martes, febrero 25, 2020

La Bolivie d’Evo Morales: comment le pays le plus pauvre du monde est devenu l’économie la plus stable de la région

En 2005, la Bolivie avait une économie très modeste et arriérée, souffrait de conflits sociaux et politiques, de niveaux élevés de pauvreté, de désintégration routière et d’exclusion et de discrimination sociale et raciale à l’égard des autochtones

Le président élu de la Bolivie, Evo Morales, a été victime d’un coup d’État le 10 novembre dernier, dans un complot qui a bénéficié de la complicité des chefs de l’armée et de la police nationale, des groupes chrétiens, la droite de ce pays, l’ambassade des États-Unis et l’Organisation des États Américains (OEA).

Le coup a eu lieu quelques jours après qu’il ait remporté sa quatrième élection présidentielle consécutive au premier tour, et juste au moment où la nation sud-américaine se consolidait comme l’économie la plus stable du continent, C’est précisément grâce au plan de gouvernement que le chef de l’État autochtone a mis en place depuis son accession au pouvoir en 2006.

Comme l’explique le journal La République, « la Bolivie est l’économie la plus solide de la région malgré sa petite taille, son produit intérieur brut (PIB) n’étant que d’environ 40 milliards de dollars (par exemple, le PIB de Bogota dépasse 72 milliards de dollars). Ce PIB est plus de quatre fois plus élevé qu’en 2006 ».

Le journal Granma rappelle que pour 2005 La Bolivie avait une économie très petite et arriérée, souffrait de conflits sociaux et politiques, de niveaux élevés de pauvreté, de désintégration routière et d’exclusion et de discrimination sociale et raciale à l’égard des autochtones.

Treize ans plus tard, le pays se distingue grâce aux politiques nationalistes, étatistes et sociales de Morales, qui ont permis une croissance sans précédent, réduction de la pauvreté, construction de routes, stabilité sociale et participation politique des jeunes, des femmes et des autochtones.

Économie socialiste

En 2005, le PIB de la Bolivie s’élevait à 9 milliards 549 millions de dollars, chiffre qui a été multiplié par 40 milliards 288 millions de dollars en 2018. Par rapport à la croissance du PIB par habitant, il était de 2,5 % en 2005 et de 2,7 % à la fin de 2018, selon le journal La Razón.

Selon les chiffres officiels, l’économie bolivienne a progressé d’environ 3,5 % en 2019, devenant l’une des plus stables de la région, malgré un ralentissement après le coup d’État. En outre, la croissance économique a été en moyenne de près de 5 % par an entre 2004 et 2014.

Aujourd’hui, selon le Fonds monétaire international (FMI), bien que les projections du PIB aient baissé de 0,1 point de pourcentage, la Bolivie est devenue l’économie qui a enregistré la plus forte croissance à la fin de 2019, avec une projection de 3,9 %.

Dans le même temps, le journal chilien La Tercera rapporte que la croissance moyenne de 4,9 % par an au cours des douze dernières années dépasse de loin la moyenne régionale de 2,7 %.

De même, l’agence de presse latinoaméricaine affirme que le plus impressionnant pour un pays situé avant 2006 parmi les plus pauvres de la région, c’est qu’au cours des quatre dernières années, il est devenu le leader sud-américain de la croissance économique.

Autres indicateurs économiques

« L’explication est simple : résultat de la nationalisation des ressources en hydrocarbures et des ressources minières, l’investissement public est passé de 629 millions de dollars en 2005 à plus de 7,1 milliards de dollars à la fin de 2018 », explique la Prensa Latina.

Avant l’arrivée d’Evo au pouvoir, l’inflation en Bolivie était proche de 5 %, tandis que 2018 était tombée à 1,5 %, soit une baisse de plus de 60 %, selon l’Institut national de la statistique (INE), tandis que le marché du travail se renforce.

C’est précisément en Bolivie que le taux de chômage est le plus faible d’Amérique du Sud. En 2005, cet indicateur était de 8,1 % à 4,2 % en 2018.

Dans cet ordre d’idées, pendant la gestion de Morales, le revenu minimum a augmenté de 127 % et le salaire minimum des travailleurs est le deuxième meilleur en Amérique Latine, passant de 60 à 310 dollars par mois.

« Ces changements ont permis à la population à revenu moyen de passer de 3,3 millions à 6,5 millions de personnes, pour une pyramide où 37 % sont à faible revenu, 58 % à revenu moyen et 5 % à revenu élevé », souligne Prensa Latina.

Aujourd’hui, tous ces indicateurs sont liés au développement et au bien-être. « Avant Evo, la pauvreté modérée atteignait près de 60 % de la population, mais sa politique sociale a entraîné une forte baisse, pour atteindre 39 % », explique La Razón.

