Qu’en est-il de Nayib Bukele et sa relation avec l’administration Joe Biden?

Les États-Unis ont nommé Jean Elizabeth Manes au poste de Chargé d’Affaires au Salvador, à un moment difficile pour les relations entre les deux pays, en raison des frictions croissantes entre la Maison Blanche et le gouvernement de Nayib Bukele
Publicado en

Francés

0 0


Bukele

Les États-Unis ont nommé Jean Elizabeth Manes au poste de Chargé d’Affaires au Salvador, à un moment difficile pour les relations entre les deux pays, en raison des frictions croissantes entre la Maison Blanche et le gouvernement de Nayib Bukele.

En officialisant sa nomination, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a souligné que les relations avec le Salvador sont «fondamentales» et que Washington s’attache notamment à «s’attaquer aux causes profondes de la migration».

«En nommant Jean Manes au poste de Chargé d’Affaires, nous avons le leader idéal pour notre travail avec le gouvernement, la société civile et d’autres secteurs afin de relever ces défis», a déclaré Blinken.

Sur Twitter, la fonctionnaire nouvellement nommée a réagi en exprimant sa gratitude pour cette nomination et a déclaré qu’elle était prête à «renforcer» la relation. Mais qu’est-ce qui se cache derrière ce geste ?

Un reportage de RT, écrit par le journaliste Nazareth Balbás, explique ce qui s’est passé au milieu de cette controverse croissante entre le président salvadorien et la Maison Blanche.

Début tumultueux entre Bukele et Biden

Si la relation entre Nayib Bukele et Donald Trump était presque idyllique, on ne peut pas en dire autant des liens du président salvadorien avec le nouvel occupant de la Maison Blanche. Depuis l’arrivée de Biden en janvier de cette année, les affrontements sont constants.

Au-delà des rumeurs qui ont circulé sur le refus de Biden de recevoir Bukele à Washington (démenti par le dirigeant salvadorien) ou des interrogations sur la manière dont la Maison Blanche se réfère à l’Amérique Centrale, le point le plus critique des désaccords s’est produit le 1er mai, lorsque l’Assemblée Nationale du Salvador a destitué cinq membres de la Chambre Constitutionnelle de la Cour Suprême de Justice et le Procureur Général, Raul Melara.

Le Parlement nouvellement installé, dont la majorité est composée de membres de l’assemblée favorables à Bukele, avait le pouvoir de procéder à cette suppression, mais cette décision a été remise en question par l’opposition. L’argument qu’ils avancent est que le président concentrerait les pouvoirs pour son projet.

La Maison Blanche a également rejeté cette décision, tout comme d’autres organisations internationales, et a demandé à l’administration salvadorienne de revenir sur sa décision. La réponse de Bukele a été un non catégorique. Dans les jours qui ont suivi, la suspension des pouvoirs de Bukele a été un non catégorique. Les jours suivants, la suspension de l’aide au gouvernement centraméricain par l’USAID et le détournement de fonds vers des «organisations civiles» ont fini de mettre de l’huile sur le feu.

Hier, lors d’une conférence de presse, Bukele a réaffirmé que les décisions de l’Assemblée Nationale étaient irréversibles et a souligné que son gouvernement ne demanderait pas aux États-Unis de réorienter les ressources qu’ils ont retirées aux institutions de l’État, telles que la Cour Suprême de Justice, le Bureau du Procureur Général, la Police Nationale Civile et l’Institut pour l’Accès à l’Information Publique, bien qu’il ait fait une mise en garde importante : «Lorsque l’USAID veut donner son argent, elle peut le faire, à condition de ne pas financer les mouvements politiques de l’opposition, car c’est illégal».

Dans ce contexte de friction, les États-Unis viennent d’annoncer la nomination de Manes. La déclaration sur la nomination précise qu’il s’agit d’un geste qui «reflète l’importance» des relations avec le Salvador, compte tenu du profil du diplomate, qui a 30 ans de service, «une grande expérience dans la supervision des programmes» de la Maison Blanche et «apporte des relations avec un large éventail de salvadoriens, du gouvernement, de la société civile et du secteur privé».

