«Son âme est infectée par le trafic de drogue», le message des FARC au président de la Colombie

Les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP) ont fait une déclaration au président Ivan Duque
Publicado en

Francés

0 0


FARC

Les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie – Armée du Peuple (FARC-EP) ont fait une déclaration au président Ivan Duque. Selon lui, l’élève d’Alvaro Uribe «l’était grand la plus haute fonction de la Nation».

Il y a quelques mois, une faction de la guérilla a repris les armes après que Duque ait décidé de rompre les Accords de Paix signés en 2016. Le président a commencé à persécuter et à exécuter les guérillas qui avaient rejoint le processus de désarmement afin de se réintégrer dans la société.

Le principal protagoniste du récent message était l’ancien sénateur Iván Márquez du parti de la Force Révolutionnaire Alternative de la Commune (FARC).

Dans cette déclaration, plusieurs chefs de la guérilla ont fait référence aux événements actuels en Colombie. Ils en ont profité pour exiger la démission de Duque, ainsi que celle de sa vice-présidente,Marta Lucía Ramírez.

FARC-EP

Outre Marquez, les autres dirigeants qui ont signé le communiqué sont Jesus Santrich, El Paisa, Aldinever Morantes, Walter Mendoza et Romaña. Tous ont dénoncé le fait que le Duque «a une âme infectée par le trafic de drogue, la fraude électorale et l’achat de votes ; et ses mains sont tachées de sang».

Dans la missive, ils qualifient la période du duc, «au nom d’Uribe», de malédiction qui porte atteinte à l’avenir du pays, de manière irrationnelle et absurde.

Selon Márquez et compagnie, récemment, la Colombie attendait avec impatience la possibilité d’inaugurer une nouvelle ère de paix. Mais, «le Gouvernement Duque-Uribe a fait de la destruction du plus beau rêve des Colombiens l’objectif principal de sa stratégie».

Duque y Uribe
Uribe et Duque avec «Ñeñe» Hernández

«Duque et Uribe sont un couple de fous en liberté»

Pour les subversifs, décrit le journal El Espectador, Duque et Uribe sont «un couple de fous en liberté» qui agissent contre le bon sens. Tous deux ne se contentent pas de «mettre le feu au pays», mais cherchent aussi, «sous la pression de Washington», à mettre le feu au quartier : le Venezuela.

«Cette guerre que nous vivons est imposée par des esprits criminels qui croient qu’en détournant l’attention de ses horreurs, ils pourront faire sombrer la responsabilité d’Alvaro Uribe dans des décennies de violence paramilitaire soutenue par l’État dans le fossé de l’impunité et de l’oubli, et simultanément éclipser la vérité de ses alliances avec le trafic de drogue».

Le groupe explique dans la lettre que le trafic de drogue et le paramilitarisme ont des missions claires au sein du gouvernement Duque. «Faire obstruction à la justice, voler le trésor public, donner libre cours à la corruption, à la dépossession violente des terres et à l’impudence de gouverner uniquement au profit des puissants».

protesta

Même, explique les FARC, «Uribe a dû allumer des bougies sur l’autel de son cœur pour remercier Pablo Escobar, les Ochoa Vasquez, Chapo Guzmán ?… et le gouvernement des États-Unis qui le protège».

Dans cette ligne, ils avertissent que la Colombie «sait très bien» que Duque a été élu président «grâce à l’argent du trafic de cocaïne». Ils font également référence au défunt éleveur de bétail qui a fait l’objet d’une enquête pour trafic de drogue, José Ñeñe Hernández, qui a été assassiné au Brésil en 2019. Ce personnage, dans plusieurs audios ayant fait l’objet de fuites, parle d’un prétendu achat de votes au profit de l’élection de Duque.

Les FARC affirment également que Ñeñe Hernández était «un ami d’Uribe, de Duque, des généraux anti-drogue et d’autres qui ont mis des avions de l’armée de l’air à sa disposition pour qu’il puisse passer en toute sécurité».

Ils condamnent également le fait que l’exécutif poursuive «vicieusement» le pauvre paysan cocatier. Alors que, d’autre part, il embrasse le capo, «chante et danse avec lui, et l’invite même au Palais» de Nariño, le siège de l’Exécutif.

protesta FARC

FARC : Le duc doit partir

Pour toutes ces raisons, les FARC insistent sur le fait que Duque doit «quitter la présidence plus tôt». La raison ? Ils affirment qu’il s’agit d’un «dirigeant illégitime» – pour avoir acheté des votes et versé des pots-de-vin – qui «s’est vu confier la plus haute fonction de la nation».

Ils ajoutent également que Duque veut semer le chaos en détruisant l’équilibre des pouvoirs. «En faisant preuve de mépris et en remettant publiquement en cause les décisions de la Cour Suprême de Justice».