Dans l’intervalle, le Centre Stratégique Latino-Américain de Géopolitique (CELAG) ajoute que la réduction de l’extrême pauvreté au cours de la dernière décennie est passée de 38 % à 15 %.

Stabilité et respect

Un reportage de Granma rappelle qu’en 2005, 90 % de la population rurale vivait dans la pauvreté, et « Bolivie formait avec le Honduras et Haïti une triade d’avenir incertain, avec les plus mauvais indices de développement humain dans la région ».

En bref, « quelques détenteurs du capital exploitaient les aymaras, les quechuas, les guaranis et d’autres peuples originaires qui formaient l’univers bolivien et qui voyaient leurs droits les plus simples bafoués ».

Mais avec Morales, la stabilité a été rétablie, cinq présidents ayant pris le pouvoir entre 2001 et 2005. « Evo a donné une voix à ceux qui n’en avaient pas, permettant l’inclusion, de réduire l’inégalité et de distribuer la richesse de manière plus équitable », précise La Raison.

Le Président autochtone a apporté avec lui de la stabilité à la monnaie nationale, la monnaie bolivienne, avec une parité officielle de 6,95 pour 1 dollar.

Le président indigène a apporté la stabilité à la monnaie nationale, la bolivienne, avec une parité officielle de 6,95 pour un dollar. Cela « a permis à la puissance financière bolivienne d’augmenter de 585% et aux réserves d’augmenter » de façon exponentielle, peut-on lire dans un rapport de Prensa Latina.

Sur ce point, CELAG rappelle que « Evo a reçu le gouvernement avec un taux de change de 8 pesos par dollar, peu après avoir supposé » apprécié « la monnaie à 7 pesos et, actuellement, reste stable (coté 6,95) ».

« L’insistance de Morales à consolider la monnaie locale a permis à l’économie de gagner en force, et même, certains ont inventé le terme de bolivianisation », ajoute le texte. 

Relacionado:  Presse libre en Colombie? 515 attaques et 2 meurtres à l'époque de Duque

Pour Alfredo Serrano, directeur de CELAG, la demande intérieure a été stimulée. «Avec nos propres richesses, le pays était mieux préparé à affronter tout choc extérieur. La monnaie nationale est plus forte, les citoyens font confiance à leur monnaie et cela montre comment ils épargnent en monnaie nationale. Le système financier a été bolivianisé », c’est-à-dire qu’aujourd’hui les dépôts sont en monnaie nationale (88% du total) et les crédits aussi (99%)». 

Serrano lui-même dit qu’une autre grande réussite de Morales a été le processus de nationalisation, en particulier dans le secteur du gaz. « Selon une étude de CELAG, si cette nationalisation n’avait pas eu lieu, les pertes auraient atteint 74 000 millions de dollars ».

De grandes avancées sociales

Bien que tous les indicateurs précédents soient économiques, en termes sociaux, les réalisations et les progrès peuvent être facilement observés, comme l’a déclaré à plusieurs reprises le président bolivien. 

«Le secteur le plus humilié et le plus marginalisé, qui était celui des femmes de toutes les classes sociales et autochtones, a désormais des espaces dans l’État plurinational (…) Nous avons tous les mêmes droits et devoirs», a récemment déclaré Morales devant l’Assemblée générale de là Les Nations Unies.

Relacionado:  Scandale! La CIA reconnaît l'espionnage dans plus de 100 pays avec des machines de cryptage

Par exemple, le programme «Bolivia Change Evo Répond» a exécuté entre 2007 et juillet 2018 un total de 8 797 œuvres, rapporte Prensa Latina

Parmi ceux-ci, 4 300 étaient dans le domaine éducatif, 1 813 dans les installations sportives, 936 dans les infrastructures sociales, 428 dans le domaine de la santé, 474 dans les installations productives, au moins 366 dans les installations sanitaires de base, 259 dans l’irrigation et 221 dans les travaux routiers.

De plus, avec le programme Mi Salud, entre 2006 et 2018, au moins 2768 médecins ont dispensé plus de 16,4 millions de soins gratuits, à 50% à domicile, dans 310 municipalités et 24 communautés autochtones. 

De même, plus de 700 000 chirurgies oculaires gratuites ont été réalisées grâce à la Mision Milagro, avec des médecins cubains et boliviens, et les places médicales ont été augmentées à 1 391 par an, au lieu de 231 en moyenne chaque année au cours des 67 années précédentes. 

La gestion de Morales a également réduit la malnutrition chronique de 50% chez les enfants de moins de cinq ans, qui en 2003 a atteint 32,3% des nourrissons et en 2016 à seulement 16%. 

De même, la mortalité infantile a diminué de 56% entre 2003 et 2016, et la réduction du travail dangereux des enfants de 80%. Selon Prensa Latina, avant 2008, 746 000 nourrissons et adolescents avaient des emplois dangereux et, en 2017, il n’en restait plus que 154 000. 

