De la rhétorique à la fermeture du consulat : quatre jours intenses dans les relations China-État-Unis

Les relations bilatérales se sont encore détériorées ces dernières semaines, après que Washington adoptera une position plus ferme et fera pression sur ses alliés pour qu’ils agissent de même

176

Du 21 au 24 juillet, les gouvernements chinois et américain ont intensifié la guerre imprévisible «tiède» dans laquelle ils se sont engagés depuis l’arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche en 2017. Depuis Washington, sanctions unilatérales, les tarifs abondent aux importations, aux accusations d’espionnage, au vol d’informations et aux menaces supposées à la sécurité du pays nord-américain. Mais, maintenant, le conflit est passé au niveau diplomatique.   

Les tensions entre les deux pays se sont fortement intensifiées ce mercredi 22 juillet, après la fermeture unilatérale par l’administration Trump du consulat chinois à Houston, au Texas. Cette fois, l’excuse était «protéger la propriété intellectuelle américaine et les informations privées». 

Washington soutient que ce consulat du Texas, qui couvre plusieurs États du sud, est un «centre d’espionnage». «Le président Trump en a assez dit. Nous n’allons pas laisser cela continuer à se produire», le secrétaire d’État Mike Pompeo a déclaré du Danemark. 

Selon le responsable, cette décision reflète la décision américaine de moins tolérer le comportement chinois. «Nous établissons des attentes claires sur la façon dont le Parti Communiste Chinois se comportera, et quand ce ne sera pas le cas, nous prendrons des mesures qui protègent le peuple américain, notre sécurité nationale ainsi que notre économie et notre emploi».

Le consulat chinois à Houston, au Texas.

Attaques continues

Le même jour, la porte-parole du Département d’État, Morgan Ortagus, a déclaré : «Les États-Unis ne toléreront pas les violations de la souveraineté et l’intimidation de notre peuple par la République Populaire de Chine, et nous n’avons pas non plus toléré leurs pratiques commerciales déloyales, le voler des emplois américains et d’autres comportements flagrants».

L’attaque a été poursuivie par le sénateur républicain de Floride Marco Rubio, chef du Comité du Renseignement. «C’est une sorte de nœud central d’une opération d’espionnage massive : espionnage commercial, espionnage de défense (…) Dans de nombreux cas, ils utilisent des hommes d’affaires pour tenter d’influencer les membres du Congrès et d’autres dirigeants politiques au niveau de l’État et local»  

Cependant, la veille – le mardi 21 juillet – le gouvernement américain a accusé deux citoyens chinois d’avoir tenté de voler une enquête présumée pour créer un vaccin contre la maladie COVID-19. Quelque chose d’assez improbable, puisque le développement de ce vaccin est beaucoup plus avancé dans la nation asiatique que dans la nation américaine.  

À cet égard, le directeur du Federal Bureau of Investigation (FBI), Christopher Wray, a déclaré que la Chine est «la plus grande menace à long terme pour l’information et la propriété intellectuelle de notre nation et pour notre vitalité économique». Cette accusation était le bâillon de ce qui allait arriver.

Le porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères Wang Wenbin.

Comment la Chine a répondu

Le mercredi 22 juillet, Pékin a qualifié la fermeture de son consulat d’escalade «sans précédent» et «scandaleuse» et a menacé de représailles. «La Chine condamne fermement un mouvement si scandaleux et injustifié qu’il sabotera les relations entre la Chine et les États-Unis», a déclaré le porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères Wang Wenbin. 

Il a également dénoncé que la mesure «viole gravement le droit international et les règles fondamentales qui régissent les relations internationales, viole gravement l’accord consulaire bilatéral entre la Chine et les États-Unis et porte délibérément atteinte aux relations sino-américaines».  

«Nous exhortons les États-Unis à revenir immédiatement sur leur décision erronée, car sinon la Chine prendra des mesures réciproques, légitimes et nécessaires», a déclaré Wenbin, dans une sorte d’avertissement ou de menace. 

