme tant de la nation perse que d’autres pays
Publicado en

Francés

0 0


Chaque jour, le président des États-Unis (États-Unis), Donald Trump, démontre qu’il n’a aucun scrupule à contrôler le monde et à agresser les pays qui défendent leur souveraineté et leur droit à l’autodétermination.

Pour le locataire de la Maison Blanche, il ne suffit pas de créer un conflit dangereux au Moyen-Orient, mais il insiste maintenant sur le fait que les sites culturels de l’Iran sont une cible légitime pour l’armée américaine, en rejetant les craintes au sein de leur propre gouvernement que les attaquer pourrait constituer un crime de guerre, selon le droit international.

Pour la première fois, Trump a évoqué la possibilité d’attaquer des objectifs culturels iraniens samedi dernier, à travers un message publié sur son compte Twitter.

Le magnat a écrit que si l’Iran attaque un Américain ou un bien américain, les États-Unis visent 52 sites iraniens, une référence au nombre d’Américains pris en otage lors de la révolution de 1979, «certains à un niveau très élevé et importants pour l’Iran et la culture iranienne».

« Ils nous ont attaqués et on a riposté. S’ils attaquent à nouveau, ce que je leur conseille fortement de ne pas faire, nous les frapperons plus fort que jamais auparavant », a ajouté le Mandataire.

Le dimanche 5 janvier, dans des déclarations données aux journalistes lors du vol de retour à Washington, après leurs vacances en Floride, il a réaffirmé sa menace, malgré les interdictions internationales.

« Ils ont le droit de tuer notre peuple. Ils sont autorisés à torturer et mutiler notre peuple. Ils sont autorisés à utiliser des bombes routières et à faire voler notre peuple. Et nous ne sommes pas autorisés à toucher leurs sites culturels ? Ça ne marche pas comme ça » a dit Trump.

Resultado de imagen para ONU vs trump

Violation de traités internationaux

Toutefois, attaquer un site culturel de la nation persane constituerait une violation de plusieurs traités internationaux et serait considéré comme un crime de guerre.

En 2017, par exemple, une résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies a condamné «la destruction illégale du patrimoine culturel, y compris la destruction de sites et d’objets religieux ». Cette résolution fait suite à la destruction par l’ISIS de plusieurs sites historiques et culturels importants en Syrie et en Iraq en 2014 et 2015.

L’Iran possède 22 sites culturels classés au Patrimoine Mondial de l’Unesco. La directrice de cet organisme de l’ONU, Audrey Azoulay, a rappelé à Trump que son pays s’est engagé dans de nombreuses conventions internationales à respecter le patrimoine culturel en cas de conflit.

Azoulay a rencontré l’ambassadeur iranien à l’Unesco, Ahmad Jalali, pour discuter de la situation au Moyen-Orient et des menaces qui pèsent sur le patrimoine culturel.

Il s’est aussi souvenu des États-Unis a aussi rappelé comme l’Iran ont signé les Conventions de 1954 pour la protection des biens culturels en cas de conflit et de 1972 pour la protection du patrimoine mondial, dans lesquelles les pays « s’engagent à ne prendre délibérément aucune mesure susceptible de porter atteinte au patrimoine culturel et naturel » dans les pays signataires.

Il a également évoqué la résolution 2347 du Conseil de Sécurité, adoptée à l’unanimité en 2017, qui condamne les actes de destruction du patrimoine culturel.

En octobre 2017, États-Unis a annoncé son retrait de l’Unesco, affirmant que l’organisation avait besoin d’être réformée et qu’elle était dominée par une prétendue tendance anti-israélienne.

Attaque contre la culture

Les dirigeants des institutions culturelles ont condamné la menace de Trump contre le patrimoine culturel iranien. Par exemple, le Met de New York a publié sur son compte Twitter un communiqué signé par le président et PDG du musée Daniel H. Weiss et le réalisateur Max Hollein.

