viernes, abril 10, 2020

Cuba arrête COVID-19 malgré le blocus criminel américain

Une délégation technique spécialisée de l'île des Caraïbes est arrivée au Venezuela dimanche soir 15 mars pour soutenir la stratégie de confinement des coronavirus

La révolution à Cuba a permis aux secteurs de la santé et de la science de réaliser des progrès continus en médecine. Plusieurs cas en sont la preuve et pour lutter contre des maladies graves qui ont fait des millions de morts dans le monde. 

Parmi les plus importants, nous pouvons mentionner les traitements les moins efficaces pour prévenir la transmission mère-enfant du VIH-SIDA, contre le cancer du poumon, le pied diabétique et récemment l’antiviral pour traiter le coronavirus COVID-19.   

Malgré le fait que la petite île souffre du blocus le plus sanglant de l’histoire, imposé par le régime autoritaire des États-Unis, les progrès de la médecine cubaine témoignent du travail acharné de la Révolution , non seulement pour sauter les dégâts contre la population de produits du blocus, mais aussi de partager leurs contributions au profit de la planète. 

C’est ainsi que Cuba a réussi à produire l’interféron alpha 2B, un médicament développé par le Centre de génie génétique et de biotechnologie (CIGB), déjà utilisé par la Chine pour traiter ses patients atteints de coronavirus avec des résultats positifs et qui a suscité un intérêt pour l’achat d’al moins 15 pays touchés par la pandémie qui sévit dans plus de 150 pays.   

« L’interféron est un produit thérapeutique, ce n’est pas un vaccin », a confirmé Eduardo Martinez, président du groupe industriel d’État BioCubaFarma, chargé de produire le médicament qui remplace les défenses humaines. 

Dans des déclarations au portail Cubadebate, Martinez a rappelé que, selon l’association pharmaceutique chinoise -dans trente options- « parmi les propositions (pour lutter contre le coronavirus) le premier produit de l’action antivirale recommandée est l’interféron ».

Martinez a expliqué que grâce aux accords et à la coopération préétablie entre la Chine et Cuba, le médicament est également fabriqué par la coentreprise Changchun Heber Biological Technology , située à Jilin, en Chine, ce qui a facilité sa disponibilité pour le traitement. 

« C’est un médicament que nous avons toutes les capacités de fournir au système national de santé à Cuba et en Chine ».

Pour sa part, le directeur du (CIGB), Eulogio Pimentel, il y a une quinzaine de pays intéressés à acquérir le produit en Amérique latine, en Europe, en Afrique et en Asie

Nous avons un « inventaire d’interféron de produits finis, pour les cas qui peuvent apparaître à Cuba sur une période de trois à six mois. Et, en cours, nous avons un inventaire équivalent pour traiter tous les infectés qui se sont produits en Chine », a déclaré Pimentel. 

Dans les épidémies d’autres coronavirus et le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), des interférons ont été utilisés pour la prévention et le traitement, a expliqué la vice-présidente du CIGB, Marta Ayala.

« Les interférons sont des molécules que le corps produit lui-même face aux attaques virales. C’est une première défense naturelle du système immunitaire pour lutter contre l’entrée du virus et l’inhiber », a-t-il expliqué. 

Mais le coronavirus, au lieu d’induire la production d’interférons, le diminue . « À certains égards, l’administration d’interféron de l’extérieur pourrait être une approche correcte au milieu de la gamme de traitements utilisés », a-t-il déclaré. 

Le médicament est administré par voie injectable, mais en Chine, il a été appliqué par nébulisation, « car il s’agit d’une voie rapide vers les poumons et agit au stade précoce de l’infection », a ajouté Ayala.

Cuba offre son soutien au monde

Vendredi dernier, le 13 mars, le Royaume-Uni a demandé aux autorités cubaines le permis d’amarrage dans un port cubain du navire de croisière MS Braemar , sur la ligne Fred Olsen, avec un petit nombre de voyageurs affectés par le nouveau coronavirus (SARS CoV 2 / Covid-19), et leur rapatriement par voie aérienne. 

Compte tenu de l’urgence de la situation et des risques pour la vie des personnes malades, La Havane a autorisé l’accostage du bateau et a adopté les mesures sanitaires mises en place pour accueillir les citoyens à bord, selon les protocoles établis par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Ministère Cubain de la Santé Publique. 

« En collaboration avec les autorités britanniques, il a été organisé qu’une fois les croisiéristes arrivés sur le territoire national, ces voyageurs procéderont au retour sûr et immédiat au Royaume-Uni sur des vols charters par les compagnies aériennes vers ce pays », a déclaré le gouvernement.