Le porte-parole a également accusé les autorités américaines d’avoir attaqué ses diplomates, notamment d’ouvrir ses «valises» (porte-documents, sacs à dos) sans autorisation «plusieurs fois» et de confisquer des articles à des fins officielles. 

Concernant les allégations «d’activités d’infiltration et d’ingérence» présumées par des diplomates chinois, Pékin a nié ces allégations et a répondu simplement et ironiquement : «Si nous comparons les deux pays, il est trop évident de savoir lequel est impliqué dans l’ingérence, l’infiltration et confrontation», en référence claire au pays nord-américain.  

Jeudi 22 juillet, la mission diplomatique chinoise à Washington a dénoncé «qu’en raison d’une stigmatisation délibérée et téméraire et d’une incitation à la haine de la part des États-Unis, l’ambassade de Chine a reçu des menaces contre la sécurité des missions diplomatiques chinoises et du personnel en plus d’une occasion». 

 Relations brisées et tendues

Les relations bilatérales entre les deux pays se sont encore détériorées ces dernières semaines, après que Washington ait pris une position plus radicale contre la Chine et exercera des pressions sur ses alliés pour qu’ils agissent de la même manière.  

Avant la fermeture du consulat, les autorités américaines ont délibérément entravé le travail du personnel diplomatique et consulaire chinois ; En plus d’intimider et d’interroger les jeunes chinois qui étudient dans le pays nord-américain, de confisquer leurs appareils électroniques personnels et même de les détenir sans justification. 

En ce sens, Pékin assure que «les missions diplomatiques chinoises ont toujours maintenu l’engagement de promouvoir la compréhension mutuelle et l’amitié entre les deux peuples». De même, il défend qu’ils aient toujours adhéré au principe de non-ingérence dans les affaires intérieures d’autres pays.  

Mercredi 22 juillet, les médias d’État chinois ont suggéré la possibilité de fermer les consulats américains, de publier un sondage sur Twitter et de demander aux utilisateurs de choisir entre des missions à Hong Kong, Chengdu, Guangzhou ou autres. 

La contre-réponse de Trump

Au milieu de la rhétorique, le président Donald Trump a déclaré lors d’une conférence de presse, offerte jeudi 23 juillet à la Maison Blanche, qu’il sera «toujours possible» d’ordonner la fermeture de plus de consulats chinois.    

Relacionado:  Chaos et mensonges en Équateur : pourquoi ne pas croire les chiffres de Lenín Moreno sur Covid-19 ?

Puis, et sans preuve à montrer, il a déclaré qu’un incendie avait été observé au consulat chinois à Houston après que le département d’État a accordé un délai de 72 heures pour sa fermeture. «Je suppose qu’ils brûlaient des documents et des papiers», a déclaré Trump.  

Précisément, la tension croissante qui domine ces relations bilatérales est principalement responsable de Trump et de son complexe d’impulsivité et de supériorité. Il est un promoteur et un défenseur de la guerre commerciale et technologique, des disputes sur la gestion de la pandémie et de la polémique médiatique sur la nouvelle loi de sécurité chinoise imposée à Hong Kong. 

Et l’action réciproque est venue

Vendredi 24 juillet, Pékin a ordonné aux États-Unis de fermer immédiatement leur consulat dans la ville de Chengdu, province du Sichuan, au sud-ouest du pays asiatique. L’agence d’État de Xinhua a rapporté que le gouvernement Xi Jinping avait décidé de «retirer son consentement pour la création et le fonctionnement du consulat général du pays américain à Chengdu».  

«La mesure prise par la Chine est une réponse légitime et nécessaire à l’acte injustifié des États-Unis. La décision est conforme au droit international, aux règles fondamentales des relations internationales et aux pratiques diplomatiques coutumières», lit-on en partie dans le communiqué. 

Au milieu du conflit, le gouvernement chinois a de nouveau exhorté Washington «à revenir immédiatement sur sa mauvaise décision et à créer les conditions nécessaires pour remettre les relations bilatérales sur les rails».