Le texte souligne que l’attaque des sites du patrimoine culturel mondial est odieuse, conformément aux valeurs collectives de la société.

«En ces temps difficiles, nous devons nous rappeler l’importance de protéger le patrimoine, les objets et les lieux par lesquels les individus, les communautés et les nations se connectent à leur histoire et à leur patrimoine», ont-ils déclaré.

Thomas Campbell, ancien directeur du Met et actuel directeur du Fine Arts Museums of San Francisco, a écrit sur Instagram que les directeurs de musées sont généralement derrière le rideau, mais quand le président des États-Unis investit tous les systèmes de valeurs de son pays et appelle à des attaques destructrices contre le patrimoine il faut parler avec véhémence et urgence.

Tritram Hunt, directeur du Victoria & Albert Museum de Londres, a déclaré que les menaces de Trump devaient être condamnées et qu’il s’agissait d’une préoccupation majeure pour la normalisation de la destruction culturelle comme objectif de guerre.

Le mépris de l’état de droit global

Andrea Prasow, directrice de Human Rights Watch (HRW) à Washington, a averti « que la menace de Trump d’attaquer le patrimoine culturel de l’Iran montre son mépris insensible pour l’état de droit global ».

« Le président Donald Trump doit retirer publiquement ses menaces contre les biens culturels iraniens et indiquer clairement qu’il n’autorisera ni n’ordonnera de crimes de guerre », a-t-il déclaré.

HRW dénonce le fait que les menaces de Trump reflètent le mépris total de son gouvernement pour les droits de l’homme, tant de la nation perse que d’autres pays.

« En refusant de condamner le meurtre brutal du dissident saoudien Jamal Khashoggi ou en pardonnant des criminels de guerre condamnés, Trump n’a guère fait preuve de respect pour les droits de l’homme dans le cadre de sa politique étrangère », a-t-il souligné.

Quels sites culturels sont en danger ?

L’Iran possède de nombreux sites historiques datant de l’Empire Persan et toute attaque perpétrée par les États-Unis contre ces sites millénaire constituerait une agression contre la culture et le patrimoine de l’humanité.

Parmi ces sites se trouvent des villes avec des monuments archéologiques, des palais, des jardins et des gravures qui sont un témoignage vivant de la civilisation persane.

Choga Zanbil

La construction du complexe Choga Zanbil, situé dans la ville sacrée d’Elam, fondée vers 1250 avant J.C., est restée inachevée après son invasion par Assurbanipal, comme en témoignent les milliers de briques retrouvées.

Ce complexe se compose de l’un des deux ziggurats qui ont été conservés jusqu’à nos jours en dehors de la Mésopotamie. En 1979, il a été classé au patrimoine mondial par l’Unesco.

Persépolis

Capitale de l’empire achéménide et fondée par Darius I en 518 avant J.C., Persépolis fut construite sur une immense terrasse, naturelle et artificielle, sur laquelle le soi-disant « roi des rois » érigeait un splendide ensemble de palais aux proportions colossales, inspiré des modèles mésopotamiens.

Ce site archéologique est unique en son genre en raison de la quantité et de la qualité des vestiges monumentaux qu’il contient, a souligné L’Impartial.

Pasargades

La ville de Pasargades, fondée au VIe siècle avant J.C. par Ciro II le Grand dans la région de Pars, berceau de l’empire persan, fut la première capitale de la dynastie achéménide.

Ses palais et ses jardins, ainsi que le mausolée de Cyrus, constituent non seulement un exemple exceptionnel de la première phase de l’art et de l’architecture achéménides, mais aussi un témoignage exemplaire de la civilisation persane.

Meidan Naqsh-e Yahán

Meidan Naqsh-e Yahán a été construite par le sah Abás le Grand au début du XVIIe siècle, la place de l’Imam est composée d’édifices monumentaux reliés entre eux par une série d’arcades à deux étages.