« C’est une période de solidarité, de compréhension de la santé en tant que droit de l’homme, de renforcement de la coopération internationale pour faire face à nos défis communs, valeurs inhérentes à la pratique humaniste de la Révolution et de notre peuple », a rapporté le Ministère des Relations. Étranger de Cuba, à travers une déclaration.

Non seulement le Royaume-Uni a demandé de l’aide à Cuba, mais d’autres pays comme le Chili, l’Italie, l’Espagne, plusieurs pays des Caraïbes et le Venezuela, entre autres. 

Samedi dernier, ce sont les autorités sanitaires de Lombardie, en Italie, qui ont demandé la présence de personnel médical cubain pour lutter contre le coronavirus 2019.  

De même, la Jamaïque, Saint-Kitts-et-Nevis et Saint-Vincent-et-les Grenadines. À cet égard, le Premier ministre jamaïcain, Andrew Holness, qui a déjà interdit l’entrée de personnes en provenance du Royaume-Uni, a indiqué sur son compte Twitter que 21 infirmières cubaines arriveront sur l’île des Caraïbes dans les prochains jours, bien qu’elles en aient besoin d’environ 100 à faire face à la nouvelle maladie, qui a déjà fait plus de 5 000 morts dans le monde. 

«Nous élargissons le personnel pour faire face à ce que nous espérons. Le 24 mars, 21 infirmières spécialisées arriveront de Cuba. Nous cherchons à en obtenir environ 100 », a-t-il noté dans son tweet.

Il n’a ajouté que son gouvernement, qui a confirmé huit personnes touchées par COVID-19, « fait tout son possible pour arrêter la propagation du virus ».

Relacionado:  The Nation : Le Pentagone savait il y a des années qu'un coronavirus approchait

De même, Terrance Drew, expert en matière de santé du Parti travailliste d’opposition (SKNLP) de Saint-Kitts-et-Nevis, a déclaré vouloir demander aux autorités cubaines « de l’aide pour créer une infrastructure et un plan de traitement des personnes infectées ».

Une demande similaire a été présentée par les autorités de Saint-Vincent-et-les Grenadines.

En Italie, responsable de la santé dans la région nord de la Lombardie ont signalé que demandé au personnel médical de plusieurs des pays à coronavirus de combat.    

Le ministre lombard de la Santé, Giulio Gallera, a expliqué lors d’une conférence de presse ce samedi que les agents de santé étrangers proviendront du « Venezuela, de la Chine et de Cuba ».

« De toute évidence, nous leur donnerons un endroit où vivre parce que nous avons besoin des compétences de chacun », a-t-il déclaré.

L’Italie a un record supérieur 2.500 décès au total plus de 31.000 cas confirmés . Sur ce total, près de 1 000 décès sont survenus en Lombardie et plus de la moitié des personnes infectées enregistrées au niveau national sont originaires de cette région.

Cuba soutient le confinement de COVID-19 au Venezuela

Une délégation technique spécialisée de Cuba est arrivée au Venezuela dimanche soir 15 mars pour soutenir la stratégie de confinement de COVID-19.  

Relacionado:  Maintenant ou jamais ! Avertissement de l'OPS selon lequel COVID-19 pourrait sauver des vies en Amérique

« Nous venons avec la charge de notre pays, de notre gouvernement, d’évaluer le niveau de préparation et de protection de nos coopérateurs et d’échanger nos expériences dans l’élaboration du Plan national qui est mis en œuvre aujourd’hui à Cuba », a déclaré le Dr José Ernesto Betancourt Lavastida, Directeur de la défense et de la défense civile du ministère de la Santé publique (Minsap). 

Avec la brigade médicale cubaine, le groupe de travail évaluera « comment la protection du peuple vénézuélien, la préparation des institutions et la communication sociale risquée sur cette maladie peuvent être améliorées », a rapporté Betancourt. 

«Je suis accompagné de cinq spécialistes de haut niveau technique et professionnel dans leurs compétences respectives: deux spécialistes en médecine intensive, un épidémiologiste et un microbiologiste-virologue de l’Institut de médecine tropicale Pedro Kourí, où les principales actions de surveillance épidémiologique, d’isolement et de le traitement de nos patients, y compris les quatre cas confirmés que nous avons dans le pays et qui progressent de manière satisfaisante », a expliqué le médecin cubain.

Betancourt a également souligné que Luis Herrera, directeur fondateur du Centre de génie génétique et de biotechnologie de La Havaneest également venu à Caracas, qui «vient évaluer la pertinence et les possibilités d’utilisation des médicaments cubains dans le but de lutter contre cette maladie».  

Pour sa part, Rander Peña, vice-ministre vénézuélien de l’Amérique Latine, qui accompagnait la délégation, a salué ce premier avant-poste de spécialistes cubains qui, solidaires et en partenariat, viendront en aide au peuple sud-américain.