Le groupe rebelle, qui se bat depuis plus de 60 ans pour un changement politique, se réfère également à l’arrêt de la Cour Suprême contre Uribe. L’ancien président est lié à la corruption, aux pots-de-vin et aux crimes contre l’humanité. Précisément, la plus haute cour a ouvert une enquête contre lui en juillet 2018, mais pour avoir soudoyé des témoins qui le lient au paramilitarisme afin de changer son histoire.

Les FARC ont également mentionné la décision qui oblige le Ministère de la Défense à présenter des excuses aux parents des victimes d’abus policiers et militaires. Le cas le plus récent est celui de l’avocat, Javier Ordoñez, tué par la brutalité des agents de sécurité.

marcha contra asesinatos

De plus, le groupe avertit que le Gouvernement «veut effacer les mobilisations sociales qui secouent le pays» car «la Colombie ne veut plus de la dictature».

«Plus de tolérance avec Iván Duque, nous devons fermer la voie à la tyrannie, à l’inaptitude et au mauvais gouvernement. Le coronavirus, qui l’avait sauvé de la colère et de l’indignation populaire déversées dans les rues, ne sert plus à apaiser le mécontentement. Et encore moins ses apparitions quotidiennes ennuyeuses et insultantes à la télévision», déclare les FARC.

Ils n’ajoutent que les «mots hypocrites» de Duque «ne sont d’aucune utilité». «Le Gouvernement, au lieu d’aider les pauvres en confinement et sans nourriture, a aidé les hommes d’affaires qui ont tout. Il n’a même pas distribué de nourriture gratuite dans les quartiers populaires».

DDHH FARC

Duque et Uribe veulent seulement sauver l’impunité

Ils précisent également que Duque «veut que Samson et tous les philistins meurent», tant qu’il peut sauver Uribe de la prison et des sanctions judiciaires. «Non pas tant à cause de son statut de tsar des faux témoins, mais à cause de ses crimes contre l’humanité».

Les guérilleros avertissent la Colombie que Duque, Uribe et le parti du Centre Démocratique ont l’intention de «dynamiter avec mépris de la Cour». Ensemble, ils tentent d’imposer une réforme judiciaire qui leur permettra de construire un bras institutionnel qui garantira l’impunité de leur patron politique et la reddition à leur cabinet du diable.

D’autre part, les FARC-EP affirment que la Colombie «ne veut pas d’un gouvernement de faction». Au contraire, ils veulent une coalition «véritablement démocratique, inclusive, du peuple et pour le peuple, d’une coalition démocratique qui garantisse la paix».

«Sans trahison, qui donne des titres fonciers aux paysans, avec une réforme politique et une chancellerie de paix et de fraternité avec l’Amérique Latine», ajoutent-ils.

Pour ce faire, ils affirment que la Colombie doit éliminer la corruption et commencer à écouter les secteurs sociaux tels que les femmes, les étudiants et les indigènes.

De même, ils soutiennent que le peuple doit insister sur les protestations, les manifestations de rue et un appel commun à un changement de gouvernement.

Vicepresidenta
Marta Lucía Ramírez

Les FARC «à prendre dans la rue»

«Pour sortir de la mauvaise période de la pandémie», la Colombie doit descendre dans les rues avec des marches, des sit-in et des repas-partage pour crier son mécontentement contre le mauvais gouvernement. Les FARC avertissent également qu’elles doivent prôner la fin de la répression, le respect constitutionnel de la protestation sociale et la punition des responsables des «massacres de citoyens non armés à Bogota».

Le groupe préconise également de mettre fin à l’extermination des dirigeants sociaux, des paysans, des indigènes et des anciens combattants, ainsi que de clarifier complètement la «ñeñepolitique».

«Révocation de tous ceux qui sont corrompus par les gains mal acquis de la Ñeñe Hernández aujourd’hui liés à l’Exécutif, au Législatif et au Judiciaire. Cela devrait commencer par la vice-présidente, Marta Lucía Ramírez, en raison de ses liens avec le paramilitarisme et avec le mafioso et le blanchisseur d’argent, Memo Fantasma», demandent-ils.

Colombia FARC

«Plus d’impunité pour Alvaro Uribe, violent accapareur de terres et auteur des crimes les plus horribles contre l’humanité», disent-ils.

Les guérillas concluent leur lettre par un appel à l’unité et demandent la «fin de l’impunité avec une sanction judiciaire exemplaire» pour les maisons politiques du calibre des Char, les Gerlein. Aussi pour «tous les criminels qui sont restés en politique par la fraude électorale et l’achat de votes. Prison et perte des droits politiques pour ceux dénoncés par Aida Merlano».

Fin août 2019, un an après sa disparition de l’Espace Territorial et de Réincorporation de Miravalle (Caquetá), l’ancien négociateur en chef de la paix Iván Márquez est réapparu pour annoncer au monde que les FARC-EP renaissaient, produit de ce qu’il a appelé dans son discours «la trahison de l’Accord de Paix» signé entre le gouvernement de Juan Manuel Santos et la guérilla à Cuba fin 2016.

Compártelo

Comentarios