Ce site est célèbre pour la Mosquée Royale (ou mosquée de l’Imam), la mosquée du cheikh Lotfollah, le magnifique portique de Qeysariyé et le Palais Timúrida du XVe siècle.

Tajt-e Soleiman

Le site archéologique de Tajt-e Soleiman est situé dans une vallée du nord-ouest de l’Iran qui possède une région de montagnes volcaniques. On y trouve le sanctuaire zoroastrien le plus important et un temple de la période sassanide (VIe et VIIe siècles) dédié à la déesse Anahita.

Soltaniyeh

Le mausolée d’Ölŷeytü a été construit entre 1302 et 1312 dans la ville de Soltaniyeh, ancienne capitale de la dynastie mongole des Illinois.

Situé au nord-est de l’Iran, dans la province de Zanyan, à environ 240 kilomètres de Téhéran, ce monument est l’un des exemples les plus remarquables des réalisations architecturales perses et a joué un rôle décisif dans le développement de l’architecture islamique.

L’édifice du mausolée est octogonal et surmonté d’un majestueux double coupole de 50 mètres de haut. Recouverte de tuiles turquoises et entourée de huit minarets hauts et élancés, cette coupole est la plus ancienne de tout l’Iran.

Outre leur importante valeur symbolique, les monuments de ce site –et plus particulièrement le tracé global et la conception du temple du feu et du palais– ont eu une influence considérable sur le développement de l’architecture islamique.

Behistún

La ville de Behistún est située au bord d’une ancienne route commerciale reliant l’altiplano iranien à la Mésopotamie et conserve des vestiges archéologiques qui vont des temps préhistoriques à l’époque des iljanieux, en passant par les périodes de domination de mèdes, achéménides et sassanides.

Le monument principal de ce site archéologique est le bas-relief portant des inscriptions cunéiformes que Darius I le Grand ordonna d’exécuter lorsqu’il accéda au trône de l’Empire Perse en l’an 521 avant J.C.

Le Jardin Perse

La propriété dispose de neuf jardins qui illustrent la diversité des conceptions qui se sont développées et adaptées aux différentes conditions climatiques, tout en conservant ses racines dans les temps de Ciro le Grand, du VIème siècle avant J.C.

Le jardin persan est divisé en quatre secteurs, dans lesquels l’eau joue un rôle important, tant pour l’irrigation et l’ornementation. Cette structure a été conçue pour symboliser l’Éden et les quatre éléments zoroastriens : ciel, terre, eau et plantes.

Palais du Golestân

Le luxueux Palais du Golestân est un chef-d’œuvre de l’ère Qayar qui intègre avec succès d’anciennes techniques artisanales et architecturales perses avec des influences occidentales.

L’enceinte palatiale, l’un des plus anciens complexes architecturaux de Téhéran, a été construite autour d’un jardin avec des bassins. Les traits les plus caractéristiques du palais et de ses ornements remontent au XIXe siècle.

Après avoir découvert chacun de ces sites historiques culturels, n’importe quelle attaque placerait les États-Unis dans l’œil de l’ouragan et au centre des critiques et du rejet international. Mais il semble que Donald Trump ne mesure pas les conséquences de ses actes, ni ses menaces.

Le conflit avec l’Iran peut déclencher une guerre sanglante qui finira par déstabiliser davantage le Moyen-Orient.

Hossein Dehghan, conseiller militaire principal du leader suprême de l’Iran, l’ayatollah Khamenei, a déclaré que les tweets de Trump étaient « ridicules et absurdes » et a averti que la réponse de l’Iran « serait militaire et contre des sites militaires ».

Selon lui, si les États-Unis menacent d’attaquer les sites culturels iraniens, alors Il est certain qu’aucun personnel militaire américain, aucun centre politique américain, aucune base militaire américaine, aucun navire américain ne sera en sécurité.

«Si lui (Trump) dit 52, nous disons 300, et ils sont accessibles à nous», a-t-il averti.


Comparte ✌️

Comenta 💬