Le gouvernement du Venezuela a indiqué que, à ce jour, 36 personnes infectées par le COVID-19 ont été détectées dans huit États du pays. Tous les cas importés, la grande majorité en provenance d’Europe et quelques autres provenaient de Colombie.

Depuis le vendredi 13 mars dernier, les infections au Venezuela se sont produites comme suit sur des jours consécutifs : 2, 8, 7, 16 et 3.

Coronavirus à Cuba

Au cours des dernières 48 heures, Cuba n’a signalé aucun nouveau cas de Covid-19. Les quatre patients détectés restent hospitalisés, évoluent de façon satisfaisante et se voient garantir les ressources pour leur rétablissement ; tandis que les actions de contrôle ciblées nécessaires pour empêcher la propagation de la pandémie dans le pays se poursuivent. 

L’information, offerte ce dimanche lors d’une conférence de presse et citée par Cubadebate, est venue du Dr Carmelo Trujillo Machado, chef du Département du Contrôle Sanitaire International du Minsap, qui a souligné que la mise en œuvre des mesures établies pour la prévention et la confrontation du nouveau coronavirus se poursuit et il travaille en étroite collaboration avec les organismes de l’administration centrale pour parvenir à contenir la maladie.  

Pour sa part, le président cubain, Miguel Díaz-Canel Bermudez, a souligné que la population et les autorités ont besoin de se conformer aux mesures indiquées pour faire face à la pandémie et de ne pas baisser la garde face au danger que l’expansion de COVID-19 continue de poser.

Lors d’une réunion de travail, le président a appelé la population à être responsable, à éviter les activités impliquant des foules et à consulter un médecin pour tout symptôme respiratoire.  

Selon ce qui a été révélé lors de la réunion, jusqu’à présent, les contacts directs des quatre personnes infectées sur l’île sont toujours sous surveillance active, sans incident pour l’instant.

La situation, a déclaré Díaz-Canel, est restée stable car nous avons pris des mesures et «on ne peut pas devenir incontrôlable ». Nous devons travailler différemment, car la situation dans le monde devient de plus en plus complexe. 

Le chef de l’État a estimé qu’il était prioritaire pour les médecins de famille et les infirmières de venir à domicile pour soigner les infections respiratoires à temps, notamment le week-end, lorsqu’il y a plus de monde à domicile. Il a ajouté que la recherche dans les centres de travail et d’étude devrait être maximisée. 

Le président a averti la population de rester informée par les voies officielles et donc de ne pas laisser la place aux fausses et mauvaises nouvelles. Sur les réseaux sociaux, il a ajouté : «La réalité cubaine et ce que nous faisons sont déformés. Les informations officielles, données avec sérieux et responsabilité, proviennent du ministère de la Santé publique».  

À Cuba, 259 patients sont admis en surveillance épidémiologique : 90 étrangers et 169 Cubains.

Surveillance épidémiologique

Pour sa part, le ministre de la Santé, José Angel Portal Miranda, a expliqué que 259 patients sont admis pour surveillance épidémiologique : 90 étrangers et 169 Cubains. Depuis le 25 Janvier, ils ajoutent 272 le revenu et les a suivi dans les soins primaires à 15,793 personnes. 

Il a expliqué que les études sur d’autres virus respiratoires se sont poursuivies, la plupart étant positives pour la grippe A, qui est un indicateur normal à cette époque de l’année. Pour COVID-19, 51 patients ont été étudiés, avec quatre positifs

Portal Miranda a insisté sur le fait qu’un contrôle est également maintenu sur les contacts des personnes confirmées avec le nouveau coronavirus, à la fois des trois premiers Italiens et du patient cubain de Villa Clara. Parmi ces derniers, il a indiqué que ses deux contacts directs, dont une fillette d’un an, étaient négatifs au test. 

Concernant l’organisation des soins médicaux, il a mis à jour que 1 442 lits sont ouverts dans 11 hôpitaux et 867 dans 10 centres d’isolement. En outre, 175 ambulances ont été affectées au transfert de patients suspectés ou confirmés, avec une équipe formée à la gestion de ces cas. 

Le ministre a souligné qu’il existe une collaboration médicale internationale dans 23 pays qui ont aujourd’hui la transmission du nouveau Coronavirus, et jusqu’à présent aucun problème n’a été signalé avec eux. Les brigades médicales sont formées au traitement du COVID-19.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >
4,317,853FansMe gusta
395,239SeguidoresSeguir
394,568SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Dona a El Ciudadano Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Chile, Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

#Covid 19 SARS-COV2

Los Más Leídos