L’agence cubaine salue également la baisse du taux d’analphabétisme, qui est passé de 13,3% de la population de plus de 15 ans en 2001 à seulement 2,5% en 2017, laissant la Bolivie pratiquement comme un territoire exempt d’analphabétisme. 

En ce sens, les politiques d’accès à une éducation de qualité ont permis qu’entre 2005 et 2017, au moins 16 000 adolescents aient terminé leurs études secondaires en zone rurale et 32 ​​000 en zone urbaine, ce qui était un rêve pour de nombreux jeunes autochtones. Ils sont déjà au collège.

Sous la direction d’Evo, la création de 243 990 nouvelles petites et moyennes entreprises depuis 2006, au rythme de 70 par jour, se démarque également. 

Une autre réalisation a été la construction de routes modernes dans un pays andin et amazonien de 1,099 million de kilomètres carrés où la communication terrestre entre de nombreuses villes et départements était presque impossible.

Dignité et fierté

Il est un aspect qui ne peut pas être pris en compte, mais a une importance égale, et vient à la récupération de la dignité et de la fierté d’être et de sentir la Bolivie. 

En 2013, la Bolivie s’estadressée à la Cour Internationale de Justice (CIJ) à La Haye pour forcer le Chili à engager un dialogue afin de parvenir à une sortie souveraine vers la mer, comme il l’avait fait lors de sa fondation et a perdu avec une invasion chilienne en 1879. 

En 2015, rappelle Prensa Latina, la CIJ s’est déclarée compétente pour traiter le procès. Bien que l’objectif n’ait pas encore été atteint, à l’appui d’une telle demande le 14 mars 2018, un drapeau de 196,5 kilomètres transporté par plus de 100000 Boliviens a été étendu, pour ne citer qu’un exemple. 

Dans le cas de La Paz, la capitale bolivienne est devenue une ville moderne avec le réseau de transport par câble le plus étendu au monde : 22,84 kilomètres de téléphériques qui la relient à la ville d’El Alto, à une hauteur moyenne de 3650 mètres au-dessus de niveau de la mer. 

Même de 2014 à juin 2018, selon les chiffres officiels, le téléphérique avait transporté 136 millions de passagers sur ses sept lignes, sur une zone métropolitaine qui relie la topographie difficile du pot de La Paz avec le haut plateau, au bénéfice d’une population commune de plus de deux millions d’habitants.

En fin de compte, l’homme qui a amené la Bolivie à la tête des principaux indices économiques et sociaux est isolé en République Argentine, car il est persécuté par le gouvernement de facto qui l’a renversé, qui a installé une dictature et qui exige son capture internationale sans raisons légales ou preuves fiables. 

Cependant, la situation n’est pas nouvelle pour un Evo Morales qui, il y a des décennies, a été emprisonné dans une prison militaire à Copacabana, à La Paz. Cela s’est produit en 1995, l’année où Morales a subi des insultes et des enquêtes criminelles pour avoir défendu ses droits et ceux de l’industrie du coca.

Les prochains mois passeront et l’histoire dira si avec Evo Morales en Argentine, en dirigeant une campagne présidentielle viciée par les usurpateurs du pouvoir, il pourra réussir son parti, le Mouvement pour le Socialisme (MAS) réussira et avec eux rendra la démocratie, justice, développement et respect de la Bolivie.

Comentarios

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos , gracias :)

   Conocer más >
4,308,823FansMe gusta
320,815SeguidoresSeguir
370,584SeguidoresSeguir
17,600SuscriptoresSuscribirte

Edición Impresa El Ciudadano

Necesitamos de tu apoyo!

Por el periodismo comprometido con el medio ambiente y los movimientos sociales de Latino América y el mundo.

Tu donación es fundamental para mantener el equilibrio informativo y para que podamos seguir haciendo mejor periodismo en bien de nuestra sociedad.

¿Por qué necesitamos de tu aporte?
  • Tu donación ayuda a un equipo de más de 30 personas puedan concentrarse en generar contenido de calidad y siempre a favor de los pueblos.
  • Permites que tengamos un sitio web sin sobrecarga de anuncios publicitarios. Queremos evitar al máximo la aparición de marcas y que nuestro contenido siga siendo siempre libre.
  • Ayudas a que las luchas de grupos medioambientalistas, pueblos originarios y organizaciones sociales tengan siempre un espacio con oportuna y amplia cobertura noticiosa. *Datos Para Transferencia: Sociedad Periodística El Ciudadano Ltda. RUT. 76080231-K Cuenta Corriente 166-08438-07 Banco de Chile mail: [email protected]

Apóyanos y obtén tu ciudadanía :)

   Donar >

Los Más Leídos