Trump et sa «vieille loi occidentale»

Le vendredi 24 juillet, le porte-parole du Conseil National de Sécurité, John Ullyot, a déclaré : «Nous exhortons le PCC (Parti Communiste Chinois) à cesser ces actions malveillantes, plutôt que de lancer des représailles œil par œil». Cependant, les actions de l’administration Trump ignorent ses propres déclarations.

Une heure à peine après la mesure prise par Pékin, de nombreux utilisateurs ont rapporté sur les réseaux sociaux qu’un groupe d’hommes, prétendument des responsables américains, avait forcé la porte dérobée du consulat chinois à Houston. L’agence Reuters a rapporté que le personnel diplomatique avait à peine quitté le siège, suite à l’ordre de Washington.

Selon le Houston Chronicle, des responsables fédéraux présumés ont accédé à l’installation en utilisant des outils électriques pour ouvrir la porte arrière après trois tentatives infructueuses pour obtenir d’autres revenus. En outre. Ils ont refusé de répondre qui ils étaient lorsqu’ils ont été approchés par des journalistes présents sur les lieux. Finalement, ils se sont retirés, mais pas avant de fermer les portes du consulat avec un cadenas.  

Ce même vendredi 24 juillet, Reuters a également rapporté qu’un haut responsable du ministère de la Justice avait confirmé que l’étudiant asiatique qui s’était réfugié au Consulat de Chine à San Francisco était détenu aux États-Unis et qu’il serait présenté au tribunal ce vendredi.

L’enquêteur Juan Tang, ainsi que trois autres citoyens chinois arrêtés cette semaine, est accusé de «fraude aux visas» pour avoir prétendument menti au sujet de son appartenance aux forces militaires de la République Populaire de Chine pays qui mènerait des recherches à l’Université de Californie.

En outre, le FBI enquête sur d’autres titulaires de visa, dans au moins 25 villes, soupçonnés d’avoir des liens avec l’armée chinoise. Chaque accusé de fraude de visa encourt jusqu’à dix ans de prison et une amende pouvant atteindre 250.000 dollars.

Plus de mensonges

Le porte-parole Wang Wenbin a également condamné mercredi les fausses allégations de certains politiciens américains selon lesquelles le nouveau coronavirus proviendrait du Laboratoire National de Biosécurité de l’Institut de Virologie de Wuhan. 

«Le laboratoire dispose d’installations de biosécurité de haut niveau et d’un système de gestion strict. Tous les chercheurs doivent suivre une formation théorique et opérationnelle systématique et obtenir une qualification et une approbation avant d’entrer dans le laboratoire», a déclaré Wang.

Le diplomate regrette que «quelques hommes politiques aux États-Unis aient répandu des rumeurs et prétendaient même disposer ‘d’une grande quantité de preuves’ pour étayer leur soi-disant ‘vérité’ qui montre qu’ils n’ont aucune morale du tout», a déclaré une note de Xinhua.  

«En parlant de vérité, nous espérons que le gouvernement américain dira la vérité sur des questions comme le Laboratoire Biologique de Fort Detrick et offrira une explication au peuple américain et à la communauté internationale», a-t-il contesté.  

Enfin, il a souligné que Pékin avait toujours partagé des informations avec la communauté internationale de manière ouverte, transparente et responsable, favorisant à son tour la coopération mondiale dans la lutte contre le COVID-19 et offrant assistance et soutien à d’autres pays.  

L’un de ces pays est la Russie, une puissance militaire comparable aux États-Unis. Le gouvernement de Vladimir Poutine a réitéré à maintes reprises son soutien sans restriction à Pékin et son rejet de la campagne antichinoise promue par Washington sur la base de la peur. 

À cet égard, ce vendredi 24 juillet, María Zajarova, porte-parole de son Ministère des Affaires Étrangères, a déclaré : «Les propos de Mike Pompeo, sur la possibilité d’entraîner Moscou dans la campagne américaine contre la Chine, sont une autre tentative naïve de compliquer l’association russo-chinoise (…) Cette position ne fait que renforcer notre intention de renforcer encore les liens avec la Chine, un pays que nous considérons comme un facteur crucial de stabilisation du monde.