 Un recrutement «idéal»

La nomination de Manes n’a pas encore suscité de réaction de la part de Bukele, habitué à utiliser les réseaux sociaux pour commenter presque immédiatement toute décision ayant trait à son Gouvernement.

Toutefois, certains médias locaux ont fait l’éloge du diplomate, qui a été ambassadeur dans ce pays jusqu’à peu après l’arrivée de l’actuel président salvadorien. La Maison Blanche a d’ailleurs considéré que sa signature était dans une position «idéale».

«Ces qualités (des Manes) la placent dans une position idéale pour travailler en collaboration afin d’améliorer les conditions au Salvador et de s’attaquer aux causes profondes de la migration irrégulière», précise le texte officiel de sa nomination.

«Je tiens à réaffirmer la valeur et l’expérience incroyables que l’ambassadeur Manes apporte au Salvador», a déclaré Brendan O’Brien, qui a été chargé d’affaires dans ce pays d’Amérique Centrale au cours des cinq derniers mois et qui continuera à travailler dans la même légation diplomatique en tant que ministre-conseiller.

En plus de son séjour au Salvador, entre 2016 et 2019, Manes a également servi dans d’autres pays d’Amérique Latine comme l’Argentine, l’Uruguay et le Brésil. La diplomate dirigera désormais la mission au Salvador jusqu’à ce qu’un nouvel ambassadeur soit nommé et que le Sénat lui donne le feu vert.

Questions épineuses entre Bukele et Biden

Au cœur des tensions entre Washington et San Salvador se trouvent deux questions fondamentales : la migration et la lutte contre la corruption, que l’administration Biden a brandie comme étendard ces derniers mois pour conditionner son soutien en Amérique Centrale.

L’administration démocrate est entrée en fonction en promettant de rompre avec la politique d’immigration de son prédécesseur, qui privilégiait une approche répressive et des accords avec des pays tiers, comme le Salvador, pour faciliter les expulsions. Cependant, la crise n’a fait que s’aggraver au cours des derniers mois.

Les images de centres de détention surpeuplés et l’augmentation du nombre de mineurs non accompagnés ont compliqué la situation pour Biden, au point qu’il a nommé son second, Kamala Harris, pour diriger les efforts en la matière.

Mais c’est Harris elle-même qui a sévèrement critiqué Bukele, ce qui a compliqué la coordination sur cette question avec le président. Au début du mois, le vice-président des États-Unis a écrit : «Nous sommes profondément préoccupés par la démocratie au Salvador à la lumière du vote de l’Assemblée Nationale visant à révoquer les juges de la Cour Constitutionnelle. Un système judiciaire indépendant est fondamental pour une démocratie saine et une économie forte». Ces mots ont immédiatement suivi la décision de l’USAID, qui a justifié le retrait de son soutien en raison de «doutes accrus sur la transparence et la responsabilité».

L’escalade est passée du discours à l’action avec l’inclusion de fonctionnaires salvadoriens, dont la chef de cabinet Carolina Recinos, sur une liste de personnes «impliquées dans des actes de corruption importants».

Cependant, contrairement à ce court-circuit avec les États-Unis, il existe un pôle d’attraction avec la Chine. La semaine dernière, l’ambassade du pays asiatique au Salvador a souligné que les programmes d’assistance développés dans la nation centraméricaine sont mis en œuvre sans impliquer «aucune condition politique».

«La Chine n’a jamais utilisé dans le passé et n’utilisera pas à l’avenir l’aide étrangère pour s’ingérer dans les affaires intérieures d’autres pays, et encore moins pour son propre bénéfice. La coopération entre la Chine et le Salvador ne s’adresse pas à des tiers», indique le communiqué de la délégation diplomatique, qui fait état de l’avancement de plusieurs projets financés au pays d’Amérique Centrale, par le biais de crédits non remboursables.

Étant donné le contraste évident entre les positions des États-Unis et de la Chine sur le Salvador, l’arrivée d’un fonctionnaire comme Manes, quelques semaines après la ratification par le Parlement salvadorien de l’accord-cadre de coopération avec Pékin, suggère que Washington cherche à changer d’approche dans la relation avec Bukele. Pendant ce temps, le plus petit pays d’Amérique Centrale semble devenir un territoire disputé entre deux puissances antagonistes.

Compártelo

